Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Eilo W. Y. Yu et Ming K. Chan (éds.), China’s Macao Transformed: Challenge and Development in the 21st Century

Hong Kong, City University of Hong Kong Press, 2014, 412 p.
Éric Sautedé
p. 77-78

Texte intégral

1Les publications qui s’intéressent aux questions politiques à Macao, quelle que soit leur langue, sont assez rares, et les bons ouvrages dans ce registre le sont davantage encore. Au moins trois grandes raisons peuvent expliquer ce manque de prodigalité universitaire. Tout d’abord, la Région administrative spéciale (RAS) de Macao est exigüe – 650 000 habitants répartis sur un peu plus de 30 km2 – et n’attise donc pas les curiosités, cela d’autant plus que son « exemplarité » dans la perspective plus large de l’évolution de la Chine est perçue comme marginale et passe à l’évidence au second plan par rapport à l’intérêt porté à la RAS de Hong Kong et à son développement politique ô combien plus sophistiqué, festif et stimulant. Ensuite, l’on considère généralement que depuis 1967, dans la foulée de l’incident du « 12.3 », l’espace du politique, même au temps de l’administration coloniale portugaise, a été docilement assujetti aux vues de Pékin quant à son avenir. Toute publication s’agissant de Macao ne serait alors qu’une simple mise à jour des registres de la soumission – un exercice à espacer dans le temps si l’on veut éviter les redites. Enfin, les enquêtes originales et les données solides, lorsqu’elles existent ou qu’elles sont simplement financées, s’excluent bien souvent les unes les autres : les recherches en sciences sociales initiées et financées par le gouvernement sont rarement rendues public et font souvent la part belle aux commentaires élogieux ou, au contraire, à des descriptions aussi peu analytiques que rébarbatives ; à l’inverse, les travaux plus critiques, lorsqu’ils s’appuient sur des enquêtes de première main fécondes, se focalisent généralement sur des enjeux aussi étroits que segmentés.

2Le volume publié aux presses de la City University of Hong Kong se pose en quelque sorte en contrepoint de ces perspectives réductrices et montre que Macao constitue en réalité un formidable laboratoire pour les sciences sociales en soi, mais également au sein de « l’arbre vivant » de la sinité, pour reprendre l’expression de Tu Weiming. Macao l’est aussi en tant qu’incarnation de la formule « un pays, deux systèmes », et plus largement en tant que forme de « souveraineté territoriale partielle ». La lecture de cet ouvrage s’impose donc à quiconque s’intéresse à Macao. Et puisque c’est un collectif, l’on peut aisément choisir de ne lire que certains chapitres, en fonction de son propre intérêt et des perspectives présentées : les 15 contributions réparties en quatre grandes sections (les classiques politique, socio-économique, socio-culturelle et relations extérieures) sont en effet précédées d’une partie introductive aussi longue (105 pages) que contrastée (quatre auteurs). Pour ne prendre qu’un exemple, le remarquable dernier chapitre écrit par Cathryn Clayton et intitulé « Macao Local, Macao Global » vient conclure cette somme en offrant une puissante réflexion sur le caractère « hybride » du Macao d’aujourd’hui, une interrogation ô combien stimulante pour toute recherche centrée sur les effets de la mondialisation ou sur les processus de construction des identités.

3Il faut donc tout d’abord insister sur les grands mérites de l’ouvrage : en premier lieu parce qu’il résulte de nombreux séminaires et conférences organisés à partir de 2009 à Lisbonne, au Canada, à Hong Kong et Macao, et en second parce qu’il s’impose comme l’une des rares publications en anglais – sinon la seule – vraiment universitaire parue en 2014 à l’occasion du 15e anniversaire de l’établissement de la RAS. À une époque qui pêche souvent par son penchant excessif pour la commémoration festive de tout et de rien, ce simple fait mérite d’être souligné et consacre le caractère estimable du projet.

