Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Lucien Bianco, Jacqueries et révolution dans la Chine du XXe siècle

Paris, Editions de La Martinière, 2005, 631 p.
Alain Roux

Texte intégral

1Avec patience et passion, Lucien Bianco a réussi l’exploit de conduire à son terme une entreprise qui paraissait irréalisable : explorer l’immensité de la paysannerie chinoise et décrire le comportement, durant le demi-siècle qui a précédé la conquête du pouvoir par le Parti communiste chinois (PCC), de ces 400 millions de personnes qui cultivaient de façon traditionnelle 100 millions de hectares pour en vivre misérablement. Dès son premier article « Les paysans et la révolution : Chine 1919-1969 »1, suivi de « Sociétés secrètes et autodéfense paysanne (1921-1933) »2 et de « Peasant movements »3, Lucien Bianco ébranlait bien des certitudes sur ce que l’on considérait alors comme la plus grande révolution paysanne de l’histoire mondiale. Ses hypothèses provocatrices ont été à l’origine de dizaines de monographies novatrices, notamment aux Etats-Unis. Réussissant enfin à avoir accès en Chine populaire à une masse considérable de monographies et de matériaux d’archives locales et de (xianzhi et wenshi ziliao) accessibles seulement depuis les années 1980 et 1990, Lucien Bianco en fit une première présentation en 2001 dans un livre dont le titre traduisait l’originalité : Peasant Without the Party: Grass-roots Movements in Twentieth-Century China4. Le livre qu’il vient de publier reprend pour une part les analyses originales de ce dernier ouvrage, tout en fournissant une présentation beaucoup plus ordonnée et systématique des résultats de l’enquête. Il couronne ainsi près de quatre décennies de recherches. Cet ouvrage de la maturité est une « somme » qui rappelle par certains aspects l’ambition des anciennes thèses de doctorat d’Etat. Mais, heureusement, sans les pesanteurs associées à ce type d’ouvrage.

2Au contraire, l’auteur dialogue de façon familière (« moi itou… ») avec son lecteur, répondant ici à une objection, qui rebondit ailleurs, comme dans une conversation, sans la prise de distance académique de rigueur. Ainsi à qui contesterait le choix de n’étudier que les mouvements paysans spontanés, à l’exclusion de ceux suscités de l’extérieur, principalement par les communistes, et qui y verrait un risque de sous-estimation de la combativité paysanne, il répond à la page 221 que les interventions communistes en politisant systématiquement les mouvements les exposent à la répression et dissuadent autant les paysans à lutter qu’elles ne les y incitent. De même le chapitre 3 (« Nombres » pp. 104-129) est un modèle de critique intelligente des données chiffrées utilisées, qui se situe à mi-chemin entre la confiance excessive dans les statistiques de certains auteurs et la méfiance systématique observée par d’autres : « matérialiste » (page 17), Bianco n’est ni un dogmatique à rebours, qui accorderait dans son analyse une part excessive à la culture contre l’économie, qui lui paraît le facteur explicatif fondamental, ni un positiviste qui serait paralysé à l’idée d’avancer une quelconque conclusion non étayée par des documents en nombre. Cette démarche évite les prises de position moralistes méprisantes pour les paysans dans la troisième partie du livre (pp. 353-426) qui traite « des révoltes paysannes et de la modernisation ». Alors qu’il était tentant et partiellement justifié d’intituler « Les paysans contre le progrès » ces trois chapitres qui décrivent leur opposition à l’éradication de l’opium ou aux mesures judicieuses des autorités pour imposer aux paysans du Zhejiang l’achat de cocons de vers à soie obtenus à partir des œufs sélectionnés vendus dans des agences officielles et de ne plus employer les œufs souvent malsains obtenus à la ferme, Bianco analyse les véritables motivations de cette agitation souvent violente (pp. 366-369 et pp. 89-391). Il ne le fait pas en se posant en intellectuel qui a réponse à tout dans le confort de son bureau, mais en se situant au niveau de ces travailleurs miséreux aux limites de la survie qui se voient privés d’un revenu indispensable ou contraints à de nouvelles dépenses. On pense à l’élection récente à la présidence de la Bolivie d’Evo Morales, le candidat semi-indien des « cocaleros » ! Sans cesse, Lucien Bianco nous fait part de ses scrupules et de la fragilité de certaines de ses hypothèses. Il est présent tout entier, à la première personne, dans un livre qui se lit ainsi souvent comme une aventure intellectuelle. Malgré la masse des faits, des chiffres, des tableaux, des cartes et des graphiques, malgré l’avalanche des notes, on ne s’ennuie jamais à le suivre dans son exploration. L’insertion de textes traduits ou résumés dans le cours du récit, la richesse des détails, le constant souci comparatiste, immergent le lecteur dans un monde grouillant de millions de vies obscures. On y respire les âcres odeurs de la terre de Chine, on s’y englue dans la boue des rizières, on voit les visages burinés de ces pauvres hères qui vivent au jour le jour, résignés le plus souvent, rebelles à l’occasion. Le titre du livre aurait d’ailleurs pu être emprunté à un autre excellent ouvrage récent sur le monde paysan ancien, souvent cité par Bianco, La Rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), de Jean Nicolas5.

