Navigation – Plan du site
Economie

La stratégie de redressement du Nord-Est

Dong Lisheng

Résumé

En 2003, le gouvernement chinois a fait du redressement du Nord-Est une priorité du gouvernement central, attestant que la situation difficile de cette région ne peut plus être ignorée. Au début des années 1990, celle-ci a eu beaucoup de difficultés à s’adapter au passage d’une économie planifiée à une économie de marché. La crise concerne aussi bien le secteur industriel que l’agriculture.

Haut de page

Texte intégral

1Beaucoup de responsables et de chercheurs s’accordent à dire que la région a moins besoin de financements publics et de politiques préférentielles que de règles transparentes et uniformes régissant le marché. Il a été proposé que le Nord-Est devienne une région expérimentale, pour lui conférer certains pouvoirs de décision, en matière d’investissements privés et étrangers, de lancement de projets et d’utilisation des terres.

2En août 2003, le gouvernement chinois a annoncé que le redressement des bases industrielles du Nord-Est ( Dongbei) revêtait une importance comparable au développement des régions de l’Ouest1. Les politiques concernant le Nord-Est et l’Ouest ont toutefois été conçues dans des contextes distincts et à des fins différentes. Dans le cas de l’Ouest, l’accent a été mis sur l’élimination de la pauvreté. Les politiques mises en œuvre par le gouvernement central ont pour principaux objectifs : accroître le financement de nouvelles infrastructures et allouer une plus grande part des ressources financières du centre aux régions de l’Ouest ; favoriser la construction d’infrastructures, notamment dans les domaines de l’irrigation, de l’hydro-énergie, des transports et de l’énergie ; accroître les transferts financiers vers la région ; faciliter l’octroi de crédits et de prêts par les banques2.

3Le Nord-Est est la base industrielle traditionnelle de la République populaire de Chine et a atteint un plus haut niveau de développement que la région de l’Ouest. Néanmoins, le redressement est destiné à accélérer son enrichissement et son industrialisation. Le gouvernement central espère faire du Nord-Est le quatrième pilier de la croissance nationale, après le delta du Yangtsé, celui de la Rivière des Perles et la région de Bohai3.

4Le Conseil des affaires d’Etat a mis en place un groupe de travail chargé de cette politique, présidé par le Premier ministre Wen Jiabao, assisté de deux vice-Premiers ministres qui ont le rang de présidents-adjoints : Huang Ju et Zen Peiyan, tous deux membres du Bureau politique. Quelque 25 ministres font également partie de ce groupe4. Son bureau général est dirigé par Zhang Guobao, vice-ministre de la Commission d’Etat au développement et à la réforme. Le bureau, qui a un rang ministériel, regroupe 24 personnes réparties dans quatre divisions (coordination générale, politique et institutions, industrie manufacturière et autres industries).

5Wen Jiabao s’est rendu dans la province du Liaoning fin mai-début juin 2003, et dans celles du Heilongjiang et du Jilin en août 2003. Lors de cette dernière visite, il a déclaré que la transformation des bases industrielles traditionnelles du Nord-Est en de nouvelles bases nationales et internationales spécialisées dans la fabrication d’équipements et le traitement de matières premières constituait une tâche prioritaire.

1. Les Provinces du Nord-Est

Image1

6Dans cet article, nous exposerons d’abord les problèmes de cette région, notamment dans les secteurs industriel et agricole, puis analyserons la nouvelle initiative qui consiste à redéfinir le rôle du gouvernement et à permettre aux mécanismes de marché de jouer un plus grand rôle. La stratégie mise en œuvre comprend plusieurs mesures importantes : conférer au Nord-Est le statut de région expérimentale pour lui déléguer les pouvoirs d’examiner et d’approuver les investissements privés et étrangers, de lancer de nouveaux projets et de décider de l’utilisation des terres ; réformer la TVA ; abolir les taxes agricoles ; augmenter la contribution du gouvernement central aux fonds de pension et de chômage régionaux. Nous nous pencherons ensuite sur les initiatives des trois gouvernements provinciaux de la région, avant d’analyser les opportunités qui s’offrent aux investisseurs étrangers.

Une région en crise

7Le Nord-Est est le berceau industriel de la nouvelle Chine, où la sidérurgie, la production d’énergie, l’industrie mécanique lourde, l’automobile, l’aéronautique sont implantées de longue date. Les régions côtières du Sud-Est ne bénéficiaient pas de tels atouts. Mais les efforts entrepris pour moderniser le Nord-Est n’ont pas empêché la perte des avantages comparatifs de ces industries.

8Certains économistes ont souligné que la décision du gouvernement chinois de mettre en œuvre une politique de redressement du Nord-Est a été motivée par l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Aujourd’hui, les industries de la région ne bénéficient d’aucun avantage à l’exportation, alors que leur marché intérieur ne cesse de se réduire. Elles sont arriérées, souffrent d’un bas niveau technologique et d’une faible intensité capitalistique, et sont peu compétitives sur le marché international.

2. Structure de l’économie du Nord-Est

Image2

3. La contribution du Nord-Est à l’économie chinoise

Image3

9La crise dans la région remonte à plus de dix ans. Au début des années 1990, on parlait du « syndrome du Nord-Est » ( Dongbei xianxiang) pour expliquer l’inertie prolongée de l’économie. La région avait beaucoup de difficultés à s’adapter aux réformes structurelles et au passage de l’économie planifiée à l’économie de marché. Les entreprises ont vu leur efficacité chuter et leurs parts de marché se réduire drastiquement. Les aides du gouvernement central sont restées sans effets en raison de problèmes institutionnels et structurels.

10La région a également souffert ces dernières années, du moins jusqu’en 2003, d’un surplus de produits agricoles, d’une baisse du revenu des agriculteurs et d’une stagnation de la productivité agricole. L’agence Chine nouvelle a appelé ce phénomène le « nouveau syndrome du Nord-Est » ( xin Dongbei xianxiang). Face à la concurrence des produits agricoles étrangers sur un marché international toujours plus intégré, la faible compétitivité et le coût élevé des produits agricoles de la région sont devenus évidents. En conséquence, la région a essuyé revers sur revers dans ses efforts de commercialisation de produits qui triomphaient sur le marché intérieur au temps de la planification.

