Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Monique Selim, Hommes et femmes dans la production de la société civile à Canton (Chine)

Paris, L’Harmattan, 2013, 304 p.
Nicole Khouri
p. 71-72

Texte intégral

1Évoquer l’émergence de la société civile à Canton, c’est d’abord tenir compte du caractère particulier de la province du Guangdong, espace de migrations et d’échanges intensifs entre la Chine méridionale et le monde, ouvert à l’appropriation des idées nouvelles, et laboratoire de la réforme économique (gaige kaifang), lancée en 1978, puis de la réforme sociale, promue en 2008. Les terrains présentés dans cet ouvrage se sont déroulés entre 2005 et 2012 et sont portés par le même souffle de l’approche et de l’analyse anthropologiques.

2Structuré en trois parties, l’ouvrage s’intéresse aux groupes, catégories et mobilisations collectives qui s’inscrivent dans le champ des métamorphoses des relations entre l’État-Parti et la société à Canton. Un premier ensemble qui oscille entre « reconnaissance du sujet et encadrement collectif », regroupe, pour reprendre la catégorisation élaborée par l’auteure, les gérontes emblématiques, les fous exemplaires, les autistes rééduqués et l’émergence du soin psychique, nouvelle marchandise offerte par la pléthore de cabinets de psychologues qui ont fleuri à Canton. Les volontaires modèles, la défense de l’environnement et la quête de la nature ainsi que les mobilisations urbaines forment un second ensemble qui oscille entre « contestation et intégration ». Enfin, l’efficacité symbolique du genre, les femmes éduquées face au travail, les journalistes assignées et les mères à la recherche d’une autre vie forment un troisième ensemble oscillant entre les « normes sexuelles et les revendications ».

3Dans la première partie, Monique Selim montre que pour les générations plus âgées (gérontes fréquentant le centre ou parents de fous exemplaires) les investissements actuels dans leurs nouveaux « collectifs » de vie attestent d’une rupture mais aussi d’une continuité avec des morceaux encore prégnants de l’héritage maoïste qui ont marqué leur jeunesse sur le modèle du sacrifice et de l’héroïsme. Fonctionnant comme une « famille heureuse », où tous partagent les tâches, mobilisent leurs diverses compétences et exercent des responsabilités d’animation et de gestion, ces phalanstères permettent une reformulation des expériences généalogique et biographique, autrefois mutisées. Les parents de fous stabilisés qui atterrissent dans ce collectif de jour après un long et chaotique parcours de soins, vivent quant à eux cet espace comme une oasis de solidarité à condition de mettre hors champ leurs blessures individuelles liées à toutes les convulsions idéologiques qu’ils ont subies et qui ont pu rendre fou un de leurs proches.

4Enfin, dans son analyse des autistes rééduqués, l’auteure, qui ne s’attarde pas trop sur la catégorie « autiste », met surtout en exergue la domination normative de l’État-Parti sur la vie privée dans le cadre de la loi de 1979 qui impose l’enfant unique dans un système de parenté patrilinéaire. Les situations qui contreviennent alors sont particulièrement dramatiques surtout pour les femmes (perte de l’emploi, amende élevée, avortements provoqués, honte et sanctions). L’enfant de sexe masculin tant attendu est à l’origine de multiples stratégies d’invisibilisation de la grossesse et de dissimulation de naissance. Honte, culpabilité des parents et surtout des mères qui ont donné naissance à un enfant autiste, donc doublement hors norme.

5Dans la seconde partie, Monique Selim s’intéresse aux écophiles aux profils multiples qui puisent leurs informations sur Internet (biodiversité, changement climatique, écologie, santé, nutrition), construisent leurs itinéraires personnels ou collectifs, évoluent au sein d’une Nature supposée bienveillante ou encore cherchent à se nourrir sainement auprès de fournisseurs/cultivateurs de denrées saines et fraîches, un phénomène qui a d’ailleurs exhorté les minorités Yao et Dong à la reconversion des terres en agriculture biologique. La mobilisation de jeunes contre la démolition d’un ancien quartier de l’Ouest de Canton donne une place au recueil des récits de mémoire des derniers habitants, fragments d’une histoire qui risque alors d’être balayée.

