Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Hai Ren, The Middle Class in Neoliberal China. Governing Risk, Life-Building, and Themed Spaces

Londres & New York, Routledge, 2013, xvi & 192 p.
Martin Minost
p. 78-79

Texte intégral

  • 1  Jean-Louis Rocca (dir.), La Société chinoise vue par ses sociologues. Migrations, villes, classes (...)
  • 2  David S.G. Goodman & Minglu Chen (éds.), Middle Class China. Identity and Behaviour, Cheltenham, E (...)

1Les classes moyennes chinoises – et la question de leur définition – font régulièrement l’objet de travaux. Ces dernières années, de nombreux sociologues et anthropologues de tous les continents se sont attaqués à cette épineuse question. On peut citer entre autres Jean-Louis Rocca, à qui l’on doit aussi des traductions sur le sujet de chercheurs chinois renommés tels que Li Chunling ou Zhou Xiaohong1, ou encore les très récents travaux de David Goodman2.

2Publié en 2013, le livre du professeur Ren, propose cependant une perspective d’analyse radicalement différente de celle de la plupart des travaux existant sur la question. En effet, il ne s’agit pas pour l’auteur de chercher à définir et délimiter les classes moyennes au moyen de catégories statistiques plus ou moins arbitraires ou grâce à des critères qualitatifs comme les modèles de consommation, le sentiment d’appartenance et autres analyses des modes de vie.

3S’appuyant sur le concept de « dispositif » développé par Michel Foucault – soit l’ensemble des moyens, discours, pratiques, techniques et institutions utilisés par un pouvoir pour contrôler – l’auteur analyse « la classe moyenne » comme une stratégie de l’État chinois visant à promouvoir une « société de classe moyenne » (middle class society) harmonieuse, et à gérer, éduquer et contrôler la population chinoise. Pour analyser ce soft-control, l’anthropologue a effectué de nombreux terrains d’enquête principalement au Chinese Ethnic Culture Park de Pékin, afin d’observer la manière dont une institution servant l’État inculquait aux individus des modèles de comportements correspondants à l’image de classe moyenne proposée par cet État.

4Afin de démontrer son propos, le livre de Ren suit un schéma simple et efficace. Dans son introduction l’auteur commence par définir la société chinoise comme une société du risque au sens d’Ulrich Beck, et revient sur plusieurs théories des classes sociales qui ont précédé sa propre perspective. Il présente ensuite l’intérêt de la théorie de Michel Foucault pour analyser les formes néo-libérales d’auto-construction des individus (subjectification) dans une société du risque.

5Le premier chapitre est une présentation de l’évolution de l’État chinois et de sa nécessaire mutation face aux bouleversements liés d’une part à la rétrocession de Hong Kong et à la libéralisation économique de la Chine. En effet, puisque la composition de la population chinoise a changé, le discours de l’État devait aussi évoluer afin de mieux représenter politiquement cette population. L’auteur revient sur les adaptations que l’État a dû produire pour intégrer dans son discours les nouvelles classes sociales autrefois honnies de l’ère maoïste.

6Les deux chapitres suivants s’intéressent à la libéralisation du domaine de la culture à travers deux institutions : les musées ethniques et la télévision. Initialement totalement contrôlées par l’État, ces deux institutions, selon Ren, ont été ouvertes à la gestion privée mais continuent de servir l’idéologie étatique par les mises en scène et les programmations étroitement surveillées par les membres du PCC. Cette « néo-libéralisation » des institutions, néanmoins soumises à une forte autorité étatique, a permis d’après l’auteur de mêler société de consommation et éducation de la population grâce au domaine du spectacle et de la mise en scène, qu’il appelle « imagineering », un terme que l’on pourrait traduire par ingénierie de l’image ayant pour but de contrôler le modèle de consommation des individus.

7Le chapitre quatre propose une analyse plus fine du processus de gestion et de manipulation des individus sur la base d’enquêtes menées dans l’environnement construit du parc ethnique. En effet, l’espace du parc est pensé de telle sorte qu’à travers la mise en scène spatiale (theming) et temporelle de la culture des différentes minorités ethniques, les clients sont placés dans des situations de comportement propres à une classe moyenne (types de consommation, espace sécurisé, etc.). Les normes et les règles du parc, pour Ren, façonnent les consommateurs pour en faire des sujets de classe moyenne.