Les difficultés liées à l’ajustement structurel de l’industrie ont abouti à un développement mal synchronisé.

11Ces dernières années, la part de l’agriculture dans le PNB de la région a diminué alors que celle de l’industrie et des services a augmenté (voir tableaux 2 et 3). Cette tendance paraît en accord avec la théorie économique et le sens de l’histoire. Mais elle n’est ni le reflet d’un développement coordonné ni d’un ajustement structurel délibéré. La part de l’agriculture dans le PNB de la région est tombée de 17,21 % en 1998 à 12,80 % en 2002, soit un taux 1,49 fois supérieur à la moyenne nationale5. En 1998, la valeur ajoutée agricole de la région représentait 9,58 % du total national alors qu’en 2002 elle n’était que de 9,20 %, un chiffre qui ne reflète guère la richesse agricole de la région.

12Sur la même période, la part de la valeur ajoutée du secteur industriel dans le PNB du Nord-Est s’est accrue, mais à un rythme inférieur à la moyenne nationale. Seul le secteur des services a enregistré une hausse conséquente : l’importance accrue du secteur dans le PNB régional s’est accompagnée d’une importance accrue du secteur des services de la région dans le total national.

La capacité de l’industrie à absorber la main-d’œuvre diminue

13Sur la période 1993-2002, la population active chinoise est passée de 602,2 millions à 737,4 millions, soit respectivement 50,81 % et 57,41 % de la population totale. Toutefois, le ratio population active/population totale a diminué dans la région Nord-Est et le déclin s’est accéléré après 1999 (voir tableau 4). Si l’on applique le ratio de 1993 à l’année 2001, la population active de la région aurait été de 48,84 millions de personnes (contre 45,22 millions en réalité). Cela signifie que la région comptait 3,62 millions de chômeurs supplémentaires en 2001. Et si l’on applique le taux d’emploi national de 2001 à la région, la population active de celle-ci aurait dû être de 61,2 millions, soit une différence de 15,98 millions. Ces données illustrent bien la gravité de la situation de l’emploi dans cette région, situation qui pèse de plus en plus sur les finances du gouvernement qui doit aider les entreprises d’Etat en difficulté. Ce problème a également des répercussions non négligeables sur la consommation.

4. Evolution de la population active dans le Nord-Est

Image4

Les entreprises d’Etat restent dominantes dans la région

14Dans le Nord-Est, le développement des entreprises non étatiques a été assez lent et la plupart des entreprises d’Etat y sont en difficulté. Entre 1998 et 2001, la part des entreprises d’Etat et des holdings dans la production industrielle de la région a peu changé. Toutefois, la plupart des entreprises d’Etat sont devenues des sociétés par actions. En 2001, la part des entreprises d’Etat et des sociétés par actions dans la production totale de la région était de 73,27 %, soit 28,84 points de plus que la moyenne nationale (voir tableau 5). Cela signifie que le secteur non étatique dans la région est trop faible tant en termes de production que d’emplois. Les salariés licenciés des entreprises d’Etat ne parviennent pas à retrouver un emploi, et l’économie dans son ensemble manque de vitalité.

Les villes dépendantes des ressources minières et forestières sont dans une situation difficile

15La proportion de mineurs et d’ouvriers forestiers dans la main-d’œuvre industrielle du Nord-Est se situe entre 1 sur 7 et 1 sur 6, soit une proportion supérieure à la moyenne nationale et à la région de l’Ouest, pourtant riche en ressources similaires. Les réserves des quatre principales mines du Heilongjiang (Heguang, Jixi, Shuangyashan et Qitaihe) sont aujourd’hui presque épuisées, et 11 des 35 grandes mines du Liaoning sont en fin d’exploitation et seront fermées d’ici dix ans. Comparé à 1993, le nombre de mineurs et d’ouvriers forestiers dans la région a baissé de 52 % en 2002, contre une moyenne nationale de 40 %. Si l’on considère la taille de la population concernée, cette réduction se traduit par de sérieux problèmes sociaux.

5. Les entreprises d’Etat dans le Nord-Est

Image5

6. Le revenu net des habitants du Nord-Est comparé à la moyenne nationale

Image6

Les revenus de la population sont en baisse

16Depuis une dizaine d’années environ, le revenu disponible des résidents urbains se situe en-dessous de la moyenne nationale et a même enregistré une baisse jusqu’en 2000 (voir tableau 6). Des trois provinces de la région, c’est le Liaoning qui a accusé la plus forte diminution puisque la moyenne des revenus y est passée de 96,17 % de la moyenne nationale en 1992 à 84,70 % en 2002. Bien que la baisse ait été moins marquée dans le Jilin et le Heilongjiang jusqu’en 2001, la différence avec la moyenne nationale est plus prononcée puisque l’indice pour 2002 était d’environ 80 %.

17En 1993, cultiver un hectare de maïs rapportait entre cinq et six mille yuans, contre cent à deux cents yuans en 2001. Ainsi, alors qu’au début des années 1990 les paysans de la région jouissaient d’un revenu net supérieur à la moyenne nationale, ils ont depuis vu leur pouvoir d’achat considérablement diminuer. En 2000, le revenu net moyen des paysans du Jilin et du Heilongjiang était déjà inférieur à la moyenne nationale (voir tableau 7). Ces deux ou trois dernières années, malgré une réévaluation à la hausse du prix des produits agricoles, les revenus nets des paysans de ces provinces ont continué à stagner sous la moyenne nationale.

La part du capital investi dans la région ne suffit pas à renouveler les actifs

18Il convient d’analyser les investissements dans la région sous deux angles : d’une part, la part des investissements en immobilisations dans la région par rapport au total national a augmenté, puisqu’elle est passée de 7,95 % en 1998 à 8,29 % en 2001. En effet, le gouvernement avait déjà tenté de venir en aide à la région avant de lancer son programme de redressement. D’autre part, l’investissement en immobilisations dans la région reste faible comparé à la part de la région dans le total national en termes de capitaux et de PNB. Cela a une incidence directe sur le renouvellement de capitaux par les entreprises. Ainsi le niveau de revalorisation de 20 branches sur les 29 que compte le secteur manufacturier a baissé entre 1998 et 2001. Ces 20 branches représentaient 59,75 % de la production industrielle totale de la région et 77,69 % de la production manufacturière totale en 20016.

