Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Paul Morris, Naoko Shimazu et Edward Vickers (éds.), Imagining Japan in Post-war East Asia: Identity Politics, Schooling and Popular Culture

Londres, Routledge, 2013, 264 p.
Yves Russell
p. 79-80

Texte intégral

1Les célébrations des 70 ans de la capitulation du Japon à l’été 1945, marquées en Chine par le premier défilé militaire organisé pour l’occasion, ont révélé à quel point la mémoire de la guerre avec l’archipel japonais était un enjeu de différente importance dans les pays d’Asie orientale. Si l’image du Japon agresseur est souvent réactivée par les gouvernements des pays limitrophes, notamment au sujet de conflits territoriaux bien actuels, ce n’est pas la seule image utilisée par les gouvernements et/ou en vogue parmi les populations avoisinantes.

2Les historiens et spécialistes de l’éducation de l’Université de Londres que sont Paul Morris, Naoko Shimazu, et Edward Vickers (ce dernier, spécialiste bien connu de l’enseignement en Asie, est aujourd’hui affilié à l’Université de Kyushu au Japon) ont rassemblé 11 contributions mettant en lumière les mutations de la représentation du Japon dans différents pays et territoires d’Asie orientale (Chine, Hong Kong, Taiwan, Corée du Sud, Singapour, Philippines et Malaisie). L’ouvrage est composé de deux parties principales : la première est consacrée à la façon dont le Japon est représenté dans la culture populaire et la propagande d’État, la seconde aux représentations du Japon dans les manuels scolaires (principalement d’histoire), conçus ici comme « discours officiels ». Un épilogue de Shi Guopeng, professeur d’histoire dans un lycée d’élite de Pékin, conclut ces études de façon décalée par une réflexion sur les rencontres trilatérales entre professeurs d’histoire de Chine, du Japon et de Corée du Sud auxquelles il a participé. Son constat amer fait écho à celui deSoon-Won Park1 à propos du projet de manuel commun aux trois pays, A History that opens the Future. Sans une profonde modification des situations politiques et institutionnelles nationales, concluent ces deux auteurs, la transmission d’une certaine image du Japon par les médias ou l’enseignement sera toujours inféodée aux intérêts du pouvoir en place.

3L’objectif de l’ouvrage est justement d’appréhender de quelles manières les représentations du Japon en tant qu’« Autre » imaginé ont pu servir ou non à modeler les identités nationales dans la région. L’approche historique permet de cerner les mutations et les raisons politiques, institutionnelles et culturelles de l’évolution de l’image du Japon dans les différents pays étudiés. Quatre modèles de l’altérité japonaise sont identifiés dans l’introduction par les éditeurs du livre : celui d’une altérité normative, ou modèle à suivre ; celui d’altérité dominante, ennemie, ou contre-modèle ; celui d’altérité alternative, souvent dans le jeu d’une relation triangulaire comme c’est le cas avec la Chine et Taiwan ; et enfin celui d’altérité distante, sans signification forte dans la construction de l’identité nationale.

4Partant du constat que l’image du Japon est fortement liée à son rôle lors de la Seconde Guerre mondiale, plus de la moitié des chapitres traitent des représentations de l’occupation japonaise ou de la mémoire du conflit avec l’archipel. Kinnia Yau Shuk-ting (chapitre quatre), dans une analyse du « bon Japonais dans les films de guerre [sino-japonaise] chinois », montre comment une vision plus contrastée des ennemis japonais s’est développée, principalement depuis les années 1990. Si l’image du « démon » (guizi) japonais sanguinaire et violent reste majoritaire dans les médias dominants, l’image unilatérale du soldat japonais s’est adoucie et estompée dans des films à vocation plus internationale, transmettant au passage l’image d’une Chine plus indulgente et capable d’empathie. Le chapitre cinq, de Karl Ian Uy Cheng Chua, nous emmène aux Philippines, où l’image des soldats japonais dans la bande dessinée a évolué d’une vision manichéenne (guérilla héroïque philippine face aux méchants Japonais), à une vision plus contrastée lorsque les questions liées aux réparations furent résolues, et qu’apparurent celles de la corruption du pouvoir, de la croissance économique, et des dissensions civiles. Finalement, à partir des années 1970, en écho au chapitre précédent, apparurent l’image d’un Philippin parfois traître à son pays, et celle du bon soldat japonais, que le développement économique de l’ancien pays agresseur venait renforcer. À ces deux évolutions positives de l’image du Japon succède une trajectoire opposée en Corée du Sud. L’analyse fine et fascinante (chapitre six, par Jung-sun N. Han) du destin de l’ancien quartier général des forces japonaises à Séoul, finalement détruit en 1995 après avoir servi de siège du gouvernement coréen ou encore de musée, permet d’appréhender les enjeux politiques, architecturaux, mais aussi symboliques (à travers la géomancie) de la mémoire de l’occupation japonaise.

