Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jason Y. Ng, Umbrellas in Bloom: Hong Kong's Occupy Movement Uncovered. Richard C. Bush, Hong Kong in the Shadow of China – Living with the Leviathan.

Hong Kong, Blacksmith Books, 2016, 392 p. Washington, D.C., Brookings Institution Press, 2016, 400 p.
Éric Sautedé
p. 81-82

Texte intégral

1À en juger par la couverture médiatique, tant locale qu’internationale, dont il fit alors l’objet, le « mouvement des parapluies », qui pendant 79 jours secoua Hong Kong à la fin de l’année 2014, était voué à être méticuleusement examiné et analysé.

2En raison de la portée du mouvement lui-même, ainsi que de leur vertu hautement symbolique et ô combien visuelle, les parapluies jaunes utilisés afin de repousser les jets de bombes au poivre et le gaz des grenades lacrymogènes devinrent l’incarnation métaphorique de la résistance pacifique d’une jeunesse avide de démocratie contre un pouvoir étatique abusif, et tout cela au cœur même de l’un des centres financiers les plus dynamiques du monde, et aux portes – en dehors et néanmoins en dedans, pourrait-on dire – de l’un des régimes politiques les plus répressifs de la planète.

3Le mouvement a aussi revêtu une importance particulière pour Hong Kong elle-même : si les manifestations de 2002-2003 contre l’article 23 (la loi anti-subversion) symbolisèrent d’une certaine façon la fin de l’« apathie politique » dans l’ancienne colonie britannique, le mouvement des parapluies pourrait certainement être décrit comme l’incarnation éblouissante et vivace d’une maturité politique, d’autant plus frappante que l’intelligence et la lucidité se trouvaient ironiquement portées par une génération de militants âgés d’à peine vingt ans. Sa résonance a également été mondiale : il fut une répercussion des ondes de choc émises par le mouvement Occupy Wall Street de 2011 et celui des Indignés en Espagne : les enjeux de libéralisme politique faisaient une fois de plus l’objet d’un débat, dans le cadre d’une délibération 2.0, les slogans et graffitis de mai-68 se trouvaient revisités et sinisés en une nouvelle incarnation du mur Lennon. Enraciné localement et néanmoins connecté au temps du monde, le mouvement reprenait des questions soulevées par Platon, Aristote et leurs disciples dans un contexte culturel singulier, celui du monde chinois, tout en éclairant d’un jour nouveau le rapport entre « liens faibles » et  « liens forts » et autres défis du passage entre le « en ligne » et le « hors ligne » s’agissant de la structuration des mouvements sociaux et politiques.

4Les deux ouvrages, écrits respectivement par Jason Ng et Richard Bush, consacrés à l’actualité et à la politique de Hong Kong, ne pourraient être plus différents dans leur nature. Et pourtant, tous deux proposent un examen aussi pénétrant que chatoyant des transformations politiques à l’œuvre dans la région administrative spéciale (RAS) chinoise aujourd’hui.

5Umbrellas in Bloom, comme l’indique son titre, se concentre sur le mouvement lui-même et fournit un compte-rendu minutieux et subtil de ce qui s’est passé durant ces presque trois mois de manifestations politiques agités et d’occupation de lieux emblématiques de la ville, suscitées par quelque 87 tirs de gaz lacrymogène par la police le 28 septembre 2014 et l’annonce anticipée par Benny Tai du lancement de son mouvement, Occupy Central with Love and Peace (OCLP).

6Le premier chapitre – « The Day When Everything Changed » – donne le ton en relatant le tout premier jour de manifestation tel que perçu par un observateur en alerte, l’auteur lui-même : il s’agit du travail d’un militant et d’un écrivain qui nous fait ressentir l’enthousiasme joyeux et les incertitudes provoquées par les toutes premières heures du mouvement. Le style de Jason Ng est précis, énergique et évocateur, et l’on se laisse convaincre immédiatement par la solidité des arguments du juriste autant que séduire par l’habileté de l’écrivain et du bloggeur expérimenté – il est à présent président du PEN club hongkongais – qui est venu à l’écriture par souci de « transmettre » la singularité de Hong Kong à un public anglophone.