7. Le revenu net dans les zones rurales du Nord-Est comparé à la moyenne nationale

Image7

Le programme de redressement : quelles nouveautés ?

Une redéfinition du rôle du gouvernement

19En tant que stratégie de développement national, le programme de redressement du Nord-Est bénéficiera de tout l’appui du gouvernement central, mais la question est de savoir comment l’intervention du centre pourra susciter localement de véritables initiatives. Il est aujourd’hui essentiel de redéfinir le rôle du gouvernement. Le Nord-Est a été en quelque sorte le berceau de la planification en Chine, et cette région est aujourd’hui plus que toute autre sous l’emprise de ce système. Par exemple, si la province du Jilin conserve le même niveau d’investissements consacrés au renouvellement des technologies dans l’industrie que pour la période 1996-2000, et si elle se maintient dans une dépendance quasi totale vis-à-vis des investissements publics, il lui faudra trente ans pour renouveler les immobilisations de ses industries actuelles, alors que cela se fait généralement en une dizaine d’années dans les pays développés. Il est donc essentiel de redéfinir le rôle du gouvernement et le rôle du marché.

20Les entreprises et les gouvernements de la région, toujours sous l’influence du système de planification, manquent de motivation et ont des difficultés à se renouveler. A la fin des années 1980, la région a été confrontée à plusieurs problèmes sérieux : technologies industrielles vieillissantes ; équipements et produits dépassés ; entreprises écrasées sous de lourdes charges sociales. Le gouvernement central avait alors apporté différentes aides visant à rénover et renouveler les vieilles bases industrielles de la région, notamment sous la forme de financements, de prêts et d’investissements. Depuis le 9e Plan quinquennal (1996-2000), le gouvernement central a mis en œuvre plusieurs mesures : transformation des dettes en actions, annulation des mauvaises dettes, recours à la dette publique pour stimuler la consommation intérieure et baisse des taux d’intérêt pour les prêts destinés au renouvellement des technologies. Ces mesures n’ont eu qu’un effet modeste. En fait, la part du secteur étatique dans l’économie de la région, et la part du secteur manufacturier dans l’industrie, ont augmenté.

21Cette fois, le gouvernement central privilégie les incitations à un renouvellement structurel et institutionnel, plutôt que de continuer à distribuer des fonds et pratiquer des politiques préférentielles. Il faut d’une part éliminer le dernier bastion du système de planification et laisser agir les forces du marché et, d’autre part, créer les conditions de la croissance du secteur non étatique et attirer les investissements étrangers. Là sont les clés du succès pour le redressement de la région7.

22Le Premier ministre Wen Jiabao a donné quelques principes directeurs, mais la région doit avant tout compter sur ses propres forces. Par ailleurs, lorsque l’Etat intervient par le biais de mesures politiques ou d’aides financières, il doit respecter les règles du marché et s’intéresser aux retours sur ses investissements. Au lieu d’envisager de nouveaux projets et zones de développement, l’effort doit se concentrer davantage sur la réforme les entreprises existantes et sur une meilleure utilisation des ressources8.

Le partage des tâches entre le gouvernement central et le gouvernement local

23Dans le cadre actuel de gestion administrative, la restructuration des anciennes bases industrielles du Nord-Est implique plusieurs acteurs dont le gouvernement central, le gouvernement local, divers départements de niveau central (notamment les grandes firmes nationales) et les entreprises. Tous doivent se concerter et coopérer sur la base d’un partage clairement défini des tâches à accomplir.

24Les principales responsabilités du gouvernement central sont :

  • réorganiser et rénover les entreprises de la région qui font partie des 500 premières du pays ;

  • planifier et coordonner les grands projets d’infrastructure ;

  • planifier et financer les transferts consacrés à la mise en œuvre et à la régularisation d’un système de sécurité sociale dans la région ;

  • formuler des mesures préférentielles et d’aide.

  • Les principales responsabilités du gouvernement local sont :

  • réorganiser et rénover les entreprises situées dans sa juridiction ;

  • mettre en place un fonds de sécurité sociale en collaboration avec le gouvernement central ;

  • améliorer l’environnement local pour les infrastructures, les services, et la réglementation régissant les investissements chinois et étrangers.

25Le gouvernement central et les administrations industrielles sont responsables des fusions transrégionales et de la réorganisation des grandes entreprises dans la sidérurgie, les métaux non ferreux, la pétrochimie et la construction de machines.

La politique d’innovation institutionnelle et de réforme

26Un nombre croissant de hauts responsables gouvernementaux et d’universitaires s’accordent à dire que le Nord-Est a davantage besoin de réglementations ouvertes, transparentes et uniformes régissant le fonctionnement du marché, que de fonds, de mesures préférentielles ou de publicité. La culture dominante centrée sur le rôle de l’Etat constitue un obstacle aux investissements extérieurs. De 1997 à 2002, par exemple, plus de 3 000 entreprises à investissements étrangers avaient suspendu leurs opérations dans la région, tandis que seulement 2 000 entreprises à capitaux étrangers avaient obtenu l’autorisation de s’implanter.

27Le but du programme actuel est-il de sauver quelques entreprises ou de redynamiser la région dans son ensemble ? Quelle est la priorité : engager des réformes ou injecter de l’argent ? Vaut-il mieux stimuler les entreprises ou l’administration de la région ? Pour beaucoup d’observateurs, la réponse à ces questions est évidente : il faut créer un nouveau système basé sur le marché, en dehors du système existant, corrompu par la mentalité et les pratiques de la planification. D’où la proposition visant à faire de Shenyang une municipalité placée sous l’autorité directe du gouvernement central, à l’instar de Chongqing. Les résultats encourageants affichés par cette dernière donnent du crédit à cette proposition. Shenyang peut se targuer d’avoir les meilleures infrastructures en matière d’industrie lourde, et beaucoup d’entreprises d’Etat sont concentrées dans cette région9.

