Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Christopher R. Hughes et Gudrun Wacker (éds.), China and the Internet: Politics of the Digital Leap Forward

Londres, New York, Routledge, 2003, 192 p.
Anthony Fung

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Elsa Chalaux

Texte intégral

1Cet ouvrage très complet est tout indiqué pour qui veut comprendre les enjeux liés en Chine aux technologies de l’information et de la communication (TIC), ici traités sous des angles aussi divers que le développement des infrastructures, la dimension technologique ou sécuritaire. Le propos est centré sur la façon dont les contraintes politiques et économiques – la législation, la politique économique, la politique intérieure et étrangère – ont façonné le développement des TIC en Chine. D’après le Centre d’information chinois sur le réseau Internet (CNNIC), le nombre d’internautes a dépassé la barre des 100 millions, ce qui fait de la Chine le deuxième marché mondial de l’Internet, juste après les Etats-Unis1. La publication de cet ouvrage intervient donc au moment opportun pour réfléchir aux effets d’une Chine connectée au réseau mondial, mais aussi aux forces qui opèrent derrière cette expansion, alors que les investissements étrangers en Chine dans TIC sont de plus en plus importants,.

2L’ouvrage s’articule autour de l’argument selon lequel le développement des TIC en Chine est très fortement conditionné par le système politique. Ainsi, dans son étude sur le haut débit, le commerce électronique et les services publics en ligne, Xiudian Dai passe en revue les stratégies chinoises aux échelons national, provincial et municipal, concluant que les considérations politiques pèsent plus lourd dans la balance que les considération économiques lorsqu’il s’agit de réformes des télécommunications en Chine. Gudrun Wacker est plus explicite dans son analyse de la censure officielle et du contrôle officieux exercés par la République populaire sur l’Internet grâce aux moyens technologiques fournis par les pays occidentaux. Si une telle analyse a le mérite de mettre à jour les structures du pouvoir, elle néglige en revanche l’évolution et l’impact des TIC au sein de la population. En un mot, il semblerait que les auteurs aient accumulé des « données utilisateurs » pour alimenter leur analyse descendante.

3Sur la nature politique de l’économie des TIC en Chine, l’ouvrage propose deux points de vue intéressants : d’une part, le chapitre de Monika Ermert et Christopher Hughes sur les noms de domaines fait le lien entre le développement des TIC en Chine et la géopolitique mondiale. D’un point de vue pratique, c’est une question essentielle pour la Chine, mais aussi pour l’Europe et pour d’autres pays dans lesquels les infrastructures, normes et langages technologiques de l’Internet sont fortement dépendants des Etats-Unis. D’un point de vue théorique, l’analyse englobe les facteurs extérieurs et internationaux qui entravent le développement des TIC en Chine.

4D’autre part, la mise en œuvre par l’Etat de nouvelles lois visant à contrôler les TIC, les médias, les investissements étrangers et la gestion des sociétés conjointes était considérée comme la réponse passive de la Chine à son entrée dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Si l’on retrouve dans cet ouvrage l’hypothèse selon laquelle ces structures légales existent sous forme de lois « faibles » faisant davantage obstacle aux investissements étrangers qu’elles ne favorisent le développement des TIC et reléguant les quelques réussites observées en Chine au rang d’« anomalies » (voir l’étude de cas de Xiudian Dai sur Phoenix, la télévision par satellite de Rupert Murdock), le propos sur l’Etat chinois y est plus poussé. Le premier angle consiste à voir l’Etat comme un acteur politique dont la passivité compromet le développement des TIC et l’investissement étranger, le second considère que ces « lois faibles » sont délibérément produites par un Etat qui, dans un cadre légal lâche, peut se permettre de procéder au cas par cas, d’exercer un contrôle étroit de l’Internet et de garder la mainmise sur le développement des TIC en Chine. La prépondérance du politique sur l’économique n’est pas un débat nouveau dans les études chinoises. Cette problématique a déjà été identifiée dans les médias chinois2 et des études empiriques de plus en plus nombreuses ont confirmé l’omnipotence de l’Etat dans la formation d’un empire médiatique3.

5China and the Internet offre des points de vues parfois contrastés : alors que la majorité des articles semblent choisir l’angle de la prépondérance du politique sur l’économique, Junhua Zhang souligne que des organismes gouvernementaux ou semi-gouvernementaux, tels que le ministère de l’industrie de l’information (MII), l’Administration de la radio, de la télévision et du film (SARFT) et bien d’autres sont en concurrence sur ce marché lucratif auquel ils s’adaptent de façons différentes.  

