Navigation – Plan du site
Taiwan

Le débat politique entre partis à Taiwan depuis les années 1990

Malgré l’alternance politique de 2000, les principaux thèmes électoraux des années 1990 restent à l’ordre du jour
Dafydd Fell

Résumé

Cet article analyse la compétition entre partis politiques avant et après l’alternance de 2000. Malgré la rupture que marquent les victoires du Parti démocrate progressiste (PDP) aux élections présidentielles de 2000 et de 2004, on observe une grande continuité dans la vie politique à Taiwan, les deux partis dominants étant les mêmes aujourd’hui qu’à la fin des années 1980. Revenant sur le contenu des débats politiques, cet article montre qu’il y a eu plus de continuité que de changement durant les quatre dernières années.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Danielle McNally

Texte intégral

1Contrairement à nombre d’anciens partis autoritaires, en Europe de l’Est par exemple, le Kuomintang (KMT) de Taiwan s’est fort bien adapté au débat démocratique et cela, dès le début. Après sa victoire triomphale aux premières élections pluripartistes, en 1991, le KMT a continué de l’emporter dans toute une série de scrutins. Mais après être resté plus de cinq décennies au pouvoir à Taiwan, il est finalement défait lors de l’élection présidentielle de mars 2000. Cette date marque la fin de l’ère KMT et l’avènement de celle du PDP. Le passage de pouvoir en 2000 a-t-il représenté une étape critique dans le débat politique ? Ou bien, les tendances propres à chaque parti dans les années 1990 ont-elles perduré dans le nouveau millénaire ? Pour répondre à ces questions, cette étude analyse tout d’abord comment l’équilibre des forces entre les grands partis s’est déplacé depuis 2000. Dans un deuxième temps, on s’interrogera sur les modifications du contenu du débat politique. A cette fin, on comparera les questions mises en avant durant les dix dernières années de la période du KMT (1991-2000) à celles qui ont dominé les deux campagnes électorales de 2001 et 2004.

2L’année 2000 a marqué un tournant dans l’équilibre des forces entre les partis, en raison de la fin de l’hégémonie du KMT bien sûr, mais aussi d’une  concurrence croissante due à la multiplication des acteurs. Le contenu du débat politique est placé à la fois sous le signe du changement et de la continuité ces quatre dernières années. La plupart des thèmes dominants dans les années 1990 sont restés inscrits à l’agenda politique après 2000, en particulier les questions de l’indépendance, du nationalisme, de la démocratie et de la corruption. Cependant, certaines questions, telle la protection sociale, se sont estompées, alors qu’apparaissaient de nouveaux enjeux comme la politique économique ou la compétence à gouverner. Bien qu’il soit parfois fait mention de polarisation dans la politique taiwanaise depuis 20001, la tendance à la convergence amorcée dans les années 1990 s’est poursuivie. Alors que les positions des différents partis sur bien des questions essentielles semblaient distinctes dans les années 1990, les lignes de division se sont brouillées.

La fin de l’hégémonie du Kuomintang

3Trois élections majeures, à l’échelon national et à l’échelon local, se sont tenues depuis l’année 2000 : celles du Yuan législatif et des gouvernements locaux en 2001, et l’élection présidentielle en 2004. Si l’on compare ces élections à celles des années 1990, il apparaît clairement que l’offre politique s’est diversifiée. En plus des deux principaux partis, on trouve à présent sur la droite de l’échiquier politique le Nouveau Parti (NP) et le Parti du peuple (People First Party, PFP), alors que le nouveau parti d’importance à gauche est l’Alliance pour l’union de Taiwan (Taiwan Solidarity Union, TSU)2.

4En termes de résultats, le KMT s’est incliné chaque fois face au PDP. Le KMT, devancé en voix et en sièges par le PDP, a perdu pour la première fois sa place de premier parti du Yuan législatif. Lors de la présidentielle de 2004, le KMT et le PFP, malgré leur union, ont dû concéder la victoire à Chen Shui-bian. S’il est vrai que la tentative d’assassinat à la veille de l’élection a pu apporter des votes de sympathie au PDP, le revirement considérable des électeurs en faveur du PDP n’en n’est pas moins indéniable. Dans presque tous les districts de Taiwan, la part des voix du PDP a augmenté de plus de 10 % et, pour la première fois, il a remporté plus de 50 % des suffrages dans une élection nationale3.

5La menace représentée par la scission de deux courants du KMT, le PFP à droite et la TSU à gauche, s’est avérée inquiétante. Avec le charismatique Soong Chu-yu à sa tête, le PFP a remporté une proportion de voix et un nombre de sièges bien supérieurs à ceux du NP à son apogée dans le milieu des années 1990. Cela a eu pour conséquence une concurrence particulièrement vive pour les voix « Pan-Bleu » dans les élections à candidats multiples4. Bien que la plupart des membres de la TSU fussent issus du KMT, le parti a choisi l’alliance avec le PDP. Avec l’ancien Président Lee Teng-hui pour père spirituel, la TSU n’a pas eu de mal à attirer les électeurs et les hommes politiques mécontents de la nouvelle direction du KMT. Mais malgré l’apparition de la TSU à gauche des mouvements politiques taiwanais, les voix et les sièges du PDP ont continué à progresser depuis 2000.

1. Résultats des élections depuis 2000

Image1

6Depuis la fin des années 1990, on observe également une tendance à l’érosion de la domination du KMT en termes d’identification partisane. Le niveau de soutien au KMT a considérablement baissé depuis 1998. Le PDP est le parti qui recueille le plus grand soutien depuis 2000. De plus, à l’exception de l’année de 2003, il apparaît que le soutien combiné aux partis Pan-Vert est supérieur à celui des partis Pan-Bleu. L’évolution est de plus en plus favorable au PDP, parti au pouvoir.

2. Identification aux partis

Image2

7Comment expliquer le déclin de popularité et de réussite électorale des partis Pan-Bleu ? Il est d’autant plus étonnant que Taiwan a connu sa pire crise économique en 2001 et que le président Chen Shui-bian a une mauvaise cote de popularité. En mai 2004, une étude a montré que durant les quatre dernières années, 58 % des personnes interrogées étaient mécontentes de la gestion du PDP5.

8L’aptitude des partis à mener campagne s’est révélée un facteur-clé. Bien que le KMT demeure de loin le plus riche des partis politiques et dispose d’un plus large accès aux médias, c’est le PDP qui a montré la meilleure qualité de communication et s’est avéré le plus apte à se servir des médias. En 2001 et en 2004, le KMT a tenté de faire campagne sur le manque d’aptitude à gouverner du PDP, l’économie chancelante et le dénigrement de Chen Shui-bian. Cependant, le PDP a réussi, ces deux années-là, à maintenir à l’agenda électoral des questions plus avantageuses pour lui, telles que la lutte anti-corruption, le référendum et l’identité taiwanaise.

