Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Tania Angeloff et Marylène Lieber, Chinoises au XXIe siècle. Ruptures et continuités,

Paris, La Découverte, 2012, 284 p.
Caroline Grillot
p. 87-88

Texte intégral

1Comme toute étude dont le titre annonce « les Chinois », « les Chinoises » voire « la Chine », l’ouvrage de Tania Angeloff et Marylène Lieber risquait de se confronter à la difficulté de regrouper sous un même terme synthétisant, l’immensité d’un territoire et sa diversité humaine – sociale ou ethnique – que l’on est bien obligé de catégoriser comme « population chinoise ». C’est donc le sourcil légèrement froncé que l’on entreprend la lecture de la douzaine de chapitres réunis sous la direction des deux sociologues, qui offrent ici un espace à l’interdisciplinarité, autant à des auteurs de référence qu’à de plus jeunes, francophones, anglophones ou chinois. Chinoises du xxie siècle attaque donc de front la tâche honorable bien que délicate de traiter de la vie des Chinoises, sans prétendre à l’exhaustivité et en s’efforçant de donner des clés pour mieux appréhender la vie sociale chinoise, mouvante et floue, en constante et rapide métamorphose. Pour exemple, dans sa contribution sur les sexualités chinoises, Evelyne Micollier rappelle entre deux virgules que des évolutions comportementales notables se constatent souvent en l’espace de quatre ou cinq ans.

2Si la question initiale de l’ouvrage était d’examiner si et comment les Chinoises ont vu leur condition s’améliorer ces dernières décennies, ou en quoi ces femmes du xxie siècle diffèrent de leurs mères et grand-mères, il est évident qu’aucune réponse satisfaisante ne peut être proposée. Car les bénéfices et les dommages hérités de trois décennies de révolutions, suivies d’autant de réformes, ont modelé différemment des générations dont les trajectoires souvent radicalement opposées s’entremêlent pour ne plus esquisser qu’un bilan mitigé d’une population subissant toujours les préjudices attachés à son genre. Comme ailleurs, « les attributs et les devoirs que la société associe aux femmes » persistent (Harriet Evans, p. 159).

3Le statut professionnel, le rôle tenu au sein des familles, l’expérience de l’intimité et des relations familiales, les représentations sociales de la féminité servent de cadres d’analyse à chacune des contributions qui, l’une après l’autre, nous invitent au constat sans appel : si la condition des femmes en Chine s’est considérablement transformée depuis l’ère maoïste et surtout depuis le début des réformes socio-économiques, cette transformation n’a pas modifié les rapports sociaux de sexe ; elle reste ancrée dans des structures socioculturelles fortes tout en ayant engendré de nouveaux déséquilibres.

4Il est donc un certain nombre d’éléments sur lesquels tous les auteurs s’accordent et qu’ils rappellent dans chaque cas abordé. Fondamentalement, les femmes demeurent aux yeux de la société, des hommes et de l’État, l’incarnation de valeurs et de qualités impérissables qui guident la position que l’on veut bien leur accorder, et dans lesquelles elles se reconnaissent le plus souvent. La docilité, la délicatesse, la patience, la dextérité et encore le sens de la communication les maintiennent à quelques nuances près dans des activités et emplois liés aux services et à la médiation sociale (assistance aux personnes vulnérables, prostitution), soumises à une hiérarchie clairement entérinée par un écart de rémunération, de reconnaissance de compétences et d’accès à des emplois d’ailleurs peu valorisés (ouvrières, domestiques, diplômées mal orientées). Les auteurs soulignent d’ailleurs l’intervention limitée et ambivalente de l’État. Des discours entretenus au sein des cellules familiales, des lieux de travail, et véhiculés par la culture populaire, sont de fait validés par le silence de celui-ci et le manque de motivation de ses agents pour l’application stricte de règles d’équité. Des réactions et oppositions à cet état de fait surgissent cependant et démontrent que grâce à la migration, aux progrès en termes de mobilité sociale et leurs conséquences sur la sociabilité des femmes, la question de la condition féminine est sortie de la sphère privée pour se débattre à nouveau dans l’espace public. L’émergence de nouvelles formes de revendications, combats individuels ou actions collectives des femmes dans leur vie intime et professionnelle, témoigne de cette avancée considérable.

5Cette conscience féministe se mue alors en une dynamique sous-jacente qui défie la perception politico-traditionnelle à l’égard des femmes que les années de maoïsme, malgré une volonté égalitariste, allant jusqu'à nier les différences de genre, ont davantage entérinée et durcie que profondément remise en question. Plusieurs auteurs décrivent ainsi la condition des Chinoises contemporaines comme le résultat d’un héritage multiple : le bouleversement intellectuel des idées du début du xxe qui a placé leur émancipation des traditions au centre des débats réformateurs, le radicalisme du régime maoïste, et les mutations complexes survenues depuis la mise en place du libéralisme économique. Aujourd’hui, dans un contexte socio-économique où rien n’est fixe ni durable, et malgré la catégorisation des identités qui voudraient fixer les trajectoires individuelles, les femmes naviguent constamment entre les statuts. Femmes migrantes, femmes chômeuses citadines (anciennes travailleuses d’État), femmes rurales, jeunes diplômées, célibataires, prostituées, employées anonymes ou ouvrières ne sont des catégories ni fixes ni exclusives. Les pistes sont brouillées et l’examen des réalités de la condition féminine chinoise, plus complexe, fait surgir des problématiques nouvelles : égalité de droit versus égalité de fait, discriminations sociales et professionnelles, rapport à la normalité (maternités entravées, familles dispersées, sexualité plurielle), etc.