7Pourtant, ce récit très personnel est inclus dans une section plus large dédiée à ce que Jason Ng nomme « la germination », à savoir les facteurs explicatifs de l’origine du mouvement. Son « Hong Kong Politics 101 », très divertissant et d’une remarquable concision, vient en contrepoint de ce qu’il décrit comme « les promesses trahies » du gouvernement quant à l’agenda de la démocratisation tel qu’il est inscrit dans la loi fondamentale – l’élection du chef de l’exécutif au suffrage universel – aggravées par la défiance croissante qu’inspire alors le chef de l’exécutif, C.Y. Leung, et son incapacité à orienter Pékin vers une position qui ne réduirait pas les réformes politiques à une parodie de progrès démocratique. Mais les facteurs socio-économiques ainsi que culturels sont également détaillés, et l’auteur, bien que partisan affiché des valeurs libérales, ne craint pas d’exposer les contradictions existant au sein de la société hongkongaise au sujet du mouvement, comme lorsqu’il utilise les sondages d’opinion pour indiquer que, contrairement à une idée erronée mais répandue, les « sympathisants du mouvement [ont] toujours été en minorité. »

8Le mouvement prend vie sous la plume de Jason Ng, autant pour des aspects plus anecdotiques, telle la « bromance » entre Alex Chow et Lester Chum de la Hong Kong Federation of Students ; que plus emblématiques, comme l’incomparable ascension de Joshua Wong, le jeune homme de 18 ans surnommé « G-Phone », dont le visage devint celui de l’homme de l’année sur la couverture du magazine Time en 2014 ; ou encore plus fondamentaux, telle que l’interaction féconde entre ce trio de jeunes mené par Joshua Wong et le trio plus âgé de OCLP composé de deux professeurs d’université et du pasteur Chu Yiu-ming. Mais Jason Ng n’est jamais aussi bon que lorsqu’il décrit la présence quotidienne de militants fortuits sur les trois sites d’occupation (les villages de Harcourt, Nathan et Yee Wo), même s’il nous donne à voir le village de Harcourt de façon beaucoup plus détaillée, puisqu’il s’agissait du lieu de commandement central du mouvement et de l’endroit où Jason Ng lui-même fut impliqué – il y dormit même dans une tente – afin de dispenser des « cours d’éducation populaire » aux membres de sa Water Blowers’ Society. L’auteur rend hommage à l’inventivité des occupants, leurs interactions avec les outsiders – partisans comme opposants au mouvement – et relate comment cette expérience politique unique devint finalement un épisode qui changea la vie de nombreux jeunes Hongkongais et secoua la hiérarchie des valeurs traditionnelles pour toute la communauté. Le texte est richement illustré par les dessins évocateurs de Daniel Ng, le frère de l’auteur, auxquels s’ajoutent des graphiques, des cartes et des tableaux toujours pertinents, enrichis d’une section centrale de photographies en couleur et complétés par de précieux appendices, dont une chronologie générale, un récapitulatif jour par jour du mouvement, des biographies de figures politiques, des notices sur les associations et partis politiques, et enfin un glossaire bilingue donnant un aperçu d’expressions idiomatiques en cantonais. À bien des égards, Umbrellas in Bloom est un ouvrage de grande valeur, tant pour la force des arguments qu’il met en avant – l’enthousiasme que la démocratie est encore capable d’insuffler, où que l’on se situe – que pour son étude quasi anthropologique d’un cas dont la portée s’étend bien au-delà de Hong Kong.

9Hong Kong in the Shadow of China propose un récit très différent du mouvement, au moins dans son style. Il s’agit du travail d’un universitaire publié par la Brookings Institution avec pour but de produire des recommandations de politiques publiques. La recherche y est d’une certaine manière plus systématique, bien que Richard Bush entretienne un rapport personnel privilégié avec l’ancienne colonie britannique remontant au début des années 1960. Le caractère hybride de Hong Kong est ce qui rend la RAS véritablement unique aux yeux de l’auteur : socialement chinoise et pourtant cosmopolite ; économiquement internationalisée et malgré cela dépendante de la croissance économique de la RPC ; et d’un point de vue politique aussi bien que constitutionnel, elle est libérale mais seulement très partiellement démocratique, et ne représente qu’un « système » au sein d’un seul « pays » dirigé par un régime autoritaire de parti unique. Et ce caractère hybride n’a cessé de se « renforcer » depuis 1997 et il est à présent, selon les propres mots de Richard Bush, à « une croisée des chemins ».

10Afin d’envisager les enjeux principaux, trois perspectives sont dévelopées.

