Navigation – Plan du site
Société

Quelques problèmes sociaux à Macao

Zhidong Hao

Résumé

Cet article examine les problèmes sociaux actuels de Macao, et tout particulièrement les inégalités, ainsi que les problèmes de logement, de transports, de criminalité et d’éducation. Bien que Macao ait beaucoup changé depuis sa rétrocession à la Chine en 1999, de nombreux problèmes sociaux perdurent. Il s’agit ici de donner un aperçu global des principaux problèmes dans une perspective sociologique. Pour y remédier, Macao devra bâtir une société civile plus forte et poursuivre la démocratisation de son système politique1.

Haut de page

Texte intégral

The City of Indulgence need not fear

The major sins by which the heart is killed,

And governments and men are torn to pieces :

Religious clock will strike ; the childish vices

Will safeguard the low virtue of the child

And nothing seirous can happen here

W.H. Auden (1938)

1Comme le suggère le poète W. H. Auden, les problèmes sociaux à Macao sont beaucoup plus sérieux dans le monde du jeu que dans d’autres parties de la ville. Des gangs qui contrôlent la prostitution ou les malheureux qui ont perdu tout leur argent au jeu sont à l’origine de certains de ces problèmes. Pour ne citer qu’un exemple, les prostituées, contraintes de quitter leurs villages du nord de la Chine pour venir à Macao, sont détenues dans des conditions proches de l’esclavage, et les forces de l’ordre semblent ne rien faire pour améliorer les choses. Cette situation existe sans doute depuis que le jeu est apparu dans l’enclave portugaise au milieu du XIXe siècle.

2Mais cet article ne s’intéresse pas aux problèmes découlant du jeu, ceux-ci mériteraient un article à eux seuls. Notre objectif est plutôt de donner un aperçu des divers problèmes de société à Macao qui incluent les questions liées au jeu mais ne s’y limitent pas. Plus spécifiquement, nous nous pencherons sur les inégalités, le logement, les transports, la pollution, la criminalité, et enfin l’éducation.

3Certaines de ces questions, comme l’inégalité entre les sexes, de même que la criminalité ou l’éducation peuvent être considérées comme des problèmes relatifs à l’environnement humain, alors que d’autres comme le logement, la qualité de l’air et la circulation peuvent être perçus comme des problèmes liés à l’environnement. En fait, ces problèmes sont en fait souvent liés. Il ne s’agit pas d’aborder en détail chaque problème de société dans un seul article car on pourrait leur consacrer chacun un ouvrage, mais d’en donner un simple aperçu2.

4Est-il vrai, finalement, que « rien de grave ne peut se produire ici », comme l’observe avec ironie Auden dans le poème ci-dessus ? Dans quelle mesure, loin du sarcasme et de la condescendance d’Auden, la religion peut-elle apporter une aide ? L’on sait que des choses graves se produisent tous les jours à Macao, et ce depuis les 450 années d’existence du territoire. L’on sait aussi que le rôle de la religion est limité, et le poète américain le savait bien. Cet article conclut qu’une profonde réforme de l’administration politique et un renforcement de la société civile seront plus importants que tout autre facteur pour résoudre les problèmes sociaux de Macao.

L’inégalité entre les sexes

5Dans la culture traditionnelle chinoise, le statut des femmes est inférieur à celui des hommes en termes de pouvoir, de richesse et de prestige. Cela se vérifie-t-il dans le Macao d’aujourd’hui ? Nous nous proposons d’examiner quelques indices importants relatifs au statut des femmes : leur nombre à des postes de responsabilité politique importants, leurs revenus comparés à ceux des hommes, et enfin leur propre perception de leur situation et de leur rapport aux hommes3.

6A la fin de l’année 2004, la population de Macao était de 465 000 habitants, dont 52 % de femmes. Pourtant, la deuxième assemblée législative de la Région administrative spéciale (RAS) de Macao ne compte que 18,52 % de femmes, soit cinq députés sur 274. Le tableau 1 montre par ailleurs que les femmes ne représentent qu’entre 20 % et 40 % des hauts fonctionnaires de la RAS, leur proportion étant plus forte dans les plus bas échelons. Cette proportion reste toutefois plus élevée qu’en Chine populaire5.

1. Proportion d’hommes et de femmes dans la fonction publique à Macao

Image1

7Une enquête de He Gui-ling révèle que si les femmes représentaient 47,2 % de la population active de Macao en 2002, elles ne comptaient que pour 0,6 % des employeurs et 1,3 % des entrepreneurs6. Dans le secteur manufacturier, le salaire moyen était de 5 901 patacas (MOP) par mois pour les hommes alors qu’il n’était que de 3 974 MOP pour les femmes. De même, le salaire moyen des hommes et des femmes était respectivement de 19 298 MOP contre 15 036 MOP dans le secteur énergétique (fourniture d’électricité, de gaz et d’eau), de 6 578 MOP contre 4 748 MOP dans la restauration et l’hôtellerie, et de 16 746 MOP contre 10 636 dans la finance7. En moyenne, les femmes gagnent 30 % de moins que les hommes pour un même travail.

2. Nombre de salariés par catégorie professionnelle en 2004

Image2

8Comme on peut le voir dans le tableau 2, les femmes sont moins nombreuses que les hommes dans les trois premières catégories professionnelles où les salaires sont les plus élevés. En revanche, la proportion de femmes est plus grande parmi les employés de bureau ou les ouvriers non qualifiés qui perçoivent des salaires plus bas8.

9Etant donné le peu de recherches effectuées dans ce domaine, il est difficile de dire dans quelle mesure les inégalités observées entre hommes et femmes sont le résultat d’une discrimination sexuelle. Toutefois, une étude sur les femmes de Macao menée par Penny Chan au début des années 1990 donne quelques indices9. Cette étude révélait que 77 % des femmes interrogées estimaient qu’elles avaient le même statut que les hommes dans leur famille, et 13,5 % pensaient qu’elles avaient un statut inférieur. En revanche, seules 59 % des femmes pensaient qu’elles avaient un statut comparable à celui des hommes au travail et 30 % pensaient qu’elles avaient un statut faible ou inférieur à celui des hommes. Par ailleurs, alors que 75 % des femmes interrogées ne s’estimaient pas victimes de discrimination en raison de leur sexe, 19,4 % pensaient l’être.

Relations interethniques

10Depuis les premiers échanges entre l’Asie et l’Europe au XVIe siècle, Macao a toujours été l’une des villes les plus internationales de Chine. L’émergence de la communauté macanaise s’est traduite à la fois par une opposition entre les civilisations et par une plus grande intégration10.

11Lors du recensement de 2001, Macao comptait 435 235 habitants. Parmi eux, 95,17 % (414 200) étaient de nationalité chinoise, 2,02 % (8 793) étaient portugais11, 1,23 % (5 334) philippins12, 0,17 % (733) thaï, 0,28 % (1 217) américains ou canadiens, et 1,15 % (4 985) d’autres nationalités13. La population actuelle compte 469 000 habitants, mais la proportion de chacun de ces groupes est sans doute restée sensiblement la même. Etant donné que les Chinois constituent l’écrasante majorité de la population et que leur influence politique est dominante depuis la rétrocession en 199914, on peut supposer que l’ethnocentrisme et le racisme ne présentent pas de véritables problèmes à Macao. Cela semble d’autant plus vrai qu’une forte proportion de non-Chinois jouit d’un statut plutôt élevé dans la société15. Mais l’existence de groupes multiraciaux à Macao dont certains ont un statut socioéconomique inférieur indique que la question de relations ethniques constitue bel et bien un problème, quelle que soit sa gravité. Le gouvernement doit y remédier s’il souhaite créer une société plus juste à Macao.