28Le Premier ministre Wen Jiabao a déclaré en mai 2004 que le gouvernement central avait « élaboré les politiques, principes et plans d’actions appropriés »10. Le document intégral n’est pas encore disponible, mais, deux mois plus tôt, Wen avait dévoilé quatre tâches principales pour la région : redoubler d’efforts pour restructurer les entreprises d’Etat ; mieux promouvoir le secteur privé ; optimiser la structure industrielle et attirer davantage d’investissements nationaux et étrangers. La région s’est vu demander d’accélérer la réforme et l’innovation sur le plan institutionnel, condition essentielle au redressement. La réforme de la gestion des actifs d’Etat et des entreprises d’Etat doit être approfondie pour accroître la vitalité économique, et des efforts doivent être déployés pour promouvoir la propriété mixte et privée. L’optimisation et la mise à niveau technologique des industries actuelles constituent la tâche principale. La région doit continuer de développer les secteurs industriels-clés, et s’efforcer de développer l’agriculture moderne tout en consolidant sa position de producteur et fournisseur de céréales. Elle doit également ouvrir son économie à d’autres régions du pays et du monde. Les gouvernements locaux sont encouragés par ailleurs à développer l’emploi et à offrir une meilleure couverture sociale. Il est essentiel de transformer le mode de croissance économique, d’empêcher les investissements irrationnels et la multiplication de projets de basses technologies11.

29Il ne s’agit là que de lignes directrices. Une synthèse des informations rendues publiques ne peut que donner une idée des politiques mises en œuvre. Il a été proposé que le gouvernement central fasse du Nord-Est une « région expérimentale » qui se verrait déléguer certains pouvoirs de décision concernant les investissements privés et étrangers, le lancement de nouveaux projets et l’utilisation des terres. De telles mesures ont pour objectif de développer l’autonomie locale, d’accélérer la transformation des services gouvernementaux et d’améliorer l’efficacité de l’administration par la réduction et la simplification des procédures d’examen et d’approbation.

30Le Conseil des affaires d’Etat a, quant à lui, lancé un programme-pilote visant à réformer le système de TVA dans la région, à promouvoir les investissements et la mise à niveau technologique. Les entreprises dans huit secteurs dont l’industrie mécanique, la pétrochimie, les transports et l’automobile sont exemptées de TVA sur les achats d’équipements avec effet rétroactif au 1er juillet 2004. Les experts estiment que ce programme-pilote coûtera à l’Etat jusqu’à 15 milliards de yuans en taxes non perçues12.

31En mars 2004, le Conseil des affaires d’Etat a également annoncé que les provinces du Jilin et du Heilongjiang avaient été choisies pour expérimenter l’abolition des taxes agricoles. Les revenus locaux ainsi perdus seront compensés par le gouvernement central. D’après la presse, cette mesure représentait pour les agriculteurs du Jilin et du Heilongjiang un cadeau fiscal de 1,4 milliard et 2,82 milliards de yuans respectivement, chaque agriculteur économisant 100 yuans et 153 yuans respectivement. La province du Heilongjiang a décidé de modifier le rôle des percepteurs agricoles, désormais chargés de distribuer les subventions du gouvernement aux paysans. La province compte quelque 4 000 percepteurs au niveau des villages et 500 aux niveaux de la province, de la municipalité et des districts. Un responsable du département des finances de la province estime à 1,85 milliard de yuans le montant des subventions versées directement aux paysans en 200413.

32La région doit également poursuivre la réforme de la propriété afin de réduire le secteur étatique au profit du secteur non étatique. Cette stratégie appelée « Stratégie de réforme consistant à stimuler la quantité existante par l’ajout d’une nouvelle quantité » ( yi zengliang cu cunliang de gaige zhanlue) a démontré son efficacité dans les régions côtières du Sud-Est du pays. Non seulement le développement du secteur non étatique devrait créer des emplois pour les salariés licenciés par les entreprises d’Etat, mais il incitera ces dernières à améliorer leur efficacité en réduisant davantage leurs effectifs, ce qui renforcera leur compétitivité.

33Le gouvernement central doit aussi accroître ses transferts financiers à la région, notamment pour l’allocation chômage. Cependant, de 1997 à 2002, le gouvernement central a injecté dans les régions de l’Ouest 210 milliards financés par emprunts, soit 35 % de la totalité des fonds levés par ce biais ; il lui sera donc difficile de faire de même pour le Nord-Est. Il est suggéré que les financements pour le Nord-Est soient pris sur le budget de l’Etat.

34Il a été recommandé au gouvernement central de faire du Nord-Est une région expérimentale pour la réforme des investissements et du système bancaire, afin de la rendre plus séduisante pour les investisseurs étrangers et d’autres régions chinoises. En ce qui concerne ces dernières, c’est le capital détenu par le secteur non étatique qui est visé. L’utilisation du capital provenant des autres régions est en effet perçu comme un élément-clé du programme de redressement du Nord-Est. Toutefois, l’ouverture de la nouvelle Banque du redressement du Nord-Est, annoncée pour août 2004, a été repoussée d’un ou deux ans14. Cette banque doit naître de la réorganisation de la très rentable Banque commerciale de Shenyang. Le capital de la banque sera porté à 3 milliards de yuans (361 millions de dollars américains) par l’émission de nouvelles actions, dont l’Etat détiendrait 250 millions de yuans (36 millions de dollars américains). Les investisseurs privés et internationaux sont encouragés à y participer15.

35On conseille également au gouvernement central d’annuler les mauvaises dettes des filiales locales des quatre banques d’Etat pour rendre la région plus favorable aux investissements. Un « centre d’échanges d’actifs et de passifs » peut être mis en place dans la région. La Banque populaire de Chine a élaboré plusieurs projets visant à résoudre le problème de l’endettement des entreprises, notamment par la transformation de la dette en actions, la réduction ou la suppression des intérêts, l’ajournement d’une partie de la dettes.

