Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

John Osburg, Anxious Wealth: Money and Morality Among China’s New Rich,

Stanford, Stanford University Press, 2013, 248 p.
Émilie Tran
p. 71-72

Texte intégral

1L’ouvrage de John Osburg est paru alors que la Chine s’engageait dans une campagne contre la corruption sans précédent visant « les tigres et les mouches ». Loin des gros titres des médias sur les tigres qui n’en finissent pas de tomber, Anxious Wealth est une ethnographie du monde des « mouches » et des entrepreneurs chinois en particulier. Sur la base de son étude de terrain à Chengdu, l’auteur met en lumière l’habitus des entrepreneurs qu’il a fréquentés dans la capitale du Sichuan.

2Le chapitre introductif définit dûment l’objet de la recherche et pose le cadre théorique inhérent : partant des concepts de réseaux et guanxi, l’auteur se propose d’examiner au plus près les relations humaines, qu’elles soient basées sur des intérêts communs ou définies par le rôle assumé du masculin et féminin, pour aboutir aux questionnements sur la corruption et l’État. Chacun des quatre chapitres suivants explore des aspects spécifiques de ces relations, contribuant ainsi à définir au fil des pages l’habitus des entrepreneurs chinois vis-à-vis de l’argent et de la morale.

3Le deuxième chapitre, « “Entertaining is My Job”: Masculinity, Sexuality, and Alliances Among Chendgu’s Entrepreneurs », plonge le lecteur dans le milieu des plaisirs codifiés que sont les salons de massage, saunas et autres karaokés de la Chine post-maoïste, et explique comment se tissent et s’entretiennent les relations d’affaires, littéralement à partir du corps des femmes.

4Le chapitre 3 « “Relationships Are the Law”: Elite Networks and Corruption in Contemporary China » illustre de façon concrète deux modes d’exercice du pouvoir des élites via, d’une part, la privatisation de l’État, c’est-à-dire l’appropriation des biens publics par des élites qui ne sont pas de la sphère publique, et, d’autre part, la pénétration par la cooptation des membres de la mafia auquel l’auteur a eu l’occasion de se frotter. Osburg espère ainsi démontrer que la formation de réseaux et l’accroissement du pouvoir ne se font pas directement contre de l’argent, mais impliquent des modes d’exercice du pouvoir et des valeurs aux formes multiples.

5Le chapitre 4, « From Fruit Plates to License Plates: Consumption, Status, and Recognition Among Chengdu’s Elite » examine le genre de vie que mènent  les entrepreneurs qui ont réussi et la distinction existante entre les nouveaux riches « bling bling » et les individus plus éduqués et cultivés qui cherchent à marquer leur singularité. Bien que ces derniers critiquent le diktat de l’étalage des produits de luxe et des modes de consommation des premiers, ils ne sauraient pour autant y échapper car ce sont précisément ces pratiques sociales qui leur permettent d’assurer la reconnaissance de leurs pairs, et partant leur propre statut dans le club des entrepreneurs à succès.

6Le dernier chapitre « Women Entrepreneurs and the “Beauty Economy”: Sexuality, Morality and Wealth » revient sur la rôle des femmes et notamment celles que He Qinglian a nommé dans un essai daté de 1997 « les femmes grises » (huise nüxing)i. Ces dernières ne sont ni tout à fait blanches et pures comme les femmes mariées et futures épouses légitimes, mais elles ne sont pas non plus tout à fait noires, comme les prostituées associées au monde interlope de l’industrie du sexe. Ces femmes grises sont les maîtresses et secondes épouses (ernai) des hommes riches et puissants, mais aussi les hôtesses et escortes des bars, restaurants et autres salons de massage sélects. À partir du capital le plus élémentaire que constitue leur propre corps, elles essaient de tirer un maximum de profits le temps que durent leur jeunesse et leur beauté. En ce sens, elles sont aussi des entrepreneurs qui font « l’économie de la beauté » (meinü jingji).

7Le comportement immoral des femmes grises, les excès des officiels et la malhonnêteté des hommes d’affaires sont autant de facteurs qui entraînent la dévalorisation et la disparation inéluctable des valeurs morales aujourd’hui en Chine. Or aucune société ne pourrait survivre sans aucune morale et plutôt que de déplorer la perte pure et simple de ces valeurs, l’auteur soutient que celles-ci auraient été redéfinies sous l’effet des profondes mutations qui ont façonné la société chinoise post-maoïste. Et Osburg d’avancer dans son chapitre conclusif la notion de suzhi (qualité personnelle) pour mesurer le degré de moralité et de responsabilité dont les acteurs feraient preuve à l’égard du public. Telle est donc la proposition de Osburg : plutôt que de juger tel ou tel homme d’affaires, dirigeant politique ou femme grise sur ses agissements privés, il faudrait plutôt les évaluer en fonction du tort ou du bien qu’ils font au public. S’il n’y pas de mal à afficher son statut social avec une voiture luxueuse, en revanche conduire trop vite, renverser des piétons et s’enfuir serait une preuve de manque de suzhi. Entretenir une maîtresse ou être une femme grise ne signifie pas pour autant que l’homme et la femme en question mènent des vies dépravées. En revanche, cet homme et cette femme entrepreneurs et nouveaux riches peuvent faire montre de leur haut degré de suzhi en parrainant des organisations caritatives. Tel que défini, le suzhi, souligne l’auteur, rejoindrait les notions de  « producteur de vie » (yangsheng) présentes dans plusieurs traditions philosophiques chinoises, ou encore l’idéal de l’homme d’affaires confucéen (rushang).

8Pour tous ceux qui ont à faire de près ou de loin à la société chinoise d’aujourd’hui, Anxious Wealth ne constitue pas une révélation en soi : les pratiques et styles de vie de certains de ces dirigeants, entrepreneurs et femmes grises peuvent être constatés directement par un observateur attentif et les médias regorgent de faits divers qui s’y rapportent. De même, la production cinématographique et télévisuelle en Chine continentale est, comme partout ailleurs, le reflet de son temps et des mœurs en vogue et traite nécessairement de ces questions : de façon implicite souvent, mais également plus ouvertement, comme dans le documentaire en quatre parties sur la campagne en cours contre la corruption et intitulé Zuofeng jianshi yongyuan zai lushang (Assurons sans relâche l’intégrité de l’État). Produit par le Comité Central d’Inspection Disciplinaire du Parti et diffusé sur CCTV à la fin de l’année 2014, ce documentaire retrace les déboires et débauches en tous genres d’officiels dont la corruption avérée les a déjà fait condamner ou sont en voie de condamnation. En revanche, pour quiconque est issu d’une autre aire géographique d’étude, l’ouvrage d’Osburg est une bonne introduction aux modes de vie, système de valeurs et jeux de pouvoir d’une certaine catégorie d’entrepreneurs et de nouveaux riches chinois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Tran, « John Osburg, Anxious Wealth: Money and Morality Among China’s New Rich, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/2 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 30 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7119

Haut de page

Auteur

Émilie Tran

Émilie Tran est maître de conférences à l’université Saint Joseph de Macao où elle dirige le département d’administration publique et de relations internationales (emilie.tran@usj.edu.mo).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page