Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Lu Xun, Nouvelles et poèmes en prose, édition de Sebastian Veg,

Paris, Éditions Rue d’Ulm, collection « Versions françaises », 2015, 664 p.
Yinde Zhang
p. 73-74

Texte intégral

1David Damrosch accorde une importance particulière à la traduction dans sa définition de la littérature mondiale, qu’il identifie non pas à un canon établi de textes, mais à un mode de lecture relatif à la « réfraction elliptique des littératures nationales ». La traduction est appelée à jouer un rôle accru dans un contexte où l’intégration de la littérature chinoise à la littérature mondiale se fait encore attendre. Le volume traduit et établi par les soins de Sebastian Veg est d’autant plus à saluer, à cet égard, que les traductions en français de Lu Xun (1881-1936), figure emblématique de la littérature chinoise du XXe siècle, sans dater d’hier, pâtissent d’éparpillement, d’inaccessibilité ou de déformations idéologiques.

2  Le livre, agrémenté de papiers bible et d’un format carré très maniable, a la singularité formelle de rassembler en un seul volume les trois recueils de Lu Xun : Cris (Nahan, 1923), Errances (Panghuang, 1926) et Mauvaises herbes (Yecao, 1927). Sebastian Veg justifie cette composition inédite par la cohérence d’un corpus intrinsèque à l’ensemble de l’œuvre de l’écrivain : ces nouvelles et poèmes en prose se distinguent des essais journalistiques et polémiques qui monopolisent ses activités ultérieures, mais aussi d’autres genres littéraires qu’il pratiquait, comme le conte ou le souvenir autobiographique (p. 9). Ce volume reprend les traductions de nouvelles, publiées en 2004 et 2010, mais épuisées dans leur édition papier, en y adjoignant le recueil de 23 poèmes en prose nouvellement traduits. Le tout est intégré dans une édition savante, dotée d’un appareil critique substantiel : notes détaillées, « notices » proposant un commentaire de chacun des textes, ainsi qu’une longue postface consacrée essentiellement à Mauvaises herbes. Spécialiste de la littérature, l’histoire intellectuelle et les débats politiques chinois du XXe siècle, Sebastian Veg instille dans ce travail magistral sa connaissance approfondie et extensive de l’œuvre de Lu Xun, qu’il réussit à éclairer dans ses différents aspects, discursifs, symboliques et contextuels.

3 C’est la qualité de la traduction dont on tiendra compte en premier lieu. Sebastian Veg persévère dans une « traduction littéraliste », commandée selon lui par l’idiolecte de Lu Xun. Il s’agit en effet d’un chinois moderne « en pleine élaboration » juxtaposant le lexique du chinois classique (wenyan) et celui du langage parlé (baihua), et marqué par une grammaire européanisée. L’« aspérité lexicale et syntaxique » est constitutive, pour le traducteur, de cette « nouvelle langue » que Lu Xun a inventée et qu’il convient de préserver (p. 11). Ce parti pris ne laisse pas indifférent (on peut se référer à ce sujet aux discussions engagées dans Perspectives chinoises entre Isabelle Rabut, Noël Dutrait et le traducteur lui-même). La nécessité de la « fidélité à la lettre du texte », que le traducteur réitère (p. 10), renvoie dans une certaine mesure à la mise à l’épreuve de l’étranger, chère à Antoine Berman, voire à Lu Xun lui-même, sans pour autant minimiser les contraintes de la langue d’accueil. Dans un souci constant qui consiste à concilier le style d’origine et la lisibilité, la nouvelle édition s’avère marquée par une plus grande exigence, à travers, notamment pour les deux recueils de nouvelles, une version révisée, désormais épurée, non pas des aspérités originelles, mais des « coquilles, erreurs ou lourdeurs de traduction » ponctuelles (p. 9). La rigueur et la précision se confirment dans Mauvaises herbes, dont la traduction se voulait un hommage rendu au regretté Pierre Ryckmans (1935-2014), ayant traduit jadis ces textes magnifiques sous le nom de La Mauvaise Herbe, depuis longtemps épuisée. Traduire après le grand sinologue belge constitue certes une gageure. Le défi que Sebastian Veg a su relever avec brio consiste moins dans le désir de s’en démarquer que dans l’effort de restituer un style, voire un genre, hétérogène, dans la mesure où dans ces « poèmes en prose » (sanwen shi) se juxtaposent des proses rythmées, un poème populaire, un drame poétique, sans compter la mixture d’expressions archaïques ou religieuses, de métaphores étranges et de lexique quotidien. La version rend palpable la coprésence du lyrisme et du prosaïsme. Ainsi « Mon chagrin d’amour » (Wo de shilian), poème parodique écrit sur le mode du poème populaire et railleur de l’époque Tang, a-t-il été rendu en vers libres mais rimés en adéquation avec la lettre et l’esprit du texte original. Les images récurrentes, telles que feu, glace, ténèbres, sont maintenues dans les mots identiques à travers des contextes différents. En revanche, le traitement syntaxique paraît enclin à plus de négociation, d’autant qu’il est malaisé de montrer en traduction les tournures spécifiques lorsqu’elles proviennent de l’étranger. Les inversions qu’affectionne Lu Xun pour des raisons poétiques se trouvent ainsi inéluctablement « normalisées » : la postposition du circonstanciel, typiquement européenne et inhabituelle en chinois, a dû retrouver sa place normale en français : 但我總記得見過一篇好的故事,在昏沉的夜 « Mais je me souviens que j’ai vu cette belle histoire, au milieu de la nuit trouble » (p. 533) ou 有我所不樂意的,在天堂裡,我不願去 « Il y a quelque chose qui me déplaît au paradis, je ne veux pas y aller » (p. 514). L’import-export de la traduction conduit à modifier les propositions de la fidélité pour la transformer en agent double.

