Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Cong Cao, China’s Scientific Elite

Londres, New York, RoutledgeCurzon, 2004, 256 p.
Aurore Merle

Texte intégral

1Synthèse d’une thèse de doctorat, cet ouvrage propose une enquête inédite sur l’élite scientifique de la République populaire. Prenant pour objet l’Académie des Sciences, institution fondée dès novembre 1949, et située au sommet de la hiérarchie scientifique, Cong Cao examine « les caractéristiques des scientifiques [nommés membres de l’Académie] et les critères et processus par lesquels ces derniers sont évalués et promus ». Il ne s’agit  donc pas d’examiner la politique scientifique chinoise, les grandes réalisations et découvertes scientifiques contemporaines, mais plutôt d’entrer au cœur de l’institution scientifique la plus prestigieuse de Chine : qui sont les chercheurs qui composent cette élite ? D’où viennent-ils, comment ont-ils été formés ? Quelles procédures et critères de sélection gouvernent la nomination des membres de l’Académie des Sciences ?

2Pour Cong Cao, l’enjeu de cette recherche est double : premièrement, si les élites politiques et économiques chinoises ont fait l’objet de nombreuses recherches, l’élite scientifique n’a jamais été étudiée de manière systématique, mais seulement au travers de biographies de scientifiques célèbres ou à partir d’une interrogation sur les relations entre les intellectuels et le pouvoir. L’enjeu est crucial si l’on considère l’importance de la recherche scientifique et technologique dans le programme de modernisation chinoise. D’un point de vue plus théorique, dans une perspective comparatiste, Cong Cao soulève la question des liens entre l’universalisme de la science et le contexte social et politique. La sociologie de la science s’est développée à partir d’une réflexion sur les développements scientifiques dans des pays occidentaux et démocratiques. Qu’en est-il en Chine ? La nature du régime politique influe-t-elle sur la constitution de l’élite scientifique, introduit-elle d’autres facteurs que ceux de la compétence scientifique et de la méritocratie ? Quelle influence ont eu les changements historiques majeurs qu’a connus la Chine ces cinq dernières décennies sur la science chinoise et la formation de son élite ? S’agit-il d’une continuité historique ou à l’inverse d’une discontinuité ?

3Cong Cao a essentiellement eu recours à deux types de sources pour réaliser son enquête. D’une part, pour les sources écrites, l’auteur a réuni les informations biographiques disponibles (ouvrages écrits sur les scientifiques ou par les scientifiques, articles de journaux, articles sur Internet). D’autre part, et c’est la richesse de son travail, des entretiens ont été réalisés avec 79 membres de l’Académie des Sciences, d’âges, de localisations géographiques, de disciplines divers, élus ou nommés lors de périodes différentes, s’échelonnant sur plus de cinq décennies.

4Organisé thématiquement, l’ouvrage rappelle d’abord brièvement les développements de la science moderne en Chine, et présente les caractéristiques majeures des politiques scientifiques de la Chine populaire. Dans un deuxième temps, il présente l’Académie des Sciences et les changements institutionnels qu’elle a connue. Le cœur de l’ouvrage s’attache ensuite à décliner les différents facteurs sociaux susceptibles d’exercer une influence dans la nomination des membres de l’Académie des Sciences : les origines sociales (chapitre 4), et l’influence académique des « mentors » sur leurs étudiants et leur carrière (chapitre 5), mais aussi les réalisations des scientifiques faisant partie de l’élite, en particulier la nature des programmes de recherche dans lesquels ils sont engagés (recherche fondamentale ou appliquée, recherche civile ou militaire, projets-clés ou non). Mais au-delà de ces facteurs « classiques », l’auteur s’interroge également sur l’influence du politique dans les nominations (chapitre 7, « Rouge ou expert »). Le chapitre 8 revient ensuite de manière approfondie sur les élections les plus récentes des membres de l’Académie, pour déterminer quels critères ont joué dans la sélection. Enfin, dans le dernier chapitre du livre, l’auteur ouvre la discussion sur l’engagement des scientifiques.

5L’intérêt de cette enquête est d’apporter un éclairage nouveau à la question des relations entre le pouvoir et le savoir. En effet, Cong Cao choisit d’aborder cette question non pas sous l’angle du rapport entre les intellectuels et le pouvoir, mais plutôt à partir de la formation d’une communauté scientifique, de ses normes et critères d’appartenance. Le résultat est surprenant : si les campagnes politiques contre les intellectuels ont profondément affecté les scientifiques et ont créé un véritable traumatisme, il n’y a pas de véritable rupture de la production scientifique durant cette période d’intense répression. L’exemple le plus révélateur est la conduite du programme de recherche nucléaire mené en plein Grand Bond en Aavant.  Pour la période la plus contemporaine, en examinant les élections successives de nouveaux membres de l’Académie des Sciences, l’auteur met en avant la résistance du milieu scientifique à toute tentative d’intrusion politique et la liberté professionnelle affichée comme norme dominante.

6Grâce à ses entretiens, l’auteur approfondit également la question du fonctionnement des danwei (unités de travail) de recherche, des relations (guanxi) et de leur influence sur le fonctionnement du milieu scientifique. Il montre en particulier que l’influence de ces relations ne s’exerce pas de manière directe mais plutôt à la marge dans la nomination des membres.

7Si Cong Cao décrit bien les changements d’organisation de l’Académie des Sciences et les procédures d’élection de ses membres, en montrant la relative autonomie de ces derniers par rapport au pouvoir politique, le rôle joué par l’institution et ses membres n’est pas véritablement décrit. Le fait d’être membre de l’Académie apporte-il autre chose qu’un crédit scientifique, qu’une reconnaissance académique ? Est-il synonyme de pouvoir dans l’élaboration et l’orientation de la politique scientifique ? Il y a également une discontinuité importante dans l’objet étudié : jusqu’en 1978, les sciences sociales étaient rattachées à l’Académie des Sciences, avant d’être regroupées sous une institution autonome, l’Académie des Sciences Sociales de Chine. Si l’élite scientifique n’inclut que les sciences dures, quel statut donner aux sciences sociales ? Si Cong Cao a exclu les spécialistes en sciences sociales de son enquête et s’il est fait allusion aux différences fondamentales qui existent en Chine entre sciences « dures » et sciences sociales, il aurait été intéressant d’aborder ce problème dans sa définition de l’élite scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Merle, « Cong Cao, China’s Scientific Elite », Perspectives chinoises [En ligne], 88 | mars-avril 2005, mis en ligne le 15 mars 2007, consulté le 28 février 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/696

Haut de page

Auteur

Aurore Merle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page