3Lucien Bianco nous présente en effet la rébellion chinoise dans une Chine rurale à 90 % à partir du dossier de 3 579 conflits survenus entre 1900 et 1949, soit 70 par an, ce qui correspond en gros aux 8 500 affaires présentées par Jean Nicolas entre 1661 et 1789, soit 65 par an, dans un pays alors douze fois moins peuplé. Cette référence est d’ailleurs explicite dans le titre donné à son livre par Bianco qui utilise le mot « jacquerie » pour des événements qui ont eu lieu plusieurs siècles plus tard à des milliers de lieues, mais où il reconnaît des similitudes profondes.

4De fait, l’attitude des paysans chinois à la fin de l’empire Qing et sous la République, renvoie souvent à celle des paysans français de l’Ancien Régime. Quand on quitte les villes côtières et que l’on voyage à l’intérieur de la Chine profonde, ne remonte-t-on pas, encore de nos jours, non seulement le cours des fleuves mais aussi celui du temps ? Tout comme les Pitauts, Croquants et autres Nu-Pieds du temps du Roi Soleil, les paysans chinois font preuve d’une étonnante patience devant l’exploitation dont ils sont les victimes et d’une faible conscience de classe. Quand ils s’insurgent, ils s’en prennent de préférence à l’Etat et à ses agents. Ainsi Bianco dénombre (tableau 5, p. 116) 1 140 mouvements contre le fisc et 800 contre l’administration dont 306 contre la conscription. Certes, face à ces 1 940 incidents qui opposent les paysans aux diverses formes d’autorité, il trouve 1 395 conflits à l’intérieur même de la société, mais 802 d’entre eux sont des pillages ou des émeutes de subsistance et 380 des conflits horizontaux (xiedou, vendettas) qui entraînent des heurts souvent très sanglants entre des villages ou des clans. Seuls 154 conflits attestés, soit 4,30% du total, relèvent de la résistance au fermage (kangzu), alors que les fermiers-métayers (diannong) qui constituent la grande majorité des paysans et cultivent en moyenne un demi-hectare doivent céder près de la moitié (46 %) de leur récolte en argent ou en nature à leur propriétaire, prélèvement auquel s’ajoute celui des impôts et des taxes.

5La révolte paysanne est plutôt conservatrice, car elle défend le statu quo menacé par telle ou telle aggravation des taxes, surtaxes ou autre contribution et poursuit le rêve d’un âge d’or situé très loin dans le passé. Le répertoire des luttes paysannes (chapitre 4) est d’ailleurs très traditionnel, avec notamment la grande ripaille (chi dahu) dans le domaine envahi de tel ou tel hobereau décrite avec délectation par Mao Zedong dans son célèbre Rapport sur le mouvement paysan dans la province du Hunan. Même si l’on voit apparaître une sorte de grève, avec le jiaonong (jiaona nongju, remise des outils agricoles), ce mouvement par lequel les paysans abandonnent leurs outils devant la sous-préfecture pour signifier qu’ils refusent de travailler dans de telles conditions, existait bien avant que le mouvement ouvrier naissant ne popularise ce type de résistance populaire dont il n’est pas une duplication rurale. Si l’on reprend la classification proposée par Charles Tilly des mouvements populaires qui distingue entre ceux qu’il appelle « compétitifs » où des rivaux se disputent la possession de ressources limitées, ceux qu’il nomme « réactifs » qui défendent contre l’Etat et ses agents des droits collectifs et ceux qu’il intitule « proactifs » qui proposent la conquête de nouveaux avantages et formulent à l’occasion des exigences politiques, ces derniers n’existent pratiquement pas : les conflits avant 1949 sont majoritairement « réactifs » et secondairement « compétitifs ». Ils ne s’en prennent pas à l’ordre établi, mais au désordre dû à des excès de la part des détenteurs du pouvoir.