4 La traduction, dictée par le double respect de la langue de départ et de celle d’arrivée, implique en réalité la subjectivité du traducteur, opérant dans l’interdépendance de la traduction et de l’interprétation. Le déchiffrage textuel scrupuleux, sous-jacent à la traduction, se prolonge dans le dispositif critique qui cristallise les soucis philologiques et herméneutiques. Le choix du pluriel pour le titre de Mauvaises herbes, distinct du singulier adopté par Pierre Ryckmans, s’explique, comme le suggère Sebastian Veg, par le fait que chaque texte du recueil peut être lu comme une « mauvaise herbe » (p. 9). L’appréhension des textes par leur individualité est ainsi systématique, chacun d’eux donnant lieu à un commentaire qui renseigne avec précision sur leur datation, genèse, variation éditoriale. Ces exégèses, qui apportent des éclaircissements indispensables sur les références obscures ou les allusions métaphoriques, convoquent parallèlement des lectures réticulaires et intertextuelles, qui font ressortir une logique créative tissée de jeux d’échos, de résonances ou d’obsessions. L’interprétation qu’en fournit Sebastian Veg prend en compte la hauteur des enjeux contemporains, à travers une série de problématiques, telles que la démocratie, les relations entre littérature et politique, ou l’autonomie de l’écrivain, contribuant à renouveler les champs de réflexion sur un écrivain victime d’une canonisation instrumentalisée. Les commentaires mobilisent d’ailleurs une littérature critique abondante : Leo Ou-fan Lee, Wang Hui, ou plus récemment, Eva Shan Chou, Gloria Davies, Nicholas A. Kaldis, pour ne citer que quelques-uns des auteurs d’éminents travaux sur Lu Xun. Mais la démarche interprétative de Sebastian Veg repose avant tout sur cette investigation textuelle, qui étaie son approche multiple, politique, psychologique et esthétique. C’est ainsi que les réflexions sur la posture complexe de Lu Xun, telles qu’elles ont été développées dans la postface, dégagent toute leur force démonstrative à partir des analyses lumineuses sur les réseaux signifiants de feu/glace, ténèbres/lumières, enfer/paradis… L’image du poète qui choisit d’« errer au milieu de nulle part » (« Les adieux de l’ombre », p. 514), prend un contour explicite grâce à ce double effet traductif et interprétatif. L’éthos de l’écrivain insoumis reçoit dès lors un éclairage réactualisé et inspirateur car, à en croire Chan Koonchung, auteur des Années fastes, faisant précisément référence à Lu Xun, en Chine, dans un futur déjà antérieur, on se voit octroyer le bonheur de vivre entre le bon enfer et le faux paradis, dans le meilleur des mondes impossibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yinde Zhang, « Lu Xun, Nouvelles et poèmes en prose, édition de Sebastian Veg, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/3 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7192

Haut de page

Auteur

Yinde Zhang

Yinde Zhang est professeur d’études chinoises à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (yzhang@cefc.com.hk).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page