9Les partis Pan-Bleu ont également souffert de problèmes de leadership. Lien Chan, du KMT, n’a pas le charisme de son prédécesseur Lee Teng-hui et semble souvent raide et mal à l’aise durant les réunions électorales. Il a pourtant fait preuve d’une remarquable aptitude à se maintenir à la présidence du KMT en dépit de désastres électoraux répétés en 2000, 2001 et 2004. Le dirigeant du PFP, Soong Chu-yu est un meilleur homme politique en campagne. Très populaire lorsqu’il était gouverneur provincial dans les années 1990, il a presque remporté l’élection présidentielle de 2000. Pourtant, depuis, c’est avec peine qu’il s’est trouvé un rôle politique, et sa popularité est en déclin. Ses difficultés sont apparues au grand jour lorsqu’il a dû se résigner à concourir comme candidat Pan-Bleu à la vice-présidence en 2004 et, dans un sondage récent, il a recueilli le taux d’approbation le plus bas des dix premiers hommes politiques de Taiwan6. Par contraste, le maire de Taipei, Ma Ying-cheou, reste l’homme politique le plus populaire7. Si Ma avait été en tête de la liste du KMT en 2004, il aurait probablement remporté la victoire et mis fin au déclin prolongé du KMT. Mais son ascension vers le pouvoir a été bloquée par le refus de Lien et de Soong de quitter le devant de la scène.

10La proposition de fondre les trois partis Pan-Bleu en un seul représente un sérieux défi. Ce projet a été lancé par le président du KMT, Lien Chan, et a reçu l’approbation de la plupart des électeurs Pan-Bleu. Bien qu’il place le nouveau parti dans une position bien plus avantageuse pour les futures joutes législatives et présidentielles, ce projet est bloqué par les politiciens de haut rang du PFP et du KMT qui craignent qu’une telle fusion ne nuise à leur propre avenir.

Les enjeux du débat politique avant et après 2000

11L’examen de l’évolution des thèmes du débat politique repose sur une analyse des messages de campagne publiés dans la presse par les partis. Les données rassemblées comprennent tous les messages électoraux officiels des partis publiés dans la presse lors des onze élections nationales qui se sont tenues entre 1991 et 20048. Ces messages ont été recueillis durant les trente et un jours précédant les scrutins dans les trois quotidiens les plus lus : le Zhongguo shibao (China Times), le Lianhe bao (United Daily News) et le Ziyou shibao (Liberty Times), soit 583 messages officiels durant la période 1991-2000 et 224 durant la période 2001-20049. Il s’agit des messages des principaux partis de Taiwan : le KMT, le NP et le PDP durant l’ère KMT, et le KMT, le PDP, le NP, la TSU et le PFP durant l’ère PDP. Tous les textes ont été encodés à l’exception des annonces de meetings de campagne et des notices biographiques. Cette recherche utilise une version révisée du procédé d’encodage du Groupe de Recherche Manifeste10.

Les principaux thèmes de campagne ont-ils changé ?

12Le tableau 3 montre qu’il y a eu à la fois changement et continuité dans les principaux thèmes de campagne. Il identifie les 12 sujets les plus débattus dans les messages officiels de campagne parus dans la presse.

3. Les douze premiers thèmes des périodes KMT (1991 – 2000) et PDP (2001 – 2004)

Image3

13Les thèmes dominants des années 1990 étaient la corruption de la classe politique, l’indépendance de Taiwan, la compétence du gouvernement, la démocratie, les femmes et la paix. La plupart des thèmes de la période KMT figurent toujours parmi les douze premiers de l’ère PDP : l’indépendance de Taiwan, la compétence à gouverner, la corruption des politiciens, la démocratie et la stabilité politique demeurent des questions d’importance. Cependant, des changements significatifs sont intervenus. Tout d’abord, le nationalisme taiwanais, ainsi que la prospérité et la croissance économique sont apparus parmi les quatre premiers thèmes de l’agenda du PDP. Ceci reflète un consensus croissant parmi les partis politiques sur le devoir d’insister sur l’amour porté à Taiwan, mais aussi une attention accrue accordée aux problèmes économiques. Deuxièmement, le problème crucial de la période précédente, la corruption des politiciens, n’est plus qu’à la neuvième place. Troisièmement, la tendance à faire référence à l’indépendance de Taiwan de manière négative s’est renversée depuis l’année 2000 et la propagande électorale a donné lieu à plus de références positives que négatives à ce sujet.

Les thèmes dominants propres à chaque parti ont-ils changé ?

14Les tableaux 4 à 6 recensent les dix premiers thèmes débattus par le KMT, le NP et le PDP avant et après 2000.

4. Les dix thèmes favoris du KMT

Image4

15Le tableau 4 montre que les questions primordiales pour le KMT ont été, durant les deux périodes, la compétence à gouverner, la prospérité et la croissance économique. Mais il y aussi eu des changements considérables. Tout d’abord, le parti a accordé plus d’attention aux problèmes économiques. Deuxièmement, le KMT a changé de position sur la question de l’identité nationale, abandonnant ses déclarations négatives ; le parti s’est efforcé de souligner son amour pour Taiwan. Depuis 2000, le nationalisme taiwanais apparaît ainsi parmi les dix thèmes les plus chers au KMT. Les messages du KMT en direction de groupes professionnels tels que les fonctionnaires administratifs, les enseignants et la police sont devenus plus fréquents. Ces groupes étaient traditionnellement des inconditionnels du KMT, mais la rude concurrence pour les voix, a poussé le parti à se présenter comme le plus apte à protéger leurs intérêts. Enfin, on note l’apparition du pluralisme culturel parmi les thèmes du KMT après 2000. Elle reflète les appels de plus en plus fréquents de ce parti à la réconciliation ethnique et ses accusations selon lesquelles le PDP inciterait aux conflits ethniques. Par exemple, le KMT a proposé en 2004 de voter une « Loi contre la haine inter-ethnique »11.

5. Les dix thèmes favoris du PDP

Image5

16Le tableau 5 identifie les thèmes favoris du PDP. Ce parti a toujours accordé une attention toute particulière aux questions d’identité nationale, de corruption des politiciens et de démocratie. En ce qui concerne l’identité nationale, ce parti s’est clairement modéré, abandonnant l’idée radicale d’indépendance absolue, accordant également moins d’importance à une indépendance modérée, pour souligner l’importance de l’identité taiwanaise, thème plus porteur du point de vue électoral12. Autre changement intéressant : une fois au pouvoir, le PDP a tenté de se saisir d’un vieux thème cher au KMT, celui de la stabilité politique ; il figure à présent à la huitième place de ses dix thèmes favoris depuis 2000.