12Après la rétrocession, la communauté macanaise était prête à abandonner un peu de son pouvoir, mais elle a manifesté une certaine inquiétude concernant la préservation de son patrimoine culturel. Beaucoup de Macanais partageaient le pouvoir avec les Portugais avant le changement de souveraineté. Aujourd’hui, ils s’efforcent de maintenir leur statut social relativement élevé en tant que groupe minoritaire face à l’écrasante majorité de Chinois.

13Dans l’ensemble, toutefois, la situation des Macanais et des Portugais semble plutôt satisfaisante. Alors que certains anciens fonctionnaires travaillent aujourd’hui dans le secteur privé, d’autres sont restés dans le gouvernement et tentent d’y jouer un plus grand rôle. Par ailleurs, Macanais et Portugais ont réussi à préserver leur domination dans le domaine juridique. Ils ont insisté pour obtenir le maintien de l’usage du portugais, presque exclusivement dans les cours suprêmes, et parallèlement au chinois dans les instances judiciaires subalternes16. Le classement de Macao au patrimoine mondial de l’Unesco en 2005 devrait aider les Macanais et les Portugais à préserver leur culture. Les efforts entrepris jusqu’à présent pour faire de Macao une plate-forme de coopération économique des pays lusophones dans le monde peut également contribuer à donner plus de poids à la communauté macanaise.

14Malgré tout, les différents groupes ethniques à Macao restent très cloisonnés. Les résultats de notre enquête montrent que bien que les cercles sociaux des plus vieilles générations de Macanais restent largement lusophones, les plus jeunes générations sont souvent bilingues voire trilingues, et semblent avoir plus d’amis chinois que les générations antérieures. Mais les frontières sociales sont toujours là 17.

15Il en va de même des relations entre les Chinois et les autres groupes, y compris les personnes de nationalité étrangère. Nos entretiens ont montré que les rapports sociaux entre les étrangers et les Chinois locaux sont très limités, mais c’est aussi le cas entre les Cantonais et les personnes originaires du Fujian, surtout parmi les plus vieilles générations18.

16Le nombre de Chinois du continent devenus résidents de Macao a beaucoup augmenté depuis dix ans. Cela donne lieu à plusieurs types de nouveaux conflits : entre les nouveaux et les anciens immigrants d’une part, et entre les habitants de Macao, les Hongkongais et les « continentaux » d’autre part.

17Les Philippines interrogées par nos étudiants chercheurs ont indiqué qu’elles se sentaient victimes de discrimination de la part des Chinois locaux. Même si cela est en partie lié a leur statut social puisque une grande partie d’entre elles sont employées comme domestiques dans des familles chinoises, le problème est pourtant bien réel19. Cette discrimination est semblable à celle que subissent les personnes originaires du sud ou du sud-est de l’Asie à Hong Kong, et cela montre bien que la classe est souvent moins importante que l’origine ethnique20.

18Bien que les relations ethniques à Macao semblent plutôt cordiales, les différents groupes ont tendance à maintenir une certaine distance entre eux, et les interactions sont très limitées. L’ethnocentrisme, le racisme et la discrimination posent souvent problème, et cette réalité semble démentir les revendications du gouvernement qui s’efforce de présenter Macao comme une société égalitaire et juste. Contrairement à ce qu’on peut entendre çà et là, l’intégration culturelle à Macao demeure une mission inaccomplie. Pour parvenir à l’intégration et au développement culturels, il est essentiel que les gens de cultures différentes fassent l’effort d’apprendre et de comprendre l’histoire et la culture de Macao. De son côté, le gouvernement doit créer une identité de Macao qui soit différente de celle de Hong Kong et d’autres endroits en Chine et dans le monde, une identité qui puisse être partagée et appréciée par tous ceux qui vivent dans le territoire.

Les inégalités de revenus

19Pour aborder la stratification sociale à Macao21, penchons-nous sur un indice important : la richesse. Celle-ci peut inclure le revenu mensuel comme d’autres biens économiques tels que les actions en Bourse, l’immobilier, les automobiles, etc. A cause du manque de données dans ce domaine à Macao, nous nous concentrerons sur un seul de ces indices de richesse, le revenu mensuel.

20En juin 2001, la population active de Macao était de 215 059 personnes. Parmi elles, 57,6 % gagnaient moins de 6 000 MOP par mois ; 20,5 % gagnaient entre 6 000 et 9 999 MOP ; 15,2 % entre 10 000 et 19 999 MOP et 5,6 % gagnaient 20 000 MOP ou plus. (Notons que 1,1 % de la population active était composé d’aides de famille non rémunérées)22. La majorité des habitants de Macao gagnait donc moins de 6 000 MOP par mois.

21Certes, l’économie de Macao a connu depuis un essor remarquable, et l’on peut même avancer que le territoire ne s’est jamais si bien porté. Il semble toutefois que les bénéfices de cet essor n’ont pas été répartis de manière équitable, et le fossé qui sépare les bas salaires des hauts salaires reste considérable. Les personnes travaillant dans les secteurs liés à l’industrie du jeu ont vu leur salaire augmenter, surtout dans l’hôtellerie et la restauration. Par exemple, à la fin de 2004, le salaire moyen dans le secteur de la vente en gros et au détail était de 5 972 MOP, soit 6,4 % de plus qu’à la même période de l’année précédente ; le salaire moyen dans l’hôtellerie et la restauration était de 5 593 MOP pour le premier trimestre de 2005, soit une augmentation de 4,7 % par rapport à la même période l’année dernière23. Mais ces salaires restent très faibles en comparaison des gros salaires de Macao. Les salariés de l’industrie du jeu gagnent en moyenne 10 730 MOP par mois, le chef de l’exécutif touche 136 000 MOP, un premier secrétaire responsable de plusieurs bureaux 102 170 MOP, et un député de l’Assemblée législative 34 050 MOP24.

22Par ailleurs, les salaires n’ont pas suivi l’augmentation du coût de la vie. Les salariés du secteur des ventes hors de l’industrie du jeu, tels que les supermarchés et les petits magasins, n’ont bénéficié d’aucune augmentation de salaire. Au contraire, leurs salaires ont même baissé pendant l’épidémie de SRAS en 2003 et n’ont pas bougé depuis. Entre temps, certaines entreprises ont fait venir des travailleurs migrants afin de réduire leurs coûts salariaux. Les salariés de Macao doivent souvent travailler plus longtemps, souvent plus de huit heures par jour, pour garder leur emploi (voir tableau 3). La charge de travail est aussi plus importante que par le passé25. Une étude menée fin 2004 par la Fédération générale des syndicats de Macao a montré que plus de 60 % des salariés n’avaient pas été augmentés en 2004 et que le salaire mensuel moyen des salariés du secteur manufacturier était inférieur à 3 000 MOP26. Des données plus récentes indiquent qu’environ un tiers de l’ensemble des salariés, soit 78 200 personnes, gagnaient moins de 4 000 MOP et que 47 500 d’entre eux touchaient moins de 3 000 MOP par mois27. Par ailleurs, on estimait que le sous-emploi concernait environ 4 339 personnes, soit 1,9 % de la population active alors que 11 046 personnes, soit 4,8 % de la population active en 2004, étaient touchées par le chômage28.

3. Nombre médian d’heures travaillés par semaine par type d’activités

Image3

23La combinaison de tous ces facteurs se traduit par une inégalité croissante entre riches et pauvres. Une étude du gouvernement en 2002/2003 montre que les 20 % de foyers les plus pauvres percevaient un revenu mensuel moyen de 3 316 MOP (-1,6 % par rapport à 1998/1999) alors que les 20 % les plus riches gagnaient en moyenne 27 792 MOP (+9,5 % par rapport à 1998/1999). Le coefficient Gini était de 0,45 pour 2002/2003, et certains économistes estiment qu’il est de 0,46 en 200529. Cela signifie que Macao est une des sociétés où les inégalités entre riches et pauvres sont les plus fortes.

