Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Leo F. Goodstadt, Poverty in the Midst of Affluence: How Hong Kong Mismanaged its Prosperity,

Hong Kong, Hong Kong University Press, 2013, 264 p.
Gordon Mathews
Traduction de Antoine Roset
p. 72-73

Texte intégral

1Le livre de Leo F. Goodstadt analyse comment la priorité accordée aux affaires par le gouvernement de Hong Kong au détriment de toutes autres considérations a engendré une société qui traite les plus vulnérables de ses membres avec dureté, voire cruauté. Pour écrire ce livre, Leo F. Goodstadt, qui a lui même exercé les fonctions de conseiller politique principal dans le gouvernement de Hong Kong de 1989 à 1997, s’est appuyé sur sa connaissance de première main des rouages du gouvernement, ainsi que sur des informations largement disponibles dans les médias. La lecture de ce livre est déprimante mais essentielle pour toute personne qui s’intéresse au passé récent, au présent et au futur de la société de Hong Kong.

2L’introduction aborde la crise financière asiatique de 1997-1998 et ses effets sur Hong Kong : « Pour la première fois depuis la fin de l’occupation japonaise en 1945, les parents ne tenaient plus pour acquis que leurs enfants auraient de meilleures perspectives professionnelles » que celles de leur génération (p. 2). Leo F. Goodstadt y voit l’échec des dirigeants du gouvernement de Hong Kong, notamment de Tung Chee-hwa, alors Chef de l’exécutif, qui s’efforçait d’administrer la ville comme une entreprise plutôt que comme une société humaine. À cet égard, Tung Chee-hwa ne faisait que se situer dans le prolongement des idées du gouvernement colonial, pour qui la gestion d’entreprise servait de modèle à la gestion des affaires sociales. Mais Tung Chee-hwa, et après lui Donald Tsang et C.Y. Leung, ont contribué à accentuer les inégalités sociales. Leo F. Goodstadt cite ainsi l’économiste Robert Heilbroner, pour qui « une société où les activités économiques obéissent aux lois du marché est aux petits soins pour les riches, mais reste sourde aux problèmes des pauvres » (p. 21).

3Le chapitre 1, Crisis Economics : Private Profits, Public Pain, démontre que la crise économique de 1997-1998 fut moins le résultat de forces extérieures que d’une mauvaise appréciation de la part de Tung Chee-hwa de la solidité sous-jacente des finances de Hong Kong, qu’il contribua à détruire avec sa politique d’austérité. L’intervention de Tung dans le système financier en 1998 a été couronnée de succès, mais pas son engagement à fournir des logements bon marché aux Hongkongais, puisqu’il a abandonné ses promesses sous la pression des promoteurs immobiliers. Le résultat a été une baisse spectaculaire de l’offre de logements publics dans les années 2000. Ce chapitre traite également de la « fin du boom du Guangdong pour Hong Kong » au début de cette même décennie, lorsque les entreprises hongkongaises ont dû se retirer en réaction aux nouvelles mesures en vigueur sur le continent. Il décrit également le régime fiscal de Hong Kong comme celui d’ « un pays du Tiers monde aux allures vintage » (p. 43), sans prélèvement sur les bénéfices, les dividendes ou les héritages. Le niveau d’imposition y est extraordinairement faible et destiné à favoriser les entreprises plus que la population hongkongaise dans son ensemble.

4Dans le chapitre 2, The Business of Government: Less Politics, No Welfare, l’auteur souligne qu’au moment où « la Loi fondamentale accorda une place prééminente aux représentants du monde des affaires dans le système politique », le gouvernement renforça encore cette tendance, comme en témoigne le développement du népotisme, le scandale du contrat du Cyberport et la réticence à appliquer les lois de la concurrence, avec en toile de fond générale un avantage commercial de la Chine continentale sur Hong Kong de plus en plus marqué. Pendant les années 1980 et 1990, « les industries hongkongaises pouvaient maintenir leur compétitivité à l’export en délocalisant leurs usines sur le continent », mais à partir des années 2000, « Hong Kong est devenu en soi un marché pour l’exploitation » où le secteur de l’immobilier, la main-d’œuvre et les consommateurs furent sacrifiés (p. 66). Malgré le fossé toujours plus grand entre les riches et les pauvres, « pourquoi [...] les politiques hongkongais sont-ils restés si obéissants et les difficultés sociales ont-elles été si patiemment acceptées ? » (p. 75). La question est d’autant plus pertinente si on se souvient de la mauvaise conduite des maîtres de la ville, comme Donald Tsang frayant avec les magnats des affaires sur des yachts ou empruntant leurs jets privés. Leo F. Goodstadt conclut ce chapitre en notant que « la menace réelle pesant sur la gouvernabilité de Hong Kong réside avant tout dans la mauvaise gestion de ceux qui la gouvernent ».

