Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Steven M. Goldstein, China and Taiwan

Cambridge, UK, Malden, MA, Polity Press, 2015, 228 p.
Jean-Pierre Cabestan
Traduction de David Bartel
p. 72-73

Texte intégral

1Ce livre est une synthèse utile tant de l’histoire que de l’état actuel des relations entre la Chine et Taiwan. 16e titre de la nouvelle collection « China Today », ce court ouvrage a avant tout pour objectif de nourrir l’intérêt du grand public pour les aspects les plus remarquables de ce qui est désormais devenu la deuxième puissance économique du monde. Écrit par un expert reconnu des relations dans le détroit de Formose, il constitue un exposé complet et éclairant du passé de l’île de Taiwan, de sa trajectoire unique et de ses relations chaque jour plus denses, mais toujours difficiles, avec la Chine. Cet ouvrage utilise des archives américaines récemment déclassifiées qui contribuent à mettre en lumière la complexité de la question autant que les ambiguïtés durables de la position de chacune des parties engagées, à savoir la Chine, Taiwan et les États-Unis. Par conséquent, China and Taiwan est fortement conseillé à quiconque cherche à mieux appréhender les relations entre les deux rives du détroit et l’avenir de Taiwan.

2Organisé en huit brefs chapitres, le travail de Steven Goldstein rappelle d’abord au lecteur l’histoire de Taiwan, l’inclusion tardive de l’île dans l’Empire chinois, en l’occurrence mandchou (1683), les 50 années de colonisation japonaise (1895-1945), et surtout ce que les États-Unis (et le Japon) considèrent comme le « statut indéterminé » de l’île, malgré son retour à la République de Chine (RDC) en 1945. L’auteur résume ensuite habilement la période de guerre froide qu’il appelle de « politique sans relation dans le détroit » et ce qui a changé ou pas dans la posture de Washington sur Taiwan depuis le voyage de Richard Nixon en Chine en 1972. Pareillement, il insiste sur les ambiguïtés de la normalisation sino-américaine de 1979 et sur celles du troisième communiqué de 1982 relatif à la réduction des ventes d’armes américaines à Taiwan. Il revient aussi sur l’importance du Taiwan Relations Act (TRA), cette loi adoptée par le Congrès américain en avril 1979, et sur le refus de tous les gouvernements américains, y compris de l’administration Carter (p. 66), d’avaliser l’idée que Taiwan est une partie intégrante de la République populaire de Chine.

3Alors que pour des raisons évidentes Washington joue un rôle central dans le livre, China and Taiwan fait aussi une place de choix à la politique taïwanaise. Le livre souligne ce qu’il appelle le « défi démocratique taïwanais », l’impact de la démocratisation et la quête d’une meilleure gestion des relations que l’île entretient avec Pékin (notamment après la crise des missiles) et avec Washington qui a maintenu à l’égard de Taipei une forte garantie de sécurité et une étroite coopération militaire. De même, la présidence de Chen Shui-bian et du Parti démocrate progressiste (DPP, 2000-2008), de tendance indépendantiste, est clairement analysée, mettant en perspective la relative modération des deux premières années avec les six années suivantes d’« affirmation véhémente » (ma propre formulation) de l’identité taïwanaise et ceci alors que le Kuomintang (KMT) et le Parti communiste chinois (PCC) entamaient un processus historique de réconciliation. Intitulé « Satisfaire Washington et Pékin », le chapitre consacré à la présidence de Ma Ying-jeou montre les réussites et les limites de ce rapprochement engagé par le KMT et soutenu par la majorité des Taïwanais, du moins jusqu’au Mouvement des tournesols de 2014. Ce chapitre démontre en même temps que la Chine ne sera satisfaite que lorsque Taiwan – un de ses « intérêts vitaux » – entamera des négociations politiques dans la perspective d’une réunification et donc capitulera. En conséquence, les États-Unis ne peuvent se désengager du rôle nodal qu’ils jouent dans le conflit.

4Les deux derniers chapitres introduisent l’un après l’autre les deux fameux piliers paradoxaux des relations dans le détroit de Taiwan : d’une part, une interdépendance économique croissante mais hautement asymétrique et, d’autre part, une tension sécuritaire persistante et insoluble qui oblige les États-Unis à adopter une posture de « double dissuasion » (dissuader une agression chinoise autant qu’une déclaration d’indépendance taïwanaise).

