Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Evelyne Micollier (éd.), Sexual Cultures in East Asia. The Social Construction of Sexuality and Sexual Risk in a Time of AIDS

Londres, RoutledgeCurzon, 2003, 279 p.
Vincent Rollet

Texte intégral

1Evelyne Micollier adopte avec Sexual Cultures in East Asia une approche novatrice des questions de la sexualité, du VIH/Sida et de la société civile en Asie de l’Est (Cambodge, Chine, Japon, Taiwan, Thaïlande, Vietnam). Le caractère pionnier de l’ouvrage tient principalement au choix d’une approche constructiviste pour examiner l’identité sexuelle ainsi que la stigmatisation sociale attachée au VIH/Sida.

2Initialement présentées en juillet 2000, lors d’une conférence internationale organisée à Amsterdam, par l’International Institute for Asian Studies (IIAS), les contributions – révisées pour cet ouvrage- sont d’une très grande qualité à la fois parce qu’elles sont le produit de recherches empiriques de longue haleine mais aussi parce qu’elles ont été écrites par treize chercheurs et praticiens – occidentaux et asiatiques – aux disciplines différentes mais complémentaires (anthropologie, histoire, médecine, sociologie, développement, communication,…).

3Dans sa partie introductive, Evelyne Micollier rappelle la double ambition de ce livre. Il s’agit tout d’abord d’étudier les « cultures sexuelles » des sociétés d’Asie de l’Est, i.e « les modèles consensuels d’idées culturelles par rapport à un comportement sexuel dans un groupe » (G. Herdt). Or les « cultures sexuelles » que l’ouvrage appréhende à partir du rôle du commerce sexuel, du système de parenté et de questions de genre, relèvent de constructions sociales prises entre tradition et transition (Partie I). La seconde ambition s’attache à confronter ces cultures sexuelles à la pandémie de VIH/Sida qui touche aujourd’hui au moins 7,4 millions d’Asiatiques ; il s’agit de comprendre pourquoi et comment le risque sexuel est construit socialement (Partie II ).

4Les six contributions de la première partie de cet ouvrage prennent pour point de départ le rôle du commerce sexuel dans la construction sociale de la sexualité. Ainsi Evelyne Micollier met en lumière les facteurs dynamiques économiques, sociaux et culturels qui façonnent une culture sexuelle dans laquelle selon elle, le travail sexuel joue un rôle principal à cause des règles du mariage et du rôle traditionnel des femmes dans les familles confucéennes. A partir de différents exemples - Chine et Vietnam notamment -, l’auteur affirme de manière plutôt non conventionnelle, l’existence d’une compatibilité entre la prostitution et le mariage qui repose sur une réelle interdépendance ou en d’autres termes sur une « relation dialectique entre la vie sexuelle maritale et extra-maritale ». A partir de l’étude de trois « Red Light Ddistricts » , situés en Chine du Sud (Guangdong, Guanxi, Guizhou), Pan Suiming, donne une vision inédite de la prostitution, du travail de ces femmes et de leur condition de vie en Chine. L’auteur s’attaque directement à la stratégie du gouvernement chinois pour éradiquer la prostitution. Elle montre en effet qu’à côté des quasi-polices, non officielles mais capables d’appréhender les prostituées, l’arme sur laquelle le gouvernement fonde son combat, à savoir la surveillance par le public, ne fonctionne plus. En effet, la population chinoise adopte une attitude inerte, c’est-à-dire non diffamatrice, vis-à-vis de la prostitution. Pan Suiming souligne également la tension entre d’une part le dogme officiel qui n’ose ni reconnaître l’inefficacité des politiques nationales pour contrôler la prostitution, ni même le lien direct entre le chômage et la prostitution, et d’autre part la connivence évidente des gouvernements locaux pour développer ces districts, et parle d’«atrophie de l’idéologie officielle » (p. 51) au sujet de la prostitution.

5De son côté Wim Lunsing conduit une étude anthropologique de l’industrie du sexe au Japon afin d’évaluer jusqu’à quel point les travailleurs/ses du sexe japonais(es) (hommes et femmes adultes, transsexuels, jeunes filles) se trouvent dans une situation choisie ou forcée. Au cœur de cette analyse se trouve évidement posée la question des agences de prostitution.

6Dans le cas du Cambodge, Annuska Derks après avoir montré comment les perceptions de la prostitution étaient liées à la fois aux normes sociales et à l’ethnicité (notamment pour les femmes vietnamiennes), s’engage dans une typologie des travailleuses du sexe reposant sur la distinction entre libre choix et coercition. Consciente des dangers d’une dichotomie femmes victimes/femmes volontaires, elle affirme qu’il s’agit d’un outil utile pour distinguer les différentes voies d’engagement dans le travail sexuel, mais aussi pour donner « une image des contradictions qui existent entre oppression et exploitation d’un côté et pouvoir et liberté de l’autre » (p. 137). Les raisons de l’engagement à court, moyen ou long terme dans des activités sexuelles rémunérées, sont multiples et variées. Il peut s’agir d’un engagement volontaire pour des raisons financières ou d’ascension sociale, de la « vente » ponctuelle de jeunes filles par leurs parents ou leurs proches lourdement endettés ou soucieux d’éccéder à la modernité (achat d’une télévision par exemple), ou encore du trafic de jeunes filles en situation économique ou affective difficile, dupées sur la finalité de leur futur emploi lors de leur recrutement.