5Dans la seconde partie, quatre chapitres sur six traitent de la façon dont l’occupation et la guerre avec le Japon sont abordées dans les manuels scolaires de Chine (Caroline Rose), de Malaisie (Helen Ting), de Singapour (Khatera Khamsi et Christine Han), et des Philippines (Mark Maca et Paul Morris). En Chine, malgré des variations notables entre les différentes éditions, la réduction du traitement de la guerre dans les manuels d’histoire au fil des programmes fait ressortir en proportion, selon Caroline Rose, l’évocation des atrocités de la guerre, faisant des Japonais l’altérité dominante absolue (Extreme Other). Cette unité de tons dans l’État centralisé chinois ne se retrouve pas en Malaisie (chapitre dix), où n’existe pas de mémoire nationale de l’occupation japonaise, mais des mémoires collectives liées aux groupes ethniques. Aux Philippines (chapitre douze), le faible contrôle de l’État et la faible qualité des manuels scolaires ont empêché la mise en place d’un récit cohérent permettant de créer un sentiment d’identité nationale ; le récit de l’occupation japonaise a tout juste permis par contraste de dédramatiser les colonisations espagnoles et américaines… À Singapour (chapitre onze), l’image idéalisée du Japon est utilisée de façon ambivalente : à la fois ennemi et modèle dans les manuels, mais modèle de gouvernance pour le pouvoir politique.

6Parmi les contributions n’étudiant pas spécifiquement l’image du Japon agresseur, celle de Simon Avenell (chapitre deux) analyse la façon dont le gouvernement de Singapour a construit une image du Japon et s’en est servi à travers la campagne « Apprendre du Japon » lancée à la fin des années 1970. Même si l’impact de la campagne sur l’image du Japon dans la population n’est pas clair, Simon Avenell affirme qu’à long terme l’utilité idéologique de la campagne a été « d’apprendre à la population à être des Singapouriens productifs, patriotiques et conciliants, et à légitimer la persistance d’une gouvernance autoritaire et des politiques économiques libérales et développementalistes. L’image du Japon a été un bon outil pour court-circuiter militantisme ouvrier et dissidence politique […] » (p. 45). Dans le Taiwan des années 1990, c’est aussi un Japon idéalisé loin de la réalité sociale de l’archipel qui est magnifié dans les mangas et ce qui est appelé la « culture populaire ». On retrouve là une relation triangulaire avec les États-Unis ou la Chine, particulièrement explicite dans la contribution d’Alisa Jones (chapitre neuf). À travers une analyse brillante de la façon dont les manuels d’histoire taïwanais ont traité dans la longue durée les relations de l’île avec l’archipel nippon et le continent chinois, elle montre comment la construction de l’identité taïwanaise a nécessité des glissements et des arrangements dans les statuts d’altérité de ses deux voisins, la Chine populaire prenant progressivement la place du Japon en tant qu’« Autre » dominant. Cette analyse fait écho à celle de Paul Morris et Edward Vickers concernant Hong Kong. La situation de la Région administrative spéciale (RAS) est un peu le miroir inversé de la situation à Taiwan, puisque le récit sur le Japon a pour obligation de se fondre dans le discours continental et de servir l’unité de la nation.

7Les différents articles rassemblés ici offrent une étude intéressante et diversifiée de l’instrumentalisation de différents statuts d’altérité dans le processus de légitimation politique ou de construction d’une identité. Malgré une focalisation sur le récit de l’occupation japonaise biaisant un peu l’analyse, la situation semble assez inquiétante pour le Japon qui souffre d’une image majoritairement négative, surtout chez ses voisins directs chinois et sud-coréens. La situation semble meilleure dans les pays et territoires où la légitimité de l’État ou des politiques étatiques peuvent s’appuyer sur un supposé modèle japonais, ou lorsque d’autres pays peuvent jouer le rôle de l’« Autre » dominant ou ennemi.

81  Soon-Won Park, « A History that opens the Future », in Gi-Wook Shin, Daniel C. Sneider (éds.), History Textbooks and the Wars in Asia, New York, Routledge, 2011, 312 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Russell, « Paul Morris, Naoko Shimazu et Edward Vickers (éds.), Imagining Japan in Post-war East Asia: Identity Politics, Schooling and Popular Culture », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/4 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7261

Haut de page

Auteur

Yves Russell

Yves Russell est doctorant en histoire et civilisation à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris (yvesrussell@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page