Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Zhou Xiaohong, Zhongguo shehui yu zhongguo yanjiu

Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe, 2004, 722 p.
Jean-Louis Rocca

Texte intégral

1Ce livre rassemble les communications d'un colloque éponyme qui s’est tenu à l'occasion de la célébration du centenaire de l'université de Nankin en mai 2002. L'objectif est de revisiter le développement de ce que le directeur de la publication, Zhou Xiaohong, nomme les « études chinoises contemporaines » (dangdai Zhongguo yanjiu) et de présenter un certain nombre de travaux (essentiellement chinois) qui s'y rattachent. Il montre dans l'introduction que si ce « champ » (lingyu) « transdisciplinaire » (hengkua xueke) est né aux Etats-unis, essentiellement grâce à des personnalités comme Fairbank, Vogel ou Schurmann, les réformes ont permis l'émergence de nouvelles générations de chercheurs chinois, souvent formés – mais pas toujours – dans les pays occidentaux. Pour Zhou, ce champ peut-être défini comme l'étude « de la société, de l'économie, de la politique, de la culture et de la culture de la Chine moderne ».

2La situation politique, la nature des informations à disposition et la confrontation des théories et des méthodes l'ont fait évolué de manière substantielle. Dans les années 1950 et 1960, il s'agissait de comprendre cet objet dangereux, « la Chine nouvelle », à partir d'un cadre fonctionnaliste (Parsons) et des sources officielles. Dans les années 1970, si le cadre théorique ne change guère, l'accumulation d'informations fournies par les immigrants à Hong Kong permet d'affirmer le champ. Par la suite, la possibilité de faire des enquêtes de terrain a conduit à une multiplication des problématiques notamment autour des rapports Etat/société, de la sphère publique ou de la société civile. Enfin, les années 1990 sont celles de la prospérité du champ. Une nouvelle génération de sociologues chinois apparaît, l'intérêt pour le post-modernisme s'affirme. Pour Zhou Xiaohong, les études chinoises contemporaines se caractérisent aujourd'hui par un souci de transversalité et d'internationalisation. Elles établissent un pont entre chercheurs chinois et occidentaux, tandis que la Chine devient un terrain d'expérimentation pour les théories occidentales et une source d'inspiration pour trouver des solutions aux problèmes du monde.

3Tous les questionnements majeurs concernant la société chinoise sont abordés dans l’ouvrage. Parmi les contributions les plus significatives – et en regrettant de ne pouvoir tous les citer – notons celles de Lin Nan et Sun Liping sur l'« indigénéisation » (bentuhua) des théories occidentales et celles de Lu Xueyi, Song Lifei, Guan Xinping et Lu Hanlong sur différents aspects de la « transition » (zhuanxing). Zheng Hansheng, Liu Zuyun, Bian Yanjie et Zhang Zhanxin, Hu Rong, Lü Dale, Zhou Xiaohong et Zhang Jing traitent, soit de manière globale soit à travers des enquêtes locales, de la très controversée question de la nouvelle « structure sociale » (shehui jiegou). Citons aussi les travaux consacrés aux mutations de la société urbaine (Zhang Hongyan, Feng Gang et Li Youmei, Ye Nange) et de la société rurale (Zhang Letian, Li Peilin, Zhou Dawu, Zhu Li ) ou encore ceux de Xu Anqi et Tong Xing consacrées respectivement à la famille et à la corruption.

4Deux constats sautent aux yeux à la lecture de ces textes. Le premier tient à leur qualité. Je ne saurais trop conseiller à ceux qui doutent encore du niveau de la recherche chinoise en sociologie de se pencher sérieusement sur cet ouvrage et cela d'autant plus que d'autres très bons sociologues chinois n'ont pas participé à cet ouvrage1. Toutes les communications sont de valeur tant sur le plan des problématiques, des méthodes que de l'appareillage conceptuel. Je me contenterai de citer quelques exemples qui touchent à mes propres recherches en m'excusant d'avance auprès des autres auteurs. Le texte de Sun Liping s'applique à une critique de ce que l'on pourrait appeler le « transitionnalisme de marché », concept basé essentiellement sur l'expérience des pays de l'Est européen. Il insiste notamment sur la spécificité chinoise et plaide pour une autre approche centrée sur l'étude des pratiques réelles (les mécanisme, les logiques, les techniques) « d'en bas » (zixia ershang). Lu Xueyi revient sur la crise des sannong (agriculture, village, paysan) en resituant très synthétiquement sa génèse et ses caractéristiques. De son côté, Song Linfei fait une sorte de généalogie du concept de transition, de ses multiples traductions, de sa polysémie. On peut encore citer l'étude remarquable (et éclairante) de Bian Yanjie et Zhang Zhanxin sur l'évolution des revenus des urbains, de Li Peilin sur la « fin des villages » (cunluo zhongjie) ou de Zhou Xiaohong sur la classe moyenne.

5La deuxième remarque concerne l'impressionnante absence de l'Europe dans ce panorama. Malgré quelques petites références à la recherche française et anglaise, il apparaît clairement que les chercheurs des Etats-unis et plus marginalement d'Australie ont créé à eux seuls les études chinoises contemporaines. Constat à la fois dramatiquement vrai et partiellement faux. Dramatiquement vrai quand on s'attache au nombre des citations de travaux allemands, français, nordiques ou même anglaises dans les recherches chinoises. Mais partiellement faux quand on tient compte de la qualité des travaux de la vieille Europe. La recherche européenne existe, mais elle se diffuse mal en Chine. De multiples raisons expliquent cet état de fait. On pense bien sûr au diktat de l'anglais, à la faiblesse et à l'éclatement des équipes de recherche et à la difficulté pour certains à se plier aux fourches caudines des normes des revues anglo-saxonne ; condition sine qua non de la diffusion des travaux en Chine. Notons en passant que sur ce plan Perspectives chinoises apparaît comme un outil irremplaçable. Néanmoins, dans cette énumération, c'est la question financière qui semble déterminante. L'influence des universitaires des Etats-Unis passe aussi par les énormes financements des fondations qui permettent de rassembler des équipes sino-américaines autour de problématiques bien évidemment formatées aux a priori intellectuels des bailleurs de fonds.

6Cette situation est d'autant plus regrettable que la sociologie chinoise – et cet ouvrage en est un bon exemple – est très ouverte à l'appareillage théorique européen. Même si les références de Li Youmei et Li Peilin aux auteurs français s'expliquent par le fait qu'ils ont fait leurs études en France, beaucoup de chercheurs utilisent par exemple, implicitement ou explicitement, des approches « qualitatives », basées à la fois sur le souci du « bas » et l'exigence de la conceptualisation, qui tranchent avec l'empirico-criticisme américain. Il ne s'agit pas ici d'instaurer une concurrence ou d'affirmer la primauté d'un courant sur un autre, mais de revendiquer un pluralisme intellectuel dont les chercheurs européens devraient être les premiers acteurs.

Haut de page

Notes

1 Je pense notamment à Fei Lulu, Huang Ping, Jing Jun, Li Qiang, Shen Yuan, Tang Jun, Tong Xin, et à bien d'autres.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Rocca, « Zhou Xiaohong, Zhongguo shehui yu zhongguo yanjiu », Perspectives chinoises [En ligne], 86 | novembre-décembre 2004, mis en ligne le 16 mars 2007, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/723

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Rocca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org