Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Michel Hockx, Internet Literature in China

New York, Columbia University Press, 2015, 251 p.
Shuang Xu
p. 75-76

Texte intégral

1Internet Literature in China est le fruit des travaux que Michel Hockx a menés depuis une dizaine d’années. Dans cet ouvrage, l’auteur examine la nouvelle forme littéraire dans le grand contexte du « postsocialisme » chinois, caractérisé par une « situation de contradiction idéologique et d’incertitude » (condition of ideological contradiction and uncertainty, p. 13). Ses observations sont basées sur des réflexions à la fois littéraires et sociales. Comment la littérature sur Internet apporte-t-elle des innovations à la littérature imprimée chinoise, ainsi qu’à la littérature électronique (electronic literature), bien développée en Occident ? Comment sa publication défie-t-elle le système de la censure du gouvernement en transgressant les limites du contrôle ? L’auteur cherche à interroger le phénomène de la littérature sur Internet afin d’examiner le processus de la transformation sociale en Chine et il souhaite offrir « une synthèse globale, utile non seulement pour les spécialistes mais aussi pour le lecteur général intéressé par la Chine actuelle et sa culture » (a general overview, useful not only for specialists but also for general readers interested in present-day China and its culture, p. x).

2L’ouvrage commence par une présentation générale du développement de la littérature sur Internet en Chine (chapitre 1). La naissance de cette nouvelle littérature dans les années 1990 est mise en comparaison avec l’apparition abondante de magazines littéraires au début du XXe siècle. Selon Michel Hockx, les deux phénomènes littéraires présentent des points similaires : innovations littéraires liées aux nouvelles technologies, formations de communautés littéraires autour de la production littéraire, coexistence de différents goûts littéraires et de différents registres linguistiques et culturels. Selon lui, la littérature sur Internet est en train d’établir ses propres normes et valeurs qui ne sont pas identiques à celles de la culture imprimée. À la fin, une étude de cas du premier site littéraire en Chine, « Sous l’arbre de Banian » (Under the Banyan Tree), illustre les mécanismes de production et de publication en ligne et la pratique de la vie littéraire en communauté basée sur l’interaction digitale. Le parcours de différents web-auteurs montre en outre une nouvelle forme de la canonisation littéraire et la potentialité de nouveaux genres littéraires.

3Le deuxième chapitre examine les innovations littéraires à travers trois auteurs actifs sur Internet. Chen Cun (1954-) est un des premiers écrivains reconnus de la littérature imprimée qui entrent sur la scène numérique à la fin des années 1990. Il poursuit l’expérimentation avant-gardiste dans son forum « Potager de la minorité » (Minority Vegetable Garden, Xiaozhong caiyuan小眾菜園), y publie des sujets tabous dans la littérature imprimée, à l’instar de « Notes aléatoires sur le sexe » (Random Notes on Sex, Xing biji性筆記), et cherche à se libérer des conventions suffocantes de la fiction en faveur d’une expression écrite plus immédiate. Par ailleurs, son forum prend la forme d’un cercle littéraire sélectif en se référant à la tradition de Tao Yuanming (365-427). Wen Huajian (1972-) est l’auteur du premier roman sous forme de microblog (weibo xiaoshuo微博小), un nouveau genre littéraire qui évolue par la suite sous le nom de « micro-fiction » (wei xiaoshuo微小). Ses écrits, aussi bien par la forme que par le contenu, interrogent la frontière entre la littérature sérieuse et la littérature obscène, ainsi que les limites entre la fiction, le virtuel et le réel. Han Han (1982-) a revigoré le genre zawen 雜文(essai satirique), caractéristique du style de Lu Xun, par la critique sociale publiée dans ses blogs. Ayant un impact médiatique retentissant, ses attaques frontales contre le système de publication établi ont permis de défendre les droits d’auteur contre le piratage, dans le cas de certains écrits numériques. Il explore également l’utilisation d’applications sur les téléphones mobiles afin d’élargir l’espace de la publication littéraire indépendante.