5Le chapitre 3, Housing: Unending Crisis, explique comment le gouvernement de Hong Kong est resté paralysé après que Tung a renoncé à son plan de logement au début des années 2000. Même si la brève réforme de Tung a eu pour effet de « résoudre, dès 2002, une partie des problèmes de logement les plus préoccupants » (p. 91), elle fut rapidement remplacée dans la conscience publique par une baisse importante des prix de l’immobilier. Leo F. Goodstadt remarque que le retrait du gouvernement du marché de l’immobilier en 2002 fut suivi par une augmentation annuelle de 19 % des appartements durant la décennie suivante (p. 101), rendant les prix des logements inabordables pour un nombre sans cesse plus important de Hongkongais. Si à une certaine époque Hong Kong était réputé pour la construction massive de logements publics, au début des années 2000, « le gouvernement s’est désengagé totalement si bien qu’il n’est rien resté de la machine qui avait fourni auparavant des logements publics à plus de trois millions de personnes » (p. 104).

6Le chapitre Social Reforms:Too little, Too Late, s’attache à montrer que Hong Kong ne s’est jamais complètement remis de la décision prise par l’administration coloniale à la fin des années 1940 de ne pas offrir de services sociaux ni de services de santé au million de migrants qui se déversait dans la ville. En dépit de la croissance rapide de l’économie entre les années 1960 et la fin du siècle, « la santé, l’éducation et les services sociaux furent sous-financés [...] et leur niveau de développement resta celui d’un pays du Tiers monde jusqu’à la fin de la présence anglaise » (p. 114). L’Autorité hospitalière, créée en 1990, a transformé pour le meilleur les soins hospitaliers, mais le gouvernement est devenu de plus en plus préoccupé par les coûts engendrés. Le gouvernement colonial a aussi tardé à s’engager dans le domaine de l’éducation, puisque l’éducation primaire n’a été rendue obligatoire et gratuite qu’en 1971, et la gratuité de l’enseignement secondaire ne fut introduite qu’en 1978. « Les fonds important alloués dans les années 1990 à la santé, à l’éducation et à la protection sociale étaient encore trop faibles pour contrebalancer des décennies de sous-financement. Au 21e siècle, ces secteurs devaient être considérablement handicapés par cet héritage » (p. 129). Le chapitre suivant, Social Reforms: The New Poverty, montre que c’est particulièrement vrai à l’heure actuelle, où des pressions financières de plus en plus grandes se font sentir. Les hôpitaux ont été la première cible des coupes budgétaires opérées par le gouvernement, qui entre autres n’a cessé de diminuer le nombre de médicaments de première nécessité fournis gratuitement. L’éducation, malgré une série de réformes, est devenue « plus chère et de moins bonne qualité » (p. 148). Quant au système de protection sociale, Donald Tsang déclarait que « le gouvernement ne devrait jamais venir en aide aux pauvres avec ses propres ressources, car ce serait un effort voué à l’échec » (p. 152).

7Le chapitre 6, The Undeserving Poor, est consacré au sort des laissés pour compte de la prospérité de Hong Kong. « La Comprehensive Social Security Assistance (ou CSSA, programme hongkongais de sécurité sociale) est devenu l’illustration centrale des limites de la compassion sociale » (p. 169). Il a souvent été affirmé, notamment par la première Commission sur la pauvreté, que la CSSA permettait à des personnes tout à fait capables de travailler de profiter du système. Leo F. Goodstadt montre que ces allégations sont erronées. Pour Hong Kong, le problème serait plutôt le nombre important de personnes sans emploi réticents à bénéficier de la CSSA, alors qu’elles en auraient besoin. L’argument selon lequel la CSSA irait à l’encontre de la tradition chinoise en transférant au gouvernement le devoir qui incombe aux enfants de s’occuper des parents dans le besoin a aussi été brandit. Leo F. Goodstadt démontre que cela ne tient pas debout. Pourtant, la CSSA continue à être la cible des critiques, non seulement du gouvernement et du monde des affaires, mais aussi d’un certain nombre de citoyens.

8Le chapitre 7, An absence of Advocates: How the Welfare‚Lobby Lost Its Voice, nous apprend qu’au cours des années 1990 et 2000, la défense des droits politiques contre les empiétements de Pékin a pris le pas dans l’esprit des Hongkongais sur la construction d’une société plus égalitaire. Pendant cette période, « les politiques sociales ont été subordonnées aux priorités politiques » (p. 202). Par conséquent, « les personnes défavorisées, désavantagées et handicapées ont perdu leurs défenseurs traditionnels, car les partisans des réformes sociales ont décliné en nombre et en influence » (p. 206). À l’heure actuelle à Hong Kong, des centaines de milliers de citoyens sont dans la rue pour réclamer plus de démocratie, mais bien peu manifestent pour une société plus juste à l’égard des pauvres et des personnes défavorisées.

