Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Christophe Falin, Shanghai – Hong Kong, villes de cinéma,

Paris, Armand Colin, 2014, 168 p.
Luisa Prudentino
p. 67-68

Texte intégral

1Cet ouvrage est consacré à Shanghai et à Hong Kong, deux villes mythiques, pour l’Occident et pour le cinéma chinois, puisqu’elles furent respectivement, l’une le berceau de son industrie, l’autre de son développement. Deux villes qui, à travers leur double dimension, matérielle et symbolique, continuent, aujourd’hui encore, à nourrir l’histoire du septième art.  

2L’auteur a divisé l’ouvrage en trois parties. La première est consacrée à l’histoire du cinéma chinois dans les deux villes, et en particulier aux échanges qu’elles ont entretenus tout le long du xxe siècle. Christophe Falin y met en évidence les événements majeurs qui ont provoqué ces échanges, de la naissance du cinéma parlant à la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, en passant par le conflit sino-japonais (1937-1945) et la victoire des communistes en 1949. Figure aussi dans cette partie un paragraphe intéressant sur le métissage du cinéma chinois dans les années 1950 grâce à la création à Hong Kong de deux compagnies phares, la MP&GI et la Shaw Brothers, qui feront de cette ville l’un des principaux centres de production de films en Asie. On connaît, bien sûr, l’importance de ces deux studios dans le cinéma hongkongais de l’époque (et même après), mais on ignore presque le rôle stratégique qu’ils ont joué dans la diffusion du cinéma dans toute l’Asie du Sud-Est. De la Malaisie à Singapour, des producteurs aux réalisateurs, des scénaristes aux acteurs et aux techniciens,   les deux compagnies contrôlaient toutes les étapes de la création d’un film.  

3La deuxième partie est consacrée aux multiples représentations de Shanghai et Hong Kong dans les films chinois et occidentaux depuis les années 1930. Le but de l’auteur est de montrer de quelle façon l’urbanismedes deux villes a contribué à créer leur image aussi bien réelle que fantasmée. Le lecteur est alors invité à parcourir les lilong shanghaïens des années 1930, à savoir, d’après la définition donnée par l’auteur, « ces rangées de maisons alignées, construites en briques et à deux niveaux », pour découvrir aussi bien les lieux luxueux des concessions étrangères que la pauvreté extrême des bas-fonds de la ville. Encore plus riche en descriptions, le chapitre sur Hong Kong et son quartierdeTsim Sha Tsui, endroit surpeuplé et hyperactif, décor de nombreux thrillers chinois et étrangers.

4Enfin, la troisième partie est consacrée en particulier à trois réalisateurs majeurs, intimement liés à leurs villes : Lou Ye à Shanghai, Wong Kar-waiet Johnnie To à Hong Kong.L’auteur présente Lou Ye comme l’héritier naturel de cette génération de cinéastes chinois urbains qui sont apparus au tout début des années 1990, au lendemain de la répression du mouvement étudiant de la place Tiananmen.Le regard de Lou Ye vis-à-vis de Shanghai, sa ville natale, est lucide, voire désenchanté. Wong Kar-wai, lui, est dans un rapport plus fusionnel avec la ville de Hong Kong, « captant ses pulsations et sa beauté ».  Dans les films de Johnnie To, en revanche, Hong Kong est bien plus concrète et chaque long métrage est l’occasion pour le cinéaste de montrer plusieurs visages différents du territoire.

5Christophe Falin adopte deux approches dans son livre : l’histoire du cinéma dans les deux villes et l’étude de leurs représentations dans les films. Si l’union de ces deux approches   permet  d’aborder de façon originale les nombreux rapports entre les deux villes et leur cinéma sous des aspects différents et complémentaires, elle comporte néanmoins de nombreuses répétitions, en particulier de titres de films ou de faits historiques, qui finissent par alourdir le texte. Cela se ressent surtout dans la première partie de l’ouvrage, où afin de retracer l’historique croisée des différents studios cinématographiques, l’auteur fait de tels allers-retours entre les deux villes et les deux cinématographies qu’ils ont tendance à casser, par moments, le rythme de la narration.

6La deuxième partie est en revanche  plus fluide et efficace ; cependant, tout en comprenant l’impossibilité de l’auteur d’approfondir les différents aspects des représentations cinématographiques des villes de Shanghai et Hong Kong, on regrettera que certains films,  pourtant fondamentaux, ne soient pas cités (comme Cageman, de Jacob Cheung)  ou ne soient traités que trop rapidement  (comme I wish I knew, de Jia Zhangke), alors qu’ils auraient pu, au contraire, enrichir davantage la réflexion et l’analyse.

7Le huitième chapitre de la troisième et dernière partie de l’ouvrage fait encore l’objet de quelques répétitions avant de laisser la place aux portraits des trois réalisateurs majeurs déjà cités (Lou Ye, Wong Kar-wai et Johnnie To). L’analyse que Christophe Falin fait de l’impact de leur œuvre cinématographique sur la représentation imaginaire et sociale des deux villes est fine et pertinente.

8Une bibliographie exhaustive et bien détaillée conclut l’ouvrage et sera certainement très utile à tous ceux qui souhaiteront apporter leur contribution aux études sur les relations entre villes et cinéma, lesquelles, selon l’auteur, demeurent aujourd’hui encore, trop « européocentrées ».   

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luisa Prudentino, « Christophe Falin, Shanghai – Hong Kong, villes de cinéma, », Perspectives chinoises, 2015/2 | 2015, 67-68.

Référence électronique

Luisa Prudentino, « Christophe Falin, Shanghai – Hong Kong, villes de cinéma, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/2 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7115

Haut de page

Auteur

Luisa Prudentino

Luisa Prudentino est professeur de langue et civilisation chinoises à l’Università del Salento (Lecce, Italie) et chargée de cours en histoire du cinéma chinois à l’INALCO (Paris, France), à l’Université d’Artois (Arras, France) et à l’Université de Lorraine (Metz, France) (luisaprudentino@free.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org