Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Dru C. Gladney, Dislocating China. Muslims, Minorities, and Other Subaltern Subjects

Chicago, The University of Chicago Press 2004, 421 p.
Ildikó Bellér-Hann

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Nicolas Ruiz-Lescot

Texte intégral

1Par cet ouvrage, Dru Gladney entend remettre en cause l’idée d’« homogénéité » de la société chinoise, une représentation répandue parmi les sinologues. La Chine, à la différence de l’Inde, n’a pas produit de subaltern studies ; alors que de nombreux travaux universitaires développent des approches nouvelles, peu a été écrit du point de vue des minorités et des groupes défavorisés. Au cours des dernières décennies, la politique chinoise menée à l’égard des minorités a favorisé l’émergence de revendications identitaires parmi les populations officiellement reconnues. Parallèlement, des processus similaires de redécouverte et de réaffirmation des identités ethniques et régionales sont en cours au sein d’autres ensembles de populations, y compris de populations han.

2Le phénomène est remarquable dans la mesure où les Han sont traditionnellement considérés comme un ensemble homogène et majoritaire à la fois par les autres groupes et par eux-mêmes. La critique de Dru Gladney vise cette homogénéité présumée d’un Etat-Nation composé d’une majorité unie et indifférenciée de Han, et de quelques groupes ethniques vivant à ses marges. L’auteur souhaite faire entendre les voix de quelques-uns d’entre eux afin de permettre une meilleure compréhension des dynamiques à l’œuvre dans la culture et la société chinoise.

3Dru Gladney s’inspire des études postcoloniales (notamment des subaltern studies), de la critique de l’eurocentrisme et de la construction de l’altérité asiatique, formulée par Edward Saïd. La Chine n’ayant jamais été colonisée par l’Occident, on a employé le terme « semi colonial ». Dru Gladney refuse ce terme, et lui préfère la notion de « colonialisme interne », élaborée par Michael Hechter, pour rendre justice aux populations privées de moyens d’expression sous domination chinoise.

4La première partie (Recognitions) étudie la formation du nationalisme culturel et affirme qu’il ne se résume pas à un ensemble de conceptions imaginaires, mais constitue de puissantes formes de représentations. Dru Gladney révèle la sélectivité à l’œuvre dans la taxinomie culturelle des nationalités chinoises et montre comment l’émergence et le renforcement de formes de nationalismes au sein de différents groupes influencent à leur tour le nationalisme chinois. Le troisième chapitre examine les formes revêtues par les nationalismes en Chine – qui empruntent des voies bien connues – ; elles sont notamment étudiées au travers des parcs à thèmes. Dans ce chapitre, l’auteur introduit la métaphore de la « chaîne de télévision cryptée » pour expliciter son approche contextualisée et relationnelle de la formation et de l’expression des identités. Sans l’intervention de l’Etat-Nation, qui contrôle le décryptage et les identités nationales, les images des chaînes télévisées sont brouillées – tandis que les identités restent indéterminées. Après abonnement, les images deviennent claires – certaines identités plus définies. L’abonnement donne aux téléspectateurs l’accès à certaines chaînes – et aux groupes à certaines identités, tandis que d’autres identités peuvent rester obligatoires et imposées (comme le sont les chaînes contrôlées par le gouvernement). La métaphore est filée tout au long de l’ouvrage et illustre le leitmotiv de Dru Gladney : le rôle privilégié de l’Etat dans la formation des identités et son interaction avec les « localismes » et l’« indigénéité » .

5Dans la seconde partie (Representations), l’auteur soutient que le portrait objectivé des minorités, à travers leur représentation artistique (les exemples sont le plus souvent empruntés aux beaux-arts et au cinéma), mêle exotisme et érotisme, et est essentiel à la construction d’une majorité han comme un groupe « sans particularité », à la fois moderne et civilisé. Certaines questions jugées tabous dans la société han peuvent ainsi être débattues, après avoir été « délocalisées » dans un cadre ethnique.

6Les deux chapitres de la troisième partie (Folklorizations) examinent le cas des Chinois musulmans, les Hui, dont l’hybridité est présentée comme un défi aux thèses de Samuel Huntington sur le choc des civilisations. Analysant différents « mythes des origines », Dru Gladney révèle de manière convaincante leur caractère hybride, mais présenté comme « originel » lorsque des objectifs nationalistes ou religieux sont en jeu. Il montre comment ces traditions permettent de légitimer des pratiques sociales et révèlent en même temps la diversité han. Les liens entre localisme et transnationalisme sont exposés à travers l’histoire des Hui et l’exemple des soufis et des tombes locales. Dru Gladney montre comment les pratiques et les discours relatifs aux sépultures contribuent à l’enracinement local des communautés hui, et simultanément les connecte à des réseaux transnationaux.

7La quatrième partie (Ethnicizations) débute avec le retour de l’auteur sur son terrain ethnographique d’élection, quatre communautés hui. Selon lui, l’identité ethnique s’élabore dans une interaction entre des filiations traditionnelles et la politique de l’Etat, de sorte qu’elle est continuellement négociée et redéfinie. Le neuvième chapitre introduit des questions de théorie sociologique dans la recherche actuelle sur l’Asie centrale, et situe le nationalisme dans l’histoire.  

