Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Gotelind Müller, Documentary, World History, and National Power in the PRC: Global Rise in Chinese Eyes,

Londres, New York, Routledge, 2013, xii+252 p.
Yves Russell
p. 68-69

Texte intégral

1Gotelind Müller entreprend depuis plusieurs années d’étudier la formation de la conscience historique chinoise, et plus particulièrement comment sont véhiculées les conceptions du Soi (national Self) et de l’Autre (foreign Other) à travers les représentations de l’histoire. C’est ce qui l’avait poussée à analyser en détail la série Zou Xiang Gonghe (Towards the Republic), diffusée en 2003 sur la chaîne d’État CCTV, puis à étudier la façon dont l’histoire étrangère et plus spécialement européenne était abordée dans les différents programmes scolaires en Chine depuis 19001.

2Dans Documentary, World History, and National Power in the PRC, Gotelind Müller revient à l’analyse télévisuelle à travers l’étude de trois documentaires historiques en plusieurs épisodes diffusés en Chine entre 2006 et 2007 : Daguo jueqi 大国崛起, Fuxing zhi lu 复兴之路, et Ju an si wei 居安思危, qu’elle choisit de traduire respectivement en anglais par The Rise of the Great Powers, The Road to Revival, et Alert to Danger while Dwelling in Safety.

3L’auteure argumente de façon convaincante en quoi l’étude de ces trois documentaires produits par des institutions d’État permet de saisir « la façon dont la vision de l’histoire soutenue officiellement est transmise à travers les médias afin de guider les perceptions de l’histoire chinoise et étrangère en vue de légitimer les politiques du PCC » (p. 4). On comprend que pour l’auteure, ils sont trois coups d’une même partie jouée par l’État chinois pour légitimer son agenda politique. Daguo jueqi, en mettant en scène l’essor de neuf « grandes nations » (daguo 大国) Espagne, Portugal, Pays-Bas, Angleterre, France, Allemagne, Japon, Russie, États-Unis depuis le XVe siècle, montre que « ce qui doit être retenu de [leur] histoire est seulement ce dont a besoin un pays pour “émerger” » (p. 8). Fuxing zhi lu, en retraçant l’histoire de la Chine depuis 1840 à travers le prisme de sa « renaissance », permet de raccrocher la Chine à l’histoire des grandes nations tout en la différentiant. Et Ju an si wei, dont le titre complet est « Songer au danger en temps de paix Leçons historiques de la chute du Parti communiste soviétique » (Ju an si wei – Sugong wangdang de lishi jiaoxun 居安思危 苏共亡党的历史教训), montre ce que la Chine (ou plutôt le PCC) doit éviter (p. 8).

4On peut ergoter longtemps sur le choix des trois documentaires ou même de l’influence du format documentaire sur la conscience historique populaire. En introduction (chapitre un), Gotelind Müller justifie son choix par le succès grandissant du format documentaire auprès du public chinois, et surtout par l’aura d’objectivité et de scientificité dont il bénéficie (p. 1). Les trois documentaires étudiés permettent aussi d’aborder trois sous-genres révélateurs de l’utilisation de ce format par l’État-Parti : le « documentaire historique » (lishi jilupian 历史纪录片ou lishi wenxianpian 历史文献片) pour Daguo jueqi, le documentaire « d’édification politique » (zhenglun pian 政论片) pour Fuxing zhi lu, et le « document de référence » (cankao pian 参考片) pour Ju an si wei. Est ainsi abordée « toute la palette des fonctions liées au documentaire “officiel” : documenter, transmettre des opinions politiques, et instruire » (p. 14).

5Un des apports importants de l’ouvrage de Gotelind Müller se trouve dans l’éclairage apporté à la genèse et la conception des trois séries documentaires. Les trois chapitres (sur cinq, dont un d’introduction) consacrés à l’analyse des séries, épisode par épisode, représentent 150 pages sur les 200 de l’étude. Le processus de création des trois séries documentaires, à travers l’imbrication et la collaboration des mondes universitaires, politiques et médiatiques, est fascinant et bien documenté. C’est particulièrement le cas pour Daguo jueqi et Fuxing Zhi lu, deux projets s’inscrivant dans un discours politique pensé au plus haut niveau du pouvoir. L’analyse narrative, musicale, mais aussi symbolique (couleurs, thèmes, etc.) des documentaires révèle également l’utilisation d’une mise en scène inégalement subtile visant à promouvoir la vision du monde de l’agenda politique du moment, et d’une narration maîtrisée et adaptée aux différents publics visés. Gotelind Müller montre les « stratégies de légitimation » mises en œuvre par les producteurs de CCTV, comme l’utilisation de « paroles d’experts », notamment étrangers. Cependant, Gotelind Müller montre bien que cette pluralité apparente des voix dans Daguo jueqi n’est qu’un trompe-l’œil : à travers la production (montage, coupes, bande sonore…), les auteurs gardent la maîtrise du récit. Les interviews ne servent qu’à légitimer et rythmer un script écrit à l’avance, et l’on s’amuse avec Gotelind Müller de certaines interviews en langue étrangère maladroitement tronquées, comme celle de l’ancien président français M. Giscard d’Estaing. Dans Ju an si wei, par contre, c’est la bande sonore qui prête à sourire. Si aux dirigeants « positifs » (Lénine, Staline) sont associés des chansons ou des marches populaires russes, les dirigeants « négatifs » (Khrouchtchev, Brejnev, et plus particulièrement Gorbatchev) sont associés à des musiques sombres ou inquiétantes, souvent issues de blockbusters américains. Au-delà de l’anecdote, on découvre une maîtrise des « instruments invisibles de manipulation narrative » (expression que Gotelind Müller emprunte à W. Guynn) servant à légitimer un discours dont l’objectif est de renforcer et modifier les visions de la Chine et de l’étranger dans le sens voulu par les élites au pouvoir.