6. Les dix thèmes favoris du NP

Image6

17Le tableau 6 montre que le NP est le plus constant dans le choix de ses thèmes. Après 2000, il s’est encore davantage centré sur l’opposition à l’indépendance de Taiwan, et sur la promotion du nationalisme chinois et de relations privilégiées avec la RPC. Durant les années 1990, le thème principal du NP, en dehors de l’identité nationale, était celui d’un gouvernement intègre ; mais depuis 2000, la question de la corruption des politiciens a été renvoyée à la neuvième place.

Les partis ont-ils encore l’exclusivité de thèmes électoraux ?

18Durant les années 1990, les trois principaux partis de Taiwan ne tenaient pas compte les uns les autres ; ils se focalisaient sur des questions différentes, se concentraient sur des thèmes de prédilection qui leur étaient favorables, ignorant les problèmes potentiellement désavantageux13. Ceci apparaît clairement dans le tableau 7, qui compare les dix thèmes favoris des principaux partis durant l’ère KMT. Le PDP et le KMT ont peu de thèmes en commun.

7. Partage et exclusivité des dix premiers thèmes dans les annonces officielles publiées dans la presse durant la période KMT (1991 – 2000)

Image7

19Même le KMT et le NP ne partagent que leur opposition à l’indépendance de Taiwan. Le seul thème commun aux trois partis est la corruption. Cependant, le KMT a toujours moins insisté sur ce thème que le PDP et le NP durant cette période et les enquêtes montrent que le public associe KMT avec corruption, et PDP et NP avec gouvernement intègre14.

20Les listes de thèmes propres à un parti donné sont bien plus longues. Le PDP a dominé les questions d’identité nationale liées à l’indépendance de Taiwan : défense de l’indépendance, nationalisme taiwanais, liberté et droits de l’homme, et démocratie. Ceci se comprend car, pour de nombreux politiciens PDP, les objectifs clés de la démocratisation étaient la justice et l’autodétermination de Taiwan. Les questions des droits des femmes et du développement de la protection sociale ont reçu plus d’attention à partir du milieu des années 1990, alors que le parti recherchait de nouveaux thèmes pour séduire les électeurs.

21Au KMT, les questions qui revenaient étaient l’ordre économique, la stabilité politique, la sécurité et la compétence à gouverner. L’appropriation par le KMT des thèmes de la compétence à gouverner, de l’économie et de la stabilité n’est pas surprenante si l’on considère qu’il a été au pouvoir de 1945 à 2000 et que les partis conservateurs de type KMT à travers le monde insistent sur l’ordre et la sécurité. Le KMT a ainsi attiré l’attention à plusieurs reprises sur les affaires criminelles impliquant des membres du PDP et critiqué ce dernier pour incitation à la violence15. Comme le PDP, le NP est un parti soucieux de l’identité nationale, c’est pourquoi il a lancé des appels en faveur de l’amélioration des relations avec la Chine continentale, insisté sur le nationalisme chinois et alerté contre les dangers d’une guerre avec la Chine.

8. Partage et exclusivité des dix premiers thèmes dans les annonces officielles publiées dans la presse durant la période PDP (2001 – 2004)

Image8

22Le tableau 8 identifie les thèmes partagés et ceux exclusifs durant l’ère PDP. Le NP apparaît avoir peu changé de thèmes, persistant dans son opposition à l’indépendance de Taiwan, dans ses injonctions à de meilleures relations avec le Continent et dans la promotion d’un nationalisme chinois ; le PDP de son côté, continue à défendre une indépendance modérée et les droits des femmes. Cependant, on observe également de nombreux changements. Tout d’abord, la liste des thèmes spécifiques au KMT et au PDP s’est nettement réduite depuis 2000. Alors que six thèmes étaient spécifiques au KMT et cinq au PDP dans les années 1990, chacun n’en a plus que trois. Ensuite, certains thèmes ne sont plus l’apanage exclusif d’un parti. Par exemple, le KMT a rejoint le PDP sur le thème de l’identité de Taiwan. Le tableau 8 montre que la ligne de division entre les partis s’est brouillée depuis l’année 2000.

L’évolution des partis sur des thèmes particuliers

23Cette partie revient sur sept thèmes particuliers des campagnes électorales avant et après 2000. L’objectif poursuivi est de tester les hypothèses de la convergence ou de la polarisation.

Protection sociale

24La protection sociale est sans aucun doute le thème le moins abordé. Nous avons néanmoins choisi de suivre l’évolution des partis sur ce sujet car une précédente analyse des contenus de propositions de lois avait montré que le développement du système de protection sociale avait été le thème le plus débattu par les candidats de tous les partis entre 1989 et 199816.

9. Instance sur la protection sociale

Agrandir

25Le graphique 9 montre que cette question a principalement été abordée par le PDP dans la plupart des campagnes électorales des années 1990. Le KMT et le NP avaient tendance à se montrer beaucoup plus conservateurs sur ce sujet. Alors que le NP condamnait le « panier percé de la protection sociale »17, les candidats KMT appelaient souvent à une modération des dépenses sociales, mettant en garde contre les « frais abusifs »18. Le thème social le plus controversé durant cette période fut la demande du PDP de retraites pour tous ; cette demande a occupé le centre de la campagne du PDP en 1993, 1994 et 200019. Elle a rencontré l’opposition catégorique de la plupart des leaders du KMT et du NP qui y voyaient la ruine du Trésor public et qui se sont moqués du PDP pour son incapacité à tenir ses promesses après sa victoire aux élections à l’échelon local20. L’écart entre les partis sur cette question est souligné dans la remarque du député Apollo Chen en 2001 : « Quand on pense aux dix dernières années, s’il y a un thème sur lequel le PDP a eu la mainmise, c’est bien celui des retraites »21.

26La période postérieure à 2000 a marqué un net changement sur la question de la protection sociale ; en effet un consensus a été atteint. Lors des deux élections qui ont suivi le changement de pouvoir, en 2001 et en 2004, tous les partis ont moins insisté sur les questions sociales22. En mai 2002, un accord unanime a permis l’adoption d’une loi qui réalisait la promesse d’une retraite garantie de 3 000$ taiwanais faite par le PDP23. Au KMT, Lien Chan et Soong Chu-yu s’étaient montrés résolument opposés à cette mesure durant les années 1990, mais la direction du parti semble avoir fini par l’accepter puisque durant la campagne présidentielle, le KMT a même tenté de surpasser l’offre du PDP en promettant d’accorder des retraites mensuelles de 8900$ taiwanais24. Après avoir affiché un intérêt et des positions nettement différents sur la question de la protection sociale pendant les années 1990, les partis se sont ralliés à certaines positions du PDP, sur les retraites notamment, et y ont accordé un intérêt moindre après le changement de pouvoir.

