Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Felix Wemheuer, Famine Politics in Maoist China and the Soviet Union,

New Haven, Yale University Press, 2014, XIX-325 p.
Lucien Bianco
p. 62-63

Texte intégral

  • 2

1Après avoir constaté à quel point la famine demeure l’une des périodes les plus terribles de l’existence des paysans du Henan qu’il interviewait, un jeune sinologue allemand (né en 1977) a effectué plus d’une décennie de recherches sur le Grand Bond en avant. En ont résulté plusieurs ouvrages sur la famine1 et aujourd’hui cette comparaison de la famine de 1959-1962 avec celles qui ont frappé l’URSS. Une comparaison que n’impose pas seulement la parenté des deux régimes révolutionnaires : 80% des victimes mondiales de la famine durant tout le XXe siècle sont mortes dans ces deux pays.

2Le plan n’est pas l’aspect le plus satisfaisant de ce bon livre. Si l’on excepte la troisième partie (chapitres 5 à 7) consacrée à l’Ukraine et au Tibet, c’est pour l’essentiel la première partie (ch. 1 et 2) qui traite de la comparaison entre les famines soviétiques et chinoises. Exclusivement réservée à la Chine, la seconde partie reprend et développe les thèmes de la première partie : le chapitre 3 répondant au chapitre 1 (rapports conflictuels entre État et paysans avant la famine) et le chapitre 4 au chapitre 2 (la gestion de la famine sacrifie la campagne pour préserver la ville). Un épilogue détaille les leçons tirées de ces catastrophes par les deux régimes, qui n’ont plus connu de famine après 1962 pour la Chine et 1947 pour l’URSS. Une conclusion substantielle résume les principales contributions du livre, un peu à la manière dont la dernière page (ou un peu plus) de chaque chapitre résume les thèmes développés dans le chapitre. Un lecteur pressé pourrait donc être tenté de s’en tenir à ces mini-conclusions et à la conclusion générale.

  • 2  Walter Mallory, China: Land of Famine, New York, American Geographical Society, 1926.

3  Il se priverait du même coup de la réflexion intellectuelle désintéressée sur un sujet brûlant, poursuivie tout au long du livre. Tout en démontrant clairement la responsabilité  primordiale des deux régimes dans la survenue du désastre, l’auteur souligne l’énorme fardeau dont ces deux empires agraires ont hérité : la Russie aussi était un « pays de famine »2. Un paysan né en Russie méridionale en 1890 et mort en 1950 a survécu aux famines de 1891, 1921-1922, 1932-1933 et 1946-1947, succédant elle-même à celle qu’ont fomentée les Nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Un paysan chinois né en 1900 au Henan et mort à l’aube de la Révolution culturelle a de même connu les famines de 1931, 1943 et 1959-1962 (p. 32-33). L’auteur aurait pu ajouter la famine de 1920-1921, qui a frappé une bonne moitié (septentrionale) de la province. Même pendant les années hors famine, la faim rôdait et tuait des milliers d’hommes, par exemple en 1950, 1951, 1955 et 1956, tandis que des dizaines et plus souvent des centaines de milliers de paysans fuyaient chaque année les régions affectées par la « disette du printemps » (chunhuang) (p. 86). La situation était donc très tendue tout au long de la première décennie du régime, à peine moins en Union Soviétique durant la guerre civile et les années 1920. C’est cet héritage très difficile que les deux régimes gèrent tant bien que mal, avant de s’embarquer (en 1929 et 1958) dans une entreprise de modernisation trop ambitieuse, trop impatiente et trop radicale, génératrice de famine. Sur la période antérieure à 1929 et 1958, les chapitres 1 et 3 sont indispensables à la compréhension de la famine, qui couve avant même d’éclater : le « tribut » exigé de la paysannerie afin de financer l’industrialisation prépare la crise ; la politisation de la faim (dire qu’on manque de grain est faire preuve de déviance idéologique) empêchera les victimes de se plaindre au plus fort de la famine.

