Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Erika E.S. Evasdottir, Obedient Autonomy: Chinese Intellectuals and the Achievement of Orderly Life

Vancouver, University of British Columbia Press, 2004, 320 p.
David Palmer

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Nicolas Ruiz-Lescot

Texte intégral

1La gestion stratégique des relations interpersonnelles en Chine (guanxi) est un phénomène dont l’importance est bien connue des sinologues1. Dans cet ouvrage, une ethnographie des archéologues chinois, conduite dans le cadre d’une thèse de doctorat (Harvard), Erika Evasdottir propose une foisonnante description de l’univers de l’archéologie en Chine ; elle conceptualise aussi de manière originale la dynamique des relations sociales chez les intellectuels dans le cadre de la danwei (unité de travail). A partir du cas des archéologues, elle élabore un modèle d’« autonomie docile », distincte de la notion occidentale de liberté à l’égard des normes et obligations. L’auteur analyse la manière dont les acteurs construisent leurs vies et leurs carrières, mettant en œuvre de manière créative les ressources d’un maillage complexe de rôles, de hiérarchies, de règles et d’obligations réciproques, dans leurs interactions avec les professeurs, les étudiants, les collègues, les bureaucrates et les ouvriers-paysans.

2L’expression « autonomie docile » est délibérément choisie pour ébranler l’idée selon laquelle l’obéissance serait antinomique avec l’autonomie individuelle. Selon Erika Evasdottir, c’est au contraire l’adhésion à un système codifié de relations qui donne aux intellectuels chinois les ressources et le pouvoir de contrôler leurs vies. Ce qui explique qu’ils n’essaient pas de remettre en cause les limites et les inégalités maintenues par le système.

3Selon Erika Evasdottir, le système chinois se caractérise par l’orthopraxie : « l’action est accomplie d’une manière à être conforme aux normes en vigueur » (p. 14). Dans le cadre de ce système, la valeur morale d’un individu et ses succès sont fixés et sanctionnés par son entourage. En régime d’orthodoxie, en revanche, un individu aligne ses pratiques sur ses croyances, et c’est l’individu lui-même qui est juge de sa personne et responsable de ses succès. En régime d’orthopraxie, l’enjeu principal réside dans la reconnaissance du « public qui compte », les personnes qui dans une certaine situation ont le pouvoir de prononcer un jugement qui affecte les possibilités futures de l’acteur. Il s’agit pour lui d’ajuster son comportement aux attentes du public, de sorte que sa réputation en tire bénéfice. Dans un tel contexte, l’autonomie peut être comprise comme « l’intervention active dans le processus de jugement du public » (p. 21), qui combine l’utilisation de manière créative de rôles, de scripts et d’incitations. Ces tactiques supposent que les structures, les règles, les catégories et les normes soient partagées et comprises par chacun, dans un ordre stable.

4Erika Evasdottir critique l’usage du terme guanxi devenu, selon elle, un concept « fourre-tout » dans l’étude des interactions sociales chinoises, qui a perdu son pouvoir analytique. Elle lui oppose un ensemble de concepts liés entre eux, dont le premier est celui de hiérarchie. En régime d’orthopraxie, la hiérarchie n’équivaut pas à un jeu à somme nulle où le pouvoir d’un individu suppose l’impuissance et l’absence de moyens pour un autre individu. « Il s’agit plutôt d’un troc entre le jeune et l’aîné, quelque chose qui s’échange continuellement ; par moments, le jeune dirige, mais à d’autres moments, l’aîné reprend le contrôle » (p. 26). Dans ce jeu de relations hiérarchiques, chacun doit évaluer si l’autre mérite qu’on lui consacre du temps, et qu’on lui donne de la « face » et des ressources pour maintenir ou renforcer la relation. Deux éléments jouent dans cette évaluation : la confiance – il importe que la personne agisse selon des valeurs de réciprocité, et non des valeurs absolues – qui fonde le jugement porté sur la qualité morale d’un individu – et la compatibilité – ce que l’autre individu peut apporter à la relation. Ces jugements sont établis dans un contexte d’évaluation de l’autorité de la personne – « la maîtrise, ou l’apparence de maîtrise sur la redistribution des ressources » (p. 27).