Corruption de la classe politique

27Le thème de la corruption de la classe politique est celui qui a reçu le plus d’attention durant l’ère KMT25, mettant en question l’idée reçue que l’identité nationale était le problème crucial de la politique taiwanaise26.

10. Insistance sur la corruption de la classe politique

Agrandir

28Il a été le thème privilégié du PDP, et à un degré moindre du NP, à l’occasion de chaque campagne de l’ère KMT27. Le KMT, lui, semble avoir essayé d’éluder la question. Avant 2000, son image de parti corrompu était fermement ancrée dans l’opinion publique28, à tel point qu’un ancien responsable de la propagande du KMT a reconnu que « c’est le plus lourd fardeau du parti et il n’arrive pas à s’en défaire »29. Les sondages d’opinion indiquent qu’en revanche le NP et le PDP avaient la réputation de défendre l’idée d’un gouvernement intègre30.

29Durant les années 1990, les partis politiques avaient adopté des positions très différentes sur la question de la corruption. Le PDP et le NP appelaient régulièrement à des réformes radicales pour lutter contre l’achat de voix ou les contrats frauduleux, tandis que le KMT avait adopté une définition plus étroite de la notion de corruption. Il était d’autant moins enclin à s’attaquer au problème qu’il dépendait pour les campagnes électorales de l’achat de voix et des profits générés par les entreprises du parti.

30La tendance à la mainmise du PDP sur ce thème a perduré pendant la première campagne électorale suivant le changement de pouvoir, en 2001. Ce n’est qu’en 2004 que le KMT a devancé le PDP sur le thème de la corruption, en accusant le candidat PDP à la présidence, Chen Shui-bian, de dons frauduleux et sa femme de délit d’initié. Un message du KMT d’une page entière montrait les photos de Chen Shui-bian en compagnie de plusieurs personnes impliquées dans des scandales financiers, avec le slogan « Assez de spéculation (financière) ? Les Taiwanais ne sont pas idiots, ils peuvent aussi se fâcher »31. Mais il n’est pas certain que le KMT pourra s’emparer durablement de ce thème car en 2004 encore, le PDP faisait de « l’argent sale du KMT » un thème de nombre de ses messages, par exemple le slogan : « Opposons-nous résolument au retour de l’argent sale ! »32. De plus, le KMT qui avait prévu de prendre la corruption pour thème de son grand rassemblement national avant l’élection, le 13 mars 2004, adopta finalement le thème « Changeons de Président, sauvons Taiwan »33 par crainte d’un effet contraire. En ce qui concerne les prises de position actuelles, la convergence n’est pas à l’ordre du jour. Le KMT a bien promis, à plusieurs reprises, de démanteler son empire financier34, mais il a peu progressé dans cette voie car il n’est pas certain qu’il puisse survivre, au plan électoral, sans ses sources de revenus.

31Pour résumer, les partis ont insisté à des degrés bien différents sur le problème de la corruption jusqu’en 2004, la lutte anti-corruption étant l’apanage du PDP. Même si la campagne du KMT en 2004 a rendu les démarcations plus floues sur ce thème, le PDP le considère toujours comme à son avantage.

Indépendance de Taiwan contre unification nationale

32La question de l’indépendance de Taiwan par opposition à l’unification nationale est généralement considérée comme la plus génératrice de divisions35. A Taiwan, on désigne fréquemment l’éventail des positions entre indépendance et unification comme la question tongdu ; elle a pour centre le maintien du statu quo dans les relations de part et d’autre du détroit. L’opinion publique s’est modérée sur cette question : alors que seuls 28 % des Taiwanais préféraient le statu quo en 1990, ils sont 50,5 % en 2002. L’opinion s’est montrée très prudente face aux solutions plus radicales, le soutien à la réunification passant de 51 % en 1990 à seulement 15,1 % en 2002, tandis que le soutien à l’indépendance de Taiwan n’a progressé que de 4 % en 1990 à 19,7 % en 200236.

11. Insistance sur l’indépendance de Taiwan

Agrandir

33Les résultats du graphique 11 pour l’indépendance de Taiwan sont obtenus en défalquant des mentions positives pour l’indépendance de Taiwan les mentions négatives. Un résultat positif représente donc un soutien à l’indépendance alors qu’un résultat négatif signale une opposition. Le graphique 11 montre que l’indépendance de Taiwan est le thème exclusif du PDP, tandis que le NP et le KMT s’y opposent tous deux. Durant les années 1990, on n’a relevé aucun cas d’appropriation du thème de l’indépendance par le KMT. Le seul moment, durant cette période, où le KMT a obtenu un résultat positif fut en 1996 (+ 4,4), lorsque l’ancien Président Lee Teng-hui prit une position très ferme face aux menaces militaires de la Chine.

34Les partis ont-ils convergé sur la question de l’identité nationale ? Il semble que le PDP ait considérablement modéré sa position. En effet, s’il insistait en 1991, et à un degré moindre en 1992, sur l’indépendance absolue, il n’a plus appelé ouvertement à la création d’une « République de Taiwan » depuis le début des années 1990. Même dans la campagne présidentielle du député PDP Peng Ming-min, la référence à une indépendance modérée recueille plus de points que celle à l’indépendance absolue. Le PDP a minimisé la question, alors que le KMT l’a considérée comme mobilisatrice même pour les élections locales. Le message récurrent du KMT était l’équation de la terreur : « voter PDP = indépendance de Taiwan = invasion par la République populaire de Chine (RPC) = destruction »37. Evidemment, on observe un chevauchement entre le NP et le KMT, et durant la campagne de 2000, le résultat de -75 du NP indique une insistance accrue sur son opposition à l’indépendance.