  • 2

4Concernant la crise alimentaire elle-même, les mécanismes qui font chuter la production agricole on été abondamment exposés dans maints ouvrages3. Wemheuer attire à juste titre l’attention sur les rapports entre villes et campagnes. L’accroissement très rapide de la main-d’œuvre industrielle et l’afflux brutal de ruraux dans les villes rendent soudain beaucoup plus délicat l’approvisionnement des citadins détenteurs d’un « bol de riz en fer ». La disette s’aggravant, ces derniers requièrent tant pour Staline que pour Mao une priorité absolue : c’est en ville qu’il faut éviter des émeutes de la faim, en ville que le régime se sent vulnérable et entend préserver la stabilité. En URSS, les villes sont même classées en trois catégories : Moscou, Leningrad, Kharkov, Dniepropetrovsk et une poignée d’autres villes industrielles ont droit aux céréales collectées à l’échelon national ; en partie approvisionnées par les entrepôts centraux, quatre-vingts villes doivent compléter leur ravitaillement dans les campagnes environnantes ; les autres villes et bourgs ne peuvent compter que sur des collectes locales (p. 63). La sauvegarde du régime incite les deux régimes à aggraver la famine rurale en imposant aux producteurs des réquisitions excessives afin de diminuer le moins possible les rations urbaines. De même, soutient et démontre Wemheuer, la famine chinoise est finalement vaincue moins par les concessions accordées – trop tard – aux producteurs (lopins privés rétablis, unité de compte rétrogradée au niveau de l’équipe de travail, contrat de responsabilité, etc.) que par la décision – elle aussi beaucoup trop tardive – de renvoyer à la campagne vingt millions de citadins de fraîche date et d’importer des céréales de pays capitalistes tels que l’Australie et le Canada. Ces importations ont contribué à l’approvisionnement de citadins devenus moins nombreux, ce qui a permis de diminuer le montant des collectes exigées des producteurs… auxquels on laissait cependant le soin de nourrir ceux qui revenaient des villes et dont les retours ont été échelonnés sur plusieurs années. Dans l’industrie, leur main-d’œuvre faisait d’autant moins défaut que l’arrêt des exportations de produits agricoles, puis l’importation de céréales ne permettaient plus d’importer des machines-outils : l’industrie était condamnée à marquer le pas avant même que les dirigeants ne renversent les priorités en plaçant « l’agriculture au premier rang ». A partir de 1962 s’imposent également le contrôle des naissances et – jusqu’au grand tournant de 1978 – la restriction de l’exode rural : le taux d’urbanisation n’augmente que de 17,3 % en 1962  à 17,92 % en 1978 (p. 230). Les leçons du désastre sont analysées dans l’épilogue, mais c’est le chapitre 4 (« Preventing Urban Famine by Starving the Countryside, 1959-1962 ») qui représente à mes yeux le sommet du livre.

  • 2

5 En revanche, les chapitres 5 à 7 et donc la troisième partie (« Famines on the Periphery ») sont moins importants et à mon gré trop longs. Ils comparent l’Ukraine, plus frappée qu’aucune autre région de l’URSS par la famine de 1932-1933 (le Kazakhstan l’avait été proportionnellement encore plus en 1931) et le Tibet, dont les pertes furent moins graves que celles qui ont affecté l’Anhui, le Henan et maintes autres provinces presque exclusivement peuplées de Han. Ces trois chapitres traitent moins de la famine elle-même que des récits contradictoires forgés par l’historiographie officielle et les nationalistes ukrainiens ou tibétains. L’intérêt se déplace donc vers les questions d’autonomie, de séparatisme ou de sécession de régions périphériques occupées par des minorités nationales, un sujet sans nul doute intéressant en soi4, mais qui nous éloigne du sujet et des contributions essentielles du livre.

6 Pour en finir avec les regrets, le livre comporte de rares inexactitudes ou incohérences. La population de la Chine en 1964 perd 13 millions d’hommes de la page 229 (704 millions) à la page suivante (691 millions), erreur pardonnable, qui correspond à peu près à l’accroissement naturel annuel à l’époque. Le tableau 4.3 (Consommation annuelle moyenne de grain par habitant des villes et des campagnes, Chine 1952-1966) et le texte de la page 133 soulèvent un problème plus sérieux : 362 jin est probablement une erreur de frappe pour 312 jin, mais à la ligne précédente un calcul erroné fait correspondre 386 jin par an à 493 grammes par jour (au lieu de 529). Au demeurant, le calcul erroné est peut-être plus près de la réalité que les 386 jin empruntés au tableau 4.3, qui indique (vraisemblablement à tort) une consommation urbaine supérieure en 1960 à ce qu’elle était en 1958.

