Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-Pierre Cabestan, Le système politique chinois. Un nouvel équilibre autoritaire,

Paris, Presses de Sciences Po, 2014, 708 p.
Benoît Vermander
p. 73-74

Texte intégral

1En 1994, Jean-Pierre Cabestan avait publié Le système politique de la Chine populaire (PUF). La synthèse qu’il propose vingt ans plus tard autour du même sujet est profondément élargie et renouvelée. La différence de titre entre le premier et le deuxième ouvrage est d’ailleurs significative : au-delà de l’aspect proprement institutionnel, c’est du système politique « chinois » dont il est aujourd’hui question, un système qui a intégré et continue d’intégrer des apports historiques, culturels et sociaux de plus en plus variés dans une synthèse perpétuellement évolutive, une construction « nouvelle et atypique » (p. 20).  Le présent volume explore donc un paradoxe : les institutions mises en place juste après 1949 perdurent toujours (profondément renouvelées dans leur interprétation en 1979 il est vrai), alors même que les bouleversements économiques, culturels et sociaux intervenus durant les trois dernières décennies sont sans précédents historiques. Ce n’est donc pas un simple descriptif des institutions qui nous est ici présenté, mais un essai de science politique à portée comparatiste, un essai qui s’essaie à penser la complexité, les permanences et les transformations des relations nouées entre pouvoir et société. La thèse défendue peut être résumée ainsi : on ne saurait comprendre la permanence des institutions au milieu même des bouleversements sociaux qu’elles régulent qu’en faisant l’hypothèse d’un « continuum dégradé entre d’une part, pouvoir, lieux et relations de pouvoir et, d’autre part, société, structures et rapports sociaux. » (p. 20-21) En raisonnant en termes de « continuum » plutôt que d’ « opposition » il devient possible de formaliser les capacités d’adaptation et de consolidation du système de Parti-État propre à la Chine continentale.

2L’introduction de l’ouvrage en théorise donc les questions, tout en proposant une synthèse des travaux des vingt dernières années portant sur le politique en Chine. Elle contraste les approches étrangères avec celles dominantes en Chine même (souvent soucieuses d’opérer une « localisation » des problématiques), notant pourtant l’émergence de recherches désormais poursuivies par des binômes d’universitaires chinois et étrangers. Le corps de l’ouvrage est charpenté en deux grandes parties. La première, « Les institutions », s’articule en onze chapitres, étudiant d’abord la façon dont le PCC comprend et exprime sa mission, ses principes d’organisation, ses organes dirigeants, son appareil et ses finances, avant de se pencher successivement sur la Constitution et les institutions d’État, l’administration, le système judicaire, les assemblées populaires, la Présidence et la Commission militaire centrale, le système consultatif, et enfin l’APL. C’est donc un véritable schéma directeur du pouvoir et des institutions qui est ainsi dressé, depuis leurs axiomes de départ jusqu’aux détails de leur fonctionnement.

3La deuxième partie s’essaie à penser le « continuum dégradé » entre « Pouvoir et société », et s’articule autour de quatre questions successives : les cercles concentriques de la société politique officielle ; la corruption ; la diversification des formes de participation politique ; le contrôle des régions de minorités ethniques. La conclusion de cette deuxième partie hésite entre deux constats : d’une part, « les autorités politiques s’efforcent encore de guider ou de canaliser le corps social, mais elles le contrôlent de moins en moins » (p. 591) ; d’autre part, « l’apparition de nouvelles élites et, associé à cette évolution, de nouvelles formes de participation politique au sens large, ont permis au PCC de maintenir son statut tout en restant en phase, sinon avec l’ensemble, du moins avec la majorité du corps social. » (p. 592)

4La même hésitation se retrouve dans la conclusion générale, peut-être trop aimantée par la question de la durée possible de survie du régime et des scénarios de démocratisation. La prudence des formulations dans les scénarios esquissés n’empêche pas l’auteur de remarquer in fine qu’« en Chine comme ailleurs, la liberté et la démocratie ne s’octroient pas, elles se conquièrent. » (p. 613)

5La partie consacrée aux institutions est remarquablement structurée, documentée et argumentée. On ne saurait rêver de meilleure synthèse à proposer tant aux étudiants qu’aux acteurs étrangers désireux de comprendre le système politico-institutionnel avec lequel ils interagissent. La seconde partie est à la fois plus brève et plus sélective : elle s’essaie à dégager les principaux facteurs qui pourraient expliquer le fait que les transformations du régime et de la société s’opèrent dans le cadre d’institutions formellement inchangées. Le chapitre consacré à la sélection des élites permet d’appréhender et d’expliquer la résilience du Parti-État, dont les capacités organisationnelles et de contrainte restent intactes. La synthèse portant sur la corruption est claire, mais la complexité même du problème et la rapidité des évolutions rendent incomplète toute approche du phénomène. L’étude des formes de participation politique est remarquablement détaillée, mais aurait gagné à être théoriquement approfondie, tant le débat sur la notion même de société civile et ses implications pour le devenir du pays demeure vigoureux parmi les sociologues et politistes chinois. Plus globalement, l’ouvrage aurait pu offrir un aperçu plus précis du débat d’idées autour des questions de société et gouvernance tel qu’il se poursuit en Chine, débat plus riche et peut-être davantage porteur d’espoir qu’il n’est ici suggéré. Enfin, le chapitre sur les minorités nationales articule la question de l’évolution (ou non-évolution) des institutions avec celle des enjeux de sécurité nationale tels que perçus par le régime.  

6D’autres dimensions auraient pu être ajoutées à l’analyse et le « continuum », dont il est ici question, aurait pu faire l’objet d’une élaboration théorique plus précise. Néanmoins, une fois la lecture de la seconde partie de l’ouvrage achevée, il faut reconnaître qu’en sélectionnant les questions des élites, de la corruption, des modes de participation et des « frontières », l’auteur, après tout, a bien choisi quatre points névralgiques de l’articulation entre Parti-État et société. Pris ensemble, ils expliquent tant la résilience formelle des institutions que l’écart croissant entre leur esprit et celui qui aimante aujourd’hui la société chinoise.

7La taille de l’ouvrage n’empêche en rien une consultation aisée. C’est un ouvrage « de référence », qui peut tout à la fois se lire en continu ou être parcouru pour vérifier tel principe ou tel aspect pratique du système politique chinois. La bibliographie raisonnée qu’il propose constitue également un excellent instrument de travail. Malgré les difficultés de l’exercice, un équilibre heureux a été trouvé entre la présentation des données institutionnelles et juridiques et l’attention au fonctionnement politique et administratif au quotidien. Par ailleurs, l’acuité des défis rencontrés par le PCC est soulignée et détaillée à de nombreuses reprises. À cet égard, l’ouvrage est à conseiller à tous ceux qui s’interrogeraient encore sur les raisons ultimes des choix opérés par l’équipe Xi Jinping depuis son installation : les développements présents confirment indirectement la justesse de nombre des constats de l’auteur. Au-delà ou en deçà de l’étude des mutations économiques, culturelles et sociales, une attention renouvelée à la dimension proprement politique du devenir de la Chine est aujourd’hui de rigueur, et cet ouvrage contribue remarquablement à en formaliser la nature et les enjeux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Vermander, « Jean-Pierre Cabestan, Le système politique chinois. Un nouvel équilibre autoritaire, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7050

Haut de page

Auteur

Benoît Vermander

Benoît Vermander est professeur à la faculté de philosophie de l’Université de Fudan, Shanghai  (benoit.vermander@jesuites.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page