4Le chapitre suivant se focalise sur la fiction en ligne et la politique de la censure contre les transgressions morales ou politiques. Prenant le site Qidian 起點 comme exemple, Michel Hockx présente d’abord l’organisation générale du site. Il souligne que son modèle économique est étroitement lié aux interactions entre auteur, lecteur, web-administrateur et éditeur. Il indique que la web-création apporte de nouvelles interprétations à certaines notions littéraires, telles que le terme wenxue文學 (littérature) ou qihuan奇幻 (fantastique). Ce chapitre examine ensuite le contrôle de l’État sur la production de la fiction en ligne lue par des millions de lecteurs en dehors du système de la publication imprimée. Michel Hockx choisit comme angle d’attaque la fiction « obscène et pornographique » qui constitue une menace à la législation existante. L’étude de cas des deux sites Feilu 飛路 et Heilan 黑籃 détaille des stratégies de contournement à l’égard des modalités de censure.

5Le dernier chapitre étudie la poésie sur Internet sous différents angles : développement esthétique, transgression morale, réappropriation de la fonction sociale. L’examen de deux sites influents de poésie en Chine, Poemlife (shi shenghuo 詩生活) et Chinapoet (Zhongguo shiwang中國詩網) fait découvrir l’apparition de la création poétique en style classique. L’auteur souligne que l’hybridité des styles moderne et classique nous interpelle pour un nouveau discours critique à l’égard de la création poétique. Par ailleurs, le site Jintian 今天, d’origine « dissidente », semble avoir réussi à se faire accepter par la Chine grâce à la création de nouveaux espaces transnationaux. Une étude de cas du groupe avant-gardiste xiabanshen下半身 (corps inférieur) revient sur la transgression morale. Les parcours différents de ses deux poétesses – l’une ayant obtenu un statut canonisé (Yin Lichuan), l’autre étant censurée à jamais (Datui) – soulèvent la question de la frontière entre la littéralité (literariness, p. 162) et l’obscénité. Le chapitre se termine par une étude sur les innovations formelles de la poésie en ligne : la « transformation animée de textes » (textuals morphs, p. 168), la poésie électronique en version chinoise, la poésie anglaise « sinographique » (sinographic, p. 175) et les poèmes visuels de Dajuin Yao.

6L’ouvrage comprend de riches notes de fin classées par chapitre, une bibliographie, un index traditionnel et une note qui explique comment utiliser les sources en ligne. Par ailleurs, en raison de la volatilité de certains documents, une archive des références numériques est mise à la disposition du lecteur dans la Bibliothèque des groupes Zotero (Zotero Group Library). La consultation du livre est facile d’accès et pratique d’utilisation. Nous regrettons juste l’absence d’un glossaire et celle des caractères chinois pour les noms propres.

7L’ouvrage de Michel Hockx est à ma connaissance la première étude en Occident qui introduit la web-littérature en Chine de manière globale. Il complète ainsi les deux autres ouvrages parus récemment : celui de Jin Feng sur les romans sentimentaux (Romancing the Internet: Producing and Consumming Chinese Web Romance, Leyde, Brill, 2013) et celui de Heather Inwood sur la poésie (Verse Going Viral: China’a New Media Scenes, Seattle, University of Washington Press, 2014). L’ouvrage, riche d’informations, offre aussi les premières pistes méthodologiques à l’étude de la littérature sur Internet en Chine. Au total, cet ouvrage est une contribution importante, non seulement aux études chinoises, mais aussi à celles de la littérature numérique par ailleurs dans le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shuang Xu, « Michel Hockx, Internet Literature in China », Perspectives chinoises [En ligne], 2016/1 | 2016, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7335

Haut de page

Auteur

Shuang Xu

Shuang Xu est maître de conférences à l’UFR Langues et civilisations de l’Asie Orientale de l’Université Paris Diderot et membre titulaire du Centre de recherche sur les civilisations de l'Asie orientale (UMR 8155) (shuang.xu@univ-paris-diderot.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page