Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Kirk A. Denton, Exhibiting the Past: Historical Memory and the Politics of Museums in Postsocialist China,

Honolulu, University of Hawaii Press, 2014, 250 p.
Léo Kloeckner
p. 72-73

Texte intégral

1Exhibiting the Past : Historical Memory and the Politics of Museums in Postsocialist China propose une analyse originale des récits officiels que les autorités chinoises font du passé national, et s’intéresse en particulier aux musées. Professeur de littérature chinoise à l’Université d’État d’Ohio, l’auteur Kirk A. Denton cherche à comprendre et à mesurer l’implication de l’État dans l’élaboration et l’encadrement des discours officiels, dont les musées sont le relais. Il analyse le musée comme objet politique et rappelle que « les musées et les lieux de mémoire sont impliqués dans un processus hautement politisé de mémorisation et de représentation du passé, et sont travaillés par des forces idéologiques multiples au rang desquelles le maoïsme, le libéralisme et le néolibéralisme » (p. 3).

2 L’analyse s’étend à l’ensemble des lieux, institutions et pratiques identifiables comme des lieux de mémoire, au sens de Pierre Nora. L’auteur consacre par exemple un chapitre entier au tourisme rouge, et s’intéresse à la production de figures et de personnages exemplaires (martyrs révolutionnaires, héros populaires ou leaders modèles), qui alimente ces pratiques touristiques et légitime le régime politique. Kirk A. Denton donne ainsi au lecteur un aperçu très précis du paysage mémoriel chinois dessiné par cette « rhétorique de l’exhibition » et composé de lieux de mémoire d’une grande variété. L’auteur s’inscrit en rupture avec la « nouvelle muséologie », un courant qui tend à aborder le musée comme le lieu où se rencontrent les subjectivités des visiteurs, et à en faire ainsi un espace d’interprétation et de construction collective de sens. Pour lui, le musée est un dispositif servant le discours de l’État, mais il ne nie pas la capacité des visiteurs à porter des regards critiques sur ces discours officiels.

3L’auteur, dans une perspective foucaldienne, revendique une approche résolument « étatiste » et se démarque de la tendance récente de certains courants des sciences sociales à insister sur le rôle des agents individuels dans les processus sociaux. Pour lui, cette tendance revient à occulter le rôle de l’État dans la construction du paysage muséal chinois. Véhicule de l’idéologie d’État, sous l’emprise directe du Parti communiste chinois (PCC), le musée n’en est pas pour autant réduit à une simple manifestation de propagande monolithique ou une institution figée. Les musées, comme l’État, sont tiraillés entre « un vieux discours socialiste et une nouvelle idéologie du marché » (p. 9). Le maintien d’une ligne officielle communiste et le renforcement de l’autorité du PCC sur la société civile depuis 1989, dans un contexte marqué par le passage à une économie de marché, donnent lieu selon lui à la production d’un « espace idéologiquement ambigu » (p. 9), dont le musée est le reflet.

4Son analyse repose aussi bien sur l’étude du récit, pour ainsi dire brut, tel qu’il est livré aux visiteurs, que sur celle des discours des acteurs qui produisent ce récit. Elle s’appuie sur l’examen de divers matériaux (visuels, textuels, architecturaux) présentés dans les musées, ainsi que de documents d’archives et témoignages de différentes périodes qui permettent à l’auteur de mettre en perspective l’évolution de la rhétorique de l’exhibition historique depuis la fin de l’empire jusqu’à nos jours. Les discours analysés ne sont pas seulement ceux des acteurs partie prenante des institutions muséales, mais aussi ceux des visiteurs, dont certains détournent ou réinterprètent les dispositifs rhétoriques visuels mis en place par les autorités. C’est là une des finesses de l’ouvrage, qui parvient à dépasser une opposition schématique et stérile entre point de vue de l’État et point de vue de l’individu.

