Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Ann Heylen, Chronique du Toumet-Ortos. Looking through the Lens of Joseph Van Oost, Missionary in Inner Mongolia (1915-1921)

« Leuven Chinese Studies XVI », Louvain, Leuven University Press & Ferdinand Verbiest Foundation, 2004, 409 p.
Yves Camus

Texte intégral

1La collection Leuven Chinese Studies, publiée par l’Institut d’études sino-mongoles de Louvain, a acquis sa réputation par le sérieux de ses déjà nombreuses monographies. Promue par la Fondation Ferdinand-Verbiest de l’Université catholique de Louvain, la collection rassemble, à parts égales, les communications présentées au cours des conférences organisées par l’Institut, depuis maintenant plus de dix ans, et les résultats de recherches individuelles, parfois effectuées dans la préparation d’un doctorat. L’ouvrage objet de cette recension relève de la seconde catégorie.

2La recherche entreprise par l’auteur lui fut sans doute suggérée par les objectifs de l’Institut d’études sino-mongoles. Selon les termes mêmes des éditeurs, ce sont d’abord « l’histoire de l’Eglise catholique chinoise, et les contributions des missionnaires à cette histoire », et « la traduction et publication – en coopération avec d’autres instituts d’études mongoles – des recherches effectuées par les missionnaires CICM » (pour le latin Congregatio Immaculati Cordis Mariae, les missionnaires de Scheut, en Belgique, ou Scheutistes).

3Le travail d’Ann Heylen devrait répondre à ce dessein, car il se veut être l’étude en anglais d’une Chronique, jusqu’alors inédite, rédigée en français, des six années (1915-1921) passées en Mongolie Intérieure par Joseph Van Oost, missionnaire de Scheut. Seuls des extraits spécialement choisis et mis en ordre thématique sont publiés dans cette étude.

4La préface, écrite par Jérôme Heyndrickx, directeur de la collection, est faite d’une courte biographie de Joseph Van Oost (1877-1939), « musicien, écrivain, missionnaire en Mongolie Intérieure » où il passa la majeure partie de sa vie (1902-1912 et 1914-1929), quand des raisons de santé le forcèrent à rentrer en Belgique, où ses talents de chercheur, d’écrivain et de musicien eurent l’occasion de se manifester dans de nombreux travaux et publications (les titres en sont donnés en fin de volume).

5Après une introduction sur les propos de l’étude, l’ouvrage se développe en sept chapitres, où l’auteur introduit, rassemble et commente certains passages de la Chronique relevant chacun de l’un des sept thèmes retenus pour sa recherche. Présentation du très rude contexte climatique d’abord (1. The Climate, Praying for Rain in the Desert), selon la succession des saisons : froid rigoureux l’hiver et été torride (de moins 40 à plus 40 degrés Celsius — p.11), constante sécheresse, et donc pauvreté des récoltes, vent et poussière, tremblements de terre. Suit une introduction aux croyances et coutumes locales (2. Chinese Beliefs and Customs, Dragons Kings, Selling Daughters, Money and Death), pages où les extraits de la Chronique sont ordonnés selon une double progression, celle du calendrier (les coutumes traditionnelles allant du Nouvel An au Festival de la Mi-Automne) et celle des étapes de la vie, individuelle (mariage, vie familiale, décès, funérailles) et sociale (importance de l’argent, déviances, crimes, châtiments). C’est dans ce double contexte, climatique et social, que présentation est faite de la vie des missionnaires (3. The Scheut Mission in the Ordos, Missionaries in the Field), où leurs difficultés (dues à leur petit nombre) sont détaillées, ainsi que leurs méthodes apostoliques et pastorales, les exigences de l’accomodation culturelle, et tout cela – pour un temps – au milieu d’une épidémie de peste. Il y eut plus grave encore (4. Protecting the Flock, Looting Soldiers, and Political Bandits) : la constante menace représentée par les désordres politiques (les Seigneurs de la Guerre) et sociaux (le cercle vicieux de la cupidité et de la corruption) de l’époque. Les années couvertes par la Chronique sont celles qui suivirent la naissance de la République avec les troubles que l’on sait (5. China in Transition, Politics and Intrigues). Il est remarquable que, malgré l’éloignement et la pauvreté des moyens d’information, Joseph Van Oost puisse fournir tant d’échos des manœuvres politiques et des luttes pour le pouvoir, au centre. Et non seulement de cela, mais aussi (6. Towards a Uniform China: Bureaucratic Reforms), des efforts accomplis par ce nouveau pouvoir pour mettre en place des réformes administratives (taxes foncières, nouvelle monnaie et surtout lutte contre la production de l’opium). Un dernier chapitre (7. International Relations, War, Diplomacy, and Railroads) rassemble tous les passages de la Chronique qui donnent aux observations de son auteur l’horizon global — les séquelles de la Première Guerre mondiale et du Traité de Versailles (avril 1919) — sans lequel les faits locaux relatés perdraient beaucoup de leur contribution historique. Une Conclusion — bien brève : une page ! — suit.

