Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Fulong Wu, Planning for Growth: Urban and Regional Planning in China

New York & Londres, Routledge, RTPI Library Series, 2015, 248 p.
Nicolas Douay
p. 73-74

Texte intégral

1Fulong Wu, professeur à la Bartlett School of Planning de l’University College London, est certainement l’un des meilleurs spécialistes du développement urbain et de l’aménagement de l’espace en Chine. Son dernier ouvrage a vocation à devenir un manuel de référence en offrant un large panorama des transformations de la pratique de l’aménagement en Chine depuis le XXe siècle. S’appuyant sur une profonde mise en perspective historique, le livre questionne autant l’évolution des cadres institutionnels et des acteurs que des contenus des politiques d’aménagement. L’attention principale du livre porte sur l’évolution des pratiques de la planification spatiale. D’abord progressivement marginalisées et remises en cause avec l’arrivée du régime communiste, ces pratiques font ensuite leur retour à partir de la fin des années 1970 dans le cadre de l’ouverture du pays. La thèse principale du livre avance l’idée selon laquelle l’aménagement est devenu un élément clé des processus d’urbanisation et de croissance économique. Ainsi alors qu’en Occident l’aménagement a souvent été vu comme l’ennemi du développement économique par les tenants du néo-libéralisme, en Chine il est son meilleur allié.

2L’ouvrage est organisé en sept chapitres qui recouvrent les principales périodes historiques ainsi que des entrées thématiques. De nombreux exemples et études de cas viennent illustrer le propos et permettent de mieux comprendre la pratique contemporaine de l’aménagement.

3Le premier chapitre souligne l’existence de pratiques anciennes de l’aménagement urbain en Chine. Traditionnellement ceintes de murs, les villes sont alors établies selon des règles inspirées de la géomancie et du fengshui. L’établissement de la République en 1911 ouvre, ensuite, une période propice au développement de la planification urbaine dans les plus grandes agglomérations comme Shanghai ou la capitale Nankin. L’influence des Occidentaux est aussi visible avec le modernisme en architecture et par la construction de villes satellites en périphérie des plus grandes métropoles.

4Dans le deuxième chapitre, il est question de la période socialiste depuis 1949 jusqu’à 1984, date de la réforme urbaine et de l’adoption d’une réglementation sur l’urbanisme. Durant les années 1950, les politiques d’aménagement sont influencées par les soviétiques et se matérialisent par un urbanisme monumental et la mise en place de plans quinquennaux. L’aménagement a alors comme principale mission d’encourager et d’accompagner le développement de l’industrie. Après l’échec du « Grand Bond en avant », la planification se retrouve accusée d’avoir établi des plans irréalistes avant d’être complètement écartée dans le contexte de la Révolution culturelle. Les plans sont ainsi abandonnés dans les grandes comme dans les petites villes. Il faut attendre 1978 et l’ouverture de la Chine pour voir, progressivement, une pratique de l’aménagement réapparaître.

5Le retour de cette pratique fait l’objet du troisième chapitre qui présente l’organisation du système de planification issu de la loi sur l’aménagement urbain adoptée en 1990 et dont un des principaux volets est d’autoriser un transfert de compétences au profit des autorités locales. Il existe trois plans parallèles d’une durée de cinq ans : le plan urbain, le plan de régulation de l’usage des sols et le plan de développement socio-économique. Chacun de ces plans est porté par une commission ou un ministère différent, ce qui n’est pas sans poser des problèmes de coordination des objectifs et des ressources.

6Le nouveau système de planification de 1990 est détaillé dans le quatrième chapitre qui vient expliciter le tournant entrepreneurial de l’aménagement. La pratique de la planification devient, en effet, moins formelle et de plus en plus conceptuelle, notamment dans ses formes de représentations d’un projet territorial. Ce passage d’une planification centrée sur l’allocation de ressources vers une forme plus stratégique de planification fait de l’aménagement un outil au service du développement. Dans ce sens, l’aménagement se situe à l’interface entre l’État et le marché. Il devient le support essentiel à la croissance en aménageant l’espace qui deviendra le support de l’expansion économique du pays.

