Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Hu Angang, China in 2020: A New Type of Superpower,

Washington D.C, Brookings Institution Press, 2011, 213 p.
Maoliang Bu
Traduction de Juliette Duléry
p. 65-66

Texte intégral

1L’ascension économique de la Chine n’a pas seulement inspiré la rédaction de nouveaux livres, ayant pour objet de comprendre l’économie chinoise et son influence sur le reste du monde, mais a aussi été accompagnée d’interprétations pessimistes envisageant le naufrage imminent du pays. L’article de David Shambaugh « l’effondrement prochain de la Chine » (The Coming Chinese Crackup), publié dans le Wall Street Journal en est un exemple récent. Étant donné que ces livres et ces opinions sont assez controversés et principalement publiés par des chercheurs non-chinois, il est d’une importance croissante d’explorer les différentes perspectives et de recueillir les voix des spécialistes originaires de Chine. L’ouvrage China in 2020, écrit par Hu Angang, sert favorablement cet objectif. En effet, comme le mentionne le Dr. Cheng Li dans l’introduction, « […] probablement aucun spécialiste en RPC n’a été davantage visionnaire dans sa prévision de l’ascension chinoise au statut de superpuissance, plus clair et précis dans sa manière d’aborder les défis démographiques auxquels le pays est confronté, ou plus prolifique dans ses propositions d’initiatives politiques destinées à promouvoir une stratégie de développement économique innovante et durable que ne l’a été Hu Angang ».

2China in 2020 traite de deux thèmes ayant un intérêt singulier : l’optimisme et l’exceptionnalisme chinois. Hu a toujours été optimiste au sujet de la transformation socioéconomique de la Chine. Il déclare que, si la tendance actuelle de développement se poursuit, le jour où la Chine dépassera les États-Unis dans différents domaines – non seulement en termes de puissance économique mais également dans les domaines du capital humain, des sciences, et des technologies – n’est pas loin. Sa confiance dans l’idée que la Chine est destinée à devenir une superpuissance se fonde sur plusieurs éléments, détaillés au sein des différents chapitres du livre : la puissance économique (chapitre 2), les ressources et le capital humains (chapitres 3 à 5), les prouesses scientifiques et technologiques (chapitre 6), et la capacité à affronter le changement climatique (chapitre 7). Toutes ces évaluations optimistes s’appuient sur et sont expliquées par une abondance d’informations et de statistiques auxquelles Hu a eu l’opportunité d’accéder du fait de sa position et de sa riche expérience. Hu a fondé et dirige le Centre d’études chinoises de l’Université Tsinghua où un travail considérable a été mené sur les rapports nationaux(guoqing baogao), lesquels abordent sur le long terme (depuis 1998) de nombreux aspects sociaux et économiques du pays. Plus important encore,la confiance de Hu Angang à l’égard de la Chine repose sur une connaissance profonde des contours et de l’efficacité de l’allocation des ressources, laquelle est souvent abordée par le biais de sujets percutants qui sont négligés tant par les observateurs basés à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Chine.

3Pour ce qui est du second thème, l’idée qu’une superpuissance émergeante déstabilisera le système international existant est largement acceptée. Néanmoins, Hu Angang affirme que l’ascension de la Chine au statut de superpuissance constituera une exception, qu’il qualifie de « nouveau type de superpuissance ». Il estime que la Chine n’a ni les ressources ni l’intention de supplanter les États-Unis et de devenir l’unique leader d’un monde globalisé. À l’inverse, la Chine a besoin de coopérer avec les États-Unis pour pouvoir être en mesure d’affronter les défis mondiaux. Le livre aborde en outre une grande partie de la pensée qui a poussé la Chine à prendre plus de responsabilités et contribuer davantage au fonctionnement de la société internationale en termes de développement économique, ainsi que dans les domaines de la culture, des sciences et de l’écologie. L’opinion de Hu Angang à l’égard de l’exceptionnalisme chinois fera sans doute l’objet d’un examen minutieux et continu. Toutefois, cet « exceptionnalisme » soulève un autre problème intéressant dans la mesure où il est représentatif de l’opinion d’une part significative du principal courant des intellectuels chinois. À rebours des chercheurs aux opinions personnelles tranchées et indépendantes, ces intellectuels se font les porte-parole d’un récit positif destiné au reste du monde et s’appuyant sur des données convaincantes et des descriptions actualisées des stratégies du pays. Le livre de Hu constitue un bon exemple de ce type d’écrits et fournit l’opportunité d’acquérir une compréhension plus nuancée et équilibrée des chercheurs chinois influents.