5Chaque chapitre de l’ouvrage correspond à un type de musée, ce qui permet de rendre compte de la complexité et de la diversité de « l’espace idéologiquement ambigu » (p. 9) que constitue le musée. La plupart des musées étudiés ont pour objet principal la commémoration d’épisodes du passé national : musées d’histoire (chapitre 1) ; musées consacrés à la mémoire de la révolution (chapitres 2 et 3) ; musées dédiés à la mémoire des martyrs nationaux (chapitre 4) ; musées militaires (chapitre 5) ; lieux consacrés à la mémoire de l’invasion japonaise (chapitre 6). L’auteur ajoute à cette liste les institutions, mémoriaux et musées consacrés aux héros populaires et aux leaders exemplaires (chapitre 7) ainsi qu’à la littérature et aux grandes figures littéraires (chapitre 8). Un autre ensemble de lieux d’exposition est consacré au récit de la construction de la nation chinoise, dont la diversité ethnique est vantée dans les musées ethnographiques (chapitre 9) et dont les routes du tourisme rouge semblent dessiner les contours (chapitre 10). Enfin, l’auteur consacre son dernier chapitre à ce qu’il appelle les « musées du futur », c’est-à-dire les espaces d’exposition que certaines municipalités urbaines consacrent à l’évocation du futur urbain national et local (chapitre 11). À ce titre, il est d’ailleurs surprenant que l’auteur n’ait pas intégré à son analyse l’Exposition universelle de Shanghai de 2010. Malgré son caractère éphémère, cette dernière n’en constituait pas moins une forme aboutie de cette rhétorique visuelle officielle qui intéresse justement l’auteur dans son livre. Elle fut un espace d’exposition présentant la façon dont la Chine se positionnait sur la scène mondiale et dont Shanghai envisageait son rôle au XXIème siècle.

6La question principale que soulève cet ouvrage est celle des modalités d’évolution des récits officiels véhiculés par les musées sur le passé national, dans le contexte idéologique ambigu et changeant de la Chine contemporaine. Comment les musées évoluent-ils ? Comment réagissent-ils aux transformations du monde hors de leurs murs ? En tentant de répondre à ces questions, Kirk A. Denton évite de faire un portrait monolithique d’institutions qui restent marquées par certaines permanences depuis la fin de l’ère maoïste, liées au rôle de l’État et du PCC dans la mise en forme des récits officiels du passé.

7Les principales transformations relevées par l’auteur concernent d’une part les références de ces récits, et d’autre part les formes du discours muséal. L’analyse des musées d’histoire révèle un basculement dans la référence au passé pré-communiste et révolutionnaire. L’auteur montre que les autorités cherchent à asseoir leur légitimité davantage sur l’évocation d’un temps long que sur celle d’un moment révolutionnaire envisagé sur le mode de la rupture historique. Autrefois condamné, le passé impérial et républicain est en partie réhabilité, et le récit des gloires révolutionnaires du PCC fait une plus large place désormais à celui des humiliations subies par les civils pendant la guerre de résistance au Japon. D’après l’auteur, ce nouveau rapport au passé témoigne d’une volonté du PCC de donner une image de son histoire cohérente avec la politique menée depuis la conversion de l’État à l’idéologie néolibérale.

8Kirk A. Denton souligne à propos de chacun des types de musée étudiés, que dans ce contexte de libéralisation des industries culturelles, les formes du discours muséal sont marquées par une forte marchandisation. Les politiques muséales tendent de plus en plus souvent vers le divertissement, ou reposent sur la construction d’une image de marque et un marketing poussé. Cette tendance renvoie selon lui à la globalisation du paysage culturel et du modèle économique dans lequel évoluent les institutions muséales, désormais impliquées dans des partenariats internationaux et ouvertes à la circulation de modèles muséaux (pédagogiques et architecturaux) mondialisés. Pour Kirk A. Denton, même si cette marchandisation peut sembler entrer en contradiction avec le récit officiel de l’histoire chinoise, influencé par le PCC, elle n’est que le reflet de la nature « idéologiquement ambiguë » du « paysage mémoriel chinois » contemporain, et témoigne également du fait que le discours d’État n’est pas monolithique ou immuable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Kloeckner, « Kirk A. Denton, Exhibiting the Past: Historical Memory and the Politics of Museums in Postsocialist China, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7048

Haut de page

Auteur

Léo Kloeckner

Léo Kloeckner est doctorant contractuel en géographie à l’université Paris 1. Il est rattaché au laboratoire PRODIG (UMR 8586). Il est rédacteur de la revue électronique Urbanités  (leo.kloeckner@gmail.com).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page