6Après avoir analysé avec soin cette résistance paysanne spontanée, Lucien Bianco traite dans une quatrième partie des rapports entre les paysans et la révolution (pp. 423-494). Le chapitre 17, « Paysans et communistes dans la conquête du pouvoir », propose une lecture de cet événement différente de celle de Chalmers Johnson qui, en 1962, les yeux fixés sur la guerre du Vietnam, voyait dans la victoire des communistes en Chine le succès de nationalistes à la Tito face aux agresseurs japonais, ainsi que de celle de tous les historiens qui – à l’instar de Mark Selden (en 1971 puis en 1995) – insistaient sur les facteurs sociaux dans la mobilisation paysanne derrière les communistes. Il reprend à son compte (p. 439) une formule de Gregor Brenton pour qui « ce sont les armes et non les classes qui ont fait la révolution chinoise », en précisant toutefois que cette victoire n’eut pas été possible si les intellectuels et autres révolutionnaires professionnels qui dirigeaient le Parti communiste n’avaient pas su mettre sur pied ces armées paysannes victorieuses. En présentant la révolution comme une construction et non comme un surgissement spontané, il rejoint la démonstration de Chen Yung-fa dans son ouvrage Making Revolution : The Communist Movement in Eastern and Central China 1937-19456.

7Dans sa démarche, Bianco s’appuie sur les résultats de l’analyse du monde paysan faite par lui dans les chapitres précédents : les paysans ont fait preuve d’un comportement défensif et particulariste avec une faible conscience de classe et une volonté de protéger leur communauté locale. Mao Zedong se plaignait d’ailleurs en 1928 que les « masses soient froides et réservées » envers les révolutionnaires. Sans parvenir à transformer complètement cette attitude, les communistes sont parvenus, avec l’aide involontaire des Japonais, à amener les paysans à opérer un véritable retournement qui leur a fait affronter un statu quo politique et social qu’ils aspiraient naguère à préserver. On connaît le proverbe « les pauvres n’attaquent pas les riches, le peuple n’attaque pas les mandarins » (pin mo doufu, min mo dou guan) que l’on peut compléter par l’autre proverbe – qui n’est contradictoire qu’en apparence – selon lequel « ce sont les mandarins qui contraignent le peuple à la rébellion » (guan bi min fan) : il fallait pour le PCC faire en sorte qu’une rébellion occasionnelle due à un excès d’un représentant d’un pouvoir que l’on acceptait par ailleurs, devienne une soumission indéfectible à un parti révolutionnaire dont les paysans se méfiaient. Cette difficile alchimie pour « extraire du minerai brut paysan la piétaille de la révolution » fut l’œuvre d’un noyau dur d’activistes communistes recrutés d’abord parmi les rejetons instruits à la ville de l’élite rurale. Leur jeunesse constituait un facteur plus décisif dans leur engagement que leur origine sociale, malgré les affirmations contraires des théoriciens communistes. Dès que le Parti communiste était parvenu à mettre sur pied localement une structure administrative efficace et des forces armées crédibles, les paysans se ralliaient à lui pour survivre, face aux raids terroristes et prédateurs des Japonais. Sans ces derniers, le PCC n’y serait sans doute pas parvenu.

