Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Florence Bretelle-Establet, La Santé en Chine du Sud (1898-1928)

Paris, CNRS Editions, 2002, XV + 239 p.
Frédéric Obringer

Texte intégral

1Cet ouvrage que Florence Bretelle-Establet a élaboré à partir de sa thèse est un travail novateur qui explore la situation sanitaire dans trois provinces de la Chine du Sud, le Yunnan, le Guangxi et le Guangdong, à la fin de l’Empire et au début de la République. L’auteur a exploité un matériau particulièrement riche, les correspondances sanitaires des médecins militaires français envoyés en Chine du Sud à partir de 1898 et les chroniques locales chinoises (difangzhi), pour montrer quelles furent les diverses attitudes des autorités et de la société chinoises face à la maladie, jusqu’en 1928, date de la création du ministère de la Santé au sein du gouvernement de Chiang Kai-shek.

2Les correspondances sanitaires, sources jusqu’à présent fort peu utilisées, émanent d’ardents pasteuriens qui avaient pour tâche de surveiller les affaires concernant la santé aux portes de la colonie indochinoise, en liaison avec des agents consulaires, tout en marquant la présence de la France sur ces territoires. Les médecins produisaient régulièrement des rapports très détaillés, ou des articles publiés dans des revues spécialisées de médecine coloniale. Les autorités françaises avaient été particulièrement alertées par des épidémies récurrentes, telle celle de peste à Canton et Hong Kong en 1894 (qui fit entre 70 000 et 100 000 morts), dont elles redoutaient les conséquences en Indochine. La présence française en Chine du Sud avait été rendue possible par la convention du 20 juin 1895, qui ouvrait la ville de Simao, dans le Yunnan, avec droit de résidence pour les sujets français comme dans les ports ouverts, et autorisait la France à poursuivre les voies ferrées du Tonkin en territoire chinois ; la convention donnait de plus préférence aux ingénieurs français, en liaison avec les mines du Yunnan, du Guangxi et du Guangdong. Les secondes sources, les chroniques locales chinoises, fournissent une multitude de textes où l’on trouve des informations sur les organismes de bienfaisance, les biographies de médecins locaux, les fléaux et épidémies.

3Dans son premier chapitre, l’auteur décrit le déclin, voire la disparition, de l’ « idéal de responsabilité gouvernementale pour la santé publique » au XIXe siècle : les établissements charitables traditionnels (par exemple les puji tang) étaient en général détruits ou abandonnés, pour n’être reconstruits parfois qu’à l’initiative de notables locaux. Les médecins français arrivant en 1898 se montrèrent très étonnés de cette absence de mesures officielles concernant la santé, habitués qu’ils étaient à une politique gouvernementale beaucoup plus interventionniste – à l’image de la création en France de l’Assistance publique en 1849. Ce qui était ressenti comme une incurie apparaissait d’autant plus inquiétante que le climat sanitaire de la Chine du Sud à la fin des Qing était « préoccupant » (chapitre 2). L’épidémiologie montre, pour le moins, une grande diversité : peste, variole, choléra, ou encore paludisme qui se développe avec les travaux de défrichement et d’irrigation massive, dans des conditions naturelles très favorables à cette maladie.

4Devant cette morbidité élevée, les réponses médicales et rituelles sont multiples, et c’est l’un des grands mérites de Florence Bretelle-Establet d’éclairer un certain nombre de questions qui étaient jusqu’à présent très floues, en particulier pour ce qui est du statut du « spécialiste en médecine » dans la Chine moderne. S’appuyant sur 422 biographies de médecins tirées de monographies locales, corpus soumis à une analyse factorielle de correspondances, l’auteur propose une sorte de typologie de ces personnages. Ces derniers ne forment pas un corps social bien défini, puisque l’on rencontre aussi bien des mandarins soignant en plus de leur fonction principale que des praticiens sans autre activité. Si, selon leur témoignage, les médecins français furent frappés par l’absence de professionnalisation, il semble que l’on puisse malgré tout repérer une tendance à la spécialisation médicale à partir de 1850, ou du moins « une vision subjective plus professionnelle de l’exercice médical : l’exercice de la médecine devient, sinon une réalité, du moins dans l’imaginaire, un métier à part entière » (p. 83).