36Les gouvernements central et local peuvent créer conjointement un fonds pour la rénovation et le redressement des entreprises dans la région afin d’alléger le fardeau qui pèse sur le gouvernement local et sur les entreprises elles-mêmes. Dès juillet 2004, la Commission d’Etat au développement et à la réforme avait approuvé seulement deux lots de projets d’investissements qui concernaient 60 projets présentés dans les domaines du renouvellement et de la haute technologie. La valeur de ces projets est estimée à 66,6 milliards de yuans (8,06 milliards de dollars américains). Certains observateurs ont attribué le faible nombre de ces projets et l’ajournement du second lot de projets à un possible retour à la vieille pratique qui consiste à « sélectionner des projets et fournir des fonds ». De plus, 15 projets ont été lancés afin de corriger le problème d’effondrement des sols suite aux activités minières16.

37Certains chercheurs ont suggéré que l’aide du gouvernement central serve en priorité à compenser la baisse des fonds de pension et de chômage dans la région. Sur la base des réformes mises en place jusqu’à aujourd’hui, la région a commencé l’année dernière à mettre en œuvre les nouvelles « méthodes expérimentales de sécurité sociale », qui appliquent la politique de sécurité sociale suivie dans le Liaoning aux provinces du Jilin et du Heilongjiang. Selon cette politique, la contribution des entreprises aux fonds de pension est réduite à 1,25 % alors que la contribution du gouvernemnt central est portée à 3,75 % depuis 2004. Les salariés eux-mêmes contribuent à hauteur de 5 %17.

38La création d’emplois devrait être au centre de tout programme de redressement de l’industrie. Les industries à forte intensité de main-d’œuvre, les petites et moyennes entreprises et les entreprises non étatiques doivent être développées de façon à absorber la main-d’œuvre. L’expérience d’autre pays peut être utile pour ce qui est des incitations à la création d’emplois et des diverses mesures d’incitation fiscales à l’endroit des créateurs d’emplois. Une attention particulière doit être portée aux villes dépourvues de ressources pour la mise en œuvre de telles mesures.

39Sur le front de la coopération économique régionale, le Nord-Est doit impérativement mettre l’accent sur la création et le développement des marchés intérieur et étranger. Les trois provinces de la région doivent mettre en place des mécanismes de coordination pour promouvoir l’intégration régionale. Elles doivent également renforcer leur coopération avec le Japon, la Corée du Sud et la Russie, et tirer un meilleur parti du marché de l’Asie du Nord-Est.

Les mesures prises au niveau local

Le Liaoning

40Pour Wen Shizhen, secrétaire du Comité provincial du Parti, la priorité va à la restructuration des entreprises-clés, afin de faire du Liaoning une province manufacturière de biens d’équipement pour la Chine et l’étranger, ainsi qu’un fournisseur de matières premières. Wen a l’ambition d’achever ce programme en 201018.

41La province a décidé de consolider trois industries-clés : la pétrochimie, la sidérurgie et les biens d’équipement. D’autres mesures visent à faciliter le développement des chefs-lieux de districts afin de stimuler l’économie rurale, à accélérer le développement d’un secteur de services modernes et à en améliorer la qualité, et, enfin, à encourager la création de nouvelles industries et d’industries légères tout en adaptant l’industrie traditionnelle aux nouvelles technologies de l’information.

42Le marché potentiel en matière de biens d’équipement est très important. Actuellement, beaucoup d’entreprises de pointe du Sud de la Chine importent des machines des Etats-Unis ou d’Europe. Les entreprises du secteur des équipements dans le Liaoning sont généralement de grande taille, mais leur gamme de produits est restreinte. Souvent, les entreprises occupent beaucoup d’espace, entretiennent de vastes ateliers abritant de nombreuses machines et emploient beaucoup d’ouvriers, mais sont peu spécialisées. Chaque usine fabrique presque toutes les pièces d’un produit, ce qui se traduit par une gamme réduite et des coûts de production élevés. C’est par exemple le cas de l’industrie automobile : très souvent coexistent au sein d’une même firme des usines modernes de carrosserie et de moteurs et une usine vétuste de pièces détachées. Il est nécessaire de refondre et d’optimiser la structure industrielle. Les usines de carrosserie devraient être au centre du dispositif et disposer, autour d’elles, d’un certain nombre de fournisseurs de pièces détachées. Faire de l’industrie de l’équipement un secteur important et fort requiert un grand nombre de petites et moyennes usines spécialisées. Aussi ne doit-on pas négliger le rôle des hautes technologies dans la transformation des industries traditionnelles.

43Au cours des neuf dernières années, Ashan Iron et Steel Complex ont déboursé 16 milliards de yuans pour le renouvellement et la mise à jour de technologies qui, pour la plupart, dataient des années 1950 et 1960. Selon Wang Jie, chercheur à l’Académie d’ingénierie de Chine, l’industrie métallurgique chinoise possède désormais les technologies les plus avancées au monde et a même dépassé le Japon et la Corée du sud. L’objectif est de se hisser, d’ici cinq ans, au rang des leaders mondiaux de la fabrication de fer et d’acier. Pour cela, les deux principaux producteurs du Liaoning sont actuellement en négociation en vue d’une réorganisation et d’une fusion.

Le Jilin

44Wang Yunkun, le secrétaire du parti de la province, a présenté un plan de redressement global en 200419. Parallèlement à la rénovation et à l’optimisation des industries du secteur secondaire, la province a pour projet de moderniser l’agriculture et de développer le secteur tertiaire. Afin de corriger les déséquilibres entre industries lourde et légère, elle a décidé d’encourager le développement des industries agro-alimentaires et pharmaceutiques.