24L’une des conséquences sont des conflits entre différents types de salariés ou entre les salariés et leurs employeurs. Les salariés de Macao sont farouchement opposés à l’importation de main-d’œuvre car ils estiment que ces migrants leur volent leurs emplois. Macao compte actuellement environ 30 000 travailleurs « immigrés ». Désormais, certains employeurs recrutent en priorité des travailleurs immigrés et n’utilisent la main-d’œuvre locale qu’en cas de besoin urgent. Cette attitude a provoqué la colère des certaines professions comme les chauffeurs de cars d’excursion30 qui se tournent vers le gouvernement et dénoncent une violation de la loi de Macao31. Pour le moment, il n’y pas eu de conflits violents entre travailleurs locaux et immigrés, mais la situation est tendue et le gouvernement sera forcé d’intervenir, même s’il lui sera difficile de corriger cette situation de manière juste et équitable.

25L’autre problème, déjà mentionné plus haut, est le sort des salariés qui gagnent de moins en moins alors qu’ils sont contraints de travailler de plus en plus. Les travailleurs immigrés, quant à eux, encourent de plus grands risques. Ils vivent généralement dans des logements surpeuplés et sont totalement isolés de la population locale. Ils sont souvent victimes d’accidents de travail, parfois mortels32. Il arrive aussi que leurs employeurs retardent le paiement de leur salaires ou refusent tout simplement de les payer. Certains doivent parfois recourir à des moyens drastiques pour se faire payer, y compris les menaces de suicide33.

26Comme nous l’avons souligné au début de cet article, le statut des prostituées constitue un autre problème sérieux à Macao. Si l’on se base sur certaines estimations qui indiquent qu’environ 13 % des femmes actives à Hong Kong travaillent dans la prostitution, on peut supposer que le pourcentage est sensiblement le même à Macao, ce qui représente 16 500 femmes34. La prostitution est probablement le cas le plus flagrant de violation des droits de l’homme à Macao, mais le gouvernement reste inerte.

27Afin de créer une société juste et équitable, le gouvernement doit intervenir pour réduire le fossé entre riches et pauvres et lutter contre les violations des droits de l’homme. Il doit s’efforcer de parvenir à plus d’égalité et de justice pour ceux qui vivent et travaillent à Macao, quel que soit leur statut socioéconomique. Pour la plupart des salariés, l’application de la journée de huit heures sans perte de salaire serait un bon début.

Le logement

28Le visiteur à Macao ne manquera pas d’être frappé par le contraste entre l’excellente préservation des bâtiments historiques et l’état de délabrement des logements urbains. Dans les années 1950 et 1960, beaucoup d’immeubles de cinq ou six étages ont été construits à Macao, surtout dans la péninsule35. Ils sont pour la plupart de petite taille, délabrés et les conditions sanitaires y sont lamentables.

29Le gouvernement de Macao a mis en place un plan de réhabilitation de ces quartiers qui consiste à démolir ces immeubles pour les remplacer par des logements neufs36. Le nouveau parc de tours prévu à Youhan, par exemple, doit comprendre une école, un parc et d’autres installations telles qu’un parking de 400 places de voitures et 400 places de deux-roues37. La réhabilitation du quartier de Youhan servira de projet-pilote. Mais il faudra attendre des années avant que ces immeubles soient achevés. En attendant, beaucoup d’autres attendent d’être rénovés. Certains résidents de Youhan indiquent qu’ils font une demande de logement social depuis des années, mais que leurs chances sont réduites dans la mesure où Macao ne compte que quelques centaines de logements sociaux pour plusieurs milliers de demandes38.

30La lenteur des progrès accomplis en matière de logement ne fait qu’élargir le fossé entre riches et pauvres.

La circulation urbaine et les problèmes de transport

31A en croire une étude menée par des professeurs de l’Université polytechnique de Macao en 2005, les problèmes de circulation sont la première inquiétude des jeunes salariés39, avant la drogue, la santé publique, l’éducation et la protection sociale.

32Macao comptait 142 583 véhicules motorisés (68 730 voitures et 72 528 deux-roues) en 2004 pour une surface de 27,5 kilomètres carrés. La même année, le nombre d’accidents de la circulation était de 12 758, dont 16 accidents mortels40.

33Le système de transports en commun est plutôt pratique à Macao, mais il est relativement fréquent que les chauffeurs de taxi escroquent les passagers ou refusent des courses. Les statistiques du gouvernement montrent qu’au cours des trois premiers trimestres de 2005, les départements concernés ont reçu 336 plaintes, soit une augmentation de 15 % par rapport l’année dernière. La plupart de ces plaintes concernaient le comportement déplaisant des chauffeurs ou le refus de prendre des passagers. Quarante de ces plaintes ont abouti à un jugement favorable au passager41. Comme beaucoup de chauffeurs de taxis, nombre de conducteurs de bus ne comprennent pas le mandarin, et encore moins l’anglais, et ne sont souvent pas très aimables avec les passagers qui ne parlent pas cantonais.

34Si les bouchons et la médiocrité des transport en commun constituent des problèmes mineurs, ils contribuent néanmoins à la dégradation de l’environnement humain et physique et de la qualité de vie à Macao.

35Face au nombre croissant de véhicules, le gouvernement doit au moins réfléchir aux moyens d’empêcher certains accidents, comme l’amélioration de la voirie, l’éducation des conducteurs et l’application des lois et réglementations42. Par exemple, beaucoup d’accidents se produisent aux mêmes endroits, ce qui signifie que le plan de voirie est mal conçu ou que la signalisation est inadaptée. Souvent, les feux verts pour piétons ne sont pas assez longs pour permettre aux piétons de traverser la rue43. La plupart du temps, les automobilistes ne laissent pas traverser les piétons aux passages cloutés, bien que la loi l’exige44. Mais là encore, le gouvernement semble ne rien faire pour améliorer les choses.

La pollution

36Le Comité gouvernemental pour la protection de l’environnement a compté en 2003 entre 14 et 24 jours de forte pollution, celle-ci étant particulièrement élevée dans les quartiers à forte densité de population et au bord des routes. Dans l’ensemble, la qualité de l’air à Macao ne cesse de se dégrader45. On a par exemple comptabilisé 42 jours de forte pollution en 200446. En même temps, les statistiques gouvernementales indiquent que le nombre de personnes souffrant de maladies respiratoires ne cesse de croître47.

37Bien que la pollution en provenance de Chine continentale continent soit un facteur aggravant pour la qualité de l’air à Macao, l’ancien territoire portugais compte aussi bon nombre de pollueurs : centrales électriques, incinérateurs de déchets, usines de traitement des eaux usées, automobiles, camions, etc. Nul ne sait si le gouvernement s’apprête à prendre des mesures pour résorber cette pollution. Finalement, il s’agit de préserver un équilibre entre les intérêts commerciaux et ceux de la population en général48.

La criminalité et la délinquance

38A Macao, si les délits les plus graves sont punis par la lois, bien des actes de délinquance et autres comportements déviants demeurent impunis. En 2004, le taux de criminalité avait baissé de 1,4 % par rapport à 2003 : on comptait en effet 9 786 délits en 2004 contre 9 920 en 2003. Les vols avec violence avaient chuté de 37 % (340 cas contre 541) et les extorsions de 23,2 % (73 cas contre 95). Ces chiffres semblent toutefois élevés pour un petit territoire comme Macao. En revanche, le nombre de vols a été multiplié par 1,6 (732 contre 278)49. Au premier trimestre de 2005, le nombre de vols a augmenté de 20 % (782 cas en un trimestre). Enfin le taux global de criminalité pour le premier trimestre de 2005 est de 12 % supérieur à celui de l’année dernière à la même période50.