8A l’occasion, comme dès l’hiver 1941 à Licheng dans le Shanxi, les communistes employaient cette force pour maintenir sous leur contrôle des villages qui voulaient s’en affranchir. Pendant la guerre civile, à partir de 1946, l’esprit revanchard du Guomindang qui voulait punir tous ceux qui avaient accepté le pouvoir communiste et la terreur blanche qui accompagnait dans les villages reconquis le retour victorieux de ses armées jusqu’à l’été 1947, rendirent aux communistes ce rôle de protecteurs, renforcé par la redistribution aux paysans pauvres et aux ouvriers agricoles des terres prises aux propriétaires fonciers. Par ailleurs, la violence des actions entreprises par les paysans contre les nantis quand les communistes leur donnaient l’occasion de l’exprimer, apparue déjà lors de l’éphémère soviet de Hailufeng entre octobre 1927 et février 1928 (p. 453), traduit bien l’acuité des tensions sociales dissimulées dans les villages derrière le consensus paternaliste (ganqing) confucéen affiché : la mobilisation communiste révélait ce dynamisme caché. Ainsi s’établissait un échange inégal entre le Parti communiste et les paysans : ils fournissaient contributions, travail et jeunes recrues contre la sécurité et de la terre. Tout en conservant une certaine distance, comme le montre William Hinton dans Fanshen, publié en 1966, qui décrit les hésitations des paysans d’un village du Shanxi passé sous le contrôle communiste dès l’automne 1947. Sans les communistes, les paysans en seraient restés au stade de la révolte. Leur conscience révolutionnaire a été construite de l’extérieur. Cette interaction entre le Parti communiste et la société rurale les change l’un et l’autre, mais pas complètement : le PCC demeure léniniste et bien décidé à imposer le socialisme sous l’impulsion d’un parti-Etat qui s’attribue le monopole du pouvoir, tandis que les éléments de continuité observés dans l’étude des mouvements spontanés de la paysannerie l’emportent sur le bouleversement opéré parmi les paysans entre 1947 et 1951 dans le cadre de la victoire communiste et de la reforme agraire.

9Les 36 pages, soit seulement 13 % du texte total, consacrées par Lucien Bianco à la présentation de la résistance ouverte ou cachée des paysans au régime communiste, n’ont de toute évidence pas le même statut que les 455 pages qui les ont précédées. Bianco cherche plutôt dans les deux derniers chapitres de son livre à inviter les chercheurs à une démarche analogue à celle qu’il a suivie en amont, quand les conditions en seront rendues possibles. Il dégage donc des tendances sous forme d’hypothèses formulées à partir d’ouvrages de seconde main, sauf sur quelques points où il a pu établir lui-même un dossier, comme pour les vendettas de village (xiedou) ou les émeutes antifiscales de Renshou (Sichuan) en 1993 (pp. 470-471). Il laisse donc à d’autres la tâche d’étudier sur le terrain les changements qu’un sociologue ou un ethnologue peut déjà observer, comme le fait le collectif dirigé par Isabelle Thireau et Wang Hansheng dont les résultats sont consignés dans Disputes au village chinois, Formes du juste et recompositions locales des espaces normatifs7. On peut confronter les résultats de cette étude de terrain, qui porte sur le monde rural des années qui ont suivi la réforme de Deng Xiaoping, avec ceux consignés dans le précédent ouvrage du même auteur assisté de Hua Linshan, Enquête sociologique sur la Chine 1911-19498. Bianco a d’ailleurs contribué par un article « Xiedou et équité » aux Disputes au village. On s’étonne d’ailleurs de l’absence de ces deux ouvrages, et par conséquent de cet article, de l’excellente bibliographie jointe au livre de Bianco.

10Concluant son enquête conduite en amont, Bianco soumet donc dans ces quelques pages ses hypothèses à l’épreuve de la pratique (shishi qiushi) en analysant les comportements paysans en aval, dans la seconde moitié du siècle dernier. Il y ajoute une réflexion sur les « armes des faibles » (formule empruntée à James Scott), qui vont du travail lent ou bâclé au sabotage, où il ne voit d’ailleurs que de faibles armes, à la différence de Daniel Kelliher qui en faisait en 1992 les bases d’un « pouvoir paysan ». Alors qu’Elizabeth Perry, dans un article de 1985 publié dans The China Quarterly qui portait sur la violence rurale dans la Chine socialiste croyait pouvoir distinguer deux types de comportements chez les paysans, l’un essentiellement « réactif » avant 1980, l’autre essentiellement « compétitif » depuis la réforme, Lucien Bianco privilégie la continuité d’une résistance essentiellement « réactive » et toujours aussi peu « pro-active », étant entendu que la montée spectaculaire de cette résistance, qui passe de quelques milliers de conflits dans les années 1990 à 74 000 cette année, s’explique pour une bonne part par la moindre efficacité du contrôle social actuel par rapport à ce qu’il était du temps de Mao et par une répression moins sévère, et ne traduit nullement une aggravation de la misère paysanne.

