Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Ko-lin Chin, Heijin. Organized Crime, Business and Politics in Taiwan

Armonk, Londres, M.E. Sharpe, 2003, 267 p.
Christian Göbel

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Nicolas Ruiz-Lescot

Texte intégral

1L’« or noir » (heijin), autrement dit la « triple alliance » du crime organisé, du monde des affaires et de la classe politique, est l’un des thèmes de prédilection de la presse taiwanaise et le sujet de nombreux ouvrages de qualité publiés en chinois. Pourtant, malgré son importance et l’abondance des informations disponibles, le sujet a suscité peu d’intérêt hors de Taiwan. La publication de l’ouvrage de Ko-lin Chin permet de combler cette lacune : Heijin présente en anglais les sources primaires et secondaires disponibles sur la question, et offre des analyses originales et souvent excellentes. Ko-lin Chin a réalisé une série d’entretiens avec 117 personnes, parmi lesquelles des membres du gouvernement, des officiers de police, des élus de tous les échelons administratifs et 32 figures du crime organisés, dont certaines des plus importantes.

2L’ouvrage est divisé en trois parties, chacune découpée en trois chapitres. La première partie souligne l’importance de l’« or noir » dans la société et la politique taiwanaises. Elle établit une typologie des organisations criminelles dans l’île et définit quelques termes essentiels. Ko-lin Chin retrace également l’évolution des organisations les plus importantes et celle de leurs chefs, et examine le réseau lâche des groupes locaux et leur répartition géographique. Ainsi que le rappelle l’auteur, ces derniers doivent être distingués des gangs plus organisés qui opèrent sur l’ensemble de l’île, comme les « Bambous Unis », les « Quatre mers » ou l’« Alliance céleste ». Il décrit ensuite le détail des activités dans lesquelles ces groupes sont impliqués, du racket au jeu, en passant par l’industrie du sexe, le recouvrement de dettes ou encore la résolution de conflits et les violences.

3La seconde partie explique comment les « grands frères » – les chefs d’organisations criminelles – sont devenus des acteurs majeurs de la vie économique et politique. Elle décrit l’entrée progressive des gangsters dans le monde des affaires. Après qu’ils eurent offert leur protection et leurs services dans les règlements de conflits, ils se sont lancés eux-mêmes dans des activités – légales et illégales – le plus souvent dans le secteur immobilier. Economiquement puissants, mais vulnérables politiquement, ils durent à leur tour solliciter des « protections ». La voie était ouverte à la collusion entre hommes politiques et membres de l’ « or noir », ces derniers finissant par briguer eux-mêmes des postes politiques. Certains « parrains » célèbres comme Wu Tse-yuan, Lin Ming-yi et Lo Fu-chu devinrent députés, en dépit de leurs activités criminelles.

4Le modèle de Ko-lin Chin peut sembler familier car son apport n’est pas nouveau : il affine plutôt, et nourrit d’exemples concrets les modèles élaborés par des politistes et des sociologues taiwanais comme Chao Yung-mao, Chen Ming-tong et Chen Dung-sheng. Pour finir, l’auteur évalue le développement de l’« or noir » dans les sphères politiques, le rôle joué par les deux principaux partis politiques dans ce phénomène, et propose une explication à la popularité des gangsters auprès des électeurs. Cette dernière est, selon lui, directement liée à des pratiques telles que l’achat de votes, la corruption, la spéculation et la violence, dont résulte la « dégénérescence de la politique taiwanaise » (p. 147).

5La troisième partie décrit et analyse les réactions du gouvernement face au crime organisé. Elle révèle l’influence des principales organisations criminelles taiwanaises sur la scène internationale et émet quelques suggestions pour combattre l’« or noir ». Ko-lin Chin affirme, non sans vraisemblance, que la stratégie de l’administration KMT, qui consista à adopter des mesures sélectives au lieu de réformes institutionnelles, a en réalité servi ses intérêts propres et eu pour conséquence une aggravation des problèmes. L’ « Opération coup de balai » (yiching) a ainsi marqué un tournant dans le développement du crime organisé à Taiwan. Un de ses résultats directs fut la création de l’ « Alliance Céleste » par des gangsters emprisonnés au cours de l’opération. Une deuxième conséquence fut l’entrée des organisations criminelles taiwanaises sur la scène internationale, provoquée par la fuite des gangsters hors de l’île. Un chapitre est entièrement dévolu à l’internationalisation du crime organisé taiwanais. Troisièmement, lorsque les anciens chefs de gangs emprisonnés furent libérés, ils s’efforcèrent de regagner leurs positions, ce qui déclencha une sanglante guerre des gangs et provoqua une détérioration de leurs codes de conduite.