9Dans sa conclusion, Leo F. Goodstadt démontre comment, en dépit des dénégations du gouvernement, la pauvreté a considérablement augmenté avec l’émergence de « nouveaux pauvres ». Cette situation tragique est le résultat de « la conviction répandue au sein du gouvernement selon laquelle tous les services publics sont fondamentalement un gaspillage de ressources » (p. 219). Pour Leo F. Goodstadt, la solution à apporter à cette situation est d’abandonner le modèle de l’entreprise pour se consacrer aux services publics : « fournir aux personnes vulnérables ce dont elles ont besoin plutôt que […] ce qu’elles peuvent payer » (p. 221). Ainsi l’histoire se répète : dans la continuité de l’administration coloniale, les dirigeants actuels accordent une priorité aux affaires. Même la Chine continentale est plus préoccupée que Hong Kong par la création de services sociaux pour ses citoyens. Finalement, la réintégration progressive de Hong Kong à la Chine pourrait conduire à plus de bien-être social que les dirigeants de Hong Kong, obsédés par les affaires, n’ont été capables d’en produire.

10L’intérêt du livre de Leo F. Goodstadt réside dans le portrait détaillé qu’il dresse de Hong Kong et de la manière dont ses dirigeants ont modelé sa société en imitant le modèle de l’entreprise et en délaissant les services sociaux, notamment le logement, l’éducation et la santé. C’est un aspect fondamental de l’histoire de Hong Kong au cours des dernières décennies, qui a été largement occulté par l’intérêt marqué du public et des chercheurs sur le retour de Hong Kong à la Chine et le peu d’attention accordé aux effets sociaux de la gestion néo-libérale en vigueur depuis des décennies. Néanmoins, tout en étant convaincu que Leo F. Goodstadt est généralement dans le vrai, je pense qu’il grossit le trait. Pour donner un exemple personnel, il m’est arrivé de devoir être conduit à l’hôpital sur plusieurs continents, et quand cela arrive aux États-Unis, je suis effrayé par le coût de l’hospitalisation. J’imagine déjà une note de 5 000 dollars ou plus. Ce n’est pas ce qui arrive à Hong Kong : le forfait de 100 dollars hongkongais est un bienfait de la sécurité sociale. Les universités de Hong Kong, malgré leurs problèmes, bénéficient de financements pour lesquelles les universités américaines se damneraient. Les soins médicaux et l’éducation supérieure, n’en déplaisent à Leo F. Goodstadt (p. 139), sont des domaines pour lesquels le gouvernement de Hong Kong s’est montré plus généreux que beaucoup d’autres systèmes sociaux, et c’est également vrai si on compare avec d’autres politiques appliquées. Je pense que Leo F. Goodstadt devrait reconnaître ces faits plutôt que de peindre un portrait uniformément sombre de la politique générale des autorités hongkongaises.

11Au-delà de ces points, il y a un très important débat social et philosophique sur le meilleur type de société en terme de bien-être pour les êtres humains : une société qui offre beaucoup à ses citoyens en l’échange d’impôts élevés (comme dans de nombreux pays d’Europe de l’Ouest) ou une société qui les laisse se débrouiller tous seuls mais en gardant un niveau de prélèvement fiscal relativement bas (comme Hong Kong ou les États-Unis). Le livre de Leo F. Goodstadt aurait gagné à développer plus encore une discussion sur cette question plus large. Il part du principe qu’il est toujours bon qu’un gouvernement engage des dépenses publiques sans jamais interroger cette certitude. J’aurais aimé lire une analyse plus poussée des présupposés sociaux et philosophiques qui sous-tendent la réflexion de Leo F. Goodstadt.

12Mais cela serait demander à Leo F. Goodstadt d’avoir écrit un autre livre que celui-ci. Tel qu’il est, son ouvrage mérite amplement d’être lu : il offre un point de vue tout à fait essentiel sur la société actuelle de Hong Kong. Je le recommande chaleureusement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gordon Mathews, « Leo F. Goodstadt, Poverty in the Midst of Affluence: How Hong Kong Mismanaged its Prosperity,  », Perspectives chinoises [En ligne], 2014/4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6968

Haut de page

Auteur

Gordon Mathews

Gordon Mathews est professeur d’anthropologie à la Chinese University de Hong Kong (cmgordon@cuhk.edu.hk).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page