Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Nicole Constable, Born out of Place: Migrant Mothers and the Politics of International Labor,

Hong Kong, Hong Kong University Press, 2014, 260 p.
Siumi Maria Tam
Traduction de Clara Sinou
p. 71-73

Texte intégral

1Ce livre est un ajout récent aux nombreuses recherches qu'a menées Nicole Constable sur les femmes migrantes qui travaillent en tant qu'employées domestiques étrangères (foreign domestic workers, FDWs) à Hong Kong. Comme dans ses publications précédentes, ce livre contient des données ethnographiques riches et constitue également un appel à l'empathie à l'égard de la situation des travailleuses migrantes d'Asie du Sud-Est. Mais contrairement aux autres ouvrages, ce livre se concentre sur les difficultés particulières des mères, tombées enceintes et ayant accouché à Hong Kong. En entrecroisant observations ethnographiques et arguments théoriques, le livre contient des informations détaillées sur les difficultés que rencontrent les mères et leurs enfants, sur les choix qui s'offrent à elles, sur les différentes voies dans lesquelles elles s'engagent, et sur le rôle des pères et des institutions sociales dans la formation de ces choix. Ces éléments constituent un plaidoyer convaincant pour que le travail international des migrants ne soit pas tant considéré comme un choix individuel des femmes, mais plutôt comme la co-production de facteurs personnels, familiaux, institutionnels et globaux. 

2Le livre est divisé en huit chapitres. Dans le premier chapitre, « A Very Tiny Problem », Nicole Constable expose les grandes lignes du système constitué par les principaux acteurs du monde des FDWs, et en particulier la manière dont les politiques gouvernementales ont construit un cadre qui enferme littéralement les femmes travailleuses migrantes, que ce soit physiquement, socialement, culturellement, ou même émotionnellement. Les problèmes qui en résultent sont parfois temporaires, mais quand il y a un enfant en jeu, la situation se complique et perdure. Même si dans la société, les femmes travailleuses migrantes et leurs problèmes peuvent être considérés comme une question relevant des droits de l’homme et ainsi attirer l'attention des ONG et la sympathie des personnes les plus progressistes, les grossesses des FDWs – et leurs enfants – sont souvent rejetées, banalisées, et largement ignorées. Cela est peut-être dû en partie au faible nombre d'enfants concerné, mais cela s'explique surtout par la mentalité selon laquelle le sexe est avant tout un problème individuel et moral. Si les mères célibataires migrantes sont considérées comme « adultères, prostituées » ou « de mauvaises filles » (p. 10), elles ne seront pas prises en pitié. À cela s'ajoute le fait que les migrants sont en général considérés comme pauvres, indésirables, mais aussi impuissants et facilement victimisés. Ces stéréotypes des FDWs ne se limitent d'ailleurs pas à leurs employeurs, mais existent parmi la plupart des acteurs du réseau des migrations transnationales. Cela inclut par exemple le personnel des agences de placement, les représentants des services d'immigration et des tribunaux, et ironiquement, également les travailleurs sociaux des ONG et les FDWs elles-mêmes. Les actions combinées et l'intersubjectivité de ce réseau reposent clairement sur un rapport de classe, et le chapitre met en avant de manière succincte la complexité avec laquelle cette relation de classe est entremêlée avec l’ethnicité, le genre, les devoirs familiaux, ainsi qu'avec la sexualité des femmes.

3Le chapitre 2 passe en revue la littérature académique sur les employés domestiques migrants, en les divisant en deux grandes catégories : la première met l'accent sur le côté négatif des choses – exploitation, abus et oppression dans le cadre du capitalisme mondial – tandis que l'autre considère les migrations comme une ressource, en observant qu'elles amènent de nouvelles organisations, de nouveaux plaisirs et désirs, etc. (p. 23). Nicole Constable affirme que lorsqu'un universitaire étudie un problème aussi complexe que les migrations internationales du travail, l'approche ne devrait pas être de type « soit l'un, soit l'autre ». Elle pense qu'il faudrait plutôt prendre une position inclusive, en examinant à la fois les contraintes structurelles et la créativité personnelle qui sont impliquées dans ce processus. Elle décrit son approche théorique et méthodologique comme de l'anthropologie engagée avec une position de « micro-activisme féministe et ethnographique ». 