7La question sensible et difficile de la valeur économique de la prostitution est aussi au centre de cette première partie. Ian Walter s’interroge sur le niveau de dépendance économique du Vietnam à l’égard de la prostitution. Sa contribution est centrée sur ce qu’il appelle les « sites de dépendance » à la prostitution, c’est-à-dire les individus et institutions à qui elle profite. Le premier site bénéficiant de l’industrie du sexe reste la famille. Elle reçoit une grande partie de l’argent récolté ; une jeune fille fait ainsi montre d’un comportement traditionnel des sociétés confucéennes : la piété filiale. Ian Walter explique ensuite de quelles manières les intermédiaires – les hôtels, les taxis, la police et certaines bureaucraties – sont dépendantes à bien des égards de la prostitution, et finalement comment cette industrie du sexe est une composante importante de l’économie nationale. Rejoignant certaines conclusions de Pan Suiming, il affirme que les autorités locales entretiennent ces activités malgré une rhétorique officielle opposée. En effet, conscientes de la valeur économique de la prostitution, elles semblent s’interdire de combattre efficacement cette industrie.

8Enfin, dans le cas de la société vietnamienne, adoptant une perspective féministe, Paula-Frances Kelly analyse le genre et la sexualité comme des construits sociaux. L’auteur part des attitudes, des comportements et des messages différents adressés aux jeunes garçons et aux jeunes filles depuis l’enfance via l’école et les institutions sociales. Elle en conclut qu’il existe un comportement ininterrompu et accepté de supériorité de l’homme vietnamien sur la femme qui résulte de la construction de la masculinité par la société. Cette situation, à bien des égards, explique pourquoi c’est aux filles que revient la responsabilité d’assurer le soutien de la famille, notamment via la prostitution. Reste que cette inégalité nourrie, selon elle, par un retour aux valeurs traditionnelles confucéennes, ne présage rien de bon quant à la situation du VIH/Sida.

9La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse à l’éducation sexuelle et à la relation Etat/Société à partir de l’analyse des campagnes nationales de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles (MST), notamment l’épidémie de VIH/Sida. Certains auteurs s’attachent particulièrement aux discours des différents acteurs afin de mieux saisir les mécanismes de construction du risque sexuel et de la stigmatisation. Comme l’explique Christian Henriot dans son étude du contrôle des MST et de la prostitution à Shanghai à l’époque républicaine, cette construction n’est bien évidemment pas nouvelle. En effet, à cette époque, loin de s’attacher à comprendre les dynamiques sociales de la prostitution et de la propagation des MST, les autorités shanghaiennes ont construit un discours stigmatisant et répressif à l’encontre de la prostitution devenue une question politique appelant une intervention corrective..

10La stigmatisation est aussi au centre de l’étude des médias taiwanais faite par Hsu Mei-ling et son équipe. De 1984 à 1999, le discours médiatique sur le VIH/Sida a évolué. Le Sida a été successivement perçu comme venu de l’Occident, comme une maladie touchant les homosexuels, comme provenant d’Asie du Sud-Est, comme un stimulateur du changement d’identité de certains groupes sociaux, et enfin comme un forum pour le débat sur les Droits de l’Homme. Aujourd’hui à Taiwan, le Sida est toujours souvent perçu comme la maladie des toxicomanes. Ce discours oppose ceux qui se considèrent comme prémunis contre l’infection au virus et ceux qui, soit par leur refus de la norme sociale (les homosexuels, les prostituées, les toxicomanes), soit par leur contamination révélée au VIH, sont stigmatisés par les premiers. Chacun de ces groupes se construit en référence à l’autre, même si les frontières entre les deux peuvent être poreuses (cas des nouveaux-nés contaminés).

11Cette seconde partie montre comment une question de Santé publique comme la sexualité peut nourrir le changement social. Au Vietnam, dans le cas des programmes d’éducation sexuelle, Marie-Eve Blanc montre que cette question a stimulé un vif débat. A Taiwan, l’émergence de la société civile est étudiée par Evelyne Micollier à partir de l’analyse des ONG et de leurs méthodes de lutte contre le VIH/Sida : activités commémoratives, soutien aux programmes d’éducation sexuelle, protection des droits des personnes séropositives, etc. Cette contribution établit une relation de complémentarité entre les autorités et les ONG dans le sens d’une « gestion collective » des questions de santé1. De plus, bien que ne s’appuyant que sur un nombre restreint d’ONG – ce qui était le cas à la fin des années 1990 mais qui ne l’est plus ! – Evelyne Micollier brosse le portrait d’une lutte contre le VIH/Sida à la fois dynamique et variée qui reste aujourd’hui pour ce pays un avantage indéniable face à l’épidémie.

12Au final, il s’agit d’un ouvrage important, minutieusement documenté. Si dense d’ailleurs qu’un chapitre conclusif aurait été le bienvenu. Il apporte aux lecteurs des clés uniques à la compréhension de sociétés que nous avons souvent, du moins en matière de sexualité, traitées avec exotisme ou jugées en référence à l’Occident. C’est aussi un livre incontournable pour les activistes de la lutte contre le VIH/Sida dont l’efficacité du travail est intrinsèquement liée à une compréhension des cultures sexuelles des sociétés dans lesquelles ils agissent.

Haut de page

Notes

1 Evelyne Micollier, « Emergence de la société civile à Taiwan, vers une gestion collective des problèmes de santé », in Christine Chaigne, Catherine Paix, Chantal Zheng (éds.), Taiwan : Enquête sur une identité, Paris, Karthala, 1999, pp. 309-331.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Rollet, « Evelyne Micollier (éd.), Sexual Cultures in East Asia. The Social Construction of Sexuality and Sexual Risk in a Time of AIDS », Perspectives chinoises [En ligne], 94 | mars-avril 2006, mis en ligne le 23 mai 2007, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/975

Haut de page

Auteur

Vincent Rollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org