35En fait, sur la question de l’identité nationale, le KMT a évolué vers le centre de l’échiquier politique, en particulier lors de la candidature de Lee Teng-hui à la présidentielle de 1996. Les accusations portées par Pékin sur les penchants indépendantistes de Lee n’étaient peut-être pas infondées. Néanmoins, l’évolution sur les thèmes cruciaux a été limitée car le KMT ne pouvait trop s’avancer dans la direction de l’indépendance. Par exemple, la campagne présidentielle du KMT en 2000 n’aurait guère pu différer de celle de 1996 où les références négatives à l’indépendance abondaient. Cette année-là, le message télévisé du KMT le plus diffusé montrait un groupe de jeunes gens qui chantaient : « Je pars en guerre, je pars en guerre, à cause de la petite phrase d’A-Bian pour l’indépendance ; je pars en guerre »38. A la suite de la défaite, du KMT, plusieurs politiciens du parti ont d’ailleurs rendu ce spot responsable du report des voix sur le PDP et sur Soong Chu-yu39.

36Depuis l’arrivée au pouvoir du PDP, le KMT ne peut plus utiliser son équation de la terreur car ses prédictions de guerre dans le détroit ne se sont pas réalisées. Le graphique 11 montre des évolutions significatives sur le thème de l’indépendance depuis 2000. L’arrivée de deux nouveaux partis lors des élections au Yuan législatif de 2001 a encore compliqué le débat. La TSU a misé sur une position pro-indépendance à gauche du PDP, alors que le PFP de Soong Chu-yu a opté pour une position ambiguë. Le NP en 2001 et le PDP en 2004 ont réaffirmé leur positions respectives : anti-indépendance et autodétermination de Taiwan. En 2001 le NP a adopté sa position la plus extrême lorsqu’il a proposé une variante du thème cher à la République populaire de Chine « Un pays, deux systèmes »40. Depuis que Lien Chan en est devenu président, le KMT a donné des signes de rapprochement avec une position plus unioniste. Par exemple, Lien a proposé l’unification au sein d’un système confédéral41 et a invité l’administration PDP à accepter le principe d’une « Chine unique ». Mais la proposition d’un système confédéral de Lien a rencontré une forte opposition au sein même de son propre parti et n’est pas devenue politique officielle du KMT. Le député Chen Hung-chi a déclaré : « Je m’y suis opposé. Cela donnerait à penser que nous sommes en faveur de l’unification »42. Le KMT a dû ajuster sa politique à la modération de l’opinion publique taiwanaise. Comme l’a fait remarquer en 2001 Chang Jung-kun du KMT : « Nous savons que la population de Taiwan a peur de l’unification »43. Il n’est donc pas surprenant que le graphique 11 montre qu’en 2004, le KMT a mené sa campagne contre l’indépendance la plus discrète depuis 1996 et que le parti a cessé de faire allusion au principe de la « Chine unique ».

37En conclusion, par rapport à leurs positions extrêmes sur la question tongdu au début des années 1990, les partis ont adopté une approche plus modérée entre le milieu et la fin des années 1990 et ce processus de convergence s’est poursuivi. Cependant, les composantes idéologiques fondamentales des partis et les thèmes de prédilection de leurs supporters ont fait en sorte que des différences persistent.

Le nationalisme taiwanais

38Toutes les campagnes électorales depuis la fin des années 1980 ont été l’occasion de débats autour de l’identité chinoise ou taiwanaise. Dans ce domaine, l’opinion publique a évolué de manière encore plus marquée que sur la question du tongdu. En 1989, 52 % des habitants de l’île interrogés se déclaraient chinois, contre 16 % taiwanais, et 26% à la fois chinois et taiwanais. En 2001, seuls 7,9 % d’entre eux se déclaraient chinois, contre 37,9 % taiwanais et 50,7 % les deux à la fois44.

12. Insistance sur le nationalisme taiwanais

Agrandir

39Le graphique 12 illustre l’importance accordée par les principaux partis aux nationalismes chinois et taiwanais entre 1991 et 2004. Les chiffres ont été obtenus en défalquant le nombre de mentions du nationalisme chinois de celles du nationalisme taiwanais. Ainsi, un chiffre positif correspond à un soutien pour le nationalisme taiwanais tandis qu’un chiffre négatif représente une prise de position en faveur du nationalisme chinois. Dans les années 1990, le PDP était le parti qui évoquait le plus l’identité taiwanaise dans ses discours, accusant même parfois le KMT de se préparer à livrer Taiwan à la RPC45, alors que le NP était le plus enclin à brandir des symboles du nationalisme chinois comme Sun Yat-sen46. Par contraste, le KMT défendait une idée d’identité double. Le slogan « Nous sommes tous taiwanais, et plus encore chinois »47, publié dans la presse en 1994, illustre cette position. A la fin des années 1990, le KMT commença cependant à faire davantage appel à l’identité taiwanaise, comme le montre un message de 2000 en taiwanais : « Qui aime Taiwan plus que moi ? »48.

40Depuis le changement de pouvoir, certains ont vu un retour à une image plus sino-centrique du KMT49. Celui-ci a utilisé des figures comme Chiang Ching-kuo dans ses messages télévisés lors des élections législatives de 2001. Il a semblé avoir renoncé à ses appels à l’identité taiwanaise puisque selon Lin Yu-hsiang, ancien député du KMT : « Il nous est impossible d’attirer ces électeurs aux racines locales »50. Cependant, le graphique 12 montre des mouvements forts en direction du nationalisme taiwanais.

41De fait, la question est devenue plus prégnante depuis les élections présidentielles de 2000, le PDP, le KMT et les deux nouveaux partis insistant avec force sur l’identité taiwanaise. Il semble y avoir maintenant un consensus entre les principaux partis sur l’importance de l’identité taiwanaise et sur l’amour porté à Taiwan. Durant la campagne de 2004, par exemple, le KMT et le PDP ont fait grand cas de leur amour pour Taiwan, exprimé par leurs candidats en embrassant le sol51. Depuis la défaite du KMT en 2004, il a même été proposé que le parti change son nom officiel de KMT chinois en KMT taiwanais52. Enfin, le graphique 124 montre que depuis leur arrivée au pouvoir, le PDP et la TSU, son alliée, ont insisté avec plus de vigueur sur l’identité taiwanaise. Le PDP considérant que ce thème lui a apporté le plus de voix, s’est efforcé de le maintenir en tête de son agenda. Le rassemblement « Main dans la Main » du 28 février 2004 était un exemple clé de son ambition d’associer PDP et amour de Taiwan53.

42Malgré une certaine convergence sur la question de l’identité depuis le milieu des années 1990 – les partis suivant l’opinion publique en appelant à l’identité taiwanaise –, la force respective du nationalisme chinois au sein du camp Pan-Bleu et du nationalisme taiwanais au sein du camp Pan-Vert, a maintenu les positions des partis distinctes. Même si le KMT s’efforce de souligner son amour pour Taiwan, il est là sur le terrain du PDP. De fait, c’est parce qu’il a réussi à faire de l’identité taiwanaise le thème central de la campagne de 2004 que le PDP a remporté la victoire.

