Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Ian Buruma, Bad Elements. Chinese Rebels from Los Angeles to Beijing

Londres, Orion/Phoenix, 2003, 404 p.
Jean-Philippe Béja

Texte intégral

1Certains journalistes, ou des voyageurs à mentalité d’explorateur aiment à sortir des sentiers battus pour découvrir la « vraie Chine ». C’est le choix qu’a fait Ian Buruma. Refusant d’aller interviewer le énième « capitaliste rouge », le diplômé d’économétrie de Harvard qui occupe un poste important dans le gouvernement, ou la jeune Shanghaienne « branchée » qui s’est fait débrider les yeux et s’habille chez Armani, le journaliste hollandais a décidé de s’intéresser à un groupe aux contours flous, celui des individus suffisamment fous pour s’opposer à l’un des pouvoirs les plus formidables de la terre. Il est allé traquer les huaifenzi, reprenant le qualificatif de « mauvais éléments » donné par le pouvoir à ces hommes et ces femmes d’un courage inouï. Et, étant donné les vicissitudes de l’histoire qui font que les Chinois vivent sous deux régimes, et qu’une petite île d’Asie du Sud-Est est majoritairement peuplée de « Fils du Ciel », Ian Buruma est allé les traquer dans le monde entier pour leur donner la parole. Sur le continent chinois, à Singapour, à Taiwan, et, naturellement, « outre-mer », c’est-à-dire essentiellement aux Etats-Unis.

2C’est un tableau très complet de la dissidence de la « Chine culturelle » chère à Tu Wei-ming que dresse l’auteur, et l’empathie qu’il éprouve à l’égard de ces « mauvais éléments » lui permet de décrire avec enthousiasme des personnalités d’une humanité extraordinaire, qui, malgré les tragédies qu’ils ont traversées, ne renoncent pas. Une belle leçon pour tous ceux qui répètent que « le » Chinois n’est pas mûr pour la démocratie, que « le Fils du Ciel » a un sens inné de l’obéissance à la hiérarchie. Cette galerie de portraits extrêmement vivants représente une source inestimable sur ce mouvement insaisissable qu’est le mouvement pour la démocratie. Alors, comment se fait-il qu’en refermant le livre, l’on ait un goût amer dans la bouche après l’avoir lu ?

3Certainement pas en raison d’une vision trop critique de l’auteur, mais plutôt parce que, malgré leurs qualités, ces héros n’ont jamais pu mobiliser suffisamment de citoyens pour mettre un terme à l’absolutisme. Sauf à Taiwan.

4Ces merveilleux opposants ont du mal à s’organiser, ils ont tendance à se laisser aller aux dissensions internes. Buruma ne leur en veut pas et lorsque les personnalités qu’il interroge n’expliquent pas les origines de leurs dissensions, c’est lui qui le fait, en décrivant le contexte politique, les difficultés de la vie en exil ; c'est lui qui, en somme, leur trouve des excuses. Jamais sa sympathie pour les « mauvais éléments » qu’il présente ne se dément.

5Ian Buruma ne cache pas ses hypothèses : « Je suis convaincu que le gouvernement du Parti communiste se terminera en Chine ; tôt ou tard, c’est le sort de toutes les dynasties. Est-ce qu’une fois encore, une dynastie autoritaire sera remplacée par une autre ? Ou bien les Chinois seront-ils enfin capables de se gouverner dans une société plus libre et plus ouverte ? L’exemple de Taiwan, où les citoyens peuvent désormais parler librement et élire leur propre gouvernement, montre que c’est possible. Celui de Singapour, qui combine un libéralisme économique relatif avec l’autoritarisme politique indique une autre direction, tout aussi plausible » (introduction, p. XV).

6C’est par les exilés que Ian Buruma commence son voyage au cœur de la dissidence. Les descriptions des individualités qu’il présente, qu’il s’agisse des dirigeants étudiants de 1989 comme Chai Ling, Li Lu, ou des animateurs du Mur de la Démocratie comme Wei Jingsheng, sont impressionnantes de vérité.

