Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Martin Edmonds et Michael M. Tsai (éds.), Defending Taiwan. The future vision of Taiwan’s defence policy and military strategy

Londres, New York, RoutledgeCurzon, 2003, 284 p.
Jean-Pierre Cabestan

Texte intégral

1Ce livre est important car il comble une lacune évidente pour quiconque s’intéresse à l’équation Chine–Taiwan : l’analyse des forces armées taiwanaises. Certes, quelques auteurs, tel Michael Swaine, ont publié sur la question1. Mais ces études demeurent encore trop peu nombreuses. Outre l’intérêt décroissant pour Taiwan, l’une des raisons de cette rareté est l’opacité persistante de l’institution militaire taiwanaise, et ceci en dépit de plus de trois lustres de démocratisation.

2Il faut donc saluer cet ouvrage à plusieurs mains. Celui-ci prolonge et pérennise l’effort d’information et d’analyse déployé par la revue bilingue Taiwan Defense Affairs (Guofang zhengce pinglun), lancée en 2000 par le député du Parti démocrate progressiste Michael Tsai Ming-hsien, l’un des deux auteurs de Defending Taiwan. D’ailleurs, ce volume est le fruit d’une conférence internationale organisée par cette revue en 2001 et dont les contributions ont été mises à jour avant d’être publiées en 2003.

3Ce livre est divisé en cinq parties. Les plus novatrices sont les trois parties centrales (II, III et IV). La première partie plante un décor utile mais assez connu sur l’environnement de sécurité de Taiwan. Dans un premier chapitre, Kao-cheng Wang, de l’Université de Tam Kang (Danjiang) rappelle le nouveau défi de sécurité pour les Etats-Unis que constitue l’émergence de la Chine ; dans un second, Denny Roy, qui s’est fait connaître pour son ouvrage sur l’histoire de Taiwan, évalue la modernisation et la montée en puissance de l’Armée populaire de libération (APL), en particulier en matière de guerre informationnelle, et son impact sur la situation dans le détroit de Formose.

4La seconde partie est probablement plus utile à de nombreux lecteurs. Tout d’abord Chih-heng Yang, chercheur au Taiwan Research Institute, un think tank proche de l’ancien Président Lee Teng-hui, retrace la nécessaire adaptation de la stratégie militaire de Taiwan à la nouvelle situation dans le détroit ; puis Damon Bristow, un ancien membre du Royal United Services Institute (Grande-Bretagne), évalue la modernisation de la défense nationale et identifie les principaux obstacles rencontrés (tensions entre services, avantage longtemps donné à l’armée de terre, politique d’acquisition, intégration des matériels,  recrutement et formation et moral).

5Pourtant cette modernisation a bien été engagée, comme le démontre la troisième partie de l’ouvrage. Dans un court mais très instructif chapitre, Jung-chuan Liu, de l’Université taiwanaise de défense nationale, présente les principaux objectifs de ce processus, objectifs qui peuvent se résumer en deux idées-forces : l’adaptation des forces armées à la guerre moderne et la mise en place d’une stratégie de « défense active » de nature à dissuader toute attaque. Chien Chung, un spécialiste reconnu de l’armée taiwanaise à l’Université Tsinghua (Hsinchu), analyse l’effort entrepris par la marine. Et Tony Mason, de l’Université de Birmingham, fait de même pour ce qui concerne l’armée de l’air. Il est clair que la priorité est depuis la fin des années 1980 données à ces deux armes qui joueront un rôle décisif dans toute défense de l’île.

6La quatrième partie aborde des questions plus difficiles et plus controversées, en particulier l’affaire de la défense antimissile, réponse nécessaire à la menace croissante des missiles chinois, mais dont l’efficacité reste largement psychologique (Patriot) ou dépendant des projets américains à l’échelle régionale ou mondiale2. C’est pourquoi Ming-hsien Wong, de l’Université Tam Kang, s’interroge sur les moyens de sortir par le haut (les mesures de confiance par exemple) de la course aux armements actuellement engagée en Asie du Nord-Est.

7Mais l’évolution des relations armée-nation n’est pas moins importante. Les deux derniers chapitres de ce livre constituent un plaidoyer à la fois pour l’ouverture de l’institution militaire sur la société et la professionnalisation des forces armées. A l’évidence, Taiwan fait aujourd’hui face à un dilemme : d’une part, cet Etat a un besoin urgent de renforcer ce lien armée-nation, seul véritable garant du maintien de l’esprit de défense, et d’autre part, afin d’améliorer la crédibilité de l’outil militaire, il lui faut progressivement abandonner l’institution du service militaire obligatoire (20 mois aujourd’hui) et évoluer vers une armée de métier capable de maximaliser l’utilisation des coûteux matériels dont elle dispose et, partant, de dissuader tout agresseur de s’aventurer dans le détroit de Formose.

8L’indépendance de fait et la survie de la République de Chine à Taiwan sont à ce prix. Defending Taiwan montre les difficultés de l’entreprise, mais cet ouvrage met aussi au jour la prise de conscience progressive des défis qu’affronte aujourd’hui la nation taiwanaise : car n’est-ce pas à l’aune de la solidité de l’esprit de défense qu’in fine se mesure la force du tout nationalisme, et en particulier du nationalisme taiwanais ?

Haut de page

Notes

1 Deterring Conflict in the Taiwan Strait: The Successes and Failures of Taiwan’s Defense Reform and Modernization Program, Washington DC, Carnegie Papers, n° 46, juillet 2004, 31 p.
2 Theater Missile Defense (TMD), National Missile Defense (NMD).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cabestan, « Martin Edmonds et Michael M. Tsai (éds.), Defending Taiwan. The future vision of Taiwan’s defence policy and military strategy », Perspectives chinoises [En ligne], 90 | juillet-août 2005, mis en ligne le 27 avril 2007, consulté le 24 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/911

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cabestan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org