La capacité à gouverner

43Le graphique 13 montre que la capacité à gouverner a été de manière exclusive avant et après 2000, un thème du KMT.

13. Insistance sur la compétence à gouverner

Agrandir

44Depuis qu’il a perdu le pouvoir, le KMT fait état de son passé au pouvoir et condamne la gestion des affaires par le PDP. Témoin, cette annonce du KMT en 2004 : « Pourquoi le député du PDP Chang Chun-hung a-t-il ouvertement critiqué le gouvernement de Chen Shui-bian sur son manque de réalisations après quatre années au pouvoir ? »54. Après quatre années au pouvoir, ni le PDP ni son alliée la TSU ne se sont soucié de répondre à ces attaques, préférant se mobiliser sur d’autres questions.

La stabilité politique

45La question de la stabilité politique a également été dominée par le KMT durant sa période au pouvoir, comme le montre le graphique 14.

14. Insistance sur la stabilité politique

Agrandir

46Un thème récurrent était que le PDP représentait une source de risques. Par exemple, un message du KMT publié dans la presse en 1991 décrivait les élections comme un choix entre stabilité et désordre55. D’une manière générale, le PDP et le NP avaient tendance à éviter cette question. Cependant, le graphique 14 montre une évolution après 2000. Le KMT a renoncé à ce thème depuis qu’il a perdu le pouvoir, tandis que le PDP et le NP lui ont accordé beaucoup d’attention lors de la campagne électorale de 2001. C’est maintenant le PDP qui accuse le KMT d’être source d’instabilité. Cette image a été renforcée par les actes de violence des supporters KMT suivant les défaites électorales en 2000 et en 2004, et les tensions politiques résultant de la campagne pour récuser le Président Chen Shui-bian à la fin de l’année 2000.

Les questions économiques

47On estime souvent que les questions économiques ont peu d’influence sur le comportement électoral des Taiwanais habitués de longue date à des taux de croissance élevés, à une faible inflation et à un chômage pratiquement inexistant. Pourtant, avec le ralentissement de l’économie du milieu des années 1990, l’importance de ces questions a de fortes chances de s’être accrue56. Le graphique 15 montre que le KMT a dominé ces questions dans les années 1990 en s’efforçant de s’attribuer le mérite des taux élevés de croissance et en annonçant qu’une victoire du PDP amènerait un krach boursier et une récession économique57. Pendant cette période, le PDP et le NP n’ont guère montré d’intérêt pour les questions économiques et, à l’exception de 2000, on ne constate aucune surenchère entre les partis dans ce domaine, ni avant ni après 2000.

48En 2001, Taiwan entra en récession avec un taux de croissance négatif de -2,2 %58 et un taux de chômage record de 5,17 %59. En 2001 et en 2004, le KMT fit des échecs de la gestion économique du PDP le thème essentiel de ses campagnes électorales. En 2001, par exemple, il publia plusieurs annonces publicitaires comparant la gestion économique désastreuse du PDP avec les succès passés du KMT60et fit du chômage un de ses thèmes de campagne61. De même, en 2004, le KMT promit un taux de croissance de 5 %, un taux de chômage inférieur à 4 % et l’équilibre du budget dans les six ans62.

49En 2001, lorsque l’économie était à son niveau le plus bas, le KMT a accordé une extrême attention aux questions économiques, mais cette stratégie n’a pas été payante puisque le PDP est devenu le premier parti au Yuan législatif et que le KMT a connu l’une de ses pires défaites. De fait, le KMT, comme le montre le graphique 15, a réduit l’accent mis sur l’économie en 2004.

15. Insistance sur les problèmes économiques

Agrandir

50Le PDP, en revanche, ne semble guère avoir changé de position, puisqu’il a clairement choisi de privilégier la question de l’identité. A l’occasion d’entretiens réalisés en 2001, les hommes politiques du PDP ont souvent fait remarquer que leurs politiques économiques différaient très peu de celles du KMT. Cette absence de différences est apparue à l’occasion de la Réunion consultative des partis sur le développement économique d’août 2001 qui s’est terminée sur un consensus63.

51Certes, la défaite du KMT aux élections présidentielles de 2000 marque la fin de son hégémonie électorale et a inauguré une nouvelle ère dans la vie politique taiwanaise. A la différence des campagnes électorales conduites dans d’autres nouvelles démocraties, celles de Taiwan donnent lieu à de profonds débats. Les partis ont présenté aux électeurs des plate-formes et des prises de position bien distinctes qui leur ont permis de choisir selon leurs préférences. Malgré quelques changements dans les contenus du débat entre partis à Taiwan, les signes de continuité ont dominé durant les quatre dernières années. Les thèmes électoraux privilégiés dans les années 1990 restent indéniablement à l’ordre du jour depuis 2000. Les violences qui ont suivi la campagne du printemps 2004 ont donné l’impression qu’il y avait une polarisation des partis. Pourtant, notre étude montre que la tendance à la modération et à la convergence des mesures proposées, amorcée durant le milieu des années 1990, s’est poursuivie. Il existe toutefois des limites à la convergence du fait de l’histoire des formations politiques et de leur idéologie qui les empêche de se transformer en partis attrape-tout.

Haut de page

Annexe

Etudes comparatives entre l’ère du KMT et celle du PDP à Taiwan
Editeurs invités pour cette édition spéciale de Perspectives chinoises : Dafydd Fell (SOAS) et Chang Bi-yu (LSE)

Traduit de l’anglais par Blaise Thierrée

Taiwan, petite île au large de la côte orientale de la Chine, peut sembler insignifiante. Pourtant, malgré son peu d’alliés diplomatiques et des ressources naturelles modestes, Taiwan est la seizième économie mondiale, la quatorzième puissance commerciale, et le troisième exportateur en technologies de l’information. En outre, Taiwan a su opérer une transition sans heurts, d’un Etat autoritaire issu de la guerre à un exemple brillant de démocratie asiatique.

Par le passé, la recherche universitaire tendait à voir Taiwan comme un point de référence pour l’étude de la Chine ou du Japon. L’île a donc souvent été négligée. Désormais, cette position périphérique est mise en question. En tant que jeune Etat émergent, ou au moins en tant qu’entité politique de facto, Taiwan s’est efforcé de se construire comme « Etat insulaire » de plein droit.

Même si Taiwan a opéré sa transition vers la démocratie au début des années 1990, le parti nationaliste, le Kuomintang (KMT), autrefois autoritaire, a conservé le pouvoir jusqu’en 2000. La victoire du Parti démocrate progressiste (PDP) en mars 2000 à l’élection présidentielle, marque un tournant dans l’histoire politique de l’île. C’est la fin de cinquante ans de règne du KMT. Depuis lors, le PDP a cherché à construire Taiwan d’une manière totalement différente, à la fois politiquement et culturellement.

