Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Nancy Bernkopf Tucker, The China Threat: Memories, Myths, and Realities in the 1950s,

New York, Columbia University Press, 2012, 295 p.
Edward Friedman
Traduction de Fanny Fontaine
p. 70-72

Texte intégral

1Achevé tandis qu’elle menait sa dernière bataille contre le cancer, ce livre de Nancy Bernkopf Tucker, éminente historienne américaine de la diplomatie, spécialiste des relations entre les États-Unis et la République populaire de Chine (RPC), est une étude remarquable des relations entre Washington et Pékin à l’époque d’Eisenhower. Elle y démontreque le président Eisenhower, « Ike », fit l’erreur de considérer que les forces politiques issues de son parti républicain, le Congrès des États-Unis et l’opinion publique américaine l’empêchaient de réaliser ses desseins : à savoir qu’il valait mieux tenter une ouverture constructive vis-à-vis de la Chine de Mao que de mener une politique difficilement tenable cherchant à isoler le régime stable du Parti communiste chinois des organisations et du commerce internationaux.

2Selon Nancy B. Tucker, Ike aurait dû sensibiliser l’opinion américaine au fait qu’une puissante République populaire de Chine allait perdurer, et tenter des ouvertures en vue de normaliser les relations avec Mao. L’auteure refuse d’admettre la conclusion de ses recherches, à savoir que la politique américaine entrava ce genre de décisions politiques.

3Nancy B. Tucker questionne les mythes qui entourent la politique d’Eisenhower à l’égard de la RPC. Les archives qu’elle a exhumées et ses interviews avec des acteurs-clés américains infirment l’idée selon laquelle le successeur d’Ike, John Kennedy, ne pouvait s’ouvrir à la Chine car Ike avait menacé de monterle peuple contre lui s’il tentait un tel rapprochement. Elle montre qu’Eisenhower souhaitait en réalité mettre fin à une politique vouée à l’échec, et qui avait pour but d’isoler la RPC.

4The China Threat clarifie aussi la raison pour laquelle l’administration Eisenhower se fourvoya autant sur la Chine. Nancy B. Tucker énumère en détail pourquoi l’administration américaine n’a jamais voulu croire aucun des éléments indiquant une rupture entre Moscou et Pékin et comment l’administration fit l’erreur de considérer les politiques économiques irrationnelles de Mao comme le facteur, en quelque sorte, de la réussite de la modernisation industrielle de la RPC. Elle démontreaussi que Washington fut aveuglé à la fois par des préjugés eurocentrés et par une incapacité à évaluer « la puissance de la décolonisation ou du nationalisme tiers-mondiste » (p. 27).

5L’auteure révèle qu’Ike se souciait moins de ces dynamiques en RPC que des forces belliqueuses au sein du gouvernement de Tchiang Kaï-shek à Taiwan. Eisenhower « s’inquiétait de la capacité de Tchiang Kaï-shek à plonger les États-Unis dans une guerre non désirée » (p. 15) ; « Dulles croyait que Tchiang n’hésiterait pas à déclencher une troisième guerre mondiale… » (p. 29) ; Dulles « amortit les tentatives des nationalistes pour provoquer Pékin » (p. 30). A l’opposé, Mao fut « extrêmement prudent » (p. 21). Bien que Dulles « ait collaboré avec Dean Rusk pour évincer le Généralissime du pouvoir » en 1950 (p. 26), Tucker conclut que l’administration Ike-Dulles n’essaya pas de renverser Tchiang. Mais il se peut que la résolution de la crise de 1958 dans le détroit de Taiwan soit en partie due au fait que Tchiang Kaï-shek ait mis fin aux incursions provocatrices en RPC à condition que les Américains ne cherchent plus à le remplacer.

6L’auteure démontre qu’à partir de 1953, le pouvoir de Mao ne considéra plus les États-Unis comme une menace militaire (p. 57 à 58). Elle récuse le discours de Mao qui approuve la guerre nucléaire, en y voyant une « rhétorique » d’« autoprotection » (p. 59), lequel était perçu par Nehru comme une pure folie. En réalité, Mao condamna imprudemment la Chine à l’autarcie, s’aliénant la Russie, l’Inde, et bien d’autres pays.

7Nancy B. Tucker fournit de riches données sur les deux crises des années 1950 dans le détroit de Taiwan. Celles-ci me persuadent que les chefs du Parti communiste chinois, après un siècle de guerre et de chaos, voulaient moderniser la Chine. Ils devaient ainsi expulser des îles allant du Nord de la Chine jusqu’à Shanghai les troupes de Tchiang qui maintenaient un blocus des ports chinois et empêchaient leur commerce avec le reste du monde. « La côte sud-est de la Chine avait pâti des effets du blocus nationaliste chinois… » (p. 87). La RPC chercha à mener des pourparlers avec les États-Unis pour « résoudre la question du commerce » (p. 97). « La Chine désirait acheter des marchandises qui étaient de meilleure qualité que les produits russes et envoyer des étudiants aux États-Unis » (p. 98). La RPC voulait mettre fin à « l’embargo commercial » des États-Unis (p. 99).

8En 1954-1955, les attaques chinoises avaient pour objectif de mettre fin au blocus de Tchiang sur la RPC. Autrement dit, les « objectifs » du PCC (Parti communiste chinois) « étaient limités » (p. 97). La Chine « n’était pas […] prête à attaquer Taiwan » (p. 75-77). « Mao insista pour que les troupes de l’Armée populaire de libération n’affrontent jamais directement les Américains» (p. 77). Etant donné qu’Eisenhower réagit en expulsant Tchiang des îles utilisées pour le blocus, « Mao conclut que Washington désirait vraiment éviter la guerre… » (p. 79). De la même manière, « Eisenhower doutait fort que les communistes chinois veuillent se risquer à entrer en guerre » (p. 82).