39Certains actes criminels sont liés à l’industrie du jeu et au large flux de visiteurs du continent, bien que le taux de criminalité parmi ces derniers reste faible (7,6 sur 100 000). Les délits liés au jeu les plus fréquemment recensés sont l’usure et le proxénétisme.

4. Nombre d’arrestations par type de crime en 2004

Image4

40Comme on peut le voir dans le graphique 4, la criminalité liée à l’usure est la deuxième cause d’arrestations après la drogue51. Les usuriers prêtent de l’argent à des taux très élevés à ceux qui ont perdu au jeu. Si une personne ne peut rembourser le prêt, elle est séquestrée jusqu’à ce que sa famille trouve l’argent et rembourse les créditeurs52. Les vols de jetons de casino par les joueurs, les dealers ou les deux en complicité est aussi un problème fréquent.

41Le contrôle de la prostitution de rue par les gangs aboutit souvent à des affrontements violents. Les gangs sont composés d’individus venant de différentes provinces chinoises. Ils contraignent les femmes à venir à Macao pour travailler comme prostituées et les exploitent pour gagner de l’argent. Chaque gang a son propre « territoire », et leurs membres sont des proxénètes : ils gèrent l’argent gagné par ces femmes et protègent celles-ci de la police et des gangs rivaux53.

42Il existe peu de recherches sur les femmes impliquées dans les différents types de travail sexuel à Macao. Etant donné les difficultés liées à la conduite de telles recherches, les données dont on dispose ne sont pas toujours complètes mais elles sont néanmoins éclairantes54.

43Un autre problème est la dépendance au jeu. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un délit, ce n’en est pas moins un comportement déviant et un véritable problème de société. L’Institut pour la recherche sur le commerce du jeu de l’Université de Macao a mené une recherche sur les activités de jeu des habitants de Macao en 200355. Menée à partir d’un échantillon de 1 121 habitants âgés de 15 à 65 ans, l’enquête révélait que les deux tiers des personnes interrogées avaient participé à au moins un jeu d’argent au cours de l’année écoulée. S’il est peut-être vrai que la plupart se sont adonnées à ces jeux par plaisir, l’étude a conclu que 1,78 % étaient « probablement dépendantes au jeu » et 2,50 % avaient « probablement un problème avec le jeu ». Si cette proportion est exacte, cela signifie que sur les 460 000 habitants que compte Macao, 8 188 personnes entreraient dans la seconde catégorie.

44L’expérience de Hong Kong offre à cet égard un modèle intéressant. Entre 2003 et 2004, le centre Ming Ai Zhan Qing (Centre de conseil sur la dépendance au jeu de Caritas) a aidé 350 personnes à surmonter leur dépendance au jeu. Chacune d’entre elles avait accumulé une dette comprise entre 200 à 300 000 dollars de Hong Kong. La moitié d’entre elles étaient dépendantes au jeu. Cinquante avaient envisagé le suicide. Le nombre de femmes avait augmenté de 12 %56.

45L’Institut pour la protection sociale de Macao envisage de mettre en place une structure semblable puisque le jeu est aujourd’hui devenu un véritable fléau suite au développement considérable de cette industrie dans le territoire57. Face à l’ampleur du problème, il est possible que le gouvernement en vienne à encourager l’intervention d’un plus grand nombre d’organisations sociales. Il faut souligner que les jeunes sont de plus en plus concernés. L’Institut pour l’étude du commerce du jeu de Macao indique que 2,66 % des lycéens sont « probablement dépendants au jeu » et que 5 % ont « probablement un problème avec le jeu ». Ces pourcentages sont supérieurs à ceux que l’on observe dans la population de Macao. Le gouvernement devrait s’attaquer à ce problème dès le primaire et le collège.

Quelques problèmes dans le domaine de l’éducation

46Macao compte 143 établissements éducatifs. Parmi eux, 131 offrent un enseignement préscolaire, primaire, secondaire, technique ou professionnel. 84,7 % de ces établissements sont privés et 15,3 % sont publics. Dans 111 d’entre eux, la langue d’enseignement est le chinois, dans 15 l’anglais et dans 5 le portugais. Sur les 111 écoles privées, 88 ou 79,3 % font partie du système gouvernemental d’enseignement gratuit et subventionné. Il existe parallèlement 15 établissements d’enseignement spécialisé et 129 établissements offrant un enseignement continu pour adultes. Pendant l’année 2003/2004, un total de 96 814 élèves et étudiants étaient inscrits dans ces établissements. La même année, 4 483 élèves sont sortis diplômés de l’école secondaire et 1 964 d’établissements techniques ou professionnels. Le taux d’accès à l’enseignement supérieur était de 39,2 %, ce qui signifie que la majorité des 6 447 diplômés du secondaire, soit 3 920 personnes, ont commencé à travailler ou étaient à la recherche d’un emploi58.

47Macao compte aussi 12 établissements d’enseignement supérieur, huit privés et quatre publics. Pour l’année 2003/2004, 14 526 étudiants, dont 6 566 garçons et 7 960 filles étaient inscrits dans ces établissements, et la même année, 1 006 étudiants et 1 737 étudiantes en sont sortis diplômés59.

48La même année toujours, 4 908 élèves ont quitté l’école sans diplôme60. Environ un tiers d’entre eux ont trouvé un emploi dans l’industrie du jeu ; les autres sont allés travailler pour leur famille ou sont restés chez eux61. Au total, 6 663 diplômés de lycées ou de collèges techniques et 4 908 élèves ayant abandonné l’école en cours de route sont entrés sur le marché du travail cette année-là62.

49Une grande partie de la population active de Macao n’est pas très instruite. 64,7 % de la population active en 2004 n’est pas allée à l’école secondaire (voir tableau 4). Bien que le nombre de diplômés du secondaire ait augmenté depuis 1990, environ les deux tiers de la population active ont un niveau d’éducation inférieur à l’école secondaire, et seulement 12,4 % de la population active était diplômé d’un établissement technique. Parmi les fonctionnaires, seuls 23,3 % avaient un diplôme universitaire et 64,8 % étaient diplômés de l’enseignement secondaire ou d’un niveau inférieur63.

5. Niveau d’éducation de la population active en 2004

Image5

50En 2003, le Bureau de l’Education et de la Jjeunesse a distribué un questionnaire à 3 413 employeurs publics et privés leur demandant d’évaluer les performances de leurs salariés diplômés du secondaire64. Ils reçurent 148 réponses. Les personnes évaluées avaient été diplômées entre 1966 et 2003, mais la plupart avaient achevé leurs études au cours des dix dernières années. Ces réponses couvraient dix industries et organisations sociales, 63 groupes professionnels, et 326 emplois différents.

51Les réponses reçues ont révélé que 73 % des employeurs estimaient que l’anglais était nécessaire dans leur travail, mais seulement 6,8 % étaient satisfaits du niveau d’anglais de leurs salariés, 29,1 % n’en étaient pas satisfaits, et 45,6 % des employeurs pensaient que le niveau d’anglais de leurs employés était juste passable. Les réponses aux mêmes questions concernant le mandarin étaient respectivement de 68,9 %, 8,8 %, 20,9 % et 48 % ; et de 18,2 %, 0,7 %, 24,3 % et 2,7 % concernant le portugais (les autres ne se sont pas prononcés). Dans l’ensemble, le degré de satisfaction vis-à-vis des capacités linguistiques de leurs employés dans ces trois langues était plutôt bas. Les réponses concernant leur aptitude à lire et à écrire étaient un peu meilleures mais restaient médiocres.

