Navigation – Plan du site
Dossier

Le dilemme d’Hippocrate

Guanxi et déontologie dans le secteur des soins hospitaliers en Chine
Longwen Fu et Cheris Shun-ching Chan
Traduction de Raphaël Jacquet
p. 19-28

Résumé

Le recours aux guanxi (relations interpersonnelles) pour obtenir un accès aux soins hospitaliers est devenu un phénomène très répandu dans la Chine d’après Mao. Pourtant, peu d’études se sont penchées sur la manière dont les professionnels de la santé appréhendent les patients bénéficiant de guanxi. Basé sur une recherche ethnographique qui s’inspire du cadre d’analyse des guanxi développé par Fei Xiaotong (1992 [1948]) et Cheris Shun-ching Chan (2009), cet article explore les dilemmes auxquels sont confrontés les médecins chinois quand ils doivent faire la part entre le respect de la déontologie médicale et le ménagement des guanxi. Nous diviserons les patients en trois grandes catégories : ceux qui ne disposent d’aucun guanxi, ceux qui n’ont que des relations éloignées avec les médecins et ceux qui sont liés aux médecins par des liens très forts. Nous observons que les médecins sont confrontés à peu de dilemmes dans leurs interactions avec des patients sans guanxi. Ils adhèrent largement au code de déontologie médicale et adoptent une attitude dominante envers ces patients. En revanche, dans leurs interactions avec les patients qui jouissent de guanxi modérés, les médecins sont partagés entre la nécessité de satisfaire à leurs obligations interpersonnelles (renqing) et celle de se conformer au code de déontologie médicale. Ils parviennent à gérer cette situation en recourant à des stratégies dramaturgiques comme le partage de l’information, le travail sur les émotions et le ménagement de la face. Dans leurs interactions avec des patients avec lesquels ils sont très étroitement liés, en revanche, l’affection et le sens d’obligation asymétrique peuvent prendre le dessus sur la déontologie. Les médecins réagissent en adoptant différentes stratégies comme le contrôle de l’information, le détachement émotionnel et le recours à des tiers. Notre étude illustre l’impact des guanxi sur les professionnels de la santé et les dilemmes moraux auxquels ces derniers font face dans un contexte sociétal dominé par les guanxi. Elle offre aussi des pistes de réflexion sur les réformes qui peuvent être envisagées pour atténuer ce problème.

Haut de page

Texte intégral

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Longwen Fu et Cheris Shun-ching Chan, « Le dilemme d’Hippocrate », Perspectives chinoises [En ligne], 2016/4 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 28 février 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7515

Haut de page

Auteurs

Longwen Fu

Longwen Fu est doctorant en sociologie à l’Université de Hong Kong.Département de sociologie, Centennial Campus, Université de Hong Kong, Pokfulam, Hong Kong (jasonfulongwen@gmail.com).

Cheris Shun-ching Chan

Cheris Shun-ching Chan (auteure correspondante) est maître de conférences en sociologie à l’Université de Hong Kong.Département de sociologie, Centennial Campus, Université de Hong Kong, Pokfulam, Hong Kong (cherisch@hku.hk).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page