Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Judith Shapiro, China’s Environmental Challenges,

Cambridge, Polity Press, 2012, 205 pp.
Hiav-yen Dam
p. 81-82

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1970, la Chine est devenue en quelques décennies l’usine du monde. Cela a permis d’améliorer les conditions de vie de sa population mais a aussi eu d’importantes répercussions sur son environnement. Ce dernier est l’objet de préoccupations d’un certain nombre de chercheurs occidentaux de diverses disciplines depuis les années 1980. L’ouvrage de Judith Shapiro s’inscrit dans cette lignée. L’auteure avait par ailleurs déjà publié un livre sur cette thématique en 2001 (Mao’s War against Nature : Politics and the Environment in Revolutionary China, Cambridge University Press). Alors que ce dernier se concentrait sur la période maoïste, l’auteure nous propose ici un panorama de la question depuis la mise en place de la politique d’ouverture du pays jusqu’à aujourd’hui. L’auteure était étudiante en Langue et civilisation chinoises (Master of Asian Studies) à l’université de Californie lorsqu’elle fut choisie pour enseigner l’anglais dans la province du Hunan en 1979. De retour aux États-Unis, après un séjour de deux ans et demi, sa carrière s’orienta vers l’étude des politiques environnementales mondiales (Global Environmental Politics). Elle est depuis professeure à la School of International Service de l’American University (Washington, D.C.).

2China’s Environmental Challenges se présente sous la forme d’un manuel à destination des étudiants spécialisés en politiques environnementales ou sur la Chine contemporaine mais aussi à toutes les personnes intéressées par le sujet. Il comporte 205 pages (hors préface) et est divisé en sept chapitres. À la fin de chacun des chapitres, l’auteure propose une série de questions et de liens vers des sites Internet afin de permettre au lecteur d’aller plus loin et de faire émerger des discussions. L’ouvrage a donc un aspect très didactique. Il est basé sur une compilation de sources de seconde main, de sites Internet spécialisés sur la question environnementale en Chine et ailleurs, d’articles de presse, de films documentaires ainsi que de quelques entretiens et communications personnelles faites à l’auteure. La thématique de l’environnement est abordée sous un angle pluridisciplinaire (sciences politiques, anthropologie de la nature, géographie humaine, sociologie, histoire environnementale, économie de l’environnement), centré autour de cinq concepts analytiques clés : la mondialisation, la gouvernance, l’identité nationale, la société civile et la justice environnementale. L’introduction brosse un tableau des problèmes environnementaux ainsi que des défis qui se posent à la Chine. Le deuxième chapitre détaille les facteurs ayant un impact sur l’environnement naturel du pays : la surpopulation, le développement de la classe moyenne, la mondialisation et l’industrialisation, l’urbanisation et la diminution des terres arables, le changement climatique. Le troisième chapitre s’intéresse à la structure institutionnelle et juridique sous-tendant le système de gouvernance chinois. Le quatrième chapitre se penche sur l’identité nationale et la possibilité de créer un modèle de développement durable à la chinoise. Le cinquième chapitre ouvre le dossier de l’émergence d’une société civile et de la participation de la population à l’orientation politique du pays en matière environnementale. L’avant-dernier chapitre soulève la question de l’équité et du déplacement des problèmes environnementaux vers les régions les plus pauvres de la Chine et du monde. Enfin, en guise conclusion, l’auteure propose des voies sur lesquelles pourrait s’engager le pays ainsi qu’une réflexion sur le rôle que les pays développés pourraient jouer.    

3Dans le contexte du débat sur la raréfaction des ressources naturelles et de l’influence des activités humaines sur la planète, quelle place tient la Chine et quel rôle joue-t-elle ? En s’ouvrant au monde et à l’économie de marché, la Chine a connu une croissance sans précédent. En contrepartie, les effets sur l’environnement et le bien-être de la population provoqués par le modèle de développement suivi ne se comptent plus (pollution de l’air, des cours d’eau, érosion des sols, menaces sur la faune et la flore sauvages, impact sur la santé humaine) et leur impact sur le reste de la planète se fait de plus en plus sentir. S’interroger sur le développement de la Chine, sur les facteurs ayant une influence sur l’environnement, sur la manière dont le pays gère ces problèmes est devenu crucial.