52Les employeurs ne sont guère plus enthousiastes quant à l’éthique de leurs salariés puisque seuls 47,3 % se déclarent satisfaits de leurs employés à cet égard. Ce résultat, plutôt alarmant, est avant tout dû à l’éducation. Une étude a montré qu’en 1993/1994 seulement un tiers des écoles de la ville offraient des cours d’éducation civique ou d’éthique65. Le Bureau des affaires civiques et municipales du gouvernement de Macao vient de créer un site web d’information visant à inciter les citoyens à bâtir une société plus solidaire et plus soucieuse de l’environnement. Mais les efforts du Bureau ne seront guère efficaces si les écoles ne participent pas formellement à ce vaste projet social en intégrant ces thèmes dans les programmes scolaires.

53Si les diplômés n’ont pas une idée claire de ce que sont le civisme et l’éthique, les problèmes sociaux de Macao ne feront qu’empirer. On peut citer un autre exemple : lors des élections législatives de 2005, le gouvernement a reçu plus de 500 plaintes concernant des pots-de-vin perçus par certains candidats, et 14 de ces plaintes ont été officiellement transmises à la Commission contre la corruption, une organisation gouvernementale66.

54Parmi les exemples de manque de civisme qui affectent la vie quotidienne des habitants de Macao on peut citer : les gens ne font pas la queue pour monter dans un bus et les jeunes ne cèdent pas souvent leur place aux personnes âgées ; certains crachent par terre ou jettent leurs déchets dans la rue ; les automobilistes ne laissent pas traverser les piétons aux passages cloutés, etc. Selon certaines statistiques gouvernementales, le nombre d’incidents dus au fait que les automobilistes ne laissent pas passer les piétons (et vice versa) au cours des dix premiers mois de 2004 a augmenté de 76,89 % (de 424 à 750) par rapport à la même période de l’année précédente ; il en est de même des accidents dus au non respect de la signalisation routière (de 867 à 1 100 cas, + 26,87 %) et des accidents dus au non-respect du code la route en traversant la chaussée (de 406 à 796 cas, + 96,06 %)67.

55Dans l’enseignement supérieur, les cursus devraient inclure davantage de cours de sciences humaines et sociales en plus des classes de civisme. Comme le montre le Tableau 5, sur 2 743 diplômés de l’université en 2004, seuls 49 avaient étudié une discipline des sciences sociales et comportementales (qui regroupent l’anthropologie, la sociologie, les sciences politiques, l’économie et la psychologie). Toutes ces disciplines sont enseignées à l’Université de Macao, à l’exception des sciences politiques et de l’anthropologie (l’université a toutefois un département d’administration publique, et l’anthropologie est enseignée dans le cadre du programme de sociologie 68).

6. Nombre de diplômés des universités et instituts techniques supérieurs par discipline en 2004

Image6

56Diverses organisations sociales, y compris les Eglises et les médias, devront jouer un rôle plus actif dans le développement de la démocratie pour que le gouvernement réagisse davantage aux problèmes sociaux et fasse preuve d’une plus grande responsabilité. Il est difficile d’évaluer avec précision le rôle des églises de Macao. Le journal de l’Eglise catholique, Aomen Guancha Bao (Macau Observer) semble assez critique vis-à-vis du gouvernement, notamment sur la question de la corruption. Mais il est difficile d’évaluer son influence dans le milieu politique de Macao. Le Macao Daily, en revanche, s’efforce de maintenir une relation cordiale avec le gouvernement et ne souhaite pas faire trop de vagues. Mais ce n’est que lorsque les citoyens eux-mêmes réagiront et feront preuve d’un plus grand sens des responsabilités qu’ils éliront les personnes les plus compétentes pour changer les choses et les plus responsables. L’éducation ne peut à elle seule changer la société. Il faut aussi qu’une société civile plus active se crée et que les processus politiques deviennent plus ouverts et plus démocratiques69.

57Macao a connu beaucoup de changements depuis la rétrocession en 1999, et son essor économique est à bien des égards impressionnant. Mais le progrès social est bien lent en comparaison. La manière dont les habitants de Macao affronteront et régleront leurs problèmes sociaux déterminera l’identité qu’ils choisiront de se forger.