6Curieusement, vient alors une liste des proverbes cités dans la Chronique (caractères chinois, romanisation pinyin, romanisation Debesse qu’utilise Joseph Van Oost, traductions française et anglaise), classés selon trois thèmes : climat, coutumes, mythologie ; un glossaire (pinyin, Debesse, caractères chinois) ; la bibliographie de Joseph Van Oost ; une bibliographie choisie d’ouvrages consultés et un index.

7Cette longue étude méritait certes une introduction. Ann Heylen y justifie son propos et son choix méthodologique. Le travail s’inscrit tout d’abord parmi les efforts des historiens contemporains de revaloriser l’apport des documents d’ordre secondaire (journaux personnels, chroniques, etc.) dans l’analyse et la compréhension du passé. Dans ce dessein, l’auteur replace la Chronique du Toumet dans le Zeitgeist de l’époque : explorateurs et missionnaires contribuaient, par la rédaction de leurs observations, parfois critiques, à la connaissance du monde nécessaire tant à l’expansion occidentale qu’à la réflexion chrétienne sur l’entreprise « missionnaire ». Puis, en présentant la Chronique, l’auteur explique son choix méthodologique : par souci de clarté et pour éviter les répétitions inévitables d’un texte écrit au fil des mois, sinon des jours, l’auteur choisit de rassembler sous les sept thèmes mentionnés plus haut les extraits les plus significatifs du texte de Van Oost. La lecture attentive de l’ouvrage laisse un doute sur les avantages de ce choix, car, malgré les introductions et commentaires qui étoffent chaque chapitre, l’impression de répétition reste très forte (le même texte daté du 31 mai 1915 est cité deux fois à quelques pages de distance, p. 122 et p. 130 : s’agit-il d’une faiblesse d’attention – comme certaines malheureuses coquilles que l’on taira… ?). Bien que l’ouvrage comporte quelques reproductions de photographies d’époque, heureusement préservées avec leurs qualités et leurs défauts, on peut malgré tout sérieusement regretter qu’aucune carte générale de la Mongolie intérieure du temps, ni des districts où travailla Joseph Van Oost, n’aide le lecteur à se faire une idée ni du terrain ni des distances… On comprendrait mieux l’horizon dans lequel tant d’exactions eurent lieu dans cette époque troublée. Un tableau replaçant les événements locaux dans le cadre des grandes dates de la naissance de la République aurait également été précieux.

8Sans cartes ni chronologies, le lecteur de l’ouvrage se trouve emporté volens nolens dans le tourbillon des troubles sociopolitiques qui, telles les tempêtes de sables venues du désert de Gobi, le laissent sans direction ni perspectives pour suivre et apprécier la croissance de l’Eglise catholique en Mongolie intérieure, objet pourtant de la collection qui accueille l’ouvrage. Conséquence malheureusement imprévue du choix méthodologique fait par Ann Heylen et qui dessert peut-être la longue Chronique du Toumet-Ortos de Joseph Van Oost.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Camus, « Ann Heylen, Chronique du Toumet-Ortos. Looking through the Lens of Joseph Van Oost, Missionary in Inner Mongolia (1915-1921) », Perspectives chinoises [En ligne], 88 | mars-avril 2005, mis en ligne le 15 mars 2007, consulté le 26 février 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/699

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page