8Enfin, les deux derniers chapitres, l’un sur les pratiques de photographie des consommateurs et l’autre sur les parcours et les situations sociales, précaires ou non, de certains individus, servent à démontrer que tous les membres de la société sont touchés par le discours et les techniques mises en place par l’État et les entreprises culturelles, et se construisent en fonction du modèle de classe moyenne promu.

9Ainsi, la perspective de Ren est très intéressante. Même s’il ne s’agit pas de définir les critères qui permettent de classer les individus parmi la classe moyenne, on retrouve dans son analyse des éléments généralement mis en avant dans l’étude des classes moyennes : modes de consommation capitalistes, marchandisation de l’image et de la culture ou encore l’analogie entre le parc et l’espace sécurisé des gated communities, qui permettent à l’auteur de ranger la République populaire de Chine parmi les sociétés néo-libérales. Mais la perspective nouvelle reste l’analyse de la classe moyenne comme image manipulatoire et discours permettant la stabilité de l’ordre social. De ce point de vue, la classe moyenne ne comprend plus seulement certains membres de la société, éligibles du fait de la possession de certains critères, mais touche et influence l’ensemble de la population. Sans que l’auteur n’utilise ce terme, il y a pourtant une piste de recherche renouvelée pour l’étude des aspirations et de leur impact sur les relations sociales entre les individus.

10Cependant, la démonstration de Ren a parfois du mal à convaincre complètement, surtout par manque de comparaison avec d’autres situations de la vie courante, c’est-à-dire moins « extraordinaires » que la visite du parc des nationalités ethniques. En effet, l’objectif énoncé par l’anthropologue était de démontrer que la société chinoise était en toute situation guidée vers un nouveau modèle idéologique étatique, même par des entreprises culturelles libérées de la gestion de l’État, et donc potentiellement dépolitisées. Néanmoins, le fait d’avoir concentré ses enquêtes sur le parc et les musées ethniques biaise nécessairement les résultats car les débats et les intentions politiques ne sauraient être absents de la question des nationalités minoritaires qui touchent directement à l’unité du pays. Qu’en est-il des situations de la vie quotidienne où le politique est effectivement absent ?

11De plus, il y a parfois une certaine naïveté de l’auteur face à la volonté des consommateurs à intégrer les normes et les règles du parc, lorsqu’ils se font réprimander par les gardes pour comportements inappropriés. Mais que se passe-t-il une fois sorti de l’enceinte du parc ? Ren semble oublier la capacité des individus, Chinois ou autres, à ne pas suivre les règles. Aussi, il me semble que l’anthropologue insiste trop sur la surdétermination du modèle de contrôle qu’il a perçu et qu’il place une trop grande confiance en son efficacité. Il aurait fallu suivre ces consommateurs plus longuement hors de la situation extraordinaire du parc pour observer et prouver une incorporation effective d’un modèle.

Haut de page

Notes

1  Jean-Louis Rocca (dir.), La Société chinoise vue par ses sociologues. Migrations, villes, classes moyennes, drogue, sida, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, 319 p. (voir les chapitres 1, 4 et 5).

2  David S.G. Goodman & Minglu Chen (éds.), Middle Class China. Identity and Behaviour, Cheltenham, Edward Elgar Publishing Ltd., 2013, 204 p. ; David S.G. Goodman, Class in Contemporary China, Cambridge, Polity Press, 2014, 233 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Minost, « Hai Ren, The Middle Class in Neoliberal China. Governing Risk, Life-Building, and Themed Spaces », Perspectives chinoises, 2015/4 | 2015, 78-79.

Référence électronique

Martin Minost, « Hai Ren, The Middle Class in Neoliberal China. Governing Risk, Life-Building, and Themed Spaces », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/4 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7260

Haut de page

Auteur

Martin Minost

Martin Minost est doctorant en anthropologie sociale et ethnologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, rattaché au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC – UMR 8173) (martin.minost@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org