58Traduit de l’anglais par Raphaël Jacquet

Haut de page

Notes

1 J’aimerais remercier le professeur William Guthrie pour ses commentaires sur la première version de cet article, ainsi que deux lecteurs anonymes pour leurs suggestions qui m’ont permis d’enrichir ce texte. Cet article s’inscrit dans un projet sur l’histoire et la société de Macao financé par une bourse de recherche de l’Université de Macao, que je remercie pour son soutien. J’aimerais aussi remercier les étudiants du programme “Contemporary China Studies/Sociology” pour leur aide dans ce projet : Chan Leong Fong (Fion), Cheang Mei Hou (Jasmine), Choi Lap San (Sonia), Leong Fong Hio, Leong Mei Ian, Sam Lai San (Denise), Wong Kam Sang (Catherine), Ayano Taba, and Zhong Ning (Angelina).
2 Sur les problèmes sociaux de Macao dans les années 1990, voir Chen Xin-xin (éd.), Aomen shehui wenti (Les problèmes sociaux à Macao), Hong Kong, Guangjiaojing chubanshe, 1995.
3 Sur divers aspects de la situation des femmes à Macao dans les années 1990, voir Jesucita Sodusta (éd.) Women in Macau Development, Macau, The Macau Foundation, 1996.
4 Le pourcentage est similaire à Hong Kong, mais très différent dans les pays d’Europe du Nord comme le Danemark et la Norvège où les femmes représentent plus de 30 % des députés dans les assemblées législatives. Voir Lei Cheuk Fai, « Lun liangxing canzheng xingwei de chayi » (La différence entre les hommes et les femmes dans la participation politique), Journal of Macau Studies, vol. 28, juin 2005, pp. 26-31.
5 En Chine populaire, les femmes ne représentent qu’un peu plus de 10 % des hauts cadres aux divers niveaux de gouvernement. Voir « Zhongguo sheng bu ji guanyuan nuxing zhan yicheng » (Les femmes ne représentent que 10 % des dirigeants provinciaux en Chine »), Macao Daily, 25 août 2005.
6 Voir He Gui-ling, « Aomen funu yu jingji canyu » (Les femmes de Macao et leur participation dans les activités économiques), Aomen Fazhan Celue (Stratégies de développement à Macao), n° 12, août 2004, http://www.cpedm.org.mo/c_main.html [5 septembre 2005].
7 Bureau des statistiques et du recensement de Macao, http://www.dsec.gov.mo/ index.asp?src=/chinese/html/c_sitemap.html [20 août 2005].
8 Pour une discussion sur les opportunités offertes aux femmes en matière d’éducation et d’emploi, voir également Liu Xian-bing, Aomen jiaoyu shi (Une histoire de l’éducation à Macao), Pékin, Renmin jiaoyu chubanshe, 1999, pp. 201-229.
9 Voir Penny Chan (Chen Xin-xin), Aomen shehui chutan (Une rapide exploration de la société de Macao), Hong Kong, Wan shi wei chuban, 1992, pp. 44-65.
10 Voir Zhidong Hao, « The Clash of Civilizations (?) in Macau: How People Have Interacted with Each Other in the Past 450 Years », communication présentée au colloque international sur la culture chinoise au XXIe siècle, 25-27 novembre, Université de Macao.
11 Certains détenteurs de passeports portugais sont d’origine chinoise. Ce groupe inclut également les 4 963 Macanais que compte Macao, soit 1,14 % de la population en 2001.
12 Le nombre de Philippines est en constante augmentation car leur niveau d’anglais est bien meilleur que celui des autres groupes.
13 Voir Huang Hanqiang et T. J., Cheng, Xin lai Ao dingju zhi neidi yimin lunxi (Analyse des nouveaux immigrants de Chine continentale à Macao), Macao, Centre d’études sur Macao, Université de Macao, 2005, pp. 13-15. Voir également http://www.dsec.gov.mo/search2/eng/search.html?Search=Search [22 août 2005].
14 Pour illustrer le changement de main du pouvoir à Macao, le pourcentage de Macanais à des positions de directeur/chef dans la fonction publique est passé de 34,8 % en 1987 à 14,5 % en 1995, quatre ans avant la rétrocession. Voir Herbert S. Yee, Macau in Transition: From Colony to Autonomous Region, New York, Palgrave, 2001, p. 55, et l’analyse de Wu Zhiliang sur l’indigénisation de la fonction publique à Macao dans Wu Zhiliang et Chen Xin-xin, Aomen Zhengzhi Shehui Yanjiu (Etude sur la politique et la société à Macao), Macao, Association pour l’éducation des adultes, 2000, pp. 100-129.
15 Les Portugais et les Macanais, qui détenaient autrefois le pouvoir, jouissent encore d’un statut élevé depuis la rétrocession. La plupart des non-Asiatiques ont des positions élevées dans le gouvernement, le commerce ou l’éducation. Mais les Philippins, qui constituent une grande partie de la communauté étrangère à Macao, ont généralement un statut socio-économique inférieur.
16 Cela a toutefois suscité de nombreuses critiques. Si la plupart des habitants de Macao ne parlent pas portugais, à quoi bon utiliser cette langue ? Sur les problèmes de langue dans le système judiciaire, voir plusieurs articles publiés dans Macao Daily, 20 octobre 2005, p. B3. Sur l’utilisation du portugais à Macao, voir Wang Yu, « Zhongwen shi Aomen tebie xingzheng qu de zhuyao zhengshi yuyan » (Le chinois est la première langue officielle dans la RAS de Macao), Macao Daily, 22 août 2004; « Zai lun zhongwen shi Aomen tebie xingzheng qu de zhuyao zhengshi yuyan » (Toujours sur le chinois en tant que première langue officielle de la RAS de Macao), 5 juin 2005. Voir également Mark Bray et Ramsey Koo, « Postcolonial Patterns and Paradoxes : Language and Education in Hong Kong and Macao », Comparative Education, 40(2), 215-239, 2004 ; S. L. Ieong, « Reflections on the Language Issues in Macau : Policies, Realities, and Prospects », pp. 60-69, in R. Koo & H. T. Ma (éds.) Macau Education : Continuity and Change, Macau, Macau Foundation, 1994, en chinois). Quelle langue utiliser (chinois, portugais ou anglais) et dans quelles circonstances est un sujet de conflit entre les différentes forces politiques et économiques, chacune s’efforçant de maximiser ses propres intérêts.
17 Entretiens menés par Cheang Mei Hou, Wong Kam Sang et Zhong Ning dans le cadre de ce projet. Par ailleurs, il est possible qu’une trop forte intégration fasse perdre leur culture. C’est toujours de dilemme de l’intégration.
18 Entretiens menés par Chan Leong Fong.
19 Entretiens menés par Ayano Taba, Leong Fong Hio et Leong Mei Ian. Ils montrent que les étrangers et les Chinois locaux ont peu de contacts. On estime que Macao compte 2 300 aides domestiques. Voir « Jia yong qiu guoyu gong, peidui nan » (Davantage de foyers ont besoin d’aides domestiques mais leur placement est difficile), Macao Daily, 8 mai 2004. Pour plus d’information sur les Philippins à Macao, voir Jesucita Sodusta, « Foreign Domestic Workers in Macau: Gender, Power and Family Change Among Philippine Migrants », in Jesucita Sodusta (éd.), Women in Macau Development, Macao, Fondation de Macao, 1996, pp. 117-143.
20 Sur la discrimination à Hong Kong, voir Tan Ruomei Tam, Gu Xuebin Hok Bun Ku et Jiang Shaoqi Travis Kong (éds.), Gongmin shenfen de zaisi yu dazao: Huaren shehui de shehui paichi yu bianyuan xing (Repenser et refondre la citoyenneté : exclusion sociale et marginalité dans les sociétés chinoises), Hong Kong, Center for Social Policy Studies, The Hong Kong Polytechnic University, 2005.
21 Penny Chan décrit ainsi la stratification sociale de Macao dans les années 1990 : une classe supérieure composée essentiellement de Portugais et de quelques Chinois, une classe moyenne composée des plus anciennes générations d’immigrés de Chine continentale et de quelques immigrés plus récents, et une classe inférieure composée essentiellement de nouveaux immigrés et de quelques immigrés plus anciens. Voir Penny Chan (Chen Xin-xin), Aomen fazhan xiankuang (Le développement contemporain de Macao), Hong Kong, Guangjiaojing chubanshe, 1993, p. 33. Voir également son article comparant entre Hong Kong et Macao en termes de classes sociales dans Wu Zhiliang et Chen Xin-xin, Aomen zhengzhi shehui yanjiu (Une étude de la politique et de la société à Macao), Macao, Association de Macao pour l’éducation des adultes, 2000, pp. 218-239.
22 Ces données sont tirées d’un tableau figurant dans Huang et Cheng, Xin lai Ao dingju zhi neidi yimin lunxi, p. 55.
