Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Fung Chi Ming, Reluctant Heroes. Rickshaw Pullers in Hong Kong and Canton, 1874-1954

Hong Kong, Hong Kong University Press, 2005, 220 p.
Xavier Paulès

Texte intégral

1Cet ouvrage, tiré de la thèse de Fung Chi Ming soutenue en 1996 à l’Université de Hong Kong, porte essentiellement sur l’action collective des tireurs de pousse-pousse à Hong Kong et Canton. La période choisie va de leur apparition à Hong Kong au début de 1874 à 1954, l’année du dernier mouvement social d’ampleur qui mobilise les tireurs dans la colonie britannique (même si les pousse-pousse ne disparaissent que durant la décennie suivante). Le cas de Canton se trouve chronologiquement enchâssé dans ces quatre-vingts années : les premiers pousse-pousse y sont signalés seulement en 1906, et ils en disparaissent prématurément, les communistes décidant leur interdiction après s’être rendus maîtres de la ville en 1949.

2Le pousse-pousse représente, dans les deux villes, une sorte de transition dans les transports. Au début du siècle, il contribue largement à faire disparaître du paysage urbain le palanquin. Mais quelques décennies plus tard, après la Deuxième Guerre mondiale, bus et taxis (ainsi que les cyclo-pousse dans le cas de Canton) prennent, à leur tour, le pas sur lui.

3Les premiers chapitres du livre montrent combien il serait caricatural de n’appréhender les tireurs de pousse que comme un groupe social soumis à la domination des entrepreneurs qui leur louent leur outil de travail quotidien. Les réseaux de solidarités basés sur l’origine géographique, familiale, ou encore les dialectes, viennent compliquer la donne. Ils créent des obligations spécifiques et réciproques entre loueurs et tireurs, mais, horizontalement, impliquent aussi une segmentation des tireurs en sous-groupes qui rivalisent parfois violement dans l’exercice quotidien de leur métier. Pour l’action collective, ces réseaux constituent à la fois un atout, en tant que catalyseur de sentiments d’identité et de solidarité, et un obstacle de taille pour mobiliser l’ensemble des tireurs de pousse.

4Le destin des tireurs de pousse se décide d’autant moins dans la seule perspective d’un face à face avec les entrepreneurs qui louent les véhicules, que les autorités de Hong Kong comme celles de Canton ont aussi leur mot à dire. L’auteur conclut certes d’une façon générale à la relative indifférence des autorités britanniques au sort des tireurs en dehors de préoccupations liées à l’ordre public et à la circulation. Celle-ci est en partie compensée par l’intérêt que portent certains missionnaires à la misère matérielle des tireurs. Par contraste, le Guomindang et surtout le Parti communiste chinois se montrent très intéressés par les tireurs de pousse dans la mesure où leur activité est considérée comme éminemment représentative d’un système d’exploitation impérialiste du peuple chinois. A Canton, les communistes réussissent progressivement, à partir de 1922, à organiser les tireurs sous l’impulsion de chefs qui n’hésitent pas, afin de gagner leur confiance, à partager leurs conditions d’existence. Citons les deux principaux d’entre eux : Shen Qing (1903-1928) et le fils de Chen Duxiu, Chen Yannian (1898-1927). Leurs efforts aboutissent à la création, en février 1926, d’un syndicat unique, le Guangzhou shouchefu gonghui, syndicat des tireurs de pousse de Canton), qui est organisé en quatre sections correspondant à des différences d’origine géographique et de dialecte. L’implication des tireurs dans la lutte révolutionnaire culmine lors de l’épisode sanglant de la commune de Canton (décembre 1927) à laquelle un nombre important d’entre eux participe, les armes à la main.

5Fung Chi Ming montre très bien le caractère extrêmement varié de l’action collective des tireurs de pousse dans les deux villes tout au long de la période. Il est malheureusement impossible d’en donner le détail dans les limites de ce compte-rendu. On peut toutefois regretter que l’auteur attende l’avant-dernier chapitre (p. 155) pour nous livrer ce qui constitue l’une des clés des négociations entre les entrepreneurs et les tireurs : la pratique du dingshoufei. Il s’agit du droit reconnu au tireur qui souhaite abandonner son travail auprès d’un loueur, de négocier le paiement d’un droit de transfert avec le tireur qui lui succédera. Le dingshoufei, en empêchant les loueurs de recourir à l’embauche de nouveaux tireurs pour se substituer à des grévistes, constitue ainsi un sérieux atout pour ces derniers.

6En refermant le livre, on n’en sait pas beaucoup plus sur les tireurs de pousse en tant qu’individus. En la matière, les seuls développements concernent les origines géographiques des tireurs et une description intéressante des conditions dans lesquelles ils vivent et exercent leur métier (chapitre 2). On reste donc quelque peu sur sa faim. Le livre ne fait que 180 pages hors annexes, il y avait largement la place pour combler cette lacune. De plus, les sources existent. Le Guangzhou nianjian de 1935 publie par exemple les données statistiques (âge, situation familiale, niveau d’étude) d’une enquête effectuée en novembre 1933 et portant sur plus de cinq mille tireurs. Cette source est connue de Fung Chi Ming qui la cite en note p. 97 : il aurait été utile de l’exploiter. La dizaine d’entretiens effectués par l’auteur en 1990-1991, si riches d’enseignements au demeurant, auraient certainement aussi pu fournir des éléments intéressants concernant la question des trajectoires personnelles des tireurs de pousse, qui n’est pratiquement pas abordée. On aimerait savoir, en particulier, si le métier ne représentait qu’une activité transitoire qu’ils s’efforçaient d’abandonner le plus tôt possible ou si la plus grande partie d’entre eux y faisait durablement carrière. Ce fait est loin d’être anodin pour mieux comprendre les vicissitudes de l’organisation collective.

7Les erreurs que j’ai pu relever concernent particulièrement le chapitre 5, dans lequel les rappels portant sur la situation politique de Canton des années 1910-1920 ne brillent pas par leur rigueur. Certes, il s’agit d’un sujet fort complexe qui se prête bien mal à la synthèse. Néanmoins, Long Jiguang s’empare du contrôle de la province du Guangdong en 1913 et non en 1915 (p. 77). D’autre part, la révolte des militaristes Liu Zhenhuan et Yang Ximin au début de juin 1925 est matée par les troupes fidèles au Guomindang dans le courant du mois et non, comme l’affirme l’auteur, « à la fin de l’année » (p. 84). Notons aussi que, contrairement à ce qui est avancé p. 31, le jeu de hasard appelé fantan ne se pratique pas à l’aide d’un dé.

8Malgré ces quelques reproches, il faut souligner que Reluctant Heroes constitue une contribution solide et utile à l’histoire sociale de Hong Kong et Canton et que l’auteur a su relever un des défis de son livre, qui était d’articuler de façon pertinente l’histoire de deux villes profondément différentes. Enfin, signalons que cet ouvrage est amené à faire date pour une autre raison. Il est en effet le premier d’une série de monographies consacrées à Hong Kong, dont la parution est annoncée aux presses de l’Université de Hong Kong grâce au soutien de la Royal Asiatic Society.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Paulès, « Fung Chi Ming, Reluctant Heroes. Rickshaw Pullers in Hong Kong and Canton, 1874-1954 », Perspectives chinoises [En ligne], 95 | Mai-juin 2006, mis en ligne le 28 mai 2007, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/992

Haut de page

Auteur

Xavier Paulès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org