5Il y a dans le livre de Goldstein des choix et des développements que d’autres spécialistes de la question des relations du détroit de Formose contesteront. Par exemple, il n’insiste pas assez sur le lien profond entre la normalisation des relations sino-américaines et l’adoption par Deng Xiaoping d’une politique de « réunification pacifique » envers Taiwan, en rupture avec non seulement celle de « libération » armée chère à Mao Zedong mais aussi de « libération pacifique », formule encore utilisée par Hua Guofeng fin 1978 (p. 53). Ce lien est essentiel parce qu’il justifiera ultérieurement la décision prise par l’Administration Clinton de négliger (et par la même de geler) l’application du troisième communiqué sino-américain après que Pékin eut décidé le réarmement du détroit. Une autre critique peut porter sur l’analyse de la décision de Lee Teng-hui en 1999 de qualifier les liens entre les deux rives du détroit de relations d’État à État. Cette initiative de Lee a pour cause principale l’intention de Pékin d’ouvrir des « négociations politiques » avec Taipei à l’issue des pourparlers tenus en 1998 entre la Fondation pour les échanges dans le détroit (FED) et l’Association pour les relations à travers le détroit de Taiwan (ARTDT), les deux organisations officieuses représentant Taipei et Pékin. Or, Lee ne voulait pas ouvrir de telles négociations avec la Chine, sachant trop bien où celles-ci pourraient conduire.

  • 1 Site Internet de l’ambassade de la République populaire de Chine aux États-Unis, « Taiwan Affairs O (...)

6On peut aussi se demander si les deux mandats de Chen étaient vraiment une « période à haut risque » (le titre du 5e chapitre). Goldstein semble oublier la prudence et la modération de Chen face à la position intransigeante de Pékin pendant les deux premières années de sa présidence ; c’est en effet cette intransigeance qui fut la cause principale de son changement de stratégie au cours de l’été 2002. Plus généralement, quand on revient sur ces années et alors qu’aujourd’hui s’engage une nouvelle période d’administration du DPP sous la présidence de Tsai Ing-wen, on peut se demander ce que Chen a tenté et ce qu’il a finalement réussi à accomplir. En 2006, il suspendit les activités du Conseil national de l’unification, une institution établie avant la démocratisation taïwanaise et dont la légitimité politique était contestable, mais il ne remit pas (ou ne parvint jamais à remettre) en cause le principe de la « Chine unique » inscrit dans la Constitution de la RDC (p. 102). De plus, chacun sait que le soi-disant « consensus de 92 » est en réalité une formule inventée par Su Chi, homme politique du KMT en 2000 et immédiatement adoptée par Pékin pour accroître sa pression sur Chen. Or en 1992, la FED et l’ARTDT s’accordèrent sur un compromis ambigu plutôt que sur un « consensus » sur la question de la « Chine unique » (p. 103). Et jusqu’à présent cette question demeure irrésolue. Enfin, si China and Taiwan retrace bien l’adoption par Hu Jintao d’une politique relativement plus flexible envers l’île, il ne mentionne pas le changement important entériné par le PCC en octobre 2007 qui fait du « développement pacifique » des relations entre les deux rives du détroit une priorité (par opposition à la « réunification pacifique »). Il ne mentionne pas non plus que cette idée apparaissait déjà dans la déclaration en sept points faite par Pékin le 17 mai 20041 et qui signifie que Pékin peut se satisfaire du statu quo, du moins pour l’instant. Cette priorité politique n’a pas été remise en question par Xi Jinping, même si le nouveau président chinois fait preuve de plus d’impatience, ne souhaitant pas laisser la question transmise sans solution aux générations futures.

7China and Taiwan se clôt juste avant la rencontre entre Xi et Ma en novembre 2015 à Singapour, et les élections présidentielles et législatives de janvier 2016 à Taiwan. Malgré cela, le livre possède tous les éléments qu’un observateur doit connaître pour comprendre la complexité de l’état actuel et le futur incertain des relations entre les deux rives du détroit. Comme on dit en français… et en anglais, un tour de force.

Haut de page

Notes

1 Site Internet de l’ambassade de la République populaire de Chine aux États-Unis, « Taiwan Affairs Office Issues Statement on Current Cross-Straits Relations », 17 mai 2004, www.china-embassy.org/eng/zt/twwt/t111117.htm (consulté le 27 avril 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Cabestan, « Steven M. Goldstein, China and Taiwan », Perspectives chinoises, 2016/2 | 2016, 72-73.

Référence électronique

Jean-Pierre Cabestan, « Steven M. Goldstein, China and Taiwan », Perspectives chinoises [En ligne], 2016/2 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7396

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cabestan

Jean-Pierre Cabestan est professeur à la Hong Kong Baptist University où il dirige le Département d’études administratives et internationales (cabestan@hkbu.edu.hk).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org