4Cependant, la nature collective de l’ensemble, comme souvent pour ce genre d’entreprise, n’est pas exempte de défauts, lesquels méritent d’être relevés. Bien que l’on ne puisse pas vraiment reprocher au livre son manque d’exhaustivité, plusieurs carences importantes sont apparentes : si le chapitre écrit par Bill Chou sur la réforme du secteur public est bien abouti, il aurait gagné à être complété par une contribution sur les services publics ; s’agissant des relations extérieures, la place de Macao dans les organisations internationales et sa participation dans certains accords et engagements internationaux auraient justifié une plus grande attention, et la relation privilégiée avec l’Europe dépasse largement la relation avec le Portugal et les pays lusophones, bien que l’essai de José Carlos Matias sur ce point précis soit exhaustif, à l’instar de ses contributions dans d’autres volumes. Les ouvrages collectifs sont en général constitués de contributions assez disparates, en taille et en qualité, et malheureusement celui-ci n’échappe pas à cette faiblesse habituelle. Le chapitre consacré à la réforme politique est écrit par un professeur de droit, et sa brièveté n’a d’égal que son manque de perspectives analytiques et son caractère empesé. Le chapitre dédié aux relations clientélistes et aux élections – une dimension essentielle de la politique à Macao – n’apporte rien de neuf (les associations de clans auraient dû faire l’objet d’une section entière) et ignore complètement les apports de publications précédentes, telles que celles d’Annie Lee Shuk-ping ou de Lam Wai-man. L’un des chapitres sur l’identité dans la partie socio-culturelle s’appuie sur des données très incomplètes et aboutit ainsi à des extrapolations nébuleuses voire parfois franchement fantasques, tout en mélangeant les transcriptions en cantonais et en mandarin sans jamais que cela soit justifié – le nom du cousin du Chef de l’exécutif est ainsi d’ordinaire transcrit Chui Sai Peng et beaucoup plus rarement Cui Shiping, en pinyin, mais jamais Chui Shiping !

5Néanmoins, la plupart des essais qui constituent ce volume sont d’une facture remarquable, à commencer par l’introduction d’Eilo Yu, laquelle est une belle exploration – courageuse, stimulante et bien argumentée – des éléments de faillite de la formule « un pays, deux systèmes » à Macao, et ce bien que l’auteur continue d’être persuadé qu’il n’est jamais trop tard pour corriger les erreurs du passé. Viennent ensuite plusieurs chapitres qui, par ordre d’apparence, méritent d’être distingués pour leur qualité ou leur originalité : tel est le cas de la contribution d’Herbert Yee qui nous renseigne ainsi sur les mises à jour de l’exercice effectif de l’arrangement « un pays, deux systèmes » ; de l’examen renouvelé du « capitalisme casinotier » par Sonny Lo ; de l’exposition méticuleuse du modèle de cette économie des casinos produite par Ricardo Siu et Miao He ; de l’examen attentif des contraintes qui pèsent sur la liberté académique en milieu universitaire proposé par Hayes Tang ; de la très complète analyse de l’interaction entre protection du patrimoine, tourisme et aménagement de la ville sous la plume de Derrick Tam ; de l’approche singulière de Minxing Zhao s’agissant des avoirs nord-coréens transitant par Macao et comment l’affaire de la Banco Delta Asia peut être comprise comme la parfaite et néanmoins créative illustration du proverbe chinois « tordre le cou du poulet pour faire peur aux singes » ; et enfin du chapitre de clôture de Cathryn Clayton, déjà mentionné, qui développe un possible fil conducteur narratif pour rendre intelligible une identité locale, à la fois passive et active, confrontée aux forces de la mondialisation.

6À dire vrai, même la longue partie introductive, par delà l’amorce mordante d’Eilo Yu, requiert une lecture attentive. C’est en effet trois perspectives très différentes, pour ne pas dire contradictoires, qui nous aiguillonnent vers le reste de l’ouvrage : un universitaire devenu grand commis d’État souligne dans un premier temps les réussites formidables des 15 dernières années tout en imputant partiellement la responsabilité des difficultés actuelles à l’héritage de l’ancienne administration coloniale – et cela, tout en insistant à multiple reprises sur le caractère « harmonieux » de la société à Macao ; un ancien numéro deux de l’administration coloniale portugaise devenu chef d’établissement d’un institut éducatif fait au contraire l’apologie de cet héritage et souligne que c’est le modèle « d’accommodation » qui a permis le succès de la transition, tout en précisant que c’est le développement effréné de ces dernières années qui met en danger l’identité singulière du territoire – quelle qu’elle soit ; et enfin et surtout, le long essai de Ming K. Chan parvient à réconcilier ces deux approches en proposant une réflexion méditative sur le temps long de l’histoire de Macao confronté à des défis présents de « surdéveloppement ». À n’en pas douter, une approche diverse et contrastée sur ce qui fait Macao aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Sautedé, « Eilo W. Y. Yu et Ming K. Chan (éds.), China’s Macao Transformed: Challenge and Development in the 21st Century  », Perspectives chinoises, 2016/2 | 2016, 77-78.

Référence électronique

Éric Sautedé, « Eilo W. Y. Yu et Ming K. Chan (éds.), China’s Macao Transformed: Challenge and Development in the 21st Century  », Perspectives chinoises [En ligne], 2016/2 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7400

Haut de page

Auteur

Éric Sautedé

Éric Sautedé est chercheur associé au CEFC (esautede@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org