7Certains de ces dissidents installés en Occident sont désespérément à la recherche d’une idéologie de rechange au marxisme-léninisme. Pour Buruma, cette quête doit être replacée dans le cadre plus général de la culture chinoise. Ainsi, le christianisme de Yuan Zhiming, l’un des auteurs de la série télévisée Elégie pour un fleuve (Heshang), rappelle l’engagement des lettrés confucéens. Mais Yuan Zhiming est également un produit du régime communiste puisqu’il est à la recherche d’un nouveau dogme pour expliquer les retards de la Chine. Les idéologues de l’opposition sont parfois un peu perdus. Ainsi Su Xiaokang, autre auteur de cette série, n’hésite pas à aller chercher dans le bouddhisme, le christianisme, le qigong, un remède contre le désespoir à la suite de la tragédie qui a frappé sa famille aux Etats-Unis. Toutefois, à la différence de son camarade, il affirme que depuis qu’il a perdu sa foi dans le maoïsme, il lui est devenu impossible de croire à une religion ou à une idéologie : « J’ai vraiment essayé, mais je ne peux croire en rien » (p. 64).

8Les cicatrices laissées par le maoïsme sont bien décrites par Li Shuxian, l’épouse de Fang Lizhi, l’une de ces « étoiles de l’Arizona » (stars of Arizona) : « Le pire est qu’ils contrôlent nos souvenirs… Notamment quand ils ont commis une atrocité, ils dissimulent l’histoire ou forcent les gens à oublier. Même mon fils ne sait pas ce qui s’est passé à cette époque. C’est pour cela que nous devons enseigner au peuple, pas à pas, la vérité » (p. 82). Buruma montre bien les importantes différences entre les générations. Il dépeint des individus, pas les militants homogènes d’un mouvement social.

9Les interviews des dissidents sont naturellement passionnantes, mais c’est lorsqu’il décrit les difficultés rencontrées par celui qui veut leur parler sur le territoire de la République populaire, qu’il donne toute la mesure de son talent. On retiendra tout particulièrement le récit de sa non-rencontre avec l’ancien secrétaire particulier de Zhao Ziyang, Bao Tong, organisée par la journaliste Dai Qing dans une station de métro de Pékin. Pour ceux qui vantent la « normalisation » de la Chine, cette description est très instructive ; à ceux qui travaillent sur le même terrain que Buruma, elle rappelle de nombreuses expériences.

10Il ne faudrait cependant pas croire que l’auteur est aveuglé par la sympathie qu’il éprouve pour les personnes qu’il rencontre. Au fil de leurs déclarations, on découvre les défauts qui expliquent les faiblesses du mouvement : on voit apparaître leur sectarisme, leur individualisme exacerbé – réaction peut-être naturelle au collectivisme imposé par un régime totalitaire –, la faiblesse de leur culture politique, leur ignorance de ce qui n’est pas chinois.  

11Cet ouvrage est unique en son genre dans la mesure où Buruma s'est entretrenu avec tous les dissidents du monde chinois en mesure de parler aujourd’hui (ceux qui ne sont pas en prison ou décédés). Et c’est l’image d’un courage incroyable, à la limite de la folie, qui se dégage de la lecture. L’auteur montre par petites touches extrêmement subtiles, à quel point ces fortes personnalités qui osent s’opposer à des pouvoirs chinois, sont marquées par la culture de l’Empire. C’est même le cas des plus occidentalisés d’entre eux comme, à Hong Kong, Martin Lee, le catholique fils de général du Guomindang, ou Emily Lau. Ce qu’ils ont en commun, c’est à la fois la profonde connaissance de ce pouvoir et la volonté affirmée à tout prix de refuser de croire qu’un cheval est un daim parce que l’Empereur l’a déclaré.

12Les chercheurs n’ont souvent que mépris pour les journalistes. Pourtant, lorsque ce métier est pratiqué par un grand professionnel qui a mené des recherches pendant cinq ans, il retrouve ses lettres de noblesse. Les Ian Buruma,  il est vrai, ne sont pas légion. Mais ce livre est bien plus éclairant qu’un grand nombre d’ouvrages académiques. C’est un véritable travail d’historien du présent, un recueil de témoignages indispensable pour quiconque travaillera sur ce sujet trop souvent ignoré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Béja, « Ian Buruma, Bad Elements. Chinese Rebels from Los Angeles to Beijing », Perspectives chinoises [En ligne], 82 | mars-avril 2004, mis en ligne le 26 avril 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/863

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Béja

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page