Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Elspeth Thomson, The Chinese Coal Industry: An Economic History

Londres, New York, RoutledgeCurzon, 2003, 412 p.
Erik Baark

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Nicolas Ruiz-Lescot

Texte intégral

1La Chine est le premier producteur mondial de charbon, sa principale ressource énergétique. Les conséquences sur la politique énergétique chinoise sur l’environnement local et global sont considérables. Le développement de l’industrie houillère illustre par ailleurs les principales transformations économiques, sociales et politiques survenues en Chine depuis plus d’un siècle. La gestion et le développement du secteur reflètent en particulier les priorités successives de la politique industrielle après 1949, depuis les mines d’Etat développées sur le modèle soviétique de la planification centralisée, jusqu’aux réformes incluant des systèmes de responsabilité contractuelle, et l’encouragement des petites mines locales dans les années 1980. Récemment encore, le charbonnage a été l’objet de nouvelles expérimentations, notamment la commercialisation du secteur et l’introduction de nouveaux types de propriété, incluant des efforts de captation des investissements étrangers.

2Ces transformations et leur lien avec le développement économique chinois constituent l’essentiel de l’analyse d’Elspeth Thomson. Celle-ci offre une excellente étude des principales étapes en matière de production, de transport et de consommation du charbon, lors des moments-clés de l’histoire économique chinoise. Revenant sur la naissance de l’industrie charbonnière au XIXe siècle, sous l’influence des investissements étrangers, jusqu’à son expansion rapide sous contrôle japonais après les années 1930, le premier chapitre révèle que la République populaire de Chine (RPC) a hérité d’un appareil de production fragmenté mais important. Toutefois, le degré de mécanisation était faible, les infrastructures de purification et de transport insuffisantes, et il n’y avait pas de planification et de politique de soutien au niveau national.

3Les deuxièmes et troisièmes chapitres examinent les trois décennies qui suivent l’établissement de la RPC. La période de planification socialiste marque une expansion, ponctuée de retours en arrière au moment du Grand Bond en Avant et de la Révolution culturelle. Les quantités produites et le système de transport n’ont jamais été suffisants pour répondre à la demande. Le troisième chapitre évalue les conséquences négatives de politiques incohérentes, des prix maintenus artificiellement bas, des investissements insuffisants et de la localisation problématique des zones de production et de consommation.

4Les réformes des années 1980 accordent une importance considérable au développement de l’industrie charbonnière. Afin d’accroître l’efficacité du secteur, des mesures de responsabilisation et de décentralisation sont prises. Le minerai doit fournir l’énergie nécessaire à la modernisation du pays. Les quatrième et cinquième chapitres analysent en détail la nouvelle orientation politique et le développement de l’industrie charbonnière entre le septième et le neuvième Plan quinquennal (1986-2000). Au chapitre six, Elspeth Thomson procède à une évaluation des années de réforme et note que la production s’est rapidement développée avec l’ouverture de nombreuses mines locales, tandis que de graves problèmes subsistaient, liés à la qualité du minerai et au transport. La Chine est devenue le premier producteur mondial de charbon dans les années 1990, développant progressivement l’exportation de minerai et d’équipements miniers. La dérégulation des prix a permis un accroissement de la production, mais a aussi favorisé l’émergence de la corruption. Par ailleurs, la hausse des prix n’a pas forcément été favorable aux mines d’Etat alimentant les centrales et les principales industries comme la sidérurgie : la dette interindustrielle a augmenté et les fournisseurs de charbon ont subi d’énormes pertes. Vers la fin des années 1990, la demande de charbon amorce une baisse due pour une large part à la fermeture d’entreprises d’Etat improductives dans des secteurs industriels grands consommateurs d’énergie. Le gouvernement a également essayé d’améliorer le rendement de la consommation et de réduire les émissions polluantes, en encourageant l’usage de sources d’énergie alternatives comme le gaz.  

5Au chapitre 7, Elspeth Thomson relève la persistance de sérieux problèmes : les restructurations inachevées – la fermeture de mines locales improductives, dangereuses et illégales par exemple –, l’amélioration du niveau technologique et de la situation financière des grandes mines. La Chine doit aussi faire face à d’autres graves défis : d’une part, la pollution causée par un charbon de mauvaise qualité (du fait du manque de capacités de nettoyage, notamment de ressources hydrauliques), et d’autre part, la perspective de dépendre toujours essentiellement du charbon.

6L’ouvrage d’Elspeth Thomson peut être lu dans deux perspectives complémentaires. Il propose une enquête extrêmement détaillée des aspects politiques, organisationnels et économiques de la production, du traitement, du transport et de la consommation du charbon en Chine. Etant donné le rôle central joué par l’industrie charbonnière dans le secteur énergétique chinois, et l’attention suscitée par de graves accidents dans les mines, cette étude est une lecture essentielle pour l’investisseur étranger comme le journaliste. D’autre part, l’état de l’industrie charbonnière apparaît comme symptomatique des maux ayant affecté les unités de production au temps de la planification centralisée. Mais il révèle aussi des problèmes plus récents, tout aussi pernicieux, qui rongent la Chine actuelle, partiellement réformée, partiellement ouverte au marché. A ce titre, la lecture de cet ouvrage sera profitable à tous, éclairant un secteur-clé et souvent ignoré, dont dépendent les industries exportatrices mieux connues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erik Baark, « Elspeth Thomson, The Chinese Coal Industry: An Economic History », Perspectives chinoises [En ligne], 88 | mars-avril 2005, mis en ligne le 15 mars 2007, consulté le 26 février 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/698

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page