4Il convient aussi de remarquer que l’opinion d’un initié de l’intérieur (insider) n’est pas nécessairement dénuée de toute dimension critique. En réalité, Hu Angang a émis de nombreux commentaires et suggestions franches qui ont été suivies de manière effective par l’élite dirigeante du pays. Néanmoins, les lecteurs ne parlant pas le chinois comprendront sans doute difficilement ce type de critiques. La difficulté ne réside pas seulement dans la traduction de la langue mais dans une compréhension adéquate du système chinois, qui encore une fois nécessite l’opinion d’un insider. Les opinions des chercheurs chinois sont malgré tout l’objet d’une attention croissante, comme le prouve le numéro de mai/juin 2015 de Foreign Affairs, intitulé « Adopter la “Nouvelle Normalité de la Chine : pourquoi l’économie est encore en bonne voie », (« Embracing China’s “New Normal”: Why the Economy Is Still on Track ») ; dans lequel a été publié, fait sans précédent, plusieurs articles d’entre eux, dont Hu Angang.

5Ma principale remarque réside dans le fait que l’approche de Hu Angang adopte une perspective de théorie des jeux coopérative plus que non-coopérative. Ces deux principaux points de vue de l’optimisme et de l’exceptionnalisme chinois seraient plus convaincants si une réaction non-coopérative de la part du reste du monde était prise en compte. En ce qui concerne l’optimisme, la conjecture selon laquelle la Chine peut devenir une superpuissance dépendra non seulement de la Chine elle-même mais aussi de la manière dont le reste du monde réagira à cette nouvelle donne. Une logique similaire peut être perçue dans le développement de la théorie du commerce, au sein de laquelle les modèles du grand pays et du petit pays diffèrent. En ce qui concerne l’exceptionnalisme, une autre analyse serait aussi nécessaire pour anticiper la manière dont la Chine réagirait à des mesures non-coopératives provenant d’autres pays à l’encontre de son propre développement dans le cadre d’un modèle dynamique. De plus, serait-on toujours dans l’exceptionnalisme si la Chine en venait à prendre davantage de mesures coopératives ? Les réponses à ces questions ne sont pas traitées suffisamment dans ce livre.

6Les opinions et les idées des auteurs chinois ont longtemps été inaccessibles au public non-sinophone. Certains lecteurs occidentaux peuvent être lassés des opinions des non-insiders et nourriront peut-être un intérêt croissant pour les travaux d’insiders. Les éditions Brookings Institution Press, et particulièrement le Dr. Cheng Li, ont rendu un grand service en créant la collection « Thornton Center Chinese Thinkers book series ». Si vous souhaitez en savoir plus sur les opinions d’un fervent défenseur de l’optimisme et de l’exceptionnalisme chinois, le livre de Hu Angang, China in 2020, est un incontournable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maoliang Bu, « Hu Angang, China in 2020: A New Type of Superpower, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/3 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7175

Haut de page

Auteur

Maoliang Bu

Maoliang Bu est maître de conférences en économie à l’Université de Nankin, et professeur associé en économie internationale au Centre Hopkins-Nanjing. Il est en 2015-2016 titulaire de la chaire China Business and Economics de la Fondation Alexander von Humboldt à l’Université de Würzburg, en Allemagne (bumaoliang@gmail.com).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page