Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Fei-Ling Wang, Organizing through Division and Exclusion, China’s Hukou System,

Stanford, Stanford University Press, 2005, 304 p.
Chloé Froissart

Texte intégral

1Cet ouvrage est la première étude exhaustive sur le système du hukou dont il retrace l’origine, saisit la singularité, détaille le mode de fonctionnement, les diverses fonctions, l’impact – tant social, économique que politique – et analyse la portée des réformes dont il a fait l’objet. Il s’agit donc d’une contribution majeure à la compréhension d’un système encore largement méconnu – en particulier dans sa dimension sécuritaire de contrôle des individus en infraction avec le régime (zhongdian renkou) –car son fonctionnement est considéré comme un secret d’Etat. L’ouvrage apporte aussi un démenti à l’idée, véhiculée par la propagande gouvernementale chinoise et de plus en plus partagée par les opinions publiques chinoises et internationales, que le hukou n’a plus qu’un impact limité et qu’il est voué à disparaître.

2Aux confluents de l’histoire, de la science politique et de l’économie politique, cet ouvrage tente de théoriser l’exclusion institutionnalisée, de saisir la spécificité du cas chinois ainsi que l’impact sur le développement du pays. Partant du principe que toute société s’organise autour de la division et de l’exclusion, Wang Fei-Ling distingue quatre types d’exclusions institutionnalisées (type 1 fondé sur qui l’on est, type 2 sur ce que l’on a, type 3 sur d’où l’on vient, type 4 sur ce que l’on fait ou a fait), le système de résidence plaçant la Chine dans le type 3 (chapitre 1). Une des thèses principales de l’auteur est que les réformes récentes maintiennent cette forme d’exclusion, à laquelle s’ajoute désormais une exclusion de type 2 fondée sur les inégalités sociales. Si les riches jouissent aujourd’hui d’une plus grande mobilité sociale et géographique, la stratification sociale et la différenciation de statuts contribuent désormais à complexifier la segmentation de la société. D’une manière générale, les réformes du hukou ont favorisé les inégalités, qu’elles soient sociales, régionales ou entre villes et campagnes.

3Wang fait remonter les origines du hukou à l’époque des Royaumes combattants (IIIe siècle av. J.-C.) sous la forme de son ancêtre le baojia, un système administratif qui prenait appui sur les lignages et la famille à des fins de maintien de l’ordre (grâce à un système de responsabilité collective), le recensement, l’impôt et la conscription (chapitre 2). Ce système a été repris par toutes les dynasties et les régimes politiques qu’a connus la Chine, au fur et à mesure que l’accent était mis sur sa fonction sécuritaire. Le terme de hukou est apparu à la fin des Qing et, lorsqu’il fut repris par la République populaire de Chine, il visait avant tout à diviser la population en petits segments pour mieux la contrôler. Instrument privilégié du Parti communiste chinois (PCC) dans sa lutte contre le Guomindang et les contre-révolutionnaires, le hukou devint ensuite la base sur laquelle les ressources étaient ponctionnées et allouées, la pierre de touche de la division entre société rurale et société urbaine. Par conséquent, il servit dans un troisième temps à contrôler les migrations et à promouvoir l’industrialisation sans urbanisation. Wang montre que les réformes dont a fait l’objet le hukou ces dernières années visent à adapter le système à de nouveaux besoins socio-économiques pour en maintenir les fonctions essentielles. Mais si les réformes assouplissent le système de redistribution et le contrôle des migrations, elles laissent intact le système de gestion de la population en infraction avec le régime tout en l’institutionnalisant.

4Les chapitres 3 et 4 constituent une description extrêmement bien documentée – s’appuyant notamment sur des rapports internes à l’administration – des modes de gestion et de fonctionnement du hukou, qui restent entièrement dans les mains de la police et de la sécurité publique. Le chapitre 5, qui s’intéresse à l’impact du hukou, est sans doute l’un des plus novateurs : dressant un bilan contradictoire, Wang Fei-Ling montre que ce système a également un rôle politique et économique qui n’est pas entièrement négatif. D’un point de vue économique, le hukou contribue à expliquer un fort taux de croissance et une avancée technologique dans un contexte d’économie duale avec une forte proportion de main d’œuvre non qualifiée. Mais il limite aussi le développement de l’économie de marché et peut à terme bloquer la croissance. Ce type d’exclusion institutionnalisée assure une relative stabilité sociale dans un pays aux dimensions continentales et confronté à un développement économique rapide, mais favorise également la pérennisation d’un système autoritaire. Wang s’appuie sur une étude de cas bien choisie : l’impact du hukou sur l’accès à l’éducation supérieure, pour illustrer les conséquences à la fois positives et négatives d’un tel système d’exclusion. Bien que posant de sérieux problèmes éthiques et nourrissant des inégalités verticales (sociales) et horizontales (géographiques) dommageables pour la cohésion nationale, le hukou sécurise les intérêts de l’élite qu’il contribue ainsi à rallier au pouvoir, de même qu’il favorise l’accumulation du capital économique et culturel.