6Certains organismes officiels placent très nettement les intérêts économiques au-dessus des intérêts de l’Etat. Sans pour autant nier l’omnipotence de l’Etat, Wacker alimente utilement le débat en montrant que le contrôle des TIC en Chine peut présenter une « interaction complexe entre l’Etat, les acteurs commerciaux de premier plan, à savoir les fournisseurs d’accès Internet et fournisseurs ICP, et les médias officiels » (p. 73). Ce sont de tels éléments, attestant qu’il existe des cas dans lesquels les contraintes politiques peuvent être dépassées au profit de contraintes économiques, décisions administratives ad hoc ou politique macro-économique, qui font la force de l’ouvrage. Au lieu de tout réduire à la politique, le lecteur est invité à envisager sous un angle nouveau les facteurs complexes et interdépendants qui affectent le développement des TIC.   

7Les données figurant dans China and the Internet sont récentes. De même, les rapports et articles de recherche cités sont facilement consultables sur Internet pour ceux qui ont accès aux sources chinoises. L’essentiel des travaux se base sur des analyses secondaires de ces mêmes données. Etant donné le poids des TIC dans les échanges commerciaux et l’ordre politique mondial, on trouve des études assez pertinentes sur les TIC chinois réalisées par des organismes d’études officiels (par exemple, le CNNIC), des sociétés de conseils privées, ou encore les Nations unies. Ces données sont rapidement obsolètes, la publication de chiffres récents constitue donc un point fort de cet ouvrage.

8Quelques travaux similaires sur le développement de l’Internet en Chine nous fournissent des données de première main plus complètes. Ainsi, Zhang Junhua et Martin Woesler ont récemment fait une description plus intéressante de la surveillance exercée sur l’Internet, citant les méthodes utilisées par le gouvernement pour contrôler les internautes, les sites et les fournisseurs d’accès, ainsi qu’un certain nombre de cas concrets4. De même, là où China and the Internet n’évoque que brièvement les aspects légaux, l’ouvrage de Nah, Wong et Seok décrit de façon exhaustive les lois et règlements relatifs au commerce en ligne5.

9La réussite de l’ouvrage tient dans sa capacité à synthétiser les données secondaires et à les réinterpréter de façon originale. L’ouvrage fait état des points de vue selon lesquels l’Etat machiavélique orchestre le développement d’Internet, mais Wacker contrebalance ce point de vue avec des études récentes pour conclure que la résistance du peuple et le potentiel démocratique d’un espace civique virtuel sont des thèmes qui méritent d’être approfondis. En se familiarisant avec ces différentes approches, le lecteur entrevoit progressivement de nouveaux aspects des TIC en Chine.

10En incorporant les facteurs qui conditionnent en Chine une croissance de l’Internet allant de pair avec d’autres technologies de communication comme le fax, le téléphone mobile ou la télévision numérique, cet ouvrage présente, par la diversité même des points de vue qu’il propose, un intérêt qui dépasse le thème des TIC en Chine. Enfin, la politique et l’économie des TIC témoignent de la dynamique engagée entre priorités politiques et économiques au sein de l’Etat chinois.

Haut de page

Notes

1 CNNIC, 16e étude statistique sur le développement d’Internet en Chine, juillet 2005, http://www.cnnic.net.cn/download/2005/2005072601.pdf.
2 Par exemple Zhao Yuezhi, « Transnational Capital, the Chinese State, and China’s communication Industries in a fractured society », Javnost: the Public, vol. 10 (4), 2001, pp. 53-74.
3 Michael Curtin, « Murdoch’s dilemma, or “What’s the price of TV in China?” », Media, Culture & Society, vol. 27 (2), 2005, pp. 155-175. Anthony Fung, « Think Globally, Act Locally: China’s Rendezvous with MTV », Global Media and Communication, à paraître.
4 Zhang Junhua et Martin Woesler (éds.), China's Digital Dream - The Impact of the Internet on Chinese Society, Londres, European University Press, 2003.
5 Nah Seok Ling, John Wong, Seok Ling Nah, China’s Emerging New Economy: The Internet and E-commerce, Singapour, Singapore University Press, 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Fung, « Christopher R. Hughes et Gudrun Wacker (éds.), China and the Internet: Politics of the Digital Leap Forward », Perspectives chinoises [En ligne], 93 | janvier-fevrier 2006, mis en ligne le 16 mai 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/949

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page