Le corpus réduit des travaux universitaires sur Taiwan se concentre sur la période de la colonisation japonaise, la négation de l’histoire et de l’identité locales, le « miracle » économique, et la démocratisation. Aucune publication ne s’est intéressée aux changements brutaux qu’a connus l’île depuis les années 1990, ni n’a comparé les régimes du PDP et du KMT, ou n’a analysé les développements les plus récents. Ce numéro spécial est le premier en son genre et comble un vide. Il comprend six articles qui se penchent sur la question séculaire de la science politique : « les élections importent-elles réellement ? ».  En d’autres termes, est-ce que le paysage social et politique de Taiwan a changé de manière significative après l’alternance au sommet du pouvoir ? En raison des idéologies et des positions contradictoires du KMT et du PDP, beaucoup présument que leurs styles de gouvernement et leurs choix politiques sont totalement différents. Ce recueil d’articles dresse un tableau complexe qui pointe les différences mais aussi des similarités inattendues entre l’avant et l’après 2000.

Les trois premières contributions de cette édition spéciale traitent des questions politiques – les rivalités entre partis, la corruption et les relations entre les deux rives du détroit. Les trois articles suivants sont consacrés aux questions de culture, de médias et de politique linguistique.

Dafydd Fell, politologue, ouvre ce recueil par une analyse de l’évolution des partis depuis 2000. Il montre combien cette date marque un tournant. Il soutient qu’il y a plus de signes de continuité que de changement dans les questions qui se sont posées aux partis ces quatre dernières années, les problèmes les plus saillants des années 1990 demeurant sur l’agenda politique. Il estime que les différences se sont estompées sur un certain nombre de points, en particulier sur la corruption, la protection sociale et l’identité nationale.

Christian Goebel étudie pour sa part les questions d’ordre public telles que la corruption, le crime organisé et l’achat de voix, en comparant les mesures prises par les administrations du KMT et du PDP. Il juge l’action du KMT largement superficielle et sélective, alors que celle du PDP a été plus stricte et efficace. Selon lui, Taiwan s’avance vers un « Etat de droit » à l’occidentale.

Mikael Mattlin estime que les différences entre le PDP et le KMT dans les politiques vis-à-vis de la Chine continentale se sont étonnamment réduites. Les deux partis sont favorables au maintien du statu quo, à l’indépendance de facto de Taiwan, et évitent toute discussion directe sur la politique de la « Chine unique ».

Chang Bi-yu examine dans quelle mesure chaque parti a construit la culture et l’identité taiwanaises depuis la levée de la loi martiale. Son propos se concentre sur la taiwanisation, et compare les politiques culturelles des deux partis. Il estime que la différence réside principalement dans leurs priorités : le KMT insiste sur l’indigénisation, alors que le PDP pousse vers une « dé-sinisation », pour pouvoir trancher le cordon ombilical avec la Chine.

L’article de Ming-yeh et Gary Rawnsley traite des relations entre les médias et la politique. Les médias taiwanais ont connu une transformation spectaculaire depuis 1987 ; la démocratisation a entraîné transparence et responsabilisation. Mais même si le secteur a été largement réformé depuis les années 1990, les questions de la propriété et de la qualité du travail journalistique restent problématiques. Les auteurs concluent que les médias taiwanais ont encore du chemin à parcourir avant d’atteindre la maturité.

Enfin, Henning Kloeter analyse l’évolution du statut de la langue taiwanaise (taiyu). Une attention particulière est portée sur le traitement du taiyu par les agences de planification linguistique sous les ères du KMT et du PDP. On est passé d’une répression systématique à une certaine tolérance. Néanmoins, malgré la récente promotion des langues locales, le mandarin se maintient dans une position dominante et le taiyu continue d’occuper une place marginale dans l’éducation et dans les médias.