23 Voir « Lingshou zhaopin da zeng, shouru yi sheng » (Le commerce de détail recrute et les salaires augmentent), Macao Daily, 18 mars 2005, A10 ; « Shouji xinchou jun sheng, jiudian yinshi zui gao » (Les salaires ont augmenté partout au premier trimestre 2005, surtout dans l’hôtellerie et la restauration), Macao Daily, 18 juin 2005, p. A10.
24 Voir « Bocai ye kongque, pan zhi qi qian » (7 000 emplois à pourvoir dans l’industrie du jeu), Macao Daily, 31 mars 2005 ; « Gongwuyuan jiang jia xin » (Les fonctionnaires vont être augmentés), Macao Daily, 4 février 2005.
25 Voir « Guyuan daiyu ying shou guanzhu » (Les salaires et les avantages des salariés devraient être sujets d’inquiétude), Macao Daily, 22 août 2005, F4.
26 Voir « Zhizao ye yuexin bu zu san qian » (Les salariés du secteur manufacturier gagnent moins de 3 000 MOP par mois), Macao Daily, 20 avril 2005.
27 Voir « Guan Cui-xing yu zhengshi zaizhi pinqiong » (Guan Cui-xing appelle le gouvernement à s’occuper des « travailleurs pauvres »), Macao Daily, 11 juillet 2005.
28 Voir les données de 2004 sur le site du Bureau des statistiques et du recensement, http://www.dsec.gov.mo/ index.asp?src=/english/indicator/e_ie_indicator.html; http://www.dsec.gov.mo/index.asp?src=/english/indicator/e_mn_indicator.html [25 août 2005].
29 Voir « Ben Ao pin fu chaju qu zeng da » (Le fossé entre riches et pauvres à Macao se creuse), Macao Daily, 27 avril 2005. Un coefficient Gini de 0 signifie une égalité totale et 1 une inégalité totale. Le coefficient Gini pour Hong Kong était de 0,5 en 2004. Il était de 0,447 pour la Chine en 2001, de 0,325 pour l’Inde en 2000, et de 0,249 pour le Japon en 1993. Voir http://www.ifpri.org/pubs/abstract/138/rr138ch01.pdf. Voir également les données concernant la Chine dans le World Fact Books : http://www.odci.gov/cia/publications/factbook/geos/ch.html [23 août 2005].
30 Voir « Luyou che siji zao qiang fanwan » (Les chauffeurs de cars d’excursion se retrouvent sans emploi), Macao Daily, 16 août 2005, p. B1.
31 Voir « You guzhu zei fa, youxian shiyong wailao » (Certains employeurs enfreignent la loi en donnant la priorité aux travailleurs immigrés plutôt qu’aux locaux), Macao Daily, 13 juillet 2005.
32 Voir les articles du Macao Daily, 17 juillet 2005, p. A3, sur la mort d’un travailleur migrant et la blessure d’un autre dans l’incendie de leur habitation, et sur d’autres questions concernant ces travailleurs migrants.
33 Certains ouvriers ont menacé de sauter du haut du gymnase qu’ils étaient en train de construire. Six jours plus tard, sept autres ont fait de même. Voir Macao Daily, 13 avril 2005.
34 Selon certaines estimations, il y avait à Hong Kong plus de 200 000 « travailleurs sexuels », soit 13 % de la population féminine active (1 558 100 personnes) au deuxième trimestre de 2004. Voir Travis Kong, « Part III: A Study on the Needs of Sex Workers’Children in Hong Kong », in A Report on Studies on Deprived Children, The Social Work Professional Practice Centre, Department of Applied Social Sciences, Hong Kong Polytechnic University et Hong Kong Society for Protection of Children, 2004.
35 Voir « Fazhan shang: jiuqu gaizao ying zhengpian kaifa » (Promoteurs : La transformation des vieux quartiers de la ville passe par le développement communautaire), Macao Daily, 20 novembre 2005.
36 Voir « Chengjian gequ tuixing, Aomen ri xin yue yi » (Le développement urbain se produit tous les jours, et Macao offre un nouveau visage tous les mois), 20 novembre 2004.
37 Voir « Danju ni chai youhan qi didyname » (Le gouvernement projette de démolir sept immeubles), Macao Daily, 21 mai 2005, http://www.macau.ctm.net/modailylog/20050521/index.htm [25 août 2005].
38 Voir « Jiu qu zuhu kong zu buchang » (Les locataires de vieilles habitations risquent d’avoir de la peine à se reloger), Macao Daily, 21 mai 2005, p. B1. Le gouvernement possède 70 immeubles situés pour la plupart au nord de la péninsule. Les logements peuvent être achetés ou loués par les familles à bas revenus. Voir le site Internet du Bureau du logement, http://www.ihm.gov.mo/toc.htm [26 août 2005].
39 Voir « Jiaotong shu zui shou guanzhu shehui wenti » (Les questions de transport urbain représentent les problèmes sociaux les plus préoccupants), Macao Daily, 22 avril 2005. Pour une comparaison entre la période actuelle et les années 1990, voir Zhang Jian-hao, « Jiaotong wenti » (Problèmes de circulation) in Chen Xin-xin (éd.) op. cit., 1995, pp. 89-100.
40 Voir le site Internet du Bureau des statistiques et du recensement, http://www.dsec.gov.mo/index.asp?src=/chinese/html/c_sitemap.html [26 août 2005].
41 Voir « Shou san ji deshi tousu 336 zong » (336 plaintes enregistrées au cours des trois premiers trimestres de l’année), Macao Daily, 11 octobre 2005, p. B7. Le gouvernement a récemment ajouté 30 licences de taxi, mais il est difficile de voir l’effet de cette mesure sur le transport sans une véritable éducation des chauffeurs.
42 Certains attribuent les problèmes de circulation au manque d’expérience des chauffeurs et au mépris des Asiatiques vis-à-vis de la loi. Mais la loi existe et si elle n’est pas appliquée, c’est la faute du gouvernement. C’est une question structurelle et non culturelle.
43 Voir « Xingren ludeng shijian duancu » (Les piétons n’ont pas le temps de traverser la rue), Macao Daily, 8 mai 2005.
44 Voir l’exemple d’un homme gravement blessé par un bus en traversant la rue, Macao Daily, 2 septembre 2005.
45 Voir le site Internet du Comité pour la protection de l’environnement, http://www.ambiente.gov.mo/schinese/05/2004/02.pdf [26 août 2005] ; voir également « Ao zhengti kongqi zhisu xiajiang » (La qualité de l’air à Macao s’est détériorée ), Macao Daily, 22 avril 2005.
46 Voir « Zhu sanjiao kongqi zuran zhuanxing » (La pollution atmosphérique dans le delta de la Rivière des perles vient de franchir une étape), Macao Daily, 18 avril 2005. p. B3.
47 Voir « Hongqi zhiliang cha dangju xu guanzhu » (La qualité de l’air est mauvaise et le gouvernement devrait s’en préoccuper), Macao Daily, 3 novembre 2004.
48 Pour une discussion sur les questions d’environnement à Macao, voir Chen Xi-qiao et Tan Wei-guang (éds.) Ershi shiji de Aomen huanjing (L’environnement de Macao au XXe siècle), Macao, Association de Macao pour les sciences sociales, 2004) ; Huang Jiu-shun et Li Jin-ping (éds.), Aomen huanjing baohu (Protection de l’environnement à Macao), Macau, Macau Foundation, 1997 ; Francisco Nunes Correia and Pedro Liberato, Aomen huanjing zhuangkuang pinggu ji celuexing jianyi (Evaluation de l’environnement à Macao et suggestions sur les stratégies à adopter pour sa protection), Macao, Bureau des affaires sociales et du budget, gouvernement de Macao, 1998.
49 Voir « Fanzui zei jiang baoli an jian jin liangcheng » (Légère baisse de la criminalité. Le nombre de crimes violents a baissé de 20 %), Macao Daily, 8 février 2005, p. A2.
50 Voir « Shou ji zuian, tong bi zeng yicheng » (Criminalité en hausse de 20 % au premier trimestre de cette année comparée au premier trimestre de l’année dernière) ; « Yiyuan guanzhu shou ji zuian zengjia » (Le législateur s’inquiète face à la montée du taux de criminalité au premier trimestre) ; et « Zuian qu sheng dangju you ji », (La criminalité est en hausse et la gouvernement à les moyens de s’en occuper), Macao Daily, 7 mai 2005.
51 Le taux de criminalité à la veille de la rétrocession était élevé. Beaucoup d’affaires de meurtres n’étaient pas résolues. Voir Li Feng-yan, « Zhian wenti » (Problèmes de sécurité), in Chen Xin-xin (éd.), op. cit., 1995, pp. 67-88 ; Feng Zengjun et Li Yiming (éds), Aomen jiaoyu failun (L’éducation à Macao : une introduction), Canton, Guangdong jiaoyu chubanshe, 1999, p. 144. Pour une analyse sociologique de la criminalité à Macao, voir les articles de Penny Chan (Chen Xin-xin) in Wu Zhiliang et Chen Xin-xin, Aomen zhengzhi shehui yanjiu (Etude de la politique et de la société à Macao), Macao, Association de Macao pour l’éducation des adultes, 2000, pp. 280-333.
