Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Eric Helleiner et Jonathan Kirshner (éds.), The Great Wall of Money: Power and Politics in China’s International Monetary Relations,

Ithaca, New York, Cornell University Press, 2014, 288 p.
Adrien Faudot
p. 64-66

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dont il est question ici est édité par deux spécialistes d’économie politique internationale, dont l’association a déjà produit des références étudiant les relations monétaires internationales, notamment The Future of the Dollar (2009). Ces deux universitaires renouvellent l’expérience, se consacrant cette fois aux relations monétaires de la Chine et à l’internationalisation de sa monnaie, le renminbi (RMB). L’ouvrage vise à comprendre les enjeux politiques des relations monétaires internationales de la Chine et le type de pouvoir qu’elle est en train d’acquérir dans ces relations (p. 2).

2Pour Benjamin Cohen, il s’agit d’interroger la stratégie que poursuit la Chine dans l’internationalisation de sa monnaie – jusqu’où ira le RMB ? – sachant les échecs connus des précédents concurrents au dollar. L’indétermination de la réponse est due à l’ignorance de la stratégie de la puissance chinoise, sachant qu’elle ne pourra être intégrée au système monétaire dominé par les États-Unis au même titre que le furent l’Allemagne de l’Ouest, le Japon, ou la zone euro, car la Chine n’est pas un allié historique de l’hégémon américain et « il n’est pas évident que les Chinois soient prêts à danser » (p. 40). Si de fortes incitations économiques pourraient arrimer la Chine au système monétaire international actuel en lui cédant certains droits et en la faisant entrer dans le « club » des puissances internationales, des considérations géopolitiques pourraient troubler cette logique économique et faire rentrer la Chine dans une attitude conflictuelle vis-à-vis de l’ordre monétaire existant.

3Eric Helleiner et Bessma Momani se penchent sur les rapports de la Chine avec les organisations internationales, particulièrement le FMI. Ils constatent que les positions chinoises trouvent leurs origines au début du XXe siècle. Sun Yat-Sen avait déjà formulé les bases d’un projet de développement international de la Chine, défendu à Bretton Woods par la délégation chinoise. Helleiner et Momani observent que la Chine conserve après 1945 des objectifs semblables dans ses négociations au FMI : réaffirmer l’importance de l’économie chinoise pour permettre un équilibrage de l’économie mondiale ; conserver autonomie et souveraineté en termes de contrôles des capitaux et de choix dans la fixation du change tout en demandant une surveillance macroéconomique des pays membres ; enfin, accroître l’importance que l’institution accorde aux pays en développement, notamment en termes de financement. Bien que la guerre froide ait constitué une parenthèse de taille, puisque la Chine s’est retrouvée exclue du FMI durant 31 ans au profit de Taiwan (jusqu’en 1980), ces objectifs déterminent encore largement l’attitude actuelle de la Chine au sein de l’institution.

4La contribution de David Steinberg étudie les déterminants de l’accumulation considérable de réserves de change (s’élevant à plus de 3 trillions de dollars en 2014) par la Chine. Les deux périodes d’accumulation rapide que l’auteur distingue sont 1994-1997 et 2003-2008. Steinberg voit surtout dans cette accumulation le résultat d’un rapport de force conflictuel domestique entre ceux qui y voient un avantage concret (stabilité financière, vitalité des industries exportatrices) et d’autres un désavantage (pour les industries productrices de biens non échangeables par exemple ou encore la Banque centrale, tenue responsable de l’inflation que cette accumulation de réserves participe à générer). La succession de périodes d’accumulation plus ou moins rapide de réserves serait selon Steinberg le résultat de ce rapport de force politique national.

5Hongying Wang aborde la question des déséquilibres mondiaux, et de l’excédent considérable du compte courant chinois (10,1 % du PIB en 2007 et toujours largement positif bien qu’en baisse depuis). Wang insiste sur son étude nécessaire, au-delà du seul taux de change, dans son régime de croissance. Caractérisée par des inégalités croissantes, la Chine entretient un régime exportateur du fait d’une certaine inertie institutionnelle, les populations les plus pauvres du pays, susceptibles de dynamiser au mieux sa demande interne, ayant très peu d’influence politique. Les déterminants politiques sont donc essentiels. Le nationalisme et la quête d’autonomie, sinon d’influence, de la Chine vis-à-vis du reste du monde expliquent aussi son entrain à l’accumulation de réserves.

6En s’intéressant aux politiques de surveillance macroéconomique, Andrew Walter retrace l’évolution de l’excédent courant de la Chine avec les États-Unis et les réactions au FMI, mais aussi chez les dirigeants américains. Le dialogue, longtemps resté courtois, maintenu par la dépendance de nombreuses multinationales américaines à l’égard de la Chine, va devenir particulièrement tendu en 2007. La crise financière de 2008 a apaisé ces tensions en réduisant l’excédent commercial, d’autant que les dirigeants chinois ont à partir de 2011 affirmé des objectifs de réorientation du régime de croissance – via une augmentation de la consommation des ménages et une baisse des investissements. Il est toutefois difficile d’affirmer que les objectifs nouveaux du gouvernement chinois ont été influencés par la surveillance macroéconomique internationale, sachant le rôle des différents groupes d’intérêts au sein du pays, et des projets politiques qui les opposent.