4Dans le second chapitre, l’auteure rappelle la rapide croissance de la population chinoise au cours de la période maoïste et le rapport entre surpopulation et dégradation de l’environnement. L’augmentation de la classe moyenne est un phénomène plus récent qui suscite des craintes mais aussi des espoirs. Ses choix et son mode de consommation qui tendent à imiter ceux des populations des pays développés ont une influence négative sur l’environnement. Toutefois, mieux éduquée, mieux informée et plus soucieuse d’un environnement moins pollué, elle pourrait constituer une force de pression afin que l’État prenne des mesures allant dans ce sens. Cependant reste-t-il suffisamment de ressources pour répondre aux besoins matériels primaires de la population chinoise, permettant d’engendrer une classe moyenne suffisamment importante pour pouvoir peser sur les décisions de l’État ? Celui-ci est-il en mesure de mettre en application ses décisions ? La Chine est devenue l’usine du monde mais elle n’en est ni la seule bénéficiaire ni la seule victime. Son développement bénéficie aux pays développés vers lesquels sont exportés les produits finis et cela au détriment des pays en développement d’où proviennent les matières premières. Ces derniers, de même que la Chine, sont également les lieux où les produits sont renvoyés pour être recyclés, ce qui représente une source de pollution supplémentaire.

5Le troisième chapitre examine la structure politique et le système législatif en lien avec les questions environnementales. La Chine a participé aux grandes conférences internationales sur l’environnement et a signé et/ou ratifié de nombreux traités internationaux. En 2008, l’Administration d’État pour la protection de l’environnement (State Environmental Protection Administration – SEPA) est devenue le ministère pour la Protection de l’environnement, signe de l’attention accrue portée à la question. La Chine s’est aussi dotée d’un ensemble de lois pour la protection de l’environnement jugées parmi les plus exhaustives au monde. Cependant, de nombreux obstacles subsistent quant à leur application. Outre les problèmes récurrents liés au faible poids des lois, au manque de compétence au sein des bureaucraties et des institutions juridiques, on trouve également des problèmes d’ordre structurel. Le système quasi-fédéral de l’administration chinoise est une forme d’autoritarisme fragmenté basé à la fois sur la verticalité et l’horizontalité (tiao kuai 条块). D’un point de vue fonctionnel, il existe, comme dans le cas de la protection de l’environnement, une hiérarchie verticale. Le ministère pour la Protection de l’environnement chapeaute des agences et des services selon un modèle pyramidal. Mais, sur le terrain, il se trouve confronté à un système de compétition horizontale de l’autorité avec les gouvernements provinciaux et locaux. Par ailleurs, les organes gouvernementaux sont pris entre des objectifs contradictoires qui sont le maintien de la croissance économique, de la légitimité du PCC ou de la stabilité du pays et la poursuite d’un développement durable.

6L’auteure se penche dans le quatrième chapitre sur la question de l’identité nationale chinoise qu’elle considère en crise car tiraillée entre d’un côté la conscience de la grandeur passée du pays et de l’autre le sentiment d’humiliation ressenti suite aux défaites face aux Occidentaux. Ainsi les stratégies adoptées par l’État chinois seraient motivées par une volonté de reconquête du rang qu’il estime lui être dû sur l’échiquier mondial. Pour atteindre cet objectif faut-il adopter un modèle occidental ou proposer un nouveau modèle chinois ? Cette question n’est pas nouvelle puisqu’elle se pose depuis la fin de la période impériale. Conscients des défauts des systèmes occidentaux dans leurs stratégies de croissance passées et de gestion de l’environnement, de nombreux chercheurs occidentaux ont abordé le sujet avec l’espoir que la Chine pourrait proposer un modèle différent basé sur sa longue et riche tradition philosophique, en particulier en ce qui concerne sa représentation de l’homme et de sa place au sein de la nature. L’auteure semble adhérer à cette vision, cependant elle ne propose aucune piste sur la manière dont cela pourrait être mis en pratique.