11Il s’interroge enfin sur les changements en cours avec peut-être un début de politisation, mais croit pouvoir s’en tenir à l’appréciation par laquelle il clôt son livre à la p. 493 : « Les paysans ne sont pas encore prêts à prendre le régime pour cible… Ils ne serviront pas non plus de force d’appoint aux citadins qu’ils jalousent et détestent et qui les méprisent. Pas plus que le régime, les citadins et, en particulier, les intellectuels ne veulent d’une démocratie qui donnerait la majorité aux paysans, ce qui continuera à être le cas pendant plusieurs décennies, jusqu’à ce qu’un exode rural devenu encore plus massif implante de façon définitive les migrants et leurs descendants en ville ».

12Les graves incidents survenus récemment à l’occasion de l’opposition de paysans évincés d’une terre dont ils ne sont toujours pas redevenus propriétaires contre des indemnisations dérisoires, notamment dans la province du Guangdong, s’inscrivent parfaitement dans ce cadre. Ainsi qu’observe-t-on au village de Dongzhou, dans la sous-préfecture de Shanwei où la police a tué entre 3 et 12 manifestants et établi une sorte d’état de siège ? Essentiellement une grande continuité avec les mouvements du siècle précédent : les manifestants passent d’un comportement pacifique, avec bâtonnets d’encens et prosternations rituelles devant les représentants de l’autorité, à l’extrême violence, quand on refuse de les entendre. Par ailleurs, les autorités envoient en prison le sous-chef local de la police qui aurait fait ouvrir le feu, tout en restant fermes sur les décisions prises contre lesquelles les paysans manifestaient. Faut-il rappeler que l’on est tout près de Honghai wan, connue jadis sous le nom de Bias Bay, terre de prédilection durant des décennies, de pirates redoutés ? On nous parle de manifestants accourus en renfort des environs et notamment de Lufeng. Comment ne pas penser aux unions paysannes de Haifeng et Lufeng, animées par Peng Pai et au terrible soviet de Hailufeng où, durant l’hiver 1927-28, les forces de répression et les paysans rebelles rivalisèrent de cruauté et d’horreurs, ce qui se reproduisit durant la Révolution culturelle ? On s’explique ainsi un peu mieux la nervosité des forces de répression et l’audace inhabituelle des 300 activistes paysans qui les défiaient. A moins que l’on ne remarque plutôt les aspects nouveaux de ce conflit, où les manifestants ont envoyé aux journaux de Hong Kong des photographies numérisés, où la présence des journalistes était d’autant plus importante que l’on était à quelques jours du sommet de l’Organisation mondiale du commerce à Hong Kong, où la protestation contre la construction d’une centrale thermique au charbon s’accompagnait de considérations écologiques sur la pollution des eaux poissonneuses d’un lac tout proche ? Seul l’avenir nous dira si cette contestation paysanne est entrée depuis un ou deux ans dans une nouvelle époque. Et si la conclusion de Bianco doit être révisée.

13Pour le moment, Jacqueries et révolution nous aide non seulement à mieux lire l’histoire paysanne chinoise du siècle dernier, mais aussi à comprendre et à apprécier les mouvements actuels de la paysannerie chinoise saisie par la mondialisation et les contradictions de la spectaculaire et cruelle révolution industrielle en cours.

Haut de page

Notes

1 Politique étrangère, 1968.
2 Jean Chesneaux (dir.), Mouvement populaires et sociétés secrètes en Chine aux XIXe et XXe siècles, Paris, Maspéro, 1970.
3 Cambridge History of China, vol. 13, 1986, pp. 270-328.
4 M.E. Sharpe, Armonk, N.Y.
5 Paris, Seuil, 2002.
6 Berkeley University Press, 1986.
7 Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2001.
8 Paris, PUF, 1996.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Roux, « Lucien Bianco, Jacqueries et révolution dans la Chine du XXe siècle », Perspectives chinoises [En ligne], 93 | janvier-fevrier 2006, mis en ligne le 16 mai 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/945

Haut de page

Auteur

Alain Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org