6À la lecture des différents chapitres de cet essai de synthèse dont les descriptions contrastées soulignent les ruptures et continuités, et qui se veut inscrit dans les études de genre, le lecteur aura sans doute renouvelé sa vision de la vie intime, familiale et professionnelle d’une Chinoise d’aujourd’hui, fusse-t-elle isolée dans un village ou au cœur de la vie urbaine d'une mégapole. Oui, mais justement, qu’en est-il de celles qui se situent entre les deux extrêmes et représentent sans doute la majorité ? Autrement dit de celles qui oscillent encore entre plusieurs influences, sans repères, et dépendantes des modes, des conseils plus ou moins avisés, des expériences d’autrui et des intuitions personnelles ? Ainsi, on regrettera le peu d’attention accordée aux femmes des campagnes, des petites villes, des provinces isolées et des régions marquées par la diversité ethnique et culturelle, guidées par des logiques et des mentalités portant vers d’autres choix de vie que ceux qui attestent d’une volonté de changement. Lorsque ces femmes sont mentionnées, c’est déjà dans leur nouveau cadre de vie (les « migrantes », une catégorie sociologique tellement large qu’elle en perd son sens) et trop peu dans leurs questionnements et situations d’origine.

7Par ailleurs, on aurait sans doute apprécié d’entendre davantage la voix de ces Chinoises afin d’avoir une vision plus nuancée. Certes, les femmes qu’évoque l’ouvrage sont vulnérables mais pas tant que ça, insatisfaites mais pas toujours, discriminées mais aussi pleines de convictions, les plus ambitieuses parvenant à s’affranchir des carcans sociaux. Les écouter plus avant permettrait de distinguer davantage l’auto-perception de la représentation sociale, et le degré d’assentiment – ou au contraire de résistance – des Chinoises envers le discours officiel.

8Il n’en reste pas moins que cet ouvrage apporte de nouvelles preuves variées, très clairement contextualisées et documentées que les Chinoises d’aujourd’hui sont en proie à de tels bouleversements, si rapides, qu’elles profitent inégalement des progrès en stagnant dans diverses formes de précarité. Elles perdent leurs repères, parviennent difficilement à s’affirmer socialement, et aspirent encore à voir leur contribution économique et sociale reconnue. Elles poursuivent tant bien que mal leur émancipation, entre affranchissement partiel des carcans familiaux et permanence de la tutelle de l’État, peu encouragées par un marché de l’emploi entérinant un type d’emplois « typiquement féminin »  et mal épaulées par des hommes que l’on perçoit – sans doute à tort – peu concernés. Les formes changent, des évolutions s’opèrent, mais la structure sociopolitique perdure. L’auteure de la conclusion, Laurence Roulleau-Berger, le résume d’ailleurs bien en rappelant que « la modernité chinoise apparaît spécifique dans le sens où trois décennies de politiques communistes promouvant le statut de la femme n’ont pas empêché la rémanence de formes de discriminations en contexte de transition sociale et économique » (p. 233). À la lecture de ces enquêtes et analyses, on imagine encore bien des Chinoises déçues du bilan mitigé de trois décennies de réformes libérales – mais pas libératrices ; sentiment que ni la fuite (mariage à l’étranger), ni la provocation (les bloggeuses) ou le sacrifice de soi (les prostituées) ne leur permettent de dépasser.

9Plus anecdotique, on s’étonnera peut-être que malgré la prise en compte croissante du genre dans les études en sciences sociales, la question des femmes, chinoises ou non, semble demeurer l’apanage des auteures femmes elles-mêmes (un seul auteur homme parmi 11 femmes), comme si finalement la question intéressait peu les chercheurs masculins, comme si les déséquilibres de genre se reproduisaient malgré eux dans le regard scientifique porté sur la question.

10Enfin, on aimerait encourager l’adoption dans de futures analyses d’une perspective comparative avec les femmes du Vietnam, cousines régionales subissant une même structure inégale des genres ; comparaison qui s’annonce pertinente puisque leur pays a traversé des bouleversements socio-économiques semblables, soutenus par un régime et des réformes politiquement très proches de ceux de la Chine. Si leurs situations respectives n’ont pas nécessairement évolué selon les mêmes modalités, elles mettent en lumière les avancées contemporaines de deux sociétés cousines, bien que des deux côtés de la frontière, les femmes soient encore loin de connaître l’épanouissement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Grillot, « Tania Angeloff et Marylène Lieber, Chinoises au XXIe siècle. Ruptures et continuités, », Perspectives chinoises, 2014/2 | 2014, 87-88.

Référence électronique

Caroline Grillot, « Tania Angeloff et Marylène Lieber, Chinoises au XXIe siècle. Ruptures et continuités, », Perspectives chinoises [En ligne], 2014/2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6872

Haut de page

Auteur

Caroline Grillot

Caroline Grillot est post-doctorante au Département « Resilience and Transformation in Eurasia » et membre du groupe de recherche « Trade, Markets and the State in Vietnam » au Max Planck Institute for Social Anthropology (grillot@eth.mpg.de).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org