Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Robert L. Suettinger, Beyond Tiananmen: The Politics of US-China Relations 1989-2000

Washington D.C., Brookings Institution Press, 2003, 556 p.
Dennis Van Vranken Hickey

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Nicolas Ruiz-Lescot

Texte intégral

1Ainsi que l’observait un diplomate américain, les Etats-Unis dans leur croisade anti-soviétique, furent souvent d’une infinie complaisance à l’égard d’alliés autoritaires aux comportements détestables. Cette observation est particulièrement pertinente pour les relations sino-américaines durant la Guerre froide. En contraste avec ses nombreuses critiques et dénonciations à l’égard de Moscou, Washington fit preuve d’un silence troublant lorsqu’il s’agissait des violations des droits de l’homme et autres exactions perpétrées par Pékin.

2La fin de la Guerre froide a bouleversé le système international, et ce qui faisait le ciment des relations sino-américaines semble avoir disparu. Le premier véritable test des nouvelles relations entre Washington et Pékin fut l’événement qui a secoué la Chine le 4 juin 1989 – le massacre de Tian’anmen. L’incident a révélé combien leurs relations étaient devenues fragiles.

3Dans son ouvrage, Robert L. Suettinger affirme que les événements de Tian’anmen ont brusquement fait passer les relations sino-américaines « de l’amitié et de la coopération stratégique à l’hostilité, la méfiance et l’incompréhension ». Il affirme également que les relations entre les deux pays n’ont pas véritablement évolué depuis. Au contraire, l’héritage de la crise sanglante survenue à Pékin n’a cessé de dégrader les relations entre les deux pays.

4L’ouvrage de Suettinger s’ajoute au nombre croissant d’ambitieuses études sur l’état actuel des relations sino-américaines. Il s’en distingue toutefois, dans la mesure où l’auteur essaie d’expliquer comment les événements de 1989 et les années qui ont suivi ont influencé les prises de décisions à Pékin et à Washington. La perspective de Suettinger est par ailleurs celle d’un praticien de la politique, plutôt que d’un universitaire ou d’un journaliste. Durant la majeure partie de la période couverte par l’ouvrage, Suettinger a travaillé pour le National Security Council et le National Intelligence Council. L’ouvrage bénéficie donc d’une perspective interne, généralement absente dans ce type d’étude.

5Certains critiques pourront lui reprocher une approche biaisée en raison de l’implication de l’auteur. Contrairement au récent ouvrage de Richard C. Bush, At Cross Purposes: US-Taiwan Relations Since 1942, Robert L. Suettinger semble relayer les opinions du Congrès américain sur la politique chinoise. A l’inverse, Richard C. Bush, qui a été membre du Congrès avant de rejoindre l’exécutif comme ambassadeur « non officiel » à Taiwan, est généralement favorable aux efforts du pouvoir législatif pour influencer la politique américaine dans le Pacifique occidental.

6L’étude de Suettinger examine les principaux épisodes des relations sino-américaines après Tian’anmen. Les meilleures pages de son ouvrage, selon nous, sont celles consacrées à la crise du détroit de Taiwan en 1995-1996 (un chapitre entier), au bombardement de l’ambassade chinoise à Belgrade et à la visite du Président Bill Clinton en Chine en 1998. Partie prenante, Suettinger éclaire d’un nouveau jour des faits bien connu par ailleurs. Ses entretiens avec des fonctionnaires américains lui permettent d’étayer ses arguments et ses conclusions. Toutefois, la plupart des analyses des décisions prises par les autorités chinoises s’appuient soit sur des articles de presse soit sur des conjectures ou des spéculations.

7Suettinger offre un bon ouvrage, équilibré et intéressant. Il présente de pénétrantes analyses critiques des récents événements qui ont modelé les relations sino-américaines. Il captivera quiconque s’intéresse aux délicates relations entre les deux pays. Sans doute, l’ouvrage, comme toute étude de ce type, présente des défauts. Le principal est le ton pessimiste, voire sombre des conclusions. Suettinger affirme que « les quatorze années de relations sino-américaines depuis Tiananmen offrent peu de raisons d’être optimiste ». Bien qu’il soit juste d’affirmer que les causes des tensions bilatérales demeurent (en particulier l’épineuse question taiwanaise), l’auteur néglige combien les deux Etats ont besoin l’un de l’autre dans la période de l’après Guerre froide. Leur intérêt commun se trouve dans l’entente, et malgré le pessimisme de Suettinger, il est probable qu’ils y parviendront.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dennis Van Vranken Hickey, « Robert L. Suettinger, Beyond Tiananmen: The Politics of US-China Relations 1989-2000 », Perspectives chinoises [En ligne], 89 | Mai-juin 2005, mis en ligne le 16 mars 2007, consulté le 29 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/716

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org