11La première aborde directement l’impasse dans laquelle se trouve la réforme politique à Hong Kong, avec pour conséquence ultime un « retour aux mécanismes non-démocratiques existants » afin d’élire le chef du gouvernement de la RAS. Vient ensuite une longue exploration des raisons qui ont présidé à l’éruption du mouvement des parapluies : la lutte entre les camps démocrate et pro-establishment (d’ordinaire pro-Pékin) quant au degré de démocratie devant être instauré ; les nombreux défauts et contradictions du système politique s’agissant de son véritable caractère « compétitif » ; les inégalité sociales et économiques croissantes et par conséquent la mise à mal de l’« esprit du Lion Rock » originel ; et enfin les interactions dysfonctionnelles entre les démocrates, les élites, le gouvernement hongkongais et les autorités centrales de Pékin. De nombreux arguments développés dans le cadre de cette première perspective coïncident avec ceux exposés dans Umbrellas in Bloom, mais le ton y est plus neutre. Certaines des explications prodiguées, telles que les raisons socio-économiques, permettent une évaluation équilibrée, fondée sur les travaux académiques préexistants, plus diversifiés. Au final, les conclusions sont à peu près identiques.

12Les deuxième et troisième perspectives sont en revanche très spécifiques à la pensée de Richard Bush et représentent plus de la moitié de l’ouvrage. Elles abordent une série de questions de type « et alors ? », s’interrogeant sur les bénéfices escomptés de certains développements possibles. Plus particulièrement pour Hong Kong, la question est de savoir ce qu’un système plus démocratique pourrait apporter en termes de gouvernance et de capacité étatique à la RAS, et ensuite ce que de telles réformes apporteraient en termes de performances économiques et de compétitivité. En utilisant les recherches les plus récentes portant sur d’autres contextes, Richard Bush démontre que la gouvernance et l’économie bénéficieraient toutes les deux de réformes démocratiques et se bonifieraient mutuellement, alors qu’à l’inverse toutes deux auraient à souffrir d’une absence de réformes. Plus encore, les bénéfices escomptés ne semblent pas devoir valoir exclusivement pour Hong Kong  : ici l’auteur construit ses arguments pour les régions périphériques de la Chine, et notamment les régions autonomes où les réformes démocratiques pourraient constituer une alternative à la coercition sommaire, laquelle a, au final, échoué à calmer les formes chroniques d’instabilité ; pour Taiwan, et comment des réformes démocratiques couronnées de succès à Hong Kong pourraient prouver la validité de l’intention originale de Deng Xiaoping ; pour les États-Unis et la relation sino-américaine, également ; et enfin pour le développement politique de la Chine elle-même, et ce qu’un Hong Kong véritablement démocratique a de prometteur si d’aventure le gouvernement de la RPC devenait enclin à rendre davantage de comptes à ses citoyens, et a minima afin de favoriser l’établissement de normes de bonne gouvernance pour lutter contre la corruption, lesquelles feraient du combat contre la spoliation du peuple une caractéristique intrinsèque du régime plutôt qu’une succession interminable de campagnes punitives extrêmement déstabilisantes. Loin de ne constituer que des vœux pieux, les réflexions de Richard Bush ont pour objectif de rendre possible les perspectives de dialogue et de réconciliation… ou du moins leur donnent des arguments. Le discours militant peut en effet se faire savant.

13Ces deux livres se complètent remarquablement bien. Pour le lecteur dont l’intérêt pour la politique de Hong Kong serait somme toute lointain, Umbrellas in Bloom fait office de sérieux apprentissage et s’avèrera aussi stimulant que divertissant. Pour l’observateur plus attentif, et particulièrement les chercheurs s’intéressant aux mouvements sociaux 2.0, les deux ouvrages sont incontournables et constituent des références bibliographiques indispensables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Sautedé, « Jason Y. Ng, Umbrellas in Bloom: Hong Kong's Occupy Movement Uncovered. Richard C. Bush, Hong Kong in the Shadow of China – Living with the Leviathan. », Perspectives chinoises, 2017/3 | 2017, 81-82.

Référence électronique

Éric Sautedé, « Jason Y. Ng, Umbrellas in Bloom: Hong Kong's Occupy Movement Uncovered. Richard C. Bush, Hong Kong in the Shadow of China – Living with the Leviathan. », Perspectives chinoises [En ligne], 2017/3 | 2017, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7874

Haut de page

Auteur

Éric Sautedé

Éric Sautedé est chercheur associé au CEFC (esautede@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org