Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Tom McDonald, Social Media in Rural China. Wang Xinyuan, Social Media in Industrial China,

Londres, UCL Press, 2016.
Séverine Arsène
p. 81-82

Texte intégral

1Ces deux ouvrages sont issus d’un projet de recherche comparatif sur l’usage des réseaux sociaux, intitulé Why We Post, qui a donné lieu en 2016 à une série de 11 monographies par pays (Inde, Turquie, Italie etc.). La Chine est abordée à travers deux ouvrages : l’un sur l’usage des médias sociaux dans la Chine industrielle, par Wang Xinyuan, et l’autre consacré à la Chine rurale, par Tom McDonald.

2Il s’agit d’une rare initiative, portée par un financement européen, de mener des enquêtes ethnographiques au long cours (15 mois de terrain), en les structurant selon des questions de recherche comparables. Les deux ouvrages procèdent d’observations participantes, d’entretiens plus ou moins formalisés avec des habitants des localités sélectionnées, et d’une collecte de matériaux issus des réseaux sociaux, accessibles notamment grâce à un patient travail de tissage de liens personnels avec les enquêtés. Tom McDonald a sélectionné un bourg rural nommé Anshan, dans la province du Shandong (6 000 habitants, ou 31 000 avec les villages environnants). Wang Xinyuan a choisi la localité de « Goodpath », une ville industrielle de la province du Zhejiang dont les deux tiers des 62 000 habitants sont des ouvriers migrants. Plus que sur la Chine industrielle, c’est en fait sur l’expérience de la migration des campagnes vers les villes que se concentre l’ouvrage.

  • 1 Séverine Arsène, Internet et politique en Chine, Paris, Karthala, 2011.

3Le travail de coordination collectif se traduit par une structure similaire des deux ouvrages : après une introduction méthodologique et un panorama des principaux services en ligne utilisés par les enquêtés (QQ, Wechat, Renren, microblogs, et Momo à Anshan ; QQ, Wechat et Weibo à Goodpath), les auteurs décrivent les types de visuels fréquemment partagés en ligne ; la manière dont les relations sociales sont maintenues et développées à travers les réseaux sociaux ; comment les normes sociales sont mises en pratique et éprouvées à travers ces diverses formes de socialisation ; et, enfin, comment les usages des médias sociaux reflètent la place des individus au sein de la société, en relation avec l’État ou avec d’autres institutions comme la religion. Je ne peux m’empêcher de souligner la complémentarité de ces deux ouvrages, à dix ans d’intervalle, avec mon propre ouvrage, qui abordait largement ces aspects à travers des entretiens approfondis menés en 2006 auprès d’utilisateurs d’Internet à Pékin, en milieu urbain1.

4Ces ouvrages se fondent néanmoins sur un terrain ethnographique plus complet. J’apprécie particulièrement la profondeur d’observation rendue possible par un séjour de terrain de quinze mois, qui permet de documenter les pratiques numériques dans leur contexte social, et de développer une relation de confiance avec les enquêtés. Ainsi, les affirmations ne sont pas prises pour argent comptant mais confrontées aux usages des réseaux sociaux observés et documentés au cours de l’enquête. Cette durée permet également d’observer l’évolution des pratiques à travers le temps, au fur et à mesure que les enquêtés traversent différentes étapes de leur vie et sont amenés à réévaluer leurs rapports aux normes sociales dominantes. Les auteurs montrent ainsi que le rapport à l’intimité ou à la visibilité est renégocié au moment du mariage (McDonald), ou que les migrants reconfigurent leurs réseaux d’amitiés en ligne au fil du processus de migration (Wang), en jouant sur les différentes fonctionnalités et groupes mis à leur disposition par les plateformes.

5L’observation des rapports de genre constitue l’un des aspects les plus intéressants de ces enquêtes. En effet, les chiffres ont toujours montré une utilisation très différenciée des réseaux sociaux en Chine par les hommes et les femmes. En montrant comment les femmes sont poussées à endosser un rôle de « gardiennes de la moralité », qui les oblige par exemple à réduire drastiquement leurs usages des réseaux sociaux après le mariage, McDonald y apporte une explication convaincante.

  • 2 Séverine Arsène, « De l’autocensure aux mobilisations », Revue française de science politique, vol. (...)

6Les développements sur le rapport des enquêtés à la participation politique sont également intéressants, même s’ils ne constituent pas le cœur de l’enquête. Wang montre comment la corruption, qui imprègne le quotidien, notamment dans le recrutement des ouvriers, contribue à désarmer de potentielles revendications à l’échelle locale, et comment Wechat, en facilitant le transfert de petites sommes d’argent, y contribue. Elle souligne ainsi que lorsque le politique émerge, par exemple à travers des injustices vécues sur le lieu de travail, le recours aux réseaux sociaux est plutôt un dernier recours, et qu’il peut s’avérer vain faute de capacité à catalyser l’attention du grand public. McDonald, de son côté, montre que les réseaux sociaux sont rarement considérés comme des lieux appropriés pour exprimer des critiques. Ainsi, les « contrôles sur les contenus appropriés deviennent souvent codifiés dans les normes sociales » (p. 148). C'était également l’approche que je défendais dans mon étude sur la prise de parole des internautes en milieu urbain, avec l’hypothèse d'un « cadrage normatif » qui incorporait certaines injonctions du Parti, comme celle de se comporter de manière « civilisée » et « raisonnable », au sein d’un ensemble de normes liées à une image idéalisée de la modernité2.