6Enfin, la troisième partie de l’ouvrage montre que les gender studies sont portées par des femmes universitaires aux statuts divers. Leur rencontre avec ce champ d’études leur a permis de penser autrement leur condition sociale et politique marquée par les discriminations qui les affectent (famille, éducation, marché du travail, profession). Le message rencontré lors d’une bourse d’études dans une université américaine ou lors d’un stage à Hong Kong est total dans sa formulation : être soi et s’engager personnellement ou collectivement contre toutes les injustices mentionnées, y compris dans le combat sur le front académique pour l’implantation de ce champ d’études. Certaines, dans le souci d’allier marxisme et féminisme, militent dans le cadre de la Fédération des femmes afin d’influencer et participer aux décisions. Ces études ont des effets fulgurants comme le souligne fortement l’auteure « ouvrant une brèche énorme dans le corps politique et social : le droit à la jouissance subjective, non finalisée, échappant aux armatures de l’efficacité reproductive, économique et politique » (p. 198).

7Les femmes diplômées des grandes universités cantonaises et les journalistes et éditrices livrent, à partir de leurs itinéraires propres, la manière dont elles construisent à la fois leur vie matrimoniale, familiale et professionnelle. Le constat d’un double bind que leur imposent les deux marchés (matrimonial et professionnel) laisse peu de marge aux plus jeunes nées après 1980, pour lesquelles il vaut mieux sacrifier la profession plutôt que d’être une « femme restante », c’est-à-dire exclue du marché du mariage. Les plus âgées, « protégées » des lois des deux marchés, évoquent un autre temps où l’égalité leur avait permis de se dégager d’un conservatisme social qui contraint fortement leurs cadettes. Les femmes journalistes sont confrontées aux mêmes problèmes professionnels que leurs camarades masculins (enveloppes rouges et harcèlements divers concernant le recueil d’informations et l’écriture d’articles sur des thèmes dits « sensibles »). Les cantonner à un journalisme supposé féminin, en leur confiant des thèmes liés à l’aménagement de la vie quotidienne (agriculture biologique, écoles, transports, projet de toilettes publiques pour femmes, centres pour handicapés), s’est avéré une pure illusion tellement ces thèmes sont très lourds d’implications politiques.

8Dans un tout autre registre, les mères de l’école Steiner nous offrent dans le cadre de cette école alternative et d’un mode de vie en accord avec la nature et le développement personnel, la vision de ce que peut être « une institution féminine totale ». Elles « font carrière » pour leur enfant, font couple avec lui, réaménagent les agencements familiaux dans la disjonction des lieux de vie (les maris demeurés sur leurs lieux de travail assurent le financement), et se prennent à rêver à vieillir ensemble dans cette communauté de femmes. L’auteure ouvre les prémisses d’une recherche sur les modes d’anxiété et de défense des femmes appartenant à la société chinoise actuelle. N’étant plus instituées par la parole du père symbolique comme à l’époque maoïste, c’est à travers leurs fils et à leur corps défendant qu’elles se réalisent.

9La conclusion de l’ouvrage analyse la spécificité des relations entre l’État-Parti et le marché, le marché et la question éthique exprimée dans les revendications « à la base » des citoyens. Cette réflexion situe l’expérience chinoise dans un cadre plus large et nous interroge sur l’unité structurante des deux faces inconciliables de notre nouvelle historicité : l’opposition entre une économie financière globalisée d’une part et les exigences et les droits du sujet humain de l’autre, signant les tensions, les pratiques et la nature des conflits où paradoxalement le sujet de droits est à la fois un objet de marché et le sujet de l’éthique.

10Les groupes, les catégories et les mobilisations collectives présentés dans cet ouvrage font fortement référence à une éthique de la conviction et de la responsabilité. Citoyens/volontaires, ils sont le sel de la terre et construisent la société civile de demain. L’approche anthropologique de Monique Selim a eu ceci de particulier de nous introduire au plus près de leur capacité de voir et d’analyser, les laissant formuler ce qui les menace et la panoplie des manières de faire reconnaitre leurs droits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Khouri, « Monique Selim, Hommes et femmes dans la production de la société civile à Canton (Chine) », Perspectives chinoises, 2016/1 | 2016, 71-72.

Référence électronique

Nicole Khouri, « Monique Selim, Hommes et femmes dans la production de la société civile à Canton (Chine) », Perspectives chinoises [En ligne], 2016/1 | 2016, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7327

Haut de page

Auteur

Nicole Khouri

Nicole Khouri est sociologue et chercheure associée à l’IMAF (Institut des mondes africains), UMR 8171, Paris, et au CEsA (Centro de estudos sobre Africa, Asia e America Latina), Université de Lisbonne, Portugal (khouri.n@wanadoo.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org