Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Victore Nee et Sonja Opper, Capitalism from Below. Markets and Institutional Change in China,

Cambridge, MA, et Londres, Harvard University Press, 2012, 431 p.
Bernard Ganne
p. 67-69

Texte intégral

1L’ouvrage de Victor Nee et Sonja Opper est un livre important. Considérant que les approches de l’économie chinoise et de sa transition vers le privé restent très profondément marquées par un système d’analyse centré sur la prééminence du rôle de l’État et de la façon dont ce dernier orchestre le développement, il entend explorer une autre face de cette expansion, celle de l’économie privée qui s’est constitué « à partir du bas ». Quelles ont été les voies de la mise en place de ce secteur privé ? Comment les entrepreneurs ont-ils pu surmonter les barrières résultant de l’organisation socialiste centrée sur l’État ? Quelles institutions ont permis aux acteurs économiques privés de coopérer et concurrencer au cours de la phase de transition le secteur étatique dominant des firmes publiques ? Tel est l’objet du chapitre 1. La théorie économique standard, qui privilégie les régulations descendantes, s’intéresse peu au fait que les acteurs économiques, et notamment les entrepreneurs, créent – au travers même de leurs actions et progressivement – leurs propres normes de fonctionnement et leurs propres cadres institutionnels. Il convient donc de reprendre le problème à la base et dans l’autre sens – c‘est-à-dire à partir des comportements des entrepreneurs et non des normes édictées par les institutions étatiques centrales – afin de mieux voir les régulations latentes et normes cachées qui ont marqué en Chine la construction du secteur privé (chapitre 2).

2Tout le travail des auteurs a consisté à observer ce phénomène au plus près du terrain. Sur une zone décrite comme l’épicentre du « capitalisme par le bas » – la région du delta du Yangtsé où le développement d’entreprises privées a été particulièrement important – Victor Nee et Sonja Opper ont mis en place un très important dispositif d’enquête s’adressant aux entrepreneurs. Plus de 700 entreprises privées de plus de trois ans d’âge ont fait l’objet d’enquêtes en 2006 et en 2009, via un questionnaire économique, social et relationnel très complet. En résultent 84 pages mises en annexe de l’ouvrage, qui visent à voir comment émergent de fait, au travers des diverses prises de décision des entrepreneurs et de leurs attitudes à l’égard de la finance, des autres entrepreneurs, du travail, du personnel et des divers acteurs politiques locaux ou nationaux, etc., de nouvelles normes de comportement, tant informelles qu’institutionnelles, et ce, à coté, ou même en regard, des dispositifs officiels (chapitre 3). Complétées d’entretiens qualitatifs, les enquêtes ont été réalisées via le Market Survey Institute de l’Académie des Sciences de Shanghai. Elles ont concerné des entreprises localisées dans sept villes : Shanghai, trois villes du Jiangsu (Changzhou, Nanjing et Nantong) et trois villes du Zhejiang (Hangzhou, Ningbo et Wenzhou).

3Focalisé tout d’abord sur le parcours des entrepreneurs et sur l’histoire de la création de leur propre entreprise, le chapitre 4 montre combien ces nouveaux acteurs privés ont été peu aidés au début par tout l’appareil politico-économique d’État : ils se sont en fait débrouillés seuls en improvisant sur le tas « d’informels arrangements innovants » (« innovative informal arrangements », p. 107), mobilisant des petits groupes liés par des conceptions identiques de la finance, du business, etc., donc poussés par des valeurs et normes propres leur permettant de survivre et d’exister à l’extérieur du système dominant des entreprises d’État. Après avoir été un temps considérés comme quelque peu « déviants »(« once stigmatized deviators », p. 108), ces entrepreneurs ont pu voir ensuite – du fait de leur réussite – leurs pratiques reconnues et leurs nouvelles formes d’organisation institutionnelles adoptées. Il convient cependant de noter que de tels comportements se sont exercés avec une grande prudence consistant à ne pas heurter de front les « règles du jeu » (« rules of the game », p. 131) du mode de production socialiste qui prévaut. Le chapitre 5 (« Legitimacy and institutional change ») montre ainsi le subtil jeu opéré dans la pratique par maintes entreprises, adoptant à la lettre, mais de façon parfois purement formelle, les règles d’organisation édictées officiellement, quitte à ne pas s’attacher à leur donner de réel contenu, voire en les détournant de leur but affiché pour mieux en profiter.

4Ce sont les clusters industriels – et notamment ceux du Zhejiang – qui, en se constituant autour d’un nombre conséquent d’entrepreneurs privés, ont de fait contribué à faire reconnaître ces nouvelles pratiques (chapitre 6). Réunissant sur un même territoire autour de productions spécialisées des entrepreneurs devant faire face aux mêmes contraintes et dotés de perspectives identiques, ces clusters ont permis de rôder d’autres modes de production et de vente, via la multiplication en leur sein de relations industrielles et commerciales inter-entreprises, d’échanges d’information et de formes d’entraide en tout genre y compris financières. Ces clusters ont été marqués par l’inauguration d’un autre système de coopération/concurrence et la mise en place d’autres institutions au service des entreprises, un peu à la façon des districts industriels italiens (chapitre 8).