7Le cinquième chapitre aborde l’organisation du système de planification en apportant une attention particulière à l’évolution du rôle de l’État et son articulation avec les différentes échelles du local. Les régions du delta de la rivière des Perles et du delta du fleuve Yangzi, qui sont les plus dynamiques économiquement, font l’objet d’une attention particulière. L’étude de différents exemples montre comment la pratique de la planification urbaine par les gouvernements locaux permet de justifier une approche expansionniste auprès de l'administration centrale afin de s’affranchir des contraintes réglementaires et de saisir de nouvelles opportunités de croissance.

8Cette focalisation de l’aménagement sur la croissance économique est l’objet du sixième chapitre qui revient sur l’orientation pro-développement de la planification chinoise en discutant de l’aménagement des nouvelles villes et des éco-villes. La réalisation de nouvelles villes est un classique de l’aménagement chinois. Ainsi, dès 1948, le plan métropolitain de Shanghai prévoit la construction de villes satellites. Ces projets d’urbanisation symbolisent l’orientation développementaliste de la planification chinoise et prennent aujourd’hui la forme de mégaprojet urbain. La construction d’éco-villes souligne de son côté la tentative de rendre effective un tournant durable dans l’aménagement. Toutefois, la réalité de la pratique démontre que ces projets sont soumis aux contingences du pouvoir politique local et aux critères de rentabilité immobilière des investisseurs.

9Le chapitre de conclusion analyse l’impact que la transition vers le marché a sur la pratique de l’aménagement. Le rôle des pouvoirs publics a été réduit, notamment dans leur capacité à attribuer des ressources, et a été en partie remplacé par les mécanismes du marché. Depuis les années 1990, il y a une prolifération de plans sans valeurs juridiques et dont l’objet est de promouvoir le développement. Ce processus ne peut pas être uniquement attribué à l’intensité de la croissance économique mais renvoie à la nature même de la pratique chinoise de l’aménagement. Fulong Wu apporte trois explications à cette expansion de la pratique de l’aménagement. Premièrement, la planification a survécu à cette période de transition car elle a réussi à s’adapter au nouveau contexte de marché et est devenu un instrument pour le marketing territorial. Deuxièmement, la mise en place des mécanismes de marché suscite de nouveaux enjeux et défis sociaux et environnementaux qui nécessitent la mise en œuvre de politiques d’aménagement et de développement territorial. La troisième explication est que les mécanismes du marché ont été introduits en Chine afin d'élargir la portée de l'accumulation de capital plutôt que de réduire la domination de l'État. Il s’agit donc d’une planification en faveur de la croissance plus que du marché car l’État reste au centre des mécanismes de régulation. Cette dernière explication permet à Fulong Wu de revenir sur la thèse principale de l’ouvrage. En effet, contrairement à la vision néo-libérale occidentale, l’aménagement n’est pas en Chine l’ennemi de la croissance mais son principal outil.

10Cet ouvrage enchantera les chercheurs ou étudiants qui s’intéressent à la Chine et qui voudraient comprendre un des éléments clés de la transition chinoise. Les chercheurs ou étudiants en aménagement et en urbanisme pourraient aussi y trouver des éléments de réflexion et de comparaison sur l’évolution des styles de la planification urbaine dans ses dimensions théorique et pratique afin de mieux appréhender la réalité du processus d’urbanisation en Chine mais aussi au-delà.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Douay, « Fulong Wu, Planning for Growth: Urban and Regional Planning in China », Perspectives chinoises, 2015/4 | 2015, 73-74.

Référence électronique

Nicolas Douay, « Fulong Wu, Planning for Growth: Urban and Regional Planning in China », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/4 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7251

Haut de page

Auteur

Nicolas Douay

Nicolas Douay est maître de conférences en urbanisme à l’Université Paris Diderot et actuellement en délégation CNRS au Centre d’études français sur la Chine contemporaine (CEFC) (nicolas.douay@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org