Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Zhaohui Hong, The Price of China's Economic Development: Power, Capital, and the Poverty of Rights

Lexington, The University Press of Kentucky, 2015, 296 p.
Benoît Vermander
p. 74-75

Texte intégral

1Œuvre d’un spécialiste d’histoire économique, ce livre adopte une perspective interdisciplinaire pour étudier les conséquences non économiques du processus de développement chinois poursuivi depuis 1978. Il ne prend donc pas en compte les aspects environnementaux de la croissance par exemple, mais essentiellement les coûts sociaux et culturels du modèle qui s’est imposé au cours de la période. La notion même de « prix » ou de coût, note l’auteur, n’est pas en soi porteuse d’un jugement de valeur : tout processus de croissance est assorti d’un prix. La question est d’évaluer l’adéquation du prix aux bénéfices constatés, notamment si le prix en question se traduit par un fardeau imposé à un nombre considérable de personnes.

2L’aspect interdisciplinaire de l’analyse résulte du triple caractère de la transition poursuivie depuis 1978 : d’une économie planifiée à une économie de marché ; d’une société agraire à une société industrielle ; d’une culture traditionnelle à une culture civique. La première des deux thèses principales de l’auteur est que ces trois transitions ont concouru à former une « institution pouvoir-capital » (power-capital institution, ou, en chinois, quanli ziben zhidu 权力资本制度) composée d’une économie, d’une culture et d’acteurs spécifiques. Cette institution est opératrice de transferts de pouvoir à capital et vice-versa ; des acteurs assurent en son intérieur la maximisation à leur profit de l’utilisation du travail par le capital ; enfin, cette institution se traduit en des institutions, normes, valeurs et discours. Il va sans dire que la relation entre pouvoir politique et capital économique a radicalement changé depuis 1949, et que l’étude des modes par lesquels l’un et l’autre s’interconnectent détermine désormais la compréhension du système chinois.

3La deuxième des thèses qui structurent l’ouvrage est que la constitution de l’institution pouvoir-capital s’est accompagnée d’une consolidation parallèle de la « pauvreté des droits » (poverty of rights). Il est question ici tout à la fois des droits civiques, économiques, sociaux, politiques et culturels, comme de l’absence d’un espace où l’obtention de pareils droits pourrait être revendiquée. La nature des discriminations associées à la pauvreté des droits a évolué au rythme des réformes, et le déni de ces droits est la raison directe de la pauvreté ou du fardeau moral dont souffrent certaines parties de la population. L’étude des « dénis de droits » qui sont opérés à différentes étapes d’un processus de développement devrait donc être partie intégrante de l’histoire de ces processus, en faciliter l’approche comparative, et influer en retour sur leur planification. (Au passage, il me semble que l’une des idées les plus intéressantes de l’ouvrage est bien celle-ci : les droits – à la propriété, à l’expression, à la protection sociale… – sont affectés de dénis dont la vigueur et l’ampleur diffèrent selon les étapes d’un processus donné de développement).

4La succession de ces deux thèses structure la composition de l’ouvrage en deux parties : The Haves et The Have-Nots. La première partie est centrée sur l’émergence et le développement de l’institution pouvoir-capital, l’étudiant successivement comme une économie politique, une coalition d’entrepreneurs et une culture sociale. L’alliance entre pouvoir et capital, dont l’auteur retrace rapidement les grandes étapes pour la période considérée, s’est opérée de telle façon qu’elle a notamment interdit les effets politiques normalement attendus de la croissance numérique de la classe moyenne. L’auteur théorise davantage encore sa perspective en analysant « l’économie pouvoir-capital » (power-capital economy) comme un système différent aussi bien de l’économie de marché que de l’économie planifiée, mais fonctionnant comme une oscillation perpétuelle entre les deux tout en se constituant en mode économique semi-autonome. Il plaide donc pour envisager le fonctionnement socio-économique chinois sur ce modèle tripolaire. L’ambiguïté du système explique pour bonne partie celle de la nature et des stratégies des « entrepreneurs » qui sont au cœur de l’institution pouvoir-capital. La nature des alliances nouées a bloqué par ailleurs la possibilité d’une maturation progressive d’une culture civique digne de ce nom. La culture dominante, écrit Zhaohui Hong, est celle des « 3C » (Confucéenne, Communiste et « Culture du Capital et Pouvoir »). Là encore, il plaide pour un mode d’analyse qui opère une triangulation de ces trois dimensions pour étudier les cycles et prévoir les développements de la culture politique chinoise.