5Continuant à jouer de prudence, c’est surtout au niveau de l’emploi et du marché du travail que les entreprises privées se sont révélées les plus conformistes. Bien qu’elles aient bénéficié de réseaux de recrutements spécifiques, elles ont surtout veillé à adopter, voire à copier, les politiques de recrutement et de gestion usitées dans les grandes entreprises d’État, avec toujours le souci de se conformer aux grandes orientations officielles incitant les entreprises à développer des politiques de haute valeur ajoutée dans les recrutements professionnels (chapitre 7).

6Cet ouvrage montre aussi que les rapports entre secteur public et secteur privé, Parti communiste et entrepreneurs, sont en fait plus complexes qu’il n’y paraît et que, si de nouveaux liens ont certes été tissés, il n’y a pas pour autant de « capitalisme rouge » régulé par la sphère politique. Les entrepreneurs ont certes intérêt à se rapprocher des autorités politiques pour conclure des « arrangements institutionnels » (« institutional arrangements », p. 225) leur étant favorables, avoir accès aux prêts, conclure des marchés, obtenir des terrains, etc. Mais les observations opérées dans les villes du delta du Yangtsémontrent que la mobilisation de ce capital politique ne paraît pas avoir d’effet concluant sur la profitabilité. C’est en fait en s’organisant pour répondre à la concurrence grandissante, nationale, voire mondiale, que les entreprises privées ont appris à construire et imposer dans la pratique leurs propres systèmes de fonctionnement. Les élites politiques ne sont intervenues qu’après, pour légitimer ces dynamiques à l‘œuvre, apprenant, de façon très pragmatique, à profiter autrement de la formidable croissance impulsée par le secteur privé, ne serait-ce qu’en transformant ces gains de productivité en revenus taxables et en institutionnalisant les avancées concrètes ou innovations ainsi opérées. Le marché a ainsi contribué à « découpler » (« to decouple », p. 258)les nouveaux entrepreneurs de l’ancien système de régulation centralisé, appelant à de nouveaux équilibres (chapitre 9).

7Que conclure de cette série d’observations approfondies ? À l’opposé des approches restant polarisées sur le rôle central de l’État dans les transformations économiques et institutionnelles qui s’opèrent en Chine, on ne peut que remarquer que les entrepreneurs privés ne sont plus confinés comme au début dans des espaces périphériques secondaires, des sortes d’enclaves culturelles marginales fonctionnant sur une base locale. Fournissant aujourd’hui 70 % du PNB chinois, ils sont désormais les principaux moteurs du développement de la Chine et la source du changement institutionnel qui s’effectue très concrètement depuis la base dans le secteur de l’économie. Il aura fallu plus de 20 ans à la Chine pour opérer ces adaptations. D’où l’importance de prendre au sérieux et de scruter attentivement ces modes endogènes de développement.

8Du Yangtsé à la Chine, l’extrapolation finale de l’ouvrage est peut-être là un peu rapide. Mais dans les thèses qu’il avance, les études minutieuses qu’il met en œuvre et les champs de réflexion qu’il ouvre, Capitalism from below est un ouvrage de référence qui indéniablement fera date. Il résulte tout d’abord d’un très important travail, naviguant de façon tout aussi heureuse de la théorie à la pratique, de l’analyse à la synthèse, maniant d’importants lots de données tant quantitatives que qualitatives, étayant ses développements de comparaisons et illustrations très concrètes, et gardant avec opiniâtreté le cap de son propos. L’ouvrage bouleverse ce faisant nombre d’idées reçues, dont l’évidence des approches économicistes très macros par trop exclusivement centrées sur le rôle de l’État. Dans le développement extraordinairement rapide qui a marqué la Chine depuis 20 ans et le non moins étonnant avènement du secteur privé, il redonne toute sa place au rôle des acteurs économiques de ce développement sans pour autant mésestimer le contexte politique précis où ils sont inscrits et avec lequel ils interagissent.

9Un ouvrage fondamental donc, très bien mené, et qui donne à réfléchir à tous, et en premier lieu aux économistes spécialistes de la Chine. Trop bien mené peut-être, et c’est là la critique que l’on pourrait émettre en terminant. Au-delà du souci constant des auteurs de montrer d’abord la consistance du secteur privé, ne serait-il pas aussi essentiel de réfléchir simultanément sur la spécificité des formes de configuration que celui-ci se donne ? Pour ne prendre qu’un exemple, l’originalité des clusters du Zhejiang ne réside-t-elle pas aussi et d’abord dans les formes d’organisation très spécifiques qu’elles ont su mettre en place dans maints secteurs – notamment dans le commerce – face et en réponse à des marchés mondialisés ? Et ce de façon très originale ? N’existe-t-il pas de fait une voie chinoise spécifique de développement des clusters et de leur secteur privé qui inclue certes leur rapport avec les formes rémanentes de l’économie publique centralisée, mais expliquerait de façon plus précise tant leur réussite que leur faiblesse ? Une configuration plus complexe que le seul lien au politique, qui permettrait de mieux cerner l’originalité en Chine du développement de ce « capitalisme par le bas » et la réussite à l’exportation de ce modèle de clusters visible aujourd’hui dans une série d’autres pays, de l’Afrique du Sud à l’Italie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ganne, « Victore Nee et Sonja Opper, Capitalism from Below. Markets and Institutional Change in China, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/3 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7179

Haut de page

Auteur

Bernard Ganne

Bernard Ganne est directeur de recherche émérite du CNRS, ISH-Université de Lyon (bernard.ganne@ish-lyon.cnrs.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page