52 Voir l’exemple d’un homme d’affaires de Pékin séquestré par quatre jeunes gens, « Beijing shangren shu qing guili zao jingu” (Homme d’affaires de Pékin séquestré pour avoir perdu l’argent qu’il avait emprunté), Macao Daily, 14 février 2005. Le groupe d’usuriers était composé de personnes originaires du Fujian, de Hong Kong et de Macao.
53 Voir « Si sha zhan ren yi yan zhong shang » (Quatre individus poignardent des gens. Un homme grièvement bléssé) ; « Jitou zheng shi guo jie ji huo » (Concurrence entre proxénètes tourne au conflit quand l’un d’entre eux traverse la frontière), Macao Daily, 27 septembre 2004. Pour plus d’exemples sur la criminalité liée au jeu, notamment le crime organisé, voir Leong Veng Mai, Macau, Crime and the Casino State, thèse de maîtrise, Hong Kong, University of Hong Kong, 2001. L’étude de Leong ne traite pas du problème de la prostitution dans l’industrie du jeu à Macao.
54 Voir, par exemple, l’étude de Zi Teng, Research Report on Mainland Chinese Sex Workers: Hong Kong, Macau and Town B in Pearl River Delta, Hong Kong, University of Hong Kong, 2000.
55 Voir Feng Jia-chao et Wu Mei-bao, « Aomen jumin canjia bocai huodong diaocha » (Etude sur la participation des citoyens de Macao au jeu), Macao, Institut pour l’étude du commerce du jeu, Université de Macao, 2003.
56 Voir « Wenti dutu pingjun qian zhai ershi wan » (Les joueurs à problèmes ont en moyenne une dette de 200 000 dollars de Hong Kong), Macao Daily, 15 octobre 2004.
57 Voir « Bingtai dutu fudao zhongxin xia bannian yunzuo » (Le centre de conseil pour les joueurs à problèmes ouvrira ses portes au deuxième semestre), Macao Daily, 14 février 2005, p. A6.
58 Sauf indication, toutes les statistiques sont tirées du site Internet du Bureau des statistiques et du recensement, http://www.dsec.gov.mo/index.asp?src=/chinese/html/c_sitemap.html [28 août 2005].
59 Pour une histoire de l’enseignement supérieur à Macao, voir Liu Xian-bing, Aomen jiaoyu shi, pp. 35-59 ; et Feng Zengjun et Li Yiming (éds), Aomen jiaoyu gailun, pp. 185-222. Voir également Mark Bray & Ramsey Koo (éds.), Education and Society in Hong Kong and Macao: Comparative Perspectives on Continuity and Change, (deuxième édition), Hong Kong, Comparative Education Research Centre, The University of Hong Kong-Dordrecht: Kluwer Academic Publishers, 2004) ; Mark Bray, R. Butler, P.K.F. Hui, O.W.K. Kwo et E.W.L. Mang, Higher Education in Macau: Growth and Strategic Development, Comparative Education Research Centre, The University of Hong Kong, 2002, http://www.hku.hk/cerc/Publications/he-macau.htm [3 novembre 2005].
60 Dans la mesure où la plupart des jeunes qui quittent l’école sans diplôme sont des collégiens, certains pensent que le gouvernement devrait rendre l’éducation gratuite jusqu’au lycée plutôt que jusqu’au collège. Cette mesure ne résoudra pas entièrement le problème, mais elle devrait y contribuer. Voir « Liang Qing-ting yu xin xuenian puji gaozhong jintie » (Liang Qing-ting en appelle au gouvernement pour subventionner les lycées l’année prochaine), Macao Daily, 21 mai 2005, p. B8 ; voir également le discours prononcé par Wu Guo-chang le 23 décembre 2004 sur l’enseignement gratuit dans les lycées, publié dans Xin Aomen (Nouveau Macao), n° 26, janvier 2005, p. 19 ainsi que plusieurs autres articles dans le n° 27 (juin 2005) de la même revue. Depuis 1997, l’enseignement comprend une année de préscolaire, six années de primaire et les années de collège. Voir Liu Xian-bing, Aomen jiaoyu shi, p. 25. Pour plus de détails sur l’enseignement à Macao, voir également Cai Chang et Gu Ding-yi (eds.), Aomen jiaoyu yu shehui fazhan (Education et développement social à Macao), Hong Kong, Department of Educational Policy and Administration, Hong Kong College of Education, 2001.
61 Voir « Lixiao ji zhuxue xuesheng diaocha tiyao baogao 2004 » (Rapport sur les élèves qui ont quitté l’école avant d’être diplômés en 2004), sur le site Internet du Bureau de l’éducation et de la jeunesse, http://www.dsej.gov.mo/~webdsej/www/www_dsej_page.php?con=www_report_page.php [28 août 2005].
62 En fait, certains des adolescents qui quittent l’école prématurément deviennent ce qu’on appelle « shuang shi shaonian », c’est-à-dire des adolescents ans école ni travail. Il n’est pas rare qu’ils rejoignent des gangs de type mafieux et s’adonnent à des activités illégales telles que le trafic de drogue ou l’extorsion. Voir « Sijing lian gen baqi haibang tangkou » (La police a démantelé un gang), Macao Daily, 2 mars 2005, p. A1 ; « Hei tangkou duting chengyao kuo shili » (Soutenus par l’industrie du jeu, les gangs ont pu élargir leur influence), Macao Daily, 3 mars 2005, p. A1.
63 Voir Ressources humaines dans l’administration publique de Macao 2003, Macao, Bureau de l’administration et de la fonction publiques, 2004 (en chinois), p. 42.
64 Voir « 2003 guzhu dui bendi zhongxue biyesheng biaoxian de yijian diaochao baogao » (Rapport sur une étude consacrée à la perception qu’ont les employeurs de leurs salariés diplômés du collège), http://www.dsej.gov.mo/~webdsej/www/reference/doc/report/2003_gra_ability.doc [28 août 2005], Bureau de l’éducation et de la jeunesse.
65 Voir Feng Zengjun et Li Yiming (éds.), Aomen jiaoyu gailun, p. 325.
66 Voir « Huixuan tousu zixun wu bai duo 14 zong li’an » (500 plaintes enregistrées concernant des pots-de-vin lors de l’élection législative. 14 ont été formellement déposées), Macao Daily, 2 octobre 2005.
67 Voir « Ling san nian ji ling si nian yi zhi shiyue bufen jiaotong ziliao bijiao » (Comparaison de données concernant la circulation routière entre les dix premiers mois de 2003 et 2004), Macao Daily, 7 novembre 2004.
68 Il semble que la société de Macao tend à privilégier l’enseignement professionnel plutôt que l’enseignement général. L’Université de Macao (anciennement l’Université est-asiatique) proposait un cursus en sociologie, mais il a été supprimé en 1993, trois ans après sa création. Il existe à nouveau depuis 2005. Voir Penny Chan (Chen Xin-xin), Aomen fazhan xiankuang, pp. II, 8-9.
69 Pour une analyse approfondie des organisations sociales et leur fonctionnement à Macao voir Lou Shenghua, Zhuanxing shiqi Aomen shetuan yanjiu (Une étude des organisations sociales de Macao dans la période de transition), Canton, Guangzhou renmin chubanshe, 2004. Voir également « Aomen fazhan celue yanjiu zhongxin (Centre d’études des stratgéies de développelent à Macao) et « Aomen shetuan de xianzhuang yu qiangzhan » (Le statut actuel et les perspectives des organisations sociales de macao) in Yu Zhen, Cui Bao-feng et Zheng Wei-ming (éds.), Aomen lishi, wenhua yu shehui (Histoire, culture et société de Macao), Macao, Fondation de Macao, 2003, pp. 7-20 ; voir également l’article de Wu Zhiliang’s sur la construction d’une société civile et celui de Penny Chan (Chen Xin-xin) sur les forces sociopolitiques à Macao dans Wu Zhiliang et Chen Xin-xin, Aomen zhengzhi shehui yanjiu (Etude de la politique et de la société à Macao), Macao, Association de Macao pour l’éducation des adultes, 2000, pp. 204-217. Chan analyse la relation entre la classe moyenne et la démocratisation et le rôle de diverses forces sociales telles que la gauche traditionnelle, la religion, les Macanais, les défenseurs de la démocratie en se basant sur le cadre d’analyse de Wu Guo-chang. Sur la réforme du gouvernement, voir Bill K. P. Chou, « Les hésitations de la réforme de la fonction publique à Macao »,  Perspectives chinoises, n° 81, janvier-février 2004, pp. 56-63.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zhidong Hao, « Quelques problèmes sociaux à Macao », Perspectives chinoises [En ligne], 91 | septembre-octobre 2005, mis en ligne le 09 octobre 2006, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/917

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page