6Dans le cinquième et dernier chapitre, intitulé Framing visions of China and the world – The state, documentary and history in contemporary perspective, Gotelind Müller sollicite entre autres des théories du récit historique (Ricœur…) et des médias (Rosenstone, Nichols, Guynn…) pour replacer le rôle des trois documentaires étudiés dans une perspective comparative et globale. L’usage et l’appropriation du format documentaire par l’État chinois sont liés à l’évolution de la demande d’un public chinois plus exigeant et critique, moins prompt à se satisfaire de films de propagande conventionnels. Daguo jueqi répond à cette attente de « véracité » et d’« authenticité » de spectateurs chinois plus éduqués et ouverts sur le monde, prêts à remettre en cause la parole du pouvoir sur l’histoire. Cependant, bien que ce documentaire (comme Fuxing zhi lu) semble dans la forme « moins “dogmatique” et plus “polyphonique” que ce qui pouvait se faire du temps de Mao » (p. 180), le montage et la maîtrise de la narration a priori permettent d’assurer l’homogénéité du discours officiel. Celui-ci est véhiculé à travers la répétition d’« images fétiches » et stéréotypées participant à la construction de la mémoire collective nationale et au renforcement de visions historiques « préfigurées » (p. 184). Ces stéréotypes font écho à ceux transmis à l’école et par les autres productions télévisuelles (soap operas, films, etc.).

7Ce dernier chapitre, intéressant dans sa mise en perspective théorique et comparative, n’est cependant pas satisfaisant en tant que chapitre conclusif. Il aurait pu trouver sa place après l’introduction et avant l’analyse détaillée des trois documentaires, ce qui aurait été plus cohérent. Cela aurait mis en valeur la nécessité d’une véritable conclusion qui aurait pu être une analyse synthétique de la capacité de l’État chinois à utiliser différents formats (documentaires, séries, livres…) et vecteurs (médias, enseignement…) pour imposer et standardiser une conception et un rôle de l’histoire. L’historienne Zi Zhongyun, citée par Gotelind Müller et apparaissant dans Daguo jueqi, rappelle d’ailleurs que la conception de « l’histoire comme miroir » (yi shi wei jian 以史为鉴) impose un rapport mémoriel et patriotique au passé servant le maintien au pouvoir de la dynastie régnante2.

8Les liens entre l’histoire racontée dans les documentaires et l’histoire enseignée à l’école parsèment l’ouvrage, Gotelind Müller tirant profit de son sujet d’étude précédent. Ces références auraient également pu être synthétisées et systématisées afin de mettre en valeur les continuités et discontinuités du discours historiographique de l’État chinois. L’auteure souligne que ces documentaires ont également une fonction de « mise à jour » historiographique officielle alors que les manuels scolaires ne sont édités et renouvelés qu’à un rythme beaucoup plus lent. C’est d’autant plus vrai que, comme j’ai pu le vérifier lors d’entretiens avec des enseignants de collège, les épisodes de Daguo jueqi et de Fuxing zhi lu sont parfois visionnés en classe en illustration du cours.

9Sur le plan formel, s’il faut saluer les nombreuses notes et références bibliographiques, une liste des personnalités interviewées dans Daguo jueqi et Fuxing zhi lu aurait été bienvenue. La bibliographie aurait également gagnée à être organisée par thèmes, les vingt-six pages de références regroupant aussi bien des ouvrages sur l’émergence chinoise, les théories des médias, ou la mémoire collective, que des références de blogs ou commentaires sur les trois documentaires étudiés.

10Pour conclure, l’ouvrage de Gotelind Müller apporte un éclairage intéressant sur l’utilisation du format documentaire par l’État chinois comme vecteur de représentations historiques collectives, et une analyse riche et détaillée de trois documentaires différents dans leur forme narrative mais convergents dans leur propos. Cependant, on peut regretter que cette étude, aboutissement d’un travail réalisé en commun avec des étudiants au sein d’un programme de recherche (ici le « cluster d’excellence » de l’université de Heidelberg), n’apporte pas une synthèse des différents travaux de Gotelind Müller sur la représentation de l’histoire à la télévision et à l’école. Nous attendons cette synthèse qui ne manquerait pas d’être extrêmement intéressante et fructueuse.

111  Gotelind Müller (éd.), Designing History in East Asian Textbooks, Londres, New York, Routledge, 2011. Cet ouvrage a fait l’objet d’une recension parue dans Perspectives chinoises, n° 2013/3, p. 102-104.

122  Zi Zhongyun, « Ge xin Zhongguo chuantong lishiguan » (Rénover la conception de l’histoire traditionnelle de la Chine), Yanhuang Chunqiu, n° 7, 2014, p. 5-9. Également disponible en ligne sur : www.yhcqw.com/html/yjy/2014/77/3845.html (consulté le 21 avril 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Russell, « Gotelind Müller, Documentary, World History, and National Power in the PRC: Global Rise in Chinese Eyes, », Perspectives chinoises, 2015/2 | 2015, 68-69.

Référence électronique

Yves Russell, « Gotelind Müller, Documentary, World History, and National Power in the PRC: Global Rise in Chinese Eyes, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/2 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7117

Haut de page

Auteur

Yves Russell

Yves Russell est doctorant en histoire et civilisation à l’EHESS, Paris (yvesrussell@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org