Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Jean-Pierre Cabestan, Chine-Taiwan : la guerre est-elle concevable ?, Paris, Economica, 2003, 470 p.

Jean-Vincent Brisset

Texte intégral

1Pratiquement toutes les analyses sur les conflits potentiels entre la Chine populaire et Taiwan sont construites sur le même schéma : une analyse du rapport des forces militaires et une revue des scénarios de déclenchement des hostilités. Elles sont généralement complétées par un examen des déroulements possibles des opérations et surtout par celui des conséquences et des implications internationales. On prend aussi quelquefois en compte les conséquences de l'imbrication économique des deux adversaires potentiels.

2Dans Chine-Taiwan : la guerre est-elle concevable ?, Jean-Pierre Cabestan a voulu aller plus loin, passant des problèmes de défense militaire à celui de défense globale. Observateur du monde chinois depuis de longues années, il est l'un des rares chercheurs à avoir effectué des travaux détaillés sur la partie taiwanaise de l'équation. Il en résulte un ouvrage de référence, bourré d'informations souvent méconnues ou inédites, dressant un état des lieux quasiment exhaustif avant de donner quelques éléments de prospective. Y est souligné aussi que ce qui passe souvent pour un problème bilatéral est en fait largement gouverné par les positions prises au troisième sommet du triangle : Washington.

3A Taiwan comme en République populaire de Chine, tout ce qui concerne les affaires militaires est très opaque. Les sources nationales sont, côté pékinois, à peu près totalement sous contrôle. A Taipei, les oppositions irréductibles au sein d'une démocratie toute neuve ne donnent guère plus d’éclairage. Les sources extérieures, essentiellement américaines, sont finalement peu nombreuses et très tributaires de différents lobbies. A ceci s'ajoutent quelques affaires complexes qui ont donné naissance à des rumeurs dont il est souvent difficile de se dépêtrer. Il aura fallu à l'auteur effectuer un énorme travail de recoupement pour éviter de nombreux pièges.

4La première partie de l'ouvrage traite de l'équation militaire, principalement vue du côté taiwanais. Si le premier chapitre est consacré à la montée en puissance de l'Armée populaire de libération (APL), les quatre suivants traitent de l'outil militaire dont peut disposer Taipei. L'analyse des capacités de l'APL va au delà des chiffres – impressionnants – habituellement présentés, prenant en compte à la fois les intentions des dirigeants et les lacunes persistantes. Pour les dirigeants du Parti communiste chinois, l'existence même de Taiwan comme une entité souveraine est inacceptable. Ce qui ne les empêche pas de reconnaître leur incapacité à assurer la réunification par la force, le renversement de l'équilibre des forces en leur faveur étant espéré pour 2010. Ils vont donc tenter, dans la plus pure tradition stratégique chinoise, d'employer tous les autres moyens pour y parvenir. L'étude des termes taiwanais pose le problème de la place et du rôle des forces armées d'un pays qui joue sa survie. Après avoir fixé les concepts de base et les stratégies induites, l'auteur trace un tableau extrêmement complet des composantes de la défense de l'île. Le grand intérêt de l’ouvrage vient du fait que sont étudiés aussi bien les fondations que l'état actuel et les perspectives d'avenir. Un chapitre consacré aux problèmes de matériels et de budget est suivi de l'étude de deux sujets beaucoup moins connus, l'organisation des forces armées (et le lien armée-nation), puis les vulnérabilités stratégiques et structurelles des forces armées taiwanaises.

5La deuxième partie est consacrée à une étude tout aussi exhaustive et largement novatrice de la défense globale de Taiwan, qui n’est rien d'autre qu’une lutte pour la survie, face à un adversaire qui peut attaquer à tout moment. L'ambiguïté de la relation entre Taiwan et les Etats-Unis fait l'objet d'un long développement, qui approfondit les raisons et les implications de la « quasi-alliance » entre les deux pays. Les chapitres suivants sont respectivement consacrés à la position de la République de Chine sur la scène internationale, où elle est moins isolée qu'il ne le paraît généralement, puis à ses atouts et vulnérabilités. Sur le plan économique, l'imbrication entre les deux Chine et la dépendance de Taipei, mais aussi celle de Pékin, vis-à-vis de l'étranger compliquent beaucoup les choses, en particulier à cause de la présence permanente de centaines de milliers de Taiwanais sur le continent. Le système politique de l'île est en pleine évolution et le consensus national a beaucoup de mal à se réaliser. Enfin, les particularités psychologiques de la société taiwanaise font l'objet d'un intéressant développement, en particulier sur les risques de finlandisation ou de « hongkongisation ». La part consacrée à la Chine populaire est fort brève, mais éclairante.

6La dernière partie est intitulée « Faible contre faible ? ». Jean Pierre Cabestan apporte à ce questionnement apparemment incongru de solides justifications. Le premier chapitre reprend, de manière assez classique, les différentes causes qui pourraient conduire au déclenchement d'un conflit, ou plus exactement à l’attaque de l'île par l'APL. L'analyse, très poussée et très réaliste, des scénarios prévisibles – opérations limitées ou guerre totale – est précédée de deux courts passages posant les questions : « La Chine cherchera-t-elle à légaliser son action armée ? » et « Les Taiwanais se battront-ils ? ». Enfin, un dernier chapitre aborde les stratégies privilégiées de Pékin. Dans le monde chinois, les concepts énoncés par Sun Zi demeurent prééminents. Il serait inimaginable que Pékin ne cherche pas à arriver à ses fins par des moyens qui économiseraient une attaque d'importance, militairement risquée et ruineuse en termes d'image. D'où un scénario de montée en pression, mélangeant action psychologique et grignotage stratégique, visant à obtenir une capitulation sans bataille plutôt qu'une victoire.

7L'ouvrage est complété par une série d'annexes donnant de nombreuses informations, dont certaines, sur les forces taiwanaises, sont assez peu connues. La bibliographie est extrêmement complète.

8Chine-Taiwan : la guerre est-elle concevable ? est donc un point de passage obligé pour qui veut réellement approfondir sa vision d'une problématique qui pèse lourdement sur les relations triangulaires entre Pékin, Taipei et Washington.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Vincent Brisset, « Jean-Pierre Cabestan, Chine-Taiwan : la guerre est-elle concevable ?, Paris, Economica, 2003, 470 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 83 | Mai-juin 2004, mis en ligne le 26 avril 2007, consulté le 25 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/870

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page