45Mais les atouts de la province se situent avant tout dans le secteur manufacturier. On estime que, d’ici à 2010, les ventes annuelles de véhicules se monteront à 320 milliards de yuans pour une valeur ajoutée évaluée à 100 milliards. Les ventes annuelles dans la pétrochimie se monteront à 100 milliards de yuans avec une croissance annuelle de 12 %. Le traitement du maïs, du soja, des viandes, ainsi que des légumes produits dans la région du mont Changbai, devrait aboutir à des ventes annuelles de 200 milliards de yuans, avec une croissance annuelle estimée à 18 %. De même, la production moderne de médicaments chinois traditionnels à base de plantes médicinales du mont Changbai ainsi que de produits bio-pharmaceutiques rapportera 50 milliards de yuans de ventes annuelles avec une croissance estimée à 20 % par an. On s’attend également à ce que les ventes annuelles de produits de haute technologie dépassent les 180 milliards de yuans. Dans le tertiaire, l’industrie du tourisme représente un fort potentiel, mais il est encore trop tôt pour en faire un pilier de l’économie locale. Pour le moment, la priorité est de créer une image de la région, centrée sur le mont Changbai.

46La clé est de faciliter les initiatives en éliminant les obstacles institutionnels. La propriété mixte (capitaux étatiques, collectifs et non étatiques) doit être encouragée. L’actionnariat doit être la principale forme de propriété publique, relativement importante dans cette province dominée par les industries d’Etat. Le développement d’un marché de capitaux se présente comme une solution face au manque de capitaux monétaires dans la province. Wang Yunkun souligne que tout en encourageant les banques commerciales locales et les autres institutions bancaires à s’installer et à se développer dans la province, il faut également attirer les institutions bancaires d’autres régions de Chine et de l’étranger.

47De manière générale, le Jilin doit s’ouvrir davantage aux marchés intérieur et étranger. Lors d’une visite d’inspection dans la province l’année dernière, Huang Ju, membre du comité permanent du Bureau politique et vice-Premier ministre, a déclaré que l’effort de redressement du Nord-Est devait se placer à la fois sous un « étendard » national et international20. Le marché n’a pas de frontières. Afin de se développer, la région doit faire appel à des ressources extérieures pour se procurer les éléments vitaux de production qui lui font défaut. Le Jilin pendra les mesures nécessaires pour attirer plus d’investisseurs étrangers et devenir un lieu prisé par ces derniers. Il est également important de développer le commerce frontalier avec la Russie, le Japon, la Corée du Nord et la Mongolie. La politique d’ouverture, jusque-là dominée par le gouvernement, doit laisser place à une collaboration entre le gouvernement et les forces sociales. Pour Wang, la politique d’ouverture doit être élargie pour comprendre outre le secteur manufacturier, toutes les autres industries, l’agriculture et les services en passant par les sciences et technologies, l’éducation, la culture et la santé publique.

48La province consacrera également des efforts importants au développement du secteur non étatique. Une condition sine qua non de leur aboutissement est la création d’une culture et d’un environnement favorisant les créations d’entreprises, à la place de la culture qui prévaut actuellement, héritée du système de la planification. Les gens sont souvent jaloux de ceux qui s’enrichissent, c’est pourquoi peu sont tentés par l’idée de monter leur propre affaire. En 2001, alors que la Chine comptait en moyenne 9,32 entrepreneurs pour 10 000 personnes, le Jilin n’en comptait que 3,41. Les investissements du secteur non étatique représentaient 45 % de la totalité des investissements dans le pays, contre seulement 10 % dans le Jilin. Afin d’encourager le développement du secteur non étatique, essentiel au succès du redressement, Wang a promis que le gouvernement abolirait toutes les réglementations qui pénalisent le secteur non étatique. Tous les secteurs qui ne sont pas interdits à l’investissement non étatique par la loi à l’échelle nationale seront ouverts. Le secteur non étatique devrait aussi être encouragé à participer à la refonte et à la réorganisation des entreprises d’Etat. De même, les travaux publics et les projets d’infrastructure devraient être ouverts à ces investissements.

Le Heilongjiang

49Selon Song Fatang, secrétaire du comité du Parti de la province, la situation de l’industrie sera améliorée au cours des trois prochaines années grâce à la réorganisation et à la rénovation des entreprises d’Etat gérées par le gouvernement local, à la consolidation du système de sécurité sociale et au développement accéléré des nouvelles industries dans les villes dépourvues de ressources21. La province a pour objectifs principaux de maintenir le taux de chômage en dessous de 5 %, de limiter la dégradation de l’environnement, de parvenir à un accroissement de plus de 10 % de la production industrielle et de plus de 9 % du PNB. En 2008, le PNB de la province devrait avoir doublé par rapport à celui de 2000.

50La province a décidé d’accorder la priorité aux cinq industries suivantes : biens d’équipement, pétrochimie, énergie, production de légumes et d’aliments spéciaux, produits pharmaceutiques.

Des opportunités d’investissements pour les investisseurs étrangers ?

51En juillet 2003, GT Tire (China) Investment Co. Ltd., société basée à Singapour, a racheté Hualin, un fabricant de pneumatiques du Heilongjiang jadis réputé, devenant ainsi la première firme étrangère à acquérir une entreprise d’Etat chinoise aux enchères, en ravissant 44,43 % des parts22. En mai 2004, lors d’une visite à Londres, le Premier ministre Wen Jiabao a invité les entrepreneurs britanniques à prendre part au redressement des bases industrielles chinoises afin d’ouvrir de nouveaux domaines dans la coopération économique sino-britannique. Il a précisé que la communauté d’affaires britannique pouvait « faire jouer au maximum ses atouts tant du point de vue des capitaux qu’en matière de technologie et de gestion ». Il ajouta qu’elle pourrait créer des sociétés conjointes et des grandes entreprises dans la région23. En mars de la même année, le ministre chinois des Sciences et des Technologies avait organisé une visite des trois provinces du Nord-Est pour des diplomates de 15 Etats européens. Le but était de promouvoir la revitalisation de la région par les sciences et les technologies grâce à la coopération internationale24. Le même mois, une délégation allemande de six responsables dans le domaine des sciences et de l’éducation a visité le Heilongjiang. Cette visite a donné lieu à un échange de vues avec les responsables locaux sur les possibilités de coopération dans divers domaines tels que la manufacture d’équipements, le traitement des ressources énergétiques, la protection de l’environnement et la formation d’ingénieurs et de techniciens. L’un des membres de la délégation a déclaré que les institutions gouvernementales et scientifiques de son pays souhaitaient que la coopération bilatérale entre les entreprises soit encouragée pour que les sciences et les technologies puissent contribuer au renouveau de la région. Il a ajouté que l’Allemagne était prête à soutenir la formation de techniciens dans la région Nord-Est25.