Ces six contributions ont été présentées lors de la conférence inaugurale de l’association européenne pour les études taiwanaises qui s’est tenue à la London School of Oriental and African Studies en avril 2004. Ce fut le plus grand rassemblement de spécialistes des études taiwanaises qui ait jamais eu lieu en Europe, attirant plus de 70 participants venus de dix pays. Cette sélection de textes offre un bilan interdisciplinaire d’envergure sur les changements survenus dans l’environnement politique, social et culturel du Taiwan contemporain.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Edward Friedman, « Paranoia, Polarization, and Suicide: Interpreting Taiwan’s 2004 Presidential Election », SOAS Taiwan Studies Working Papers Series, disponible sur le site www.soas.ac.uk/taiwanstudies.
2 Dans la vie politique taiwanaise, le soutien à l’indépendance et à l’identité taiwanaises est classé à gauche, tandis que le nationalisme chinois et le soutien à l’unification avec la Chine sont classés à droite.
3 Les chiffres exacts étaient 50,11 % pour Chen Shui-bian (PDP) et 49,89 % pour Lien Chan, (KMT). Voir Zhongguo shibao (China Times), 21 mars 2004, A1.
4 Pan-Bleu désigne le KMT et ses partis scissionnistes, le NP et le PFP, tandis que Pan-Vert s’applique au groupe PDP et TSU.
5 Voir l’étude du Centre d’enquêtes TVBS, disponible sur le site http://www.tvbs.com.tw, consulté le 4 août 2004.
6 Voir l’étude du Centre d’enquêtes TVBS.
7 Voir l’étude du Centre d’enquêtes TVBS.
8 Les années électorales concernées sont 1991 : Assemblée nationale, 1992 : législatives, 1993 : gouvernements locaux, 1994 : gouverneur provincial & gouvernements locaux, 1995 : législatives, 1996 : présidentielle et Assemblée nationale, 1997 : gouvernements locaux, 1998 : législatives et gouvernements locaux, 2000 : présidentielle, 2001 : législatives et gouvernements locaux, 2004 : présidentielle.
9 Les messages officiels sont ceux produits ou financés par le bureau central du parti et, dans le cas des élections présidentielles, par le bureau de campagne du candidat. Cette étude n’a pas pris en compte les messages de source anonyme ni ceux placés par les candidats eux-mêmes ou par leurs groupes de soutien. On peut comparer les statistiques de cette étude avec celles d’une précédente qui incluait dans ses résultats globaux les messages anonymes, officiels, personnels, et de groupes de soutien. Voir Dafydd Fell, « Party Change in Taiwan’s 1990s Elections », Issues and Studies, 38, n° 2, 2002, pp. 81-94.
10 Voir Ian Budge, Hans Dieter Klingemann, Andrea Volkens, Judith Bara et Eric Tanenbaum, Mapping Policy Preferences: Estimates for Parties, Electors, and Governments 1945-1998, Oxford, Oxford University Press, 2001.
11 Voir le message du manifeste du KMT, China Times, 11 mars, A11.
12 La catégorie « indépendance absolue » recouvre différentes dimensions telles que la demande de l’indépendance, d’une République de Taiwan, d’une nouvelle Constitution ou d’une Clause d’Indépendance ; la catégorie « indépendance modérée » regroupe l’opposition à l’unification et la promotion de l’autodétermination pour Taiwan.
13 Dafydd Fell, op. cit.
14 « 11th National Public Opinion Survey: Party Image », étude non publiée du Département de recherches statistiques du PDP, 1999, 4.
15 Voir par exemple le message du KMT publié dans le Lianhe bao (United Daily News), 21 novembre 1994, p. 25. On y voit la photo d’un camion de campagne du PDP pris dans une émeute et la légende s’en prend à ce parti accusé d’inciter à la violence. En même temps, de nombreux messages du KMT des années 1990 rappelaient aux électeurs l’affaire du politicien PDP de Pingtung condamné à mort pour trafic de stupéfiants. Voir le Ziyou shibao (Liberty Times), 11 novembre 1997.
16 Voir Liu Tsung-wei, « Ideology, Strategy, and Party Change in Taiwan from 1989 to 1998 », communication faite au septième colloque de l’Association des sciences politiques de Taiwan, Kaoshiung, décembre 2000. L’étude de Liu Tsung-wei utilise également une version révisée de l’encodage du Groupe de recherche Manifeste.
17 China Times, 5 novembre 1993, p. 2.
18 Minzhong ribao (Commons Daily), 10 mars 2000, p. 4.
19 Voir China Times, 28 octobre 1993, p. 2.
20 Voir China Times, 25 novembre 1994, pp. 1-2.
21 Apollo Chen, entretienavec l’auteur, Taipei, 28 septembre 2001.
22 La TSU et le PFP ayant tous deux ignoré la question de la protection sociale dans leur campagne électorale de 2001, les données correspondantes ne sont pas inclues dans le graphique 9.
24 Voir China Times, 1er mars 2004, A11.
25 Voir le tableau 3.
26 John Hsieh et Emerson Niou, « Issues in Taiwan’s Electoral Politics », communication au colloque de l’Association américaine des sciences politiques, New York, septembre 1994, p. 2.
27 La TSU et le PFP ayant tous deux ignoré la corruption de la classe politique dans leur campagne électorale de 2001, les données correspondantes ne figurent pas dans le graphique 10.
28 Les enquêtes d’opinion des années 1990 montrent que le motif le plus répandu pour le rejet du KMT par les électeurs était sa réputation de corruption. Voir « 11th National Public Opinion Survey: Party Image », du Département de recherches statistiques du PDP, pp. 4-5.
29 Ancien responsable de la propagande du KMT, interrogé par l’auteur, Taipei, 10 octobre 2001.
30 Les enquêtes du PDP à la fin des années 1990 montrent que l’une des raisons fondamentales de l’intérêt des électeurs pour le NP et le PDP étaient leur perception de ces partis comme intègres. Voir « 11th National Public Opinion Survey: Party Image », du Département de recherches statistiques du PDP, pp. 4-5.
31 China Times, 19 mars 2004, p. A9.
32 Voir China Times, 18 mars 2004, p. A11.
33 China Times, 11 mars 2004, p. A10.
34 Dans un message électoral télévisé du KMT, en 2000, Lien Chan a promis de mettre fin à l’implication du KMT dans des affaires à buts lucratifs.
35 John Hsieh and Emerson Niou, « Salient Issues in Taiwan’s Electoral Politics », Electoral Studies 15, 1996, pp. 219-35.
36 Pour plus de détails, voir le site du Conseil des affaires continentales www.mac.gov.tw.
37 Voir le message du KMT dans le China Times, 30 novembre 1995, p. 1. Il est arrivé que les messages du KMT ajoutent le NP à cette équation électorale.
38 A-bian est le surnom de Chen Shui-bian.
39 Cette suggestion a été faite par Huang Hui-chen, ancien chef de la propagande du KMT interrogé par l’auteur, Taipei, 26 septembre 2001.
40 La variante du NP était « Un pays, trois systèmes ».
41 Voir Taipei Times, 5 janvier 2001, p. 1.
42 Chen Hung-chi, interrogé par l’auteur, Taipei, 7 septembre 2001.
43 Chang Jung-kung, interrogé par l’auteur, Taipei, 25 octobre 2001.
44 Dafydd Fell, Party Politics in Taiwan, Londres, Routledge, à paraître.
45 Voir par exemple le slogan de Chang Chun-hung du PDP : « Dénonçons la famille traître à Taiwan de Lee Huan » (Lee est un ancien Premier ministre KMT), Liberty Times, 9 décembre 1992, 6.
46 Voir China Times, 10 novembre 1993, p. 1.
47 Voir United Daily News, 1er décembre 1994, p. 1.
48 Voir United Daily News, 9 mars 2000, p. 16.
49 Peter Moody, « Recovering the Mainland: The Change in Direction of the KMT Since 2000 », communication au colloque de l’Association américaine des sciences politiques, Boston, septembre 2002.
50 Lin Yu-hsiang, entretien avec l’auteur à Taipei, le 4 octobre 2001.
51 China Times, 15 mars 2004, p. A5.
52 Hong Yu-chin déclenche une tempête en proposant le nom de KMT de Taiwan. Voir China Times, 8 avril 2004.
53 Evénement-clé de la campagne de 2004 du PDP, il s’agissait d’une chaîne humaine allant de l’extrémité nord à l’extrémité sud de Taiwan pour faire montre de solidarité face à la menace du Continent d’envoyer des missiles.
54 China Times, 4 mars 2004, p. A1.
55 China Times, 20 décembre 1991, p. 1.
56 John Hsieh, Dean Lacy et Emerson Niou, « Economic Voting in the 1994 Taiwan Elections », American Asian Review, 1996.
57 United Daily News, 16 mars 2000, p. 27.
60 China Times, 23 novembre 2001, p. 16.
62 China Times, 1er mars 2004, p. A11.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dafydd Fell, « Le débat politique entre partis à Taiwan depuis les années 1990 », Perspectives chinoises [En ligne], 85 | septembre-octobre 2004, mis en ligne le 24 janvier 2008, consulté le 28 février 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/720

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page