9Quand Mao initia une seconde crise en 1958 en ordonnant de bombarder les îles Jinmen et Mazu, une fois encore, Eisenhower et Mao « cherchèrent tous deux à éviter une confrontation militaire » (p. 139). Mao chercha à créer une atmosphère de crise pour faciliter la mobilisation des villageois dans d’énormes collectivités dénommées par euphémisme « communes populaires », (p. 158), et pour montrer sa capacité à tenir tête aux Américains dans l’intérêt des guerres de libération nationale, à l’opposé de la politique de coexistence pacifique et de détente de Khrouchtchev. Jinmen et Mazu « n’avaient aucune valeur militaire » (p. 149).

10C’est parce que Mao joua à la guerrede manière irresponsable qu’il s’aliéna Moscou (p. 169). Mao se vanta d’avoir maintenu Ike et Khrouchtchev dans la crainte, ce qui était « formidable » (p. 149). L’imprudence de Mao força Ike à perdre un capital politique important en écrasant les faucons américains et Tchiang, qui cherchaient tous à utiliser les provocations de Mao pour justifier une guerre contre la RPC. Une fois encore, Mao vit que le président américain recherchait la paix (p. 148). Les États-Unis pressèrent encore davantage Tchiang de « cesser les attaques commandos […] et les tentatives d’établir un blocus des ports du continent » (p. 157).

11Mais l’auteure se trompe en oubliant les motivations nationales et internationales de Mao et en inscrivant les crises au sein d’un soi-disant contexte d’ « aspiration chinoise à l’unification » (p. 157). Aucune donnée ne justifie de telles « aspirations ». En réalité, Mao ne fut jamais préoccupé par Taiwan, île qui ne faisait pas partie de la conscience nationaliste chinoise avant 1942.

12De la même façon, l’auteur se trompe en prêtant foi au discours du PCC, selon lequel « les Chinois prirent conscience de l’exploitation humiliante imposée par l’Occident après avoir supporté un siècle de semi-colonialisme et de quasi-extinction nationale » (p. 47). En fait, la dernière dynastie des Qing fit plus que doubler la taille du territoire contrôlé par les Ming sinisés, annexant de larges pans de territoires non-sinisés. C’est ainsi que les Han du PCC ont menacé d’extinction nationale les communautés mandchoues, mongoles, tibétaines et ouïghoures. Les Han, à travers une politique connue sous le nom de « colonies de peuplement », envahissent désormais les territoires de ces peuples. Le mythe post-maoïste selon lequel les envahisseurs mongols et mandchous avaient en quelque sorte réunifié la Chine tandis que les Han qui résistaient aux envahisseurs étaient des séparatistes, n’est qu’une rhétorique servant à légitimer le revanchisme chinois, tout comme les récitsrécurrentssur un siècle d’humiliation.

13Pour Mao, la nation qui s’empara de la plupart des terres conquises par les Qing favorables à l’expansion militaire, ce n’est pas l’Occident, mais la Russie tsariste et leurs héritiers, les nouveaux tsars de la Russie soviétique. L’envahisseur qui tua le plus de Chinois, ce n’est pas l’Occident, mais Hirohito et son Empire de l’ère Showa. Les nationalistes de Sun Yat-sen tenaient pour acquis que le peuple qui avait longtemps humilié les Han était les Mandchous, et non l’Occident. Ce sont les objectifs de politique intérieure d’un PCC antilibéral qui ont conduit au mythe historique diabolisant « l’Occident ».

14Nancy B. Tucker montre combien il est important de comprendre les erreurs des gouvernements et pour quelles raisons ils se trompent, comme le fait d’avoir raté les premières opportunités de normalisation des relations entre Washington et Pékin. Tandis que la Chine de Mao considérait toujours davantage l’URSS comme son ennemi numéro un, l’administration d’Eisenhower, pressée par Tchiang et la droite républicaine, « exagérait » considérablement « la menace chinoise » (p. 177). Au contraire, selon le directeur des archives du Parti communiste chinois, Hu Hua, à partir de 1961, année où Eisenhower quitta ses fonctions, Mao voulut parvenir à une ouverture avec Washington et arriver à des accords.

15L’étude de Nancy B. Tucker explore brillamment comment la politique intérieure américaine dessina et délimita les choix d’Eisenhower en matière de politique étrangère. Elle cherche des éléments similaires sur la Chine. Et elle a raison. Pour compléter le tableau des relations entre les États-Unis et la RPC, les analystes ont besoin d’accéder aux archives chinoises susceptibles de révéler les dynamiques en présence au sein de la politique du PCC. Sans ces données, il est aisé de sous-estimer, à tort, à quel point la politique intérieure chinoise fut, comme elle l’est toujours, centrale dans la formation et la transformation des choix du PCC en matière de politique étrangère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edward Friedman, « Nancy Bernkopf Tucker, The China Threat: Memories, Myths, and Realities in the 1950s, », Perspectives chinoises, 2015/1 | 2015, 70-72.

Référence électronique

Edward Friedman, « Nancy Bernkopf Tucker, The China Threat: Memories, Myths, and Realities in the 1950s, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7046

Haut de page

Auteur

Edward Friedman

Edward Friedman est professeur émérite au département de science politique de l’Université du Wisconsin à Madison, où il enseigne la politique étrangère chinoise (efriedm1@wisc.edu).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org