52A l’été 2003, Bo Xilai, alors gouverneur de la province du Liaoning, a déclaré à des journalistes de Hong Kong que les hommes d’affaires de la Région administrative spéciale pouvaient participer à la construction d’une base de manufacture d’équipements et d’une base de traitement de matières premières. Il a ajouté qu’ils avaient également la possibilité de participer à la réorganisation des petites et moyennes entreprises, c’est-à-dire à leur conversion en sociétés par actions26.

53La région a reconnu que le rôle des entreprises privées et étrangères sera déterminant dans son effort de redressement. Les gouvernements locaux envisagent d’assouplir la réglementation actuelle en matière d’accès au marché, d’investissement et de garanties de crédit à l’importation et à l’exportation. Un changement notable est la décision d’ouvrir aux investissements privés et étrangers des sociétés en bonne santé ( qinnuxianjia). A l’exception des industries militaires, pétrolière, pétrochimique et du secteur de l’énergie, l’Etat se retirera de tous les marchés ouverts à la compétition. Les investisseurs étrangers ont désormais accès à des secteurs jusque-là réservés comme la banque, les hautes technologies, la culture et la santé publique.

54La Commission de gestion des actifs de l’Etat a annoncé en février 2004 qu’environ 400 entreprises du Nord-Est seraient déclarées en faillite ou contraintes à fusionner dans les trois ou quatre prochaines années, dans le cadre d’une vaste restructuration des industries lourdes. Le plan prévoit d’autoriser davantage d’investissements étrangers et privés dans les entreprises d’Etat27.

55Le Heilongjiang a mis en place un parc industriel de niveau national ( guoji ji) à Harbin, la capitale provinciale. Selon Wang Shihua, maire adjoint de la ville, une série de mesures ont été élaborées pour attirer les investisseurs chinois et étrangers. Il est prévu que treize départements gouvernementaux fournissent un ensemble de services pour le nouveau parc afin de garantir un environnement favorable aux investisseurs. En tant que projet-clé, le parc industriel s’est vu accorder la priorité dans le plan de développement de Harbin. Il sera implanté dans le quartier de Songbei, sur une surface de 30 kilomètres carrés, et comportera trois parcs subordonnés — Qianjin, Songpu et Wanbao. En mars 2004, onze accords d’investissements avaient été signés pour une somme totale de 648 millions de yuans, et douze autres projets d’une valeur totale de 800 millions de yuans étaient en négociation28.

56Depuis le début de 2004, le Liaoning a accueilli un nombre sans précédent de délégations d’hommes d’affaires étrangers. Ces derniers ont négocié au moins 50 grands projets d’une valeur de 50 millions de dollars chacun avec les autorités provinciales. Au cours de la première moitié de 2004, la municipalité de Shenyang a, à elle seule, approuvé 301 entreprises à capitaux étrangers avec des contrats d’une valeur de 720 millions de dollars. Sur cette somme, 600 millions étaient des investissements étrangers directs, soit une hausse de 180 % par rapport à la même période de l’année précédente29. En fait, la marge d’augmentation enregistrée par le Liaoning a été inférieure à celle des deux autres provinces de la région en termes d’investissements étrangers contractuels pour les cinq premiers mois de 2004 par rapport à la même période l’année précédente. La région tout entière a obtenu de bons résultats dans ce domaine, les provinces du Jilin et du Heilongjiang ayant respectivement enregistré une augmentation 2,86 et 2,46 fois supérieures à la moyenne nationale (voir tableau 8).

57BASF, l’un des leaders mondiaux de l’industrie chimique, envisage d’investir dans un nouveau projet dans le Nord-Est, probablement à Changchun, capitale du Jilin et l’une des plus grosses bases de l’industrie automobile en Chine. A l’heure actuelle, il existe déjà deux joint ventures financées par BASF dans la région, l’une dans la ville de Jilin (province du Jilin) et l’autre à Shenyang, capitale du Liaoning. Aujourd’hui les sociétés financées par BASF en Chine représentent 5 % du chiffre d’affaires de la société, mais on s’attend à ce que ce chiffre atteigne les 10 % d’ici 2015, ce qui équivaut aux résultats de BASF au Japon30.

58Le Nord-Est de la Chine est à nouveau l’objet de toutes les attentions, en raison de la politique de redressement lancée par le gouvernement central. Certains commentateurs ont appelé ce regain d’attention le « troisième phénomène du Nord-Est » ( di san ci dongbei xianxiang). Contrairement aux deux précédents « phénomènes », négatifs, celui-ci est porteur d’espoir pour les habitants de la région. Cependant, il est trop tôt pour déterminer si le Nord-Est deviendra le quatrième pilier de la croissance chinoise. Les résultats rapides des quatre zones économiques spéciales créées à la fin des années 1970 et de Pudong à Shanghai dans les années 1990 risquent de ne pas se répéter facilement. Les autorités centrales ont souligné que le redressement du Nord-Est est similaire au Programme de développement de l’Ouest et qu’il nécessiterait un effort soutenu sur le long terme. Mais les dirigeants locaux ont formulé des projets précis qui promettent des résultats dans les cinq à sept années à venir.

59Le manque général de motivation et d’initiative est un handicap dans la région. Afin d’éliminer ce dernier bastion du système de planification, il est essentiel de transformer la mentalité de dépendance vis-à-vis du gouvernement central et de mettre en œuvre une véritable réforme institutionnelle. Pour que ce programme réussisse, le gouvernement local doit laisser fonctionner librement le marché sans contrôle ni intervention inutile et ne plus se contenter de s’appuyer sur les politiques préférentielles du gouvernement central.