7C’est d’ailleurs sur ces dissensions qu’insiste Yang Jiang, pour qui l’internationalisation toujours très limitée du RMB n’est pas une priorité des dirigeants chinois. Pour l’auteure, celle-ci nécessite une libéralisation et une ouverture profonde de l’économie (et particulièrement du compte de capital), ce que les dirigeants du PCC ne semblent pas encore désireux d’initier. Ceci explique que la Chine a jusqu’à présent opté pour des partenariats bilatéraux – plutôt que multilatéraux – avec des pays voisins et des membres des BRICS ou de l’Union Européenne, lesquels partenariats engagent peu le pays dans des réformes.

8La contribution de Gregory Chin est de toute évidence plus optimiste. D’après l’auteur, la Chine a réellement développé une stratégie monétaire à partir des crises asiatiques, qui l’ont amenée au double constat que le système monétaire basé sur le dollar devait être réformé, de même que les institutions internationales. Au début des années 2000, elle a tenté de faire évoluer de l’intérieur les institutions internationales, notamment le FMI, mais éprouva de grandes difficultés à se faire entendre, car ignorée de ses interlocuteurs occidentaux qui formulèrent par ailleurs des exigences inacceptables pour elle, comme l’ouverture du compte de capital et la convertibilité totale du RMB. La crise de 2008 fut le déclencheur d’une stratégie de contournement de ces obstacles. La Chine a alors mobilisé des partenaires (notamment les BRICS), s’accordant autour du principe de diversification des pratiques monétaires : la monnaie de réserve et celle des échanges internationaux des BRICS devait pouvoir être celle des BRICS eux-mêmes. Dans ce contexte, et forte de ses performances macroéconomiques, la Chine a vu sa monnaie devenir un instrument de diversification monétaire, permettant aux acteurs internationaux d’élargir leur éventail de choix possibles – notamment par rapport aux monnaies de réserve. En cela, la Chine développe une forme de pouvoir structurel et bouscule celui des États-Unis.

9Cette capacité à faire émerger un pouvoir monétaire international est développée dans la dernière contribution de Jonathan Kirshner. Même si l’auteur prévient qu’une catastrophe économique pourrait survenir en Chine pour différentes raisons (environnementales, bancaires, sociales et politiques), l’économie est restée dans un rythme de croissance supérieur à celui des États-Unis, posant dans le même temps la question de l’internationalisation du RMB qui est vue comme un moyen d’isoler l’économie chinoise des troubles causés par les fluctuations du dollar et de construire un rapport de force afin de parvenir à modifier le fonctionnement et les institutions du système monétaire international. Les dirigeants chinois ambitionnent ainsi de remettre en question le « monopole du dollar ». Mais plus profondément, c’est le modèle véhiculé par les États-Unis que la Chine conteste au travers de sa stratégie monétaire. Kirshner effectue dans sa contribution un rappel salutaire du grand mouvement de libéralisation des années 1990. Les crises asiatiques, pourtant prévisibles dans un tel cadre, ont contribué à la méfiance des pays d’Asie vis-à-vis de la libéralisation financière. Ceux-ci sont devenus réceptifs au discours chinois sur un bouleversement nécessaire du système monétaire international, et constituent une base solide pour l’internationalisation, au moins à l’échelle régionale, du RMB.

10Au total, cet ouvrage ne défend pas une thèse, mais en contient de nombreuses. Les divergences se trouvent essentiellement dans l’évaluation des facteurs susceptibles de freiner sinon d’arrêter l’expansion du RMB : nature du projet politique de la nation, dissensions politiques internes à la Chine, intégration et adaptation au sein d’institutions de l’ordre monétaire existant... Les thèses défendues sont parfois contradictoires, c’est au lecteur d’en faire la synthèse. Ajoutons à cela que la bibliographie – vingt pages tout de même – permet d’orienter le lecteur désireux de creuser les réflexions proposées dans les différentes contributions de l’ouvrage. On notera que Benjamin Cohen, connu pour avoir livré par le passé des analyses démystificatrices quant aux capacités d’internationalisation des monnaies prétendument concurrentes au dollar américain, est cette fois plus mesuré dans sa contribution, laissant ouverte la possibilité de bouleversements du système monétaire international en raison du cas particulier que représente la Chine.

11S’il eut été appréciable d’y trouver des éléments descriptifs et analytiques permettant de retracer l’internationalisation du RMB tant sur le plan qualitatif – les institutions impliquées et leurs instruments techniques – que quantitatif – quel rythme d’internationalisation et pour quels espaces géographiques ? – cet ouvrage collectif constituera néanmoins une référence pour l’étude des relations monétaires internationales. Les spécialistes de la discipline accordent une attention particulière à la Chine, et on comprend bien pourquoi : en décembre 2014, la monnaie chinoise est devenue la 5e monnaie mondiale pour les paiements selon SWIFT, l’opérateur mondial de messagerie financière internationale, confirmant ainsi un rythme de progression extrêmement rapide au point que le RMB devrait rattraper le yen en 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Faudot, « Eric Helleiner et Jonathan Kirshner (éds.), The Great Wall of Money: Power and Politics in China’s International Monetary Relations, », Perspectives chinoises, 2015/2 | 2015, 64-66.

Référence électronique

Adrien Faudot, « Eric Helleiner et Jonathan Kirshner (éds.), The Great Wall of Money: Power and Politics in China’s International Monetary Relations, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/2 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7110

Haut de page

Auteur

Adrien Faudot

Adrien Faudot est doctorant en sciences économiques au Centre de Recherche en Économie de Grenoble (CREG), Université de Grenoble-Alpes (adrien.faudot@upmf-grenoble.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org