7 Vétilles au regard des petits trésors dénichés ailleurs, à commencer par deux graphiques évocateurs aux pages 88 et 245. Celui de la p. 88 illustre le fonctionnement du système unifié d’achat et de vente des grains en vigueur de 1953 à 1960 ; consacré à la hiérarchie entre les consommateurs de grains, celui de la p. 245 place tout en bas les producteurs de riz et de blé consommé par les étages supérieurs. À quoi s’ajoutent pêle-mêle la mise en garde de Kropotkine (les révolutions du passé ont échoué parce qu’elles n’ont pas réussi à nourrir la population dans les époques de transformations radicales, p. 46), la comparaison entre passeport intérieur soviétique et hukou (p. 65), les millions de morts qu’un arrêt plus précoce des exportations de grains eût prévenus (en URSS, l’intégralité des morts de faim, p. 247). En outre, des discussions théoriques solidement argumentées introduisent ou couronnent la recherche empirique. Retenons seulement la réfutation des thèses qui magnifient la résistance paysanne et son impact (p. 78-82, 149, 152) et l’examen critique des théories d’Armartya Sen et Jean Drèze. La fameuse « entitlement approach » de Sen (la répartition des denrées et le déni du droit, facteurs plus importants de famine que la diminution ou le manque de disponibilités alimentaires) finit par montrer ses limites, sans être intégralement réfutée (p. 149-152, 246). La thèse de Drèze et Sen sur la démocratie plus capable de prévenir les famines que les régimes autoritaires succombe beaucoup plus vite à l’argumentation de l’auteur (p. 237-239). Une argumentation aussi convaincante que savante, le cas soviétique relayant le cas chinois avant d’être lui-même englobé par d’autres cas (de l’Inde à l’Afrique) et d’autres siècles (la Chine impériale et son système d’organisation des secours).

81  Entre autres Felix Wemheuer, Steinnudeln: Ländliche Erinnerungen und staatliche Vergangenheitsbewältigung der « Grossen Sprung » Hungersnot in der chinesischen Provinz Henan  (Nouilles de pierre : Mémoires rurale et officielle de la famine du Grand Bond dans la province chinoise du Henan), Francfort, Peter Lang, 2007 ; Kimberley Ens Manning et Felix Wemheuer (éds.), EatingBitternes: New perspectives on China’s Great Leap Forward and famine, Vancouver, University of British Columbia Press, 2011. Ce livre a fait l’objet d’une lecture critique dans Perspectives chinoises, n° 2013/3, p. 91-96.

93  Outre Manning et Wemheuer, mentionnons parmi beaucoup d’autres études : Frank Dikötter, Mao’s Great Famine. The history of China’s most  devastating catastrophe, 1958-62, Londres, Bloomsbury, 2010, recensé dans Perspectives chinoises, n° 2011/2, p. 76-77, et surtout Yang Jisheng, Mubei: Zhongguo liushi niandai dajihuang jishi, Hong Kong, Cosmos Books, 2008, 2 vol. (traduction française de Louis Vincenolles et Sylvie Gentil, Stèles. La Grande famine en Chine, 1958-1961, Paris, Éditions du Seuil, 2012). Ces deux versions ont fait l’objet de lectures critiques dans Perspectiveschinoises, n° 2009/1, p. 107-111, pour la version chinoise et n° 2013/3, p. 94-96, pour la version française. Pour l’URSS, retenons au minimum R. W. Davies et Stephen Wheatcroft, The years of hunger: Soviet agriculture, 1931-1933, New York, Palgrave Macmillan, 2004.

104  En ce qui concerne l’URSS, la référence classique est Terry Martin, TheAffirmative Action Empire: Nations and nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca, Londres, Cornell University Press, 2001.

Haut de page

Notes

2  Walter Mallory, China: Land of Famine, New York, American Geographical Society, 1926.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucien Bianco, « Felix Wemheuer, Famine Politics in Maoist China and the Soviet Union, », Perspectives chinoises, 2015/2 | 2015, 62-63.

Référence électronique

Lucien Bianco, « Felix Wemheuer, Famine Politics in Maoist China and the Soviet Union, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/2 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7108

Haut de page

Auteur

Lucien Bianco

Lucien Bianco est directeur d’études émérite à l’EHESS, Paris (biancosud@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org