60Depuis que le programme de redressement a été lancé il y a un an, le gouvernement central s’est beaucoup investi politiquement et financièrement dans la région. Celle-ci a été désignée comme une région-pilote pour la réforme du système de la TVA. Les taxes agricoles ont été abolies dans les provinces du Jilin et du Heilongjiang. La création d’une Banque du redressement du Nord-Est a été approuvée, même si l’ouverture de la banque a été retardée, probablement pour des raisons pratiques. Quelque 160 projets de rénovation et de mise en place de nouvelles technologies, évalués à 66,6 milliards de yuans, ont été réalisés. La contribution du centre au fonds de pension de la région est passée à 3,75 % depuis 2004. Toutefois, pour évaluer les résultats obtenus par les responsables locaux, il faudra se pencher sur la croissance du secteur non étatique et voir si les investisseurs étrangers déjà présents resteront et si de nouveaux arriveront.

Haut de page

Notes

1 L’auteur souhaite remercier le professeur Yang Dali pour ses commentaries sur cet article.
2 Conseil des affaires d’Etat (CAE), « Note sur quelques mesures politiques relatives à la mise en place du programme de développement de l’Ouest », (Document du CAE n° 33, 2000), in « Avant et après l’annonce de la politique d’Etat de redressement du Nord-Est », Rapports économiques du XXIe siècle (http://www.sina.com.cn, consulté le 10 août 2004.
3 Site Web de l’agence Xinhua, The Chinese Government Set Out to Privatize the Old Industrial Bases in the Northeast, 14 août 2003.
4 Site Web de l’agence Xinhua, « The State Council Leading Group of Revitalizing the Old Industrial Bases in the Northeast Region Holds its First Meeting », 24 mars 2004 ; « Premier Wen Jiabao Takes Leadership of Revitalizing the Northeast, » Europe-Asia News Weekly, http://www.ouya.hu/NewsVoP/N256N001.htm, consulté le 7 octobre 2004.
5 Le ratio national est passé de 17,96 % à 15,38 % sur la même période.
6 Voir Liu Kai, « Strengthening Guidance of Revitalizing the Old Industrial Bases in the Northeast », Xinhuanet (Jilin Channel), consulté le 6 octobre 2004 ; Liu Kai, « Advantages of the Manufacturing Sector in the Northeast and Its Revitalization, » Economic Research References, vol. 75, 2003 ; Liu Kai, « The Problems the Northeast Economy Faces and Measures for Its Revitalization », CASS Institute of Industrial Economics.
7 Chen Zhengrong, « Narration of and Comments on the ‘Revitalizing the Northeast’ Policy », Journal of Capital Market, n° 11, 2003, pp. 36-42.
8 Xinhuanet, « Wen Jiabao: The Revitalization of the Old Industrial Bases in the Northeast Must Adapt to the New Situation and March on a New Route », http://www.sina.com.cn, 5 août 2003 (consulté le 12 août 2004).
9 « The Method of Revitalizing the Northeast should be Changed, Experts Propose for Upgrading Shenyang to a Municipality Directly Administered by the Central Government », Xinhuanet, 9 mai 2004.
10 « Visiting Chinese Premier Wen Jiabao delivers a speech at the opening ceremony of the Seminar on Revitalizing the Old Industrial Base in Northeast China in London », Xinhuanet, 10 mai 2004.
11 « The State Council Leading Group of Revitalizing the Old Industrial Bases in the Northeast Region Holds its First Meeting », People’s Daily, 24 mars 2004.
12 « Firms in Rust Belt Win Tax Break », South China Morning Post, 21 septembre 2004, p. A7.
13 « Jilin and Heilongjiang Are to Immediately Experiment on the Annulment of Agricultural Taxes », China Youth Daily, Zhongguo Jiangxi Wang, 36 mars 2004 (consulté le 4 octobre 2004) ; « The Ministry of Finance Clarifies the Relevant Policies of Experiments on Annul the Agricultural Taxes », Xinhuanet, 15 avril 2004 (consulté le 4 octobre 2004).
14 « Establish the Financial Centre of the Northeast, the Northeast Revitalization Bank is Expected to be Operational in Shenyang by the End of the Year », www.runsky.com, 21 septembre 2004.
15 « New Bank Set to Revitalize Northeast China », China Daily, 31 mai 2004.
16 « The State Implements Four Policies to Support the Revitalization of the Northeast China », Xinhuanet, 29 septembre 2004.
17 Ibid.
18 « Party Secretaries of Three Northeast Provinces Talk About Revitalization, Which Requires New Measures », Xihuanet, 12 octobre 2003.
19 Wang Yunkun, « Speech at the Meeting on Revitalizing the Old Industrial Bases », in Structural Reform (Renmin University Photocopies of Press and Journal Materials), n° 3, 2004.
20 Ibid (cité par Wang Yunkun).
21 « Party Secretaries of Three Northeast Provinces Talk About Revitalization, Which Requires New Measures », Xinhuanet, 12 octobbre 2003.
22 « A Singapore Company Gets Holding of GT Tire », http://www.ctrrr.com/index.html, 6 octobre 2004.
23 « Premier Wen welcomes UK businesses to join China's industrial revitalization », Xinhuanet, 10 mai 2004.
24 « Diplomats from 15 Member States of the European Union Visit the Old Industrial Enterprises in Shenyang », Xinhuanet, 25 mars 2004.
25 « Germany seeks cooperation opportunities in Heilongjiang », Xinhuanet, 30 mars 2004.
26 Site web de Xinhua, « 100 billion capitals from the non-state sector in south China flow into Shenyang and Bo Xilai call for re-entering Northeast », 8 août 2003.
27 « Mass Restructuring Planned for 400 SOEs in Northeast China », China Daily, 15 février 2004.
28 « Harbin to Build New Industrial Park », Xinhuanet, 7 janvier 2004.
29 « Liaoning Becomes An Investment Hot Spot with Visits of Foreign Business Fact-finding Missions One Followed by Another », http://www.sina.com.cn, 21 juin 2004.
30 « Chemical giant eyes China's development programs », Xinhuanet, 22 avril 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dong Lisheng, « La stratégie de redressement du Nord-Est », Perspectives chinoises [En ligne], 87 | janvier-fevrier 2005, mis en ligne le 30 septembre 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/732

Haut de page

Auteur

Dong Lisheng

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page