Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Donald D. Tong, The Heart Of Economic Reform : China’s Banking Reform and State Entreprise Restructuring

Adershot, Ashgate, 2002, 202 pp.
Françoise Lemoine

Texte intégral

1La thèse de l’ouvrage, bien résumée dans le titre, est que la restructuration du système bancaire et celle des entreprises d’Etat sont indissociablement liées et qu’elles conditionnent la poursuite des réformes en Chine. En effet, l’épargne massive des ménages chinois est, pour l’essentiel,  déposée dans les banques d’Etat. Or ces banques remplissent leur fonction d’intermédiation de manière inefficace, en allouant la majeure partie de leurs crédits aux entreprises d’Etat peu rentables, plutôt qu’aux autres catégories d’entreprises, dynamiques et profitables. Maintenir à flot les entreprises d’Etat est une nécessité car celles-ci ont un rôle de filet de sécurité sociale pour une grande partie de la population. La priorité est donc de constituer un système de sécurité sociale extérieur aux entreprises, pour pouvoir faire progresser ensuite conjointement la réformes du système bancaire et celle des entreprises d’Etat.

2La thèse n’est pas originale mais elle est juste et bien argumentée. L’ouvrage a d’indéniables qualités : il est extrêmement clair et didactique. Les différents chapitres (Evolution du système financier, Institutions financières et investissement, Sources de financement de l’investissement, Canaux de transformation de l’épargne en investissement, Efficacité de l’investissement et croissance, etc.) font chacun le tour de la question et fournissent des informations chiffrées pertinentes. Le chapitre 10, en particulier, présente une synthèse à la fois complète et précise des fonctions sociales des entreprises d’Etat et de leurs coûts.

3Dans la plupart des chapitres l’analyse s’arrête un peu tôt. L’année 1996 est généralement la dernière référence en date tant pour l’analyse que pour les séries chiffrées. Les développements récents ne sont donc pas pris en compte et certains chapitres donnent ainsi une information qui apparaît périmée. Les développements récents les plus importants sont repris dans un chapitre final.

4Par ailleurs, certaines affirmations sont discutables. S’il est vrai que les salariés sont mieux traités que les créanciers dans les faillites des entreprises d’Etat, on ne peut pour autant affirmer que c’est la largesse des indemnités données en cas de licenciement qui empêche la restructuration des entreprises d’Etat (p. 160). D’autres analyses sont un peu courtes et superficielles. L’interprétation selon laquelle l’écart entre le montant des contrats d’investissement étrangers directs (IDE) et le montant des IDE effectivement réalisés tient à un manque de confiance des investisseurs ou/et aux barrières à l’entrée n’est pas très convaincante, compte tenu de l’ampleur des flux d’IDE et de l’opacité des statistiques chinoises dans ce domaine aussi (p. 46). La description des marchés boursiers omet de mentionner que plus de la moitié de la capitalisation boursière est aux mains d’investisseurs institutionnels et que ces actions ne sont pas négociables librement.  L’idée selon laquelle le développement des marchés boursiers est un moyen d’améliorer l’allocation des ressources parce que « les marchés de capitaux fournissent aussi un moyen efficace de contrôler la gestion des entreprises par les actionnaires tout en évitant les relations confortables entre banques et entreprises » paraît pour le moins prématurée dans le cas de la Chine (p. 179). Par ailleurs, analysant le ralentissement de la croissance dans la deuxième moitié des années 1990, l’auteur indique qu’il est lié à la faiblesse de la demande, qui est elle-même explicable par la montée du chômage et de la précarité, ce qui est l’explication le plus souvent avancée (p. 181). Dans le contexte de cet ouvrage consacré au dysfonctionnement du système financier, il aurait été intéressant de mentionner une autre interprétation, défendue par certains économistes, et selon laquelle l’origine de la faible croissance se situe non pas du coté de la demande mais du coté de l’offre de crédit, et tient  à la réticence des banques à prêter aux entreprises privées.  Selon cette thèse il y aurait dans le secteur privé une demande de crédit non satisfaite du fait du dysfonctionnement du système bancaire et du plafonnement des taux d’intérêt.

5En somme ce livre a les défauts de ses qualités : il est clair et simple, parfois un peu trop.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Lemoine, « Donald D. Tong, The Heart Of Economic Reform : China’s Banking Reform and State Entreprise Restructuring », Perspectives chinoises [En ligne], 76 | mars - avril 2003, mis en ligne le 24 juillet 2006, consulté le 28 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/92

Haut de page

Auteur

Françoise Lemoine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page