6Le mérite de l’ouvrage réside sans doute moins dans ses apports théoriques que dans ses riches descriptions et les typologies très utiles qu’il présente. Ko-lin Chin propose une explication convaincante des facultés de régénérescence de l’« or noir ». Le crime organisé, les affaires et les politiques sont, selon lui, si profondément imbriqués que « la ligne qui sépare le légal et l’illégal s’est estompée, et que de nombreuses personnes franchissent la ligne » (p. 19). Il révèle aussi que l’« or noir » n’est nullement l’apanage du Parti nationaliste (Kuomintang, KMT), mais concerne aussi des politiciens locaux membres du Parti démocrate progressiste (PDP), ce qui expliquerait sa permanence.

7J’ai particulièrement apprécié les entretiens menés par Ko-lin Chin avec des patrons du crime, des hommes politiques de toutes tendances et des officiers de police. Tandis que les hommes politiques s’accusent mutuellement de collusion avec l’ « or noir » et minimisent leur propre rôle dans cette « triple alliance », les officiers de police se plaignent de leur impuissance face au phénomène et les patrons du crime vantent pour leur part les bienfaits qu’ils ont apportés à la société en dénouant les conflits et en truquant les paris !

8Le travail de Ko-lin Chin permet donc d’appréhender l’état d’esprit des acteurs participant au heijin, la façon dont ils légitiment leurs actions et la manière dont ils se considèrent mutuellement. Ces entretiens révèlent aussi l’absence de consensus sur l’ampleur du problème de l’ « or noir » dans la société taiwanaise. Ko-lin Chin s’efforce d’utiliser les données quantitatives disponibles sur l’implication des politiciens et des grandes entreprises dans le crime organisé, mais l’ampleur des variations entre les chiffres (p. 15) révèle la nature peu objective de ces « indicateurs », fondés le plus souvent sur des estimations biaisées. Ce dernier point révèle néanmoins une qualité de l’ouvrage de Chin : il n’impose aucune thèse et admet les limites inhérentes à son travail. Une partie de l’appendice consacré à sa méthode de recherche relate d’ailleurs les difficultés rencontrées pendant son enquête.

9Malgré ces limites, Ko-lin Chin prend position sur l’ampleur du problème. Citant le chef d’un gang important et plusieurs députés, il suggère que « la plupart des politiciens courtisent les membres du crime organisé car ces derniers peuvent leur permettre d’obtenir des voix » (p. 217). Les gangsters, explique-t-il, sont d’excellents pourvoyeurs de votes (pour les autres et pour eux-mêmes), notamment dans les zones rurales où ils sont appréciés pour leur « style populaire », leur « influence », les « services » qu’ils offrent à leurs électeurs, leur « générosité », leur capacité à obtenir des fonds pour leur électorat et enfin parce qu’à travers eux, les électeurs protestent contre l’« establishment » (pp. 128-133).

10Par ailleurs, Ko-lin Chin suggère que la population taiwanaise est « indignée de la détérioration de la loi et de l’ordre dans la société » et que l’« or noir » est peut-être responsable de la fin du règne du KMT ». Mais cette dernière affirmation n’est nullement étayée et l’auteur laisse irrésolu un paradoxe : les électeurs se laissent courtiser par les mêmes personnes qui ailleurs suscitent leur « indignation ». L’origine de cette contradiction est peut-être à chercher dans l’assimilation simpliste des vote captains ou des pillars (zhuangjiao) à des « membres du crime organisé » (heidao) (p. 217). Si l’on considère la variété des profils de ces vote captains, cette assimilation donne une extension trop large au concept de « crime organisé » : elle laisse entendre que tout politicien taiwanais est lié aux gangsters et sous-estime la complexité des relations sociales à Taiwan.

11C’est toutefois un détail et l’ouvrage de Chin reste la meilleure étude disponible sur le sujet. Elle offre au lecteur une analyse fouillée et claire des liens entre le crime organisé, le monde des affaires et la classe politique et apprend beaucoup sur les procédés employés pour maintenir ces liens. La qualité de cet ouvrage rend indispensable sa lecture pour quiconque s’intéresse à la politique, l’économie et la sociologie de Taiwan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Göbel, « Ko-lin Chin, Heijin. Organized Crime, Business and Politics in Taiwan », Perspectives chinoises [En ligne], 91 | septembre-octobre 2005, mis en ligne le 27 avril 2007, consulté le 25 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/923

Haut de page

Auteur

Christian Göbel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page