Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jérôme Doyon, Négocier la place de l'islam chinois. Les associations islamiques de Nankin à l'ère des réformes,

Paris, L'Harmattan, 2014, 249 p.
Rémi Castets
p. 66-67

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu du travail de recherche mené par Jérôme Doyon dans le cadre de son mémoire de fin de master. Ce jeune chercheur menant aujourd’hui une thèse de doctorat en science politique a su conduire habilement une série de terrains durant le printemps 2011 au sein de la municipalité de Nankin.

2L’auteur a choisi de s’intéresser au rôle, au fonctionnement et aux interactions des branches locales de l’Association islamique de Chine (AIC) à Nankin (AIN) et au Jiangsu (AIJ). Il est parti du constat que le contrôle de l’État chinois sur ses populations musulmanes s’opère d’une région à l’autre dans des contextes particuliers et à ce titre aboutit à des configurations diverses. Cette monographie originale adopte un cadre d’analyse « micro » qui tranche avec les approches top down souvent mobilisées dans l’étude des dispositifs de contrôle étatique du religieux. La collecte d’informations de l’auteur permet de restituer à partir de subjectivités recontextualisées les modes de fonctionnement des branches locales de l’AIC, les interactions de ces dernières et les enjeux auxquels elles doivent faire face.

3Rares sont les travaux de chercheurs occidentaux abordant la mécanique complexe des interactions entre les croyants, les différentes strates et compartiments de l’administration chinoise et l’AIC. Le sujet est sensible en particulier dans les zones de peuplement musulman majoritaire du nord-ouest. L’auteur a pour sa part opportunément exploité un contexte beaucoup moins sensible à Nankin pour recueillir les témoignages d’universitaires, de clercs, de croyants, de membres de l’AIC ou de cadres.

4L’intérêt de l’ouvrage de Jérôme Doyon est d’immerger le lecteur dans la vie des branches de l’AIC, en l’occurrence au Jiangsu. Il expose les motivations de leurs cadres et interlocuteurs (administration locale et centrale, Parti, croyants locaux ou venus d’autres provinces) et brosse un tableau des contraintes et ressources avec lesquelles elles composent. La finesse de son analyse est liée par ailleurs au fait qu’elle s’appuie sur une connaissance solide tant des cadres conceptuels dispensés par les sciences sociales que des travaux publiés ces dernières années sur la gestion des religions en Chine.

5Dans un premier chapitre, l’auteur revient sur la place de l’AIC dans la gestion des lieux de culte à Nankin en évaluant dans quelle mesure elle se situe dans la continuité des associations qui l’ont précédée mais aussi dans quelle mesure elle s’en détache. Il informe au passage le lecteur sur les spécificités du contexte local : homogénéité ethnique et sectaire, ressources financières de l’AIN, absence de conflit politique ou de concurrence financière avec l’administration, etc. Ce contexte explique en grande partie les modes de contrôle et de gestion financière que mettent en œuvre l’AIN et l’AIJ. Compte tenu du faible potentiel de financement de la petite communauté musulmane locale et du fait des ressources financières liées à ses capitaux immobiliers et ses connexions gouvernementales, l’AIN a acquis un degré de contrôle important sur les finances et activités de lieux de culte en quête de ressources financières. Fait notable, l’AIN et l’AIJ subissent moins de pression de l’État et bénéficient de plus de marge de manœuvre en raison du contexte politique local apaisé.

6Dans un deuxième chapitre, Jérôme Doyon revient sur le fonctionnement interne de l’association, sur les processus de sélection de ses cadres et sur l’interpénétration des personnels des différentes strates de l’AIC. Il décrit les rapports avec les organes administratifs censés les contrôler ou les instances politiques pouvant servir de tribune à leurs membres. Il fait un constat d’asymétrie de leurs relations avec l’État et pose la question de leur représentativité. Il décrit en effet des cercles étroitement liés à l’administration du fait des processus de sélection de leurs membres, des liens de dépendance financière ou en raison des systèmes de concertation/prise de décision avec les Bureaux des Affaires religieuses, les Départements du Front Uni... Ces états de faits visent à générer une intériorisation au sein de l’AIC des lignes politico-idéologiques de l’État et du Parti. Ceci explique la capacité des branches locales à filtrer les demandes « irréalistes » ou « excessives » des croyants dans le cadre des processus de médiation ou de représentation. L’auteur restitue une forme de modus vivendi qui est certes asymétrique mais qui est rétribué par des « donnant-donnant » satisfaisants pour tous. Les interactions des branches locales de l’AIC avec l’administration reposent en effet sur la mise en commun de réseaux et des échanges de services. La présence au sein des branches locales de l’AIC d’universitaires, de clercs, de personnels politiques ou administratifs hui génère la constitution de réseaux et de pools de compétences permettant de faire avancer les demandes (autorisations et financement de nouvelles infrastructures ou d’évènements religieux). Ainsi même si les branches locales de l’AIC sont perçues par les populations locales ou les personnels religieux comme des instances pro-gouvernementales, elles tirent une légitimité de leur capacité à collecter des financements étatiques et à obtenir l’autorisation d’activités susceptibles d’être problématiques dans d’autres régions musulmanes. Cela concerne aussi bien les activités « grises », autrement dit les activités en marge de l’orthodoxie et des cadres juridiques que les activités se déroulant en dehors des enceintes des mosquées. Bref, l’auteur dépeint des associations à la fois groupes de pression, médiatrices et relais de l’État auprès des croyants.

7Dans les deux derniers chapitres, il envisage toujours à la lumière de la relation à l’État-Parti la fonction d’institutionnalisation des communautés et de définition/contrôle des pratiques/identités au sein de la communauté musulmane. Il évoque par ailleurs le rôle de l’AIN et de l’AIJ dans le contrôle des lieux de culte, la désactivation de l’activisme dans ces communautés, l’éducation des personnels religieux, l’information de l’administration. Il souligne enfin au travers de cas concrets le rôle de l’AIC sur le terrain socio-caritatif, voire diplomatique.

8Le livre comporte une ou deux imprécisions anecdotiques que les islamologues rectifieront d’eux-mêmes (l’auteur place par exemple la fête de fin de Ramadan, Kaizhaijie soit l’Aïd el-Fitr, au début de Ramadan). Néanmoins, cet ouvrage riche en informations et en analyse s’impose comme une source incontournable pour qui s’intéresse au fonctionnement des branches locales de l’AIC, à la politique religieuse de l’État chinois ou aux communautés hui du Jiangsu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Castets, « Jérôme Doyon, Négocier la place de l'islam chinois. Les associations islamiques de Nankin à l'ère des réformes, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/3 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 24 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7178

Haut de page

Auteur

Rémi Castets

Rémi Castets est maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne, rattaché au centre de recherche TELEM et chargé de cours à l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux (remi.castets@u-bordeaux-montaigne.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page