8A travers l’observation de trois individus issus de la diaspora, un Hui, un Ouighour et un Kazakh, Dru Gladney montre que, dans un environnement différent et en l’absence d’un Etat-Nation puissant qui définit l’identité ethnique, celle-ci est reléguée au second plan derrière d’autres facteurs : les Hui en Turquie insistent sur l’Islam, les Ouighours privilégient le facteur national et les Kazakhs mettent en avant la transhumance fondée sur la filiation. Selon l’auteur, l’homogénéité de populations dites majoritaires, notamment les Turcs de Turquie et les Russes de l’ancienne Union Soviétique, tout comme celle des Han en Chine, mériterait d’être remise en cause.

9La cinquième partie (Indigenizations) s’intéresse aux différents aspects de l’identité des Ouighours dans le nord-ouest de la Chine. Le premier volet affiche un titre provocateur : « Ethno-genèse ou ethno-génocide ?». Il examine principalement la nature dynamique de l’identité ethnique, dans laquelle l’Etat apparaît comme une force régulatrice et canalisatrice, mais qui affronte des résistances locales. Selon Dru Gladney, l’identité ouighoure moderne doit être comprise comme le résultat d’une interaction continue de l’indigénéité et de l’ethno-histoire avec les politiques de l’Etat chinois, à l’intérieur de contextes historiques variables. Le chapitre suivant aborde la question du « cyber-séparatisme » ouighour. Il souligne comment le transnationalisme et l’islamisation, tout comme la représentation « exotisée » des Ouighours par l’Etat, promeuvent une représentation objectivée de l’identité ouighoure, laquelle est instrumentalisée à des fins politiques – la représentation d’une majorité han homogène.

10Dans la sixième partie (Socializations), Dru Gladney revient aux Hui. Le chapitre 12 examine les différentes modalités de transmission du savoir, et oppose le mode informel de la religion traditionnelle au mode formel du système éducatif national. Selon l’auteur, tandis que l’éducation centralisée a été l’un des moyens les plus efficaces pour « fabriquer » des musulmans et les intégrer à l’Etat-Nation chinois, des systèmes parallèles de transmission du savoir ont perduré. L’éducation demeure un espace conflictuel dans lequel est fréquemment négocié un ensemble de normes antagonistes. Le chapitre 13 compare les différentes attitudes des Hui et des Han à l’égard de la prospérité. L’entreprenariat hui est expliqué non pas en termes de « prédispositions favorables » ou de « caractéristiques nationales », mais plutôt comme résultant de l’encouragement des musulmans aux activités marchandes par l’Etat. Ce qui fait apparaître une nette différence avec l’ambivalence des Han à l’égard du marché, dont les activités marchandes sont qualifiées par l’Etat d’« anti-socialistes ».

11La septième partie (Politizations) a pour objet les réactions locales aux événements internationaux. Le chapitre 14 examine l’opinion des Hui et des Ouighours à l’égard des deux guerres du Golfe. Dru Gladney montre une fois de plus la diversité des musulmans chinois, et révèle comment ils participent aux relations internationales, sont informés des événements mondiaux et y réagissent de manières diverses. Le chapitre 15 établit un lien entre l’attitude des groupes dominés et l’actualité internationale, en prenant l’exemple des protestations étudiantes de Tian’anmen survenues à la fin de Guerre Froide. De manière convaincante, Dru Gladney indique des similarités entre ces événements et la série télévisée « l’Elégie du fleuve ».

12On ne s’étonnera pas qu’il s’agisse là de son chapitre de conclusion. Le centre d’intérêt de Dru Gladney a toujours été la dimension politique des relations sociales. Il affirme que la rhétorique qui accompagne le projet nationaliste fait peser une grave menace moins sur les autres pays que sur les minorités chinoises, victimes du « colonialisme interne ».

13Ce dernier ouvrage de Dru Gladney s’inscrit dans la continuité de ses travaux antérieurs. Pour le lecteur familier de cet auteur, peu de thèses surprendront ici. L’impression de familiarité provient également des exemples ethnographiques choisis ; plusieurs chapitres sont d’ailleurs des versions remaniées de travaux antérieurs. Un meilleur travail d’édition aurait cependant produit un ouvrage plus élégant, notamment en éliminant des incohérences comme l’utilisation de l’adjectif « turc » pour « turcique », alors que d’autres fois c’est bien le terme « turcique » qui est employé (pp. 183, 202, 206, 210). Mais ces imperfections ne doivent pas faire négliger l’unité intellectuelle des travaux anthropologiques de Dru Gladney, et de cet ouvrage en particulier. Le style haut en couleurs et clair avec lequel il présente ses matériaux ethnographiques ne lui fait pas oublier l’objet de son étude : comprendre la société chinoise dans la perspective des minorités dominées. Et la promesse est tenue : déconstruire la notion essentialisée d’une majorité han monolithique  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ildikó Bellér-Hann, « Dru C. Gladney, Dislocating China. Muslims, Minorities, and Other Subaltern Subjects », Perspectives chinoises [En ligne], 91 | septembre-octobre 2005, mis en ligne le 27 avril 2007, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/919

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org