Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Michael Dillon, Xinjiang-China’s Muslim Far North West

Londres, New York, RoutledgeCurzon, 2004, 201 p.
Rémi Castets

Texte intégral

1Couplée à un processus massif de colonisation démographique et au projet de développement économique du Grand Ouest (xibu dakaifa), la stabilisation de la région autonome des Ouïghours du Xinjiang est un objectif majeur de la politique sécuritaire chinoise. Pourtant, les tenants et les aboutissants de ce problème épineux pour Pékin restent largement méconnus, en raison notamment du manque d’études sur la question. Michael Dillon qui a effectué plusieurs séjours dans le nord-ouest de la Chine et dans la diaspora ouïghoure a l’immense mérite de venir enrichir un corpus fragmentaire d’études sur cette région négligée. De fait, le principal intérêt de Xinjiang-China’s Muslim Far North West est de brosser une histoire politique concise (201 pages) mais complète du Xinjiang au XXe siècle.

2Dans une première partie destinée avant tout aux non spécialistes, l’auteur présente dans ses grandes lignes l’histoire de cette région instable et met en lumière les spécificités culturelles, religieuses, politiques et socio-économiques de cette marge centrasiatique à dominante turcophone musulmane. Dans la deuxième partie, il récapitule via les communiqués des autorités chinoises et les informations délivrées par la diaspora les troubles politiques qui ont secoué la région depuis 1949 (ch. 6 et 10) : insurrections, mouvements étudiants, actions violentes… Il analyse aussi la réaction de Pékin à ces derniers (ch. 7) ; notamment la campagne Yanda (« Frapper Fort ») et ses corollaires (ch. 9).

3Enfin, dans une troisième partie, Michael Dillon étudie la dimension internationale de la politique chinoise de stabilisation de la région. Il revient notamment sur l’habile diplomatie qui a permis à Pékin d’isoler la mouvance séparatiste ouïghoure en se rapprochant des pays susceptibles de la soutenir passivement ou activement (Républiques turcophones d’Asie centrale1, Iran, Turquie) (ch. 11 et 12). L’auteur analyse par ailleurs l’instrumentalisation du contexte post-2001 par la Chine pour justifier la répression de toute forme de contestation au Xinjiang (ch. 13). Même s’il décrit d’une façon intéressante ce processus, on peut néanmoins lui reprocher de ne pas étudier ce qui est directement visé par les efforts de la diplomatie chinoise : les réseaux militants de la diaspora ouïghoure, réseaux qui, en raison de la répression au Xinjiang, tendent à acquérir un poids politique croissant.

4Version enrichie de l’article « Xinjiang : Ethnicity, Separatism and Control in Chinese Central Asia »2, Xinjiang-China’s Muslim Far Northwest est un ouvrage de synthèse qui s’appuie sur une documentation importante : presse occidentale et chinoise, publications officielles chinoises, travaux académiques occidentaux et chinois et, dans une moindre mesure, données et entretiens sur place ou diffusés par la mouvance militante ouïghoure réfugiée à l’étranger. Nombre des informations citées sont issues de sources ayant un fort parti pris. L’auteur, conscient de leur manque d’objectivité, voire parfois de fiabilité, tente de trouver un juste milieu parfois introuvable quand certains faits sont totalement distordus, niés ou inventés. Passant sous silence des phénomènes que seul un travail de terrain peut révéler, l’ouvrage donne parfois l’impression de n’étudier que la « partie émergée de l’iceberg ». Il aurait fallu compléter cet important travail de synthèse par plus d’enquêtes, mais il est difficile d’en tenir rigueur à Michael Dillon compte tenu de la quasi-impossibilité de conduire ce type de travail dans la Région autonome des Ouïghours du Xinjiang.   

5Cependant, l’excellente connaissance du monde musulman de l’auteur et la rigueur de son analyse permettent à l’ouvrage de dépasser ces faiblesses. En définitive, Xinjiang-China’s Muslim Far North West constitue une bonne synthèse pour celui qui désire découvrir l’histoire politique contemporaine des marges turcophones musulmanes de la Chine. La masse des sources écrites mobilisées en fait par ailleurs un référent utile pour le spécialiste.

Haut de page

Notes

1 Comme le souligne l’auteur, la Chine a mené une politique extérieure active s’inscrivant d’abord dans un cadre bilatéral puis parallèlement dans un cadre multilatéral suite à la mise en place, à son initiative, du Groupe des Cinq de Shanghai, rebaptisé Organisation de la Coopération de Shanghai en 2001. Moyennant un développement de la coopération économique et militaire avec ces pays, elle a pu de concert avec la Russie projeter sa puissance dans une zone riche en hydrocarbures, occupant une position centrale sur les axes de transports terrestres vers l’Europe et le Moyen-Orient.
2 Publié en 1995 par l’Université de Durham.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Castets, « Michael Dillon, Xinjiang-China’s Muslim Far North West », Perspectives chinoises [En ligne], 89 | Mai-juin 2005, mis en ligne le 16 mars 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/718

Haut de page

Auteur

Rémi Castets

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org