7Judith Shapiro s’intéresse ensuite à la manière dont la question environnementale est perçue par la population ainsi qu’aux possibilités offertes à une participation des citoyens. Le droit d’association était très limité sous Mao, les organisations sociales étant entièrement sous le contrôle de l’État et devant servir à surveiller la population. Malgré un assouplissement avec l’arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping, l’enregistrement des associations demeure soumis à une règlementation stricte avec la nécessité de se mettre sous la supervision d’un organe gouvernemental. Depuis 2008, des projets pilotes ont commencé à voir le jour dans certaines villes et offrent la possibilité de s’enregistrer directement auprès des services des affaires civiles. Parmi les ONG enregistrées, les plus nombreuses sont celles dédiées à la protection de l’environnement. En effet, bien que cela soit un sujet sensible, il l’est moins que celui des droits de l’homme. Comme dans d’autres pays en développement, la protection de l’environnement est en Chine un cheval de Troie permettant d’introduire un débat plus large sur la démocratie. Parallèlement à ces ONG, il existe aussi des GONGO (Government organized NGO), associations à but non lucratif créées par des agences gouvernementales ou par les membres de ces agences. Malgré cette affiliation, ces organisations peuvent jouer un rôle non négligeable dans la protection de l’environnement. Les moyens d’action de ces ONG passent par la mobilisation de l’opinion à travers les nouvelles technologies de communication, les réseaux sociaux, la presse et des mouvements de protestation. Ces derniers inquiètent l’État et font craindre pour la stabilité du pays et la légitimité du PCC. Si les citoyens activistes se recrutent au sein de toutes les couches sociales, l’auteure note toutefois que les mouvements nés dans les villes et conduits par des individus issus de la classe moyenne, plus éduqués et mieux organisés, ont davantage de chance d’aboutir que ceux menés par des paysans.

8Cette inégalité dans la capacité à faire valoir leurs revendications entre citadins et ruraux, entre les populations de la côte orientale développée et celles de l’ouest défavorisé, entre les Han et les nationalités minoritaires, entre la Chine et les pays moins développés, est l’objet de l’avant-dernier chapitre. La notion de justice environnementale prend en compte l’extraction des ressources naturelles, l’exposition aux diverses formes de pollution, l’accès à l’information ainsi que la participation dans les processus de prise de décision. Elle va de pair avec la notion de déplacement des nuisances environnementales. En effet, si les associations de citadins réussissent parfois à stopper des projets industriels au sein des grandes villes, cela ne fait que déplacer ceux-ci en périphérie ou dans les zones rurales. En outre, la prise en compte nouvelle des impératifs de protection environnementale, comme par exemple l’interdiction de couper les arbres, a eu pour conséquence un déplacement des lieux d’extraction de la Chine vers les pays d’Asie du Sud-Est et d’ailleurs. La question de l’impact des activités d’extraction de la Chine hors de son territoire est vivement débattue. Il y a d’un côté les tenants d’un effet positif car ces activités s’accompagnent également de projets d’aide au développement (infrastructures routières, hôpitaux, écoles). Mais celles-ci sont vues par d’autres comme un moyen pour la Chine de mieux exploiter les ressources naturelles de ces pays.

9Si la Chine a progressivement conquis son rang d’acteur incontournable au niveau mondial, cette nouvelle position nécessite en contrepartie de participer à l’orientation vers un développement durable et à la préservation de l’environnement de la planète. Pour Judith Shapiro, la Chine pourrait et devrait y participer en tant que laboratoire moderne afin de faire avancer la réflexion sur d’autres voies de développement. Tout au long de l’ouvrage, l’auteure a en effet tenté de développer une vision plus nuancée du cas chinois dans le but d’intégrer et d’accompagner les efforts du pays qui vont dans le sens d’un développement plus respectueux de l’environnement.

10Les qualités de cet ouvrage en font peut-être aussi ses défauts. Sa structure sous forme de manuel et son approche pluridisciplinaire réunit en un seul livre de nombreuses thématiques en lien avec l’environnement et donne un bon aperçu du sujet. Cependant, les répétitions sont nombreuses tant au niveau des exemples que de l’analyse, et les faits relatés ne sont pas toujours nouveaux. Par ailleurs, certains sujets sont abordés trop brièvement, notamment le quatrième chapitre sur les traditions philosophiques chinoises et la source d’inspiration qu’elles peuvent représenter en matière de préservation de l’environnement. Cela peut s’expliquer par le public visé qui n’est pas nécessairement celui des spécialistes de la Chine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hiav-yen Dam, « Judith Shapiro, China’s Environmental Challenges,  », Perspectives chinoises [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6793

Haut de page

Auteur

Hiav-yen Dam

Hiav-Yen Dam est doctorante au Laboratoire d’Anthropologie Sociale de l’EHESS, Paris (hiavyen.dam@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page