5Après avoir présenté son modèle dans le premier chapitre, Erika Evasdottir décrit comment les archéologues acquièrent cette « autonomie docile». Selon elle, ils représentent le « type idéal » des intellectuels chinois : gardiens de l’héritage national, leur autoreprésentation reconduit l’image du lettré chinois traditionnel. Par ailleurs, la place de l’archéologie dans la construction idéologique et la légitimation politique leur donne une relation privilégiée mais ambiguë à l’égard de l’Etat ; enfin, leur travail de terrain les oblige à une constante négociation de rôles, d’identités et de ressources avec le faire-valoir traditionnel de l’intellectuel chinois : le paysan laboureur.

6L’intitulé des chapitres reprend, en manière de provocation, des lieux communs de la philosophie politique occidentale. Ils présentent le processus d’intégration au groupe social des archéologues et d’adhésion aux normes qui codifient les relations sociales à l’intérieur (« Le contrat social », chap. 2) ; les règles de réciprocité et de manipulation des relations hiérarchiques (« l’Etat de droit », chap. 3) ; les trois structures bureaucratiques dans lesquelles travaillent les archéologues (WW, xitong) : la culture, l’éducation, et l’académie, et les différents stratégies d’ « autonomie docile » qui sont mobilisées dans les contextes spécifiques (« la séparation des pouvoirs », chap. 4) ; l’usage de l’appartenance de classe, du cursus scolaire et de l’origine régionale afin d’établir des similarités et de légitimer des différences entre les acteurs (« la règle de la majorité », chap. 5) ; les relations antagonistes entre archéologues urbains et paysans ruraux (« les groupes d’intérêt », chap. 6) ; le pouvoir d’une minorité masculine âgée (« les oligarques ») sur les possibilités de publication, les sujets de recherches, les permis d’excavation, les contacts avec l’étranger, opposé à la marginalisation des femmes (« les droits des minorités », chap. 7) ; enfin, le conservatisme inhérent au système d’ « autonomie docile », que la plupart des acteurs ont intérêt à voir perdurer (« la recherche du bonheur », chap. 8).

7Obedient Autonomy offre une magistrale leçon d’ethnographie, dans le sens classique du terme : l’ouvrage donne une image ordonnée et claire d’un système de relations sociales extrêmement complexe. Cette brillante synthèse n’a qu’un seul défaut : elle est trop parfaite. Quid de ceux qui échouent à manipuler le système? Erika Evasdottir ne tient pas compte des nombreuses critiques formulées par des intellectuels chinois à l’égard du système des guanxi et de la corruption qu’il entraîne. Ces derniers idéalisent le modèle occidental comme une alternative, perçu comme étant fondé sur l’authenticité et n’impliquant que le seul mérite. L’approche schématique d’Erika Evadosttir qui oppose orthopraxie chinoise et orthodoxie occidentale reproduit ces stéréotypes, tandis qu’une autre approche révèlerait sans doute l’entrelacement de ces différents discours et pratiques en Chine comme en Occident.

8Par ailleurs, le modèle de l’auteur peut expliquer le statut marginal des femmes dans les cercles archéologiques, mais son traitement des genres soulève d’autres questions : dans quelle mesure les stratégies offertes par les rôles de filles, mères, épouses, maîtresses, permettent-elles aux femmes chinoises d’acquérir une « autonomie docile », à travers les relations de parenté, la famille et les relations sexuelles ? Ce serait sans doute là le sujet d’une autre étude.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Mayfair Yang, Gifts, Favors, and Banquets, Ithaca, Cornell University Press, 1994.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Palmer, « Erika E.S. Evasdottir, Obedient Autonomy: Chinese Intellectuals and the Achievement of Orderly Life », Perspectives chinoises [En ligne], 91 | septembre-octobre 2005, mis en ligne le 27 avril 2007, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/922

Haut de page

Auteur

David Palmer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org