5Le chapitre 6 a un double objectif. D’une part, il saisit la spécificité du hukou par rapport à d’autres systèmes d’enregistrement de la population, en particulier les systèmes coréens et japonais importés de Chine sous la dynastie des Tang, et taiwanais importé par le Guomindang en 1949. Wang Fei-Ling compare également le hukou communiste chinois avec la propiska soviétique dont il s’inspire. Mais aucun de ces systèmes n’a instauré une discrimination aussi marquée et pérenne que le hukou chinois, ni joué un rôle aussi important dans le contrôle des migrations, notoirement dans le cas soviétique en raison d’un manque chronique de main-d’œuvre dans l’industrie urbaine. Ce chapitre est aussi une tentative d’analyse comparative entre la Chine, l’Inde et le Brésil pour montrer la corrélation entre le type d’exclusion institutionnalisée (respectivement types 3, 1 et 2) et le niveau de développement socio-économique. Toutefois, l’analyse, plus rapide et qui juxtapose les données plus qu’elle n’en démontre les liens de causalité, est moins convaincante.

6Dans le dernier chapitre, Wang met en valeur la continuité dans les changements qui affectent le système de résidence : l’idée est toujours de segmenter la population pour en faciliter l’administration et le contrôle, prévenir l’émergence d’une opposition politique, contrôler l’urbanisation et maintenir une forme de mainmise étatique sur l’économie. L’auteur prédit la longévité du système tant ses fonctions économiques, politiques et sociales sont importantes.

7Comme l’ouvrage replace le système du hukou dans la longue durée, il insiste plus sur la continuité que sur les ruptures. L’auteur ne mentionne que brièvement (p. 29) le fait que le hukou communiste instaure également une discrimination de type 4 – ce système ne reflétant pas seulement le lieu de résidence de l’individu mais aussi sa place dans le système de production – sans en tirer partie dans son analyse. Il élude ainsi un des aspects distinctifs du hukou sous le régime maoïste : la création de classes sociales et leur politisation. Or le fait que les travailleurs migrants d’origine rurale soient en train de se substituer économiquement à l’ancienne classe ouvrière urbaine tout en restant administrativement des paysans est l’une des contradictions majeures qui pousse à la réforme du système. Le PCC ne peut en effet ignorer l’émergence d’une nouvelle classe ouvrière.

8La perspective historiciste conduit aussi l’auteur à adopter un point de vue culturaliste pour affirmer la légitimité du hukou, et à surestimer la capacité de l’Etat à mettre en œuvre un système certes terrifiant sur le papier, mais souvent contourné dans la réalité. Le recours à des enquêtes sociologiques aurait permis de nuancer cette perspective et d’étayer l’écart, que l’auteur mentionne cependant, entre les règlements – que ceux-ci aillent dans le sens d’un renforcement ou d’un assouplissement du contrôle de la population – et leur mise en application. Par exemple, la loi de 1998 permettant aux enfants d’hériter du hukou de leur père, alors qu’ils étaient jusqu’alors contraints d’hériter de celui de leur mère, est souvent restée inappliquée, en particulier dans les grandes métropoles, et n’a donc pas constitué une avancée majeure dans la reconnaissance du droit à choisir son domicile.

9Si le dernier chapitre vient tempérer l’affirmation première d’une forte légitimité du hukou en Chine, l’auteur considère que les critiques sont peu nombreuses, souvent formelles et opportunistes, et plus réformistes qu’abolitionnistes. Il nous semble au contraire que les critiques radicales du hukou se sont considérablement multipliées ces dernières années et émanent aussi bien des milieux académiques1 que des migrants eux-mêmes2. Par ailleurs, ces critiques ne sont pas uniquement d’ordre pragmatique, mais aussi éthique, et vont de pair avec des tentatives pour conceptualiser la citoyenneté en Chine, dans un sens qui empreinte ses référents à la modernité occidentale et qui témoigne d’une évolution des mentalités. Il n’en reste pas moins vrai que ces critiques n’osent s’attaquer à la gestion des individus ciblés par le régime, en partie, comme le souligne Wang Feiling, par méconnaissance de ce système, et que le hukou a encore de beaux jours devant lui. Ce livre constitue la contribution la plus complète à ce jour sur le hukou. Il représente un outil de travail indispensable pour tout spécialiste de la Chine contemporaine tout en restant accessible au grand public.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Lu Xueyi, « Yi ge shanliang de nongmingong weishenme chengle sharenfan » (Pourquoi un gentil migrant est devenu un meurtrier), in Zhang Houyi et alii, Zhongguo siying qiye fazhan baogao (A Report on the Development of China’s Private Enterprises), n° 6, Pékin, Social Sciences Academic Press, 2005, pp. 329-343.
2 Voir par exemple Isabelle Thireau et Hua Linshan, « Les migrants et la mise à l’épreuve du système du hukou », in Etudes chinoises, vol. XXIII, 2004, pp. 275-311.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Froissart, « Fei-Ling Wang, Organizing through Division and Exclusion, China’s Hukou System, », Perspectives chinoises [En ligne], 94 | mars-avril 2006, mis en ligne le 23 mai 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/971

Haut de page

Auteur

Chloé Froissart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page