5Florence Bretelle-Establet s’interroge également sur le possible décalage concernant la conception de la maladie, au sein de la culture médicale locale méridionale, par rapport à la vulgate exposée par les ouvrages de référence, ceux d’où sont tirées par exemple les questions du concours d’entrée à l’Académie impériale de médecine (Taiyiyuan). Les conditions écologiques et la pathocénose expliquent aisément l’influence du « courant des maladies fébriles épidémiques » (wenbing xue), qui naquit au contact des épidémies de la fin des Ming et qui était en pleine expansion au XIXe siècle. Les recherches à ce sujet doivent se poursuivre, mais la traduction (p. 109) de deux dissertations de Deng Daliang, médecin originaire du Guangxi, sur le syndrome d’hypotonie (weibing) datant de 1896 et sur les maladies avec nodules, de 1905, donnent quelques éléments de réflexion. L’importance des rituels apotropaïques destinés à lutter contre les maladies apparaît aussi clairement dans les témoignages des médecins français ou des consuls de France. Lors de l’épidémie de peste de 1894, à Canton, « les mandarins ont loué les services de plusieurs confréries de bonzes afin d’offrir des sacrifices au Génie de la peste et de calmer sa colère » (p. 131).

6Dans son dernier chapitre, l’auteur montre les changements à l’œuvre à la fin de l’Empire et au début de la République, au contact des pratiques occidentales de santé, lesquelles suscitèrent à la fois enthousiasme et résistance. De nombreux hôpitaux missionnaires furent fondés à ce moment-là, avec une répartition géographique très inégale (beaucoup plus dans le Guangdong que dans le Guangxi et le Yunnan). Du côté français, la consultation de l’hôpital de Kunming eut un succès évident, et quelques écoles de médecine contribuèrent à la formation de diplômés qui joueront un rôle majeur dans la définition d’une politique de santé publique. Du côté de la société civile chinoise, les établissements philanthropiques, les organismes d’assistance (tongshan tang), se multiplièrent dans le Guangdong, et le rôle des institutions de charité, financés par des marchands, s’imposa lors des épidémies, ou en prévention de celles-ci (vaccination antivariolique), ainsi que pour l’obstétrique. On assista enfin à la naissance d’une police sanitaire : « l’idée que l’Etat doit participer à la lutte contre les maladies et la mise en place, en certains endroits, et en priorité dans l’armée, de services sanitaires modernes confiés à une autorité publique, sont les grandes innovations des premières années du XXe siècle » (p. 193).

7L’ouvrage de Florence Bretelle-Establet montre la voie pour de futures recherches. Tel qu’il se présente, il dresse déjà un tableau précis des tendances en matière de politique de santé repérables tout au long de la période charnière Empire-République. Les traductions sont en général bienvenues ; je ne résisterai pas cependant à signaler une petite erreur, p. 110 : la décoction du tigre blanc (baihu tang, qui vient du Shanghan lun) ne contient nullement une partie de ce noble animal. Elle comprend quatre ingrédients : gypse, réglisse, une variété de riz et le rhizome d’Anemarrhena asphodeloides). D’une façon moins anecdotique, il faut aussi regretter l’absence d’un index, ce qui est vraiment incompréhensible pour un livre publié par un éditeur scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Obringer, « Florence Bretelle-Establet, La Santé en Chine du Sud (1898-1928) », Perspectives chinoises [En ligne], 83 | Mai-juin 2004, mis en ligne le 26 avril 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/874

Haut de page

Auteur

Frédéric Obringer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org