4En suivant cette ligne directrice, le chapitre 3 traite des difficultés auxquelles sont confrontées les migrantes, d'une part en tant qu'employées domestiques, et d'autre part en tant que mères, épouses, et filles. Ces différents rôles des FDWs – qui sont parfois complémentaires, parfois en lien de causalité, mais aussi par moments contradictoires – sont formés et produits par les contrats renouvelables de deux ans sur la base desquels les visas des FDWs sont accordés. S’y ajoutent « les politiques et les pratiques liées à l'emploi, les prix excessifs pratiqués par les agences de placement, la règle des deux semaines et l'obligation de vivre chez l'employeur » (p. 21), imposées aux FDWs en raison des conditions de travail qui ont cours dans la société hongkongaise. En même temps, elles sont toujours soumises aux attentes morales, émotionnelles et socio-économiques qui les relient à leurs pays d'origine. Nicole Constable qualifie ces tensions paradoxales et imbriquées de « tensions de genre de la modernité » (p. 56), une expression qu’elle emprunte à Rachel Silvey (Indonesia, n° 87, 2009, p. 54). Le fait que la moralité et la sexualité féminine soient des symboles de l'honneur familial et national, et par là facteurs de restrictions sociales et culturelles, a été un objet de débats dans la littérature féministe. C'est dans ce contexte que l’auteure inscrit son analyse du dilemme des FDWs et affirme que les religions dominantes dans leurs pays d'origine – l'islam pour les Indonésiennes, et le catholicisme romain pour les Philippines – ont contribué à renforcer ces restrictions.

5Dans les chapitres 4 et 5, le débat est élargi à deux sujets qui se recoupent : le rôle des hommes qui sont les pères des enfants (chapitre 4) et le sexe et la place des enfants dans les vies des migrantes (chapitre 5). En s'interrogeant sur les raisons, qui peuvent sembler évidentes, pour lesquelles les FDWs engagent des relations intimes avec les hommes et tombent enceintes, alors même que les réglementations des employeurs sont très contraignantes, Nicole Constable montre comment le manque d'information sur la contraception, une mentalité patriarcale qui consiste à vouloir répondre aux besoins des hommes, un faible sens de la responsabilité des hommes, et une forme de résignation à la chance ou à la volonté de Dieu sont tous des éléments qui contribuent à ces grossesses non voulues et aux problèmes qui en résultent, et que les femmes doivent affronter seules. Indépendamment des manques multiples dans les vies des migrantes, ces relations offrent paradoxalement un « espoir de famille et de sécurité dans un monde précaire » (p. 22).

6En gardant à l'esprit ces paradoxes, Nicole Constable décrit ensuite la diversité des situations dans lesquelles se trouvent les mères célibataires FDW. Le chapitre 6 raconte l'histoire d'un groupe relativement « privilégié » : les femmes qui se sont mariées avec des hommes du pays dans lequel elles se trouvent et dont les enfants ont le statut de citoyen, et les femmes qui ont pu conserver leur contrat pendant et après la grossesse. Le chapitre 7, en revanche, décrit les parcours de celles qui sont considérées comme moins chanceuses – les demandeuses d'asile et les personnes qui sont restées sur le territoire après l'expiration de leurs visas, qui vivent dans la peur constante d'être renvoyées chez elles, et qui sont donc souvent malheureuses, vulnérables et même parfois dans un état de détresse psychologique. Sous la plume empathique de l’auteure, les histoires de ces femmes et de leurs enfants peuvent émouvoir le lecteur. 

7Le chapitre 8 examine les possibilités de retour au pays. C'est la réputation de la femme et de sa famille parmi leurs voisins qui est en jeu et même si la solidarité familiale aide au début à atténuer le choc du retour, la pauvreté et le manque d'opportunités dans le pays d'origine font que les choses se finissent souvent mal. Nicole Constable explique le cheminement qui lui a permis de comprendre les raisons pour lesquelles les mères célibataires préfèrent rester à Hong Kong. Une femme qui a choisi l'émigration, que ce soit pour s'acquitter de son devoir envers sa famille en tant que fille, épouse ou mère, ou pour obtenir une certaine liberté et profiter d'une métropole comme Hong Kong, entre dans ce que l’auteure appelle le « cycle migratoire de rédemption » (p. 230) et elle le fait souvent à plusieurs reprises (p. 231).

8Bien que ce livre fournisse des données ethnographiques riches ainsi que des histoires et récits personnels intéressants, il apporterait davantage à l'anthropologie de la mondialisation s'il proposait une discussion théorique plus systématique, par exemple sur la manière dont les expériences vécues par les migrantes sont liées aux rapports de classe et à l'origine ethnique. Et bien que l'on apprécie l'empathie de Constable en tant qu'activiste et anthropologue engagée dans la sphère publique, le lecteur pourrait trouver le langage parfois condescendant. Néanmoins, le livre est bien écrit et constitue une excellente contribution à la littérature consacrée aux migrations de travail des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Siumi Maria Tam, « Nicole Constable, Born out of Place: Migrant Mothers and the Politics of International Labor, », Perspectives chinoises, 2015/3 | 2015, 71-73.

Référence électronique

Siumi Maria Tam, « Nicole Constable, Born out of Place: Migrant Mothers and the Politics of International Labor, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/3 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7189

Haut de page

Auteur

Siumi Maria Tam

Siumi Maria Tam est maître de conférences au département d’anthropologie de la Chinese University of Hong Kong (siumitam@cuhk.edu.hk).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org