7Cette question du rapport à la modernité promise par le mode de vie urbain est centrale dans l’ouvrage de Wang. Elle montre que la migration vers cette cité industrielle est largement motivée par une aspiration à un style de vie « moderne », qui reste néanmoins hors d’atteinte pour une partie de cette population compte tenu des conditions de travail et d’hébergement. Les médias sociaux deviennent alors une forme d’échappatoire et permettent d’accéder indirectement aux biens et services qui font cette modernité idéalisée, à travers l’échange de contenus et l’achat de privilèges virtuels (comme un statut VIP). Ils accompagnent aussi une rupture dans la socialisation des personnes, due à la migration. Ainsi, l’éloignement physique et moral vis-à-vis du village natal, mais aussi le maintien des liens familiaux, se traduisent-ils concrètement dans la gestion des listes d’amis et de la visibilité en ligne, ainsi que dans les pratiques de partage d’imagerie religieuse (la figure de Guanyin par exemple) ou de messages de sagesse destinés à être lus par des proches. On peut néanmoins regretter le fait que cette trajectoire soit présentée d’une manière quelque peu empreinte de déterminisme social, la migration étant conceptualisée comme un voyage vers la modernité (même si l'auteure prend soin de rejeter tout déterminisme technologique, insistant sur le fait que les médias sociaux ne sont pas la cause de ces changements). Une plus grande contextualisation sur la place des discours sur la modernité en Chine, notamment au sein de la propagande du Parti et dans la publicité, et leur appropriation dans différentes catégories de la population, aurait permis d’éclairer ces dimensions de manière plus critique.

8McDonald réussit probablement mieux à articuler son ouvrage autour d’un fil directeur en choisissant la notion de visibilité. Ce concept flexible lui permet de montrer non seulement comment les pratiques sont largement déterminées par les normes sociales, mais également comment les individus cherchent à regagner des marges de manœuvre en jouant sur les différents degrés de visibilité des plateformes. Il met ainsi l’accent de manière plus critique sur la dimension performative et parfois ambivalente des publications sur les réseaux sociaux, par exemple en montrant la construction de la dette affective que représentent les albums photos fabriqués pour le centième jour d’un bébé. Il souligne également la réappropriation sélective des icônes et symboles liés aux valeurs traditionnelles comme la piété filiale ou le patriarcat, qui permet de les adapter dans un sens plus compatible avec les valeurs des jeunes générations, sans rompre ostensiblement avec leurs obligations.

9A l’heure où une grande partie des travaux sur l’Internet chinois sont focalisés sur la Chine urbaine, et sur des réseaux sociaux établis plus récemment comme Weibo ou Wechat (Weixin), ces études ethnographiques nous rappellent utilement que la messagerie instantanée QQ, et la page personnelle Qzone, restent des plateformes essentielles parmi les médias sociaux en Chine, particulièrement en milieu rural et parmi les migrants, même si ces derniers ont adopté un panel plus large de services. Ils viennent ainsi compléter un nombre très limité d’études sur ces sujets.

  • 3 Daniel Miller et al., How The World Changed Social Media, Why We Post, London, UCL Press, 2017, htt (...)

10Ces deux ouvrages, disponibles en accès libre, sont conçus comme des introductions pour le grand public, et les références théoriques sont volontairement limitées et renvoyées en fin d’ouvrage. Ils apporteront au lecteur généraliste des descriptions très vivantes et contextualisées des usages des médias sociaux dans ces deux milieux très différents en Chine, mais laisseront peut-être les plus spécialistes sur leur faim en termes de discussions théoriques et de panorama de la littérature existante. Ils représentent néanmoins une invitation à lire l’ouvrage de synthèse issu de ce projet de recherche collectif3, qui devrait répondre à cette demande de montée en généralité.

Haut de page

Notes

1 Séverine Arsène, Internet et politique en Chine, Paris, Karthala, 2011.

2 Séverine Arsène, « De l’autocensure aux mobilisations », Revue française de science politique, vol. 61, no 5, 2011, p. 893915.

3 Daniel Miller et al., How The World Changed Social Media, Why We Post, London, UCL Press, 2017, https://www.ucl.ac.uk/ucl-press/browse-books/how-world-changed-social-media (consulté le 11 avril 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Arsène, « Tom McDonald, Social Media in Rural China. Wang Xinyuan, Social Media in Industrial China, », Perspectives chinoises, 2017/2 | 2017, 81-82.

Référence électronique

Séverine Arsène, « Tom McDonald, Social Media in Rural China. Wang Xinyuan, Social Media in Industrial China, », Perspectives chinoises [En ligne], 2017/2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7798

Haut de page

Auteur

Séverine Arsène

Séverine Arsène est chercheure au CEFC et rédactrice en chef de la revue Perspectives chinoises (sarsene@cefc.com.hk).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org