5La seconde partie, centrée sur les Have-Nots, est quant à elle fondée sur des analyses sectorielles. La Chine urbaine est l’objet du premier chapitre de cette partie. Ici, l’auteur ne se contente pas de lier en un tout pauvreté et restriction des droits, il plaide pour des programmes d’affirmative action envers des groupes clairement identifiés, et d’abord dans la Chine urbaine. Les diverses restrictions affectant les droits à la propriété rurale, comme celles affectant le statut légal et social des travailleurs migrants prolongent cette ligne d’analyse. Le dernier chapitre illustre de manière assez détaillée la situation des « Églises à la maison », insistant là encore sur les restrictions imposées à l’exercice des droits religieux. Ce chapitre comporte aussi un aspect programmatique assez prononcé, incitant les leaders des églises protestantes clandestines à davantage de pragmatisme et à faire meilleur usage d’espaces d’initiatives encore ouverts.

6La conclusion, un peu rapide, reconnaît la façon dont « l’institution pouvoir-capital », telle qu’analysée dans la première partie du livre, a été le produit peut-être inévitable de la re-stratification sociale et des autres réorganisations intervenant durant une transition socio-économique d’ampleur inégalée. À cet égard, l’auteur ne plaide pas pour son éclatement, mais bien plutôt pour l’insérer dans un cadre légal, une supervision publique, et un programme de démocratisation progressive. La Chine ne pourra se réformer sans opérer une forme de dissociation entre pouvoir et capital, dissociation qui doit être opérée par et dans un cadre légal réformé.

7L’intérêt principal de l’ouvrage est le caractère systémique de l’analyse qu’il conduit. Ce caractère systémique et englobant ne va pas sans risques : des nuances sont souvent gommées par une mise en forme théorique qui surplombe l’ouvrage sans en guider tous les développements. Par ailleurs, l’accent mis, d’une part sur les élites, d’autres part sur les groupes les plus défavorisés, ne donne pas l’importance qu’elles mériteraient de recevoir aux évolutions et stratégies propres à la classe moyenne : cette dernière est dite avoir conclu un contrat implicite avec le pouvoir afin de participer aux retombées de la croissance – mais l’analyse n’est guère poussée plus loin. Le propos devrait être prolongé par une étude des « ruses sociales » et des tendances culturelles qui travaillent aussi cette classe moyenne. Ne serait-ce tout de même pas cette partie-là de la population qui contribue à étendre (indirectement et seulement en partie) le domaine des droits concédés par le pouvoir, diminuant alors le « prix » global de la croissance en créant des ressources culturelles et sociales non analysées par l’ouvrage ? Du fait de cet oubli, les pages sur la « culture civique » telle qu’elle existe aujourd’hui en Chine sont peut-être trop pessimistes, encore qu’il s’agisse là d’une question d’appréciation.

8En tout état de cause, le livre fournira un cadre de référence apprécié (même si ce sera pour le contester) à tout lecteur soucieux de tester des modèles rendant compte de la nature du « contrat social » implicite qui prévaut aujourd’hui en Chine, de sa force de résistance comme de ses faiblesses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Vermander, « Zhaohui Hong, The Price of China's Economic Development: Power, Capital, and the Poverty of Rights », Perspectives chinoises [En ligne], 2016/1 | 2016, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7332

Haut de page

Auteur

Benoît Vermander

Benoît Vermander est professeur à la faculté de philosophie de l’Université de Fudan, Shanghai (mdwei@fudan.edu.cn).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page