Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Paul J. A. Clark, Reinventing China: A Generation and Its Films

Hong Kong, The Chinese University Press, 2005, 257 p.
Angus W. K. Lam

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Nicolas Ruiz-Lescot

Texte intégral

1L’avènement d’une « cinquième génération » de réalisateurs dans la seconde moitié des années 1980 constitue le phénomène le plus remarquable du cinéma chinois contemporain. Il a notamment permis au septième art chinois de connaître une popularité croissante à l’étranger : le Sorgho Rouge de Zhang Yimou a remporté l’Ours d’Or au Festival de Berlin en 1988, Qiu Ju, une femme chinoise fut primé au Festival de Venise et Adieu ma concubine de Chen Kaige au Festival de Cannes en 1993. L’ouvrage de Paul Clark Reinventing China: A Generation and Its Films est une étude minutieuse des réalisateurs de la « cinquième génération » et de leurs œuvres. L’auteur, professeur à la School of Asian Studies de l’Université d’Auckland (Nouvelle-Zélande), retrace en détails cette success story. Faisant autorité en la matière, Paul Clark a déjà publié de nombreux articles ainsi que deux livres1. Son dernier ouvrage réactualise et développe ses travaux antérieurs. Il s’appuie sur des recherches menées en Chine depuis les années 1970, enrichies par les relations personnelles de l’auteur avec les réalisateurs.

2L’ouvrage comprend trois parties. Paul Clark retrace les trajectoires personnelles de dix réalisateurs avant leur entrée à l’Académie de cinéma de Pékin – parmi lesquels Zhang Yimou, Chen Kaige et Tian Zhuangzhuang, désormais internationalement reconnus –, dans ce qu’il appelle « une biographie de groupe partagée ». Il connaît ces réalisateurs depuis plus de vingt ans et l’essentiel de ses informations provient d’entretiens et de discussions informelles avec eux. Selon l’auteur, « une biographie collective était possible car en grandissant dans la Chine de Mao, ces dix condisciples ont partagé des expériences communes » (p. 8).

3Paul Clark souligne en particulier l’importance cruciale pour ces réalisateurs de leurs quatre années d’études (1978-1982) à l’Académie de cinéma de Pékin, réouverte après avoir été fermée pendant la Révolution Culturelle. La plupart des chercheurs divisent les réalisateurs en quatre groupes, selon leur promotion d’études : 1905-1932, 1932-1949, 1950-1960 et 1960-1980. Ceux diplômés en 1982 sont généralement connus sous le nom de « cinquième génération », la première à avoir réalisé des films après la Révolution culturelle. L’une des caractéristiques de ces réalisateurs réside dans leur style cinématographique. A la différence des générations précédentes, ils ont pu voir des œuvres du cinéma européen. Refusant de suivre les canons du réalisme socialiste, ils ont élaboré leur propre écriture cinématographique. Aussi cette « cinquième génération » est-elle synonyme de « Nouvelle Vague chinoise », et ces jeunes diplômés furent les maîtres d’œuvre d’un nouveau cinéma chinois.  

4L’auteur s’intéresse au travail de chaque réalisateur, mais admet « faire peu de cas d’une approche centrée sur l’auteur, et avoir choisi simplement d’observer les développements qui apparaissent à travers les histoires de ces individus » (p. 5). Il s’agit de « révéler les relations entre l’expérience individuelle et les développements politiques et sociaux qui ont structuré l’histoire du cinéma chinois » dans les années 1980 et les années 1990 (p.75). Clark met ainsi à jour les liens entre les films de la « cinquième génération » et le discours socio-culturel de leurs réalisateurs.

5Un point commun à ces films est leur relation conflictuelle au passé. La Révolution culturelle et son impact sur la vie de nombreux Chinois y est un sujet récurrent. La plupart des réalisateurs mentionnés ont été contraints d’abandonner l’école durant la Révolution culturelle. Ils ont été envoyés à la campagne afin d’y être rééduqués par les paysans, ou enrôlés dans l’armée pour servir le communisme, et ont ainsi expérimenté les contradictions entre la réalité et l’idéologie durant cette période. Paul Clark procède donc à une mise en perspective des films au regard du contexte historique.

Haut de page

Notes

1 « Hauhau »: the Pai Marire Search for Maori Identity, Auckland, Wellington, Auckland University Press,Oxford University Press, 1975, et Chinese Cinema: Culture and Politics Since 1949, New York, Cambridge University Press, 1987.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angus W. K. Lam, « Paul J. A. Clark, Reinventing China: A Generation and Its Films », Perspectives chinoises [En ligne], 92 | novembre-décembre 2